AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Goimard (Préfacier, etc.)Demètre Ioakimidis (Préfacier, etc.)Gérard Klein (Préfacier, etc.)
EAN : 9782253000600
414 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (15/05/1997)
3.88/5   43 notes
Résumé :
Pour la première fois en LIVRE DE POCHE tout l'univers de la Science-Fiction.
Une véritable Encyclopédie thématique du genre, depuis le début des années 30 jusqu'à nos jours ;
Un choix raisonné des nouvelles les plus célèbres ou les plus représentatives ;
Un éventail complet des auteurs et des styles ;
Tous les thèmes de la Science-Fiction « classique » : * Histoire de robots * d'extraterrestres * de cosmonautes * de mutants * de plan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Masa
  07 mars 2016
Au siècle dernier, les écrivains de science-fiction avaient un certain fantasme pour les extraterrestres (tout comme les récits apocalyptiques et post-apocalyptiques). Depuis « La guerre des mondes » de H.G. Wells, toutes créatures venues d'ailleurs ont fertilisé l'imagination de ces auteurs. Ce flux d'histoires d'extraterrestres ont peut-être été accentués par l'événement majeur de 1947 à Roswell.
On peut y voir une certaine naïveté ou tendresse lorsque l'on voit ces êtres venus de Vénus (pour les femmes) et Mars (Fox le martien?). Bien évidemment la science moderne nous a démontré que la vie sur ces deux planètes ne pouvait être que bactériologique. Qu'importe, ces récits d'un autre temps sont écrits par de grands auteurs.
Au sommaire :
→ La soucoupe de solitude (A saucer of loneliness – 1953) ~ Theodore Sturgeon
→ La sangsue (The leech – 1952) ~ Robert Sheckley
→ Impulsion (Impulse – 1938) ~ Éric Franck Russell
→ L'autre côté (The other side – 1951) ~ Walter Kubilius
→ Un coup à la porte (Knock – 1948) ~ Fredric Brown
→ Couvée astrale (The star ducks – 1950) ~ Bill Brown
→ Courrier interplanétaire (SRL AD – 1952) ~ Richard Matheson
→ L'hypnoglyphe (The Hypnoglyph – 1953) ~ John Anthony
→ Seul en son genre (Any more at home like you ? – 1962) ~ Chad Olivier
→ Formule en blanc (Blank from – 1956) ~ Arthur Sellings
→ L'étrange cas de John Kingdam (The strange case of John Kingman – 1948) ~ Murray Leinster
→ Une date à retenir (A Date To Remember – 1949) ~ William Frederick Temple
→ Cher démon (Dear Devil – 1950) ~ Éric Franck Russell
→ L'étranger (The fellow who married the Maxill girl – 1960) ~ Ward Moore
→ Aimables vautours (The Gentle Vultures – 1957) ~ Isaac Asimov
→ Des personnes déplacées (Of missing persons – date inconnue) ~ Jack Finney
J'attendais beaucoup des nouvelles de Ward Moore (auquel l'on doit l'excellent « Autant en emporte le temps ») et celle de Isaac Asimov. J'ai été déçu. Pour la première, elle aurait pu être intéressante. Elle narre l'arrivée d'un être extraterrestre dans une ferme (Superman?) typique d'avant la révolution industrielle et agricole où il permet l'accroissement des récoltes. Pour la deuxième, tout est dans la réflexion où l'ana lyse de l'être humain est excellente. Pourtant ces deux récits manquent cruellement de rythme et j'ai bien eu du mal à garder les yeux ouverts.
Du côté des bonnes surprises, l'on trouve Theodore Sturgeon et sa merveille « La soucoupe de solitude ». L'extraterrestre est un prétexte pour ses personnages émotionnellement déchirés. Véritable écriture thérapeutique, l'auteur prouve qu'il arrive très facilement à donner de l'empathie pour ses protagonistes. C'est une belle histoire attendrissante. Ma deuxième bonne découverte vient de Robert Sheckley – Il faudra que je me penche sur ses autres récits. Cette fois-ci il s'agit d'un parasite venue se gorger des ressources de la Terre. Excellent titre qui se lit avec une telle facilité que l'on se surprend d'arriver au bout.
J'ai bien aimé aussi deux autres nouvelles plutôt longues. « L'étrange cas de John Kingdam » de Murray Leinster nous narre un patient interné dans un institut pour personnes handicapées mentalement. le docteur qui s'en occupe, découvre que cet homme vit depuis près de deux siècles. le tout est intéressant et donne envie de poursuivre pour connaître le fin mot de l'histoire. Pourtant le tout est un poil longuet et je me suis lassé… dommage. « Cher démon » de Éric Franck Russell raconte l'arrivée d'un martien sur une Terre dévastée. C'est un récit post-apocalyptique. L'alien a une forme repoussante mais désire venir en aide aux survivants. Cette histoire est très bonne dans l'ensemble.
La palme de l'originalité vient incontestablement à feu Richard Matheson pour son roman épistolaire entre une vénusienne et un terrien (nouvelle que l'on retrouve sous un autre titre : « Un jour, une petite annonce »). Comme à son habitude, c'est direct et de qualité.
Dans l'ensemble c'est une anthologie hétéroclite sur bien des points. Que ce soit sur la qualité d'écriture ou bien sur les thèmes abordés. Il y en aura pour tous les goûts : des derniers humains devenus bêtes de zoo, de la théorie de la conspiration, de l'invasion extraterrestre, de l'amour inter-race planétaire,… On ne peut qu'admirer ces imaginations fertiles. Toutefois, de mon point de vue personnel, j'ai été peu convaincu, sauf sur quelques titres. Merci au Livre de Poche d'avoir proposé ces anthologies qui permettent de découvrir des écrivains, dont certains n'ont eu qu'une carrière noveliste de magazines.
La vérité est ailleurs…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Radwan74
  07 avril 2021
Un recueil de nouvelles de science-fiction plutôt intéressant. Comme tout recueil de nouvelles, il y a un peu de tout en qualité, mais dans l'ensemble, les récits présentés dans cet ouvrage sont intéressants.
J'ai passé quelques récits dont l'histoire manquait de rythme ou d'intrigues, mais plusieurs récits ont éveillés mon intérêt.
On retrouve ainsi parmi les récits :
- des extraterrestres qui attendent que les terriens se battent à coups de bombes nucléaires pour venir sauver ensuite les survivants... une vision des extraterrestres sauveurs de l'humanité intéressant mais la construction est plutôt décevante ainsi que la fin.
- des extraterrestres qui jouent à l'arche de Noé avec 2 humains et 2 exemplaires de chaque espèces animales de la Terre... mais pas dans l'idée de sauver la vie sur Terre... loin de là... encore une histoire originale, plutôt bien menée.
- un récit un peu à part où on évoque à peine les extraterrestres mais plutôt la réincarnation... une histoire qui propose une idée sur la réincarnation intéressante.
- une histoire sur le ton de l'humour où un couple de fermier accueille des extraterrestres à la recherche... d'oeufs de poule... une histoire bien amusante avec une fin très drôle.
- la sangsue raconte l'histoire d'une entité extraterrestre extrêmement envahissante... là aussi l'histoire est passionnante avec une armée tournée au ridicule et avec une fin bien trouvée.
- impulsion présente aussi une entité malveillante qui anticipe toutes les pensées et les attaques de ses ennemis sauf si cet ennemi est... vous le découvrirez dans cette nouvelle à la fin inattendue.
- l'autre côté est une histoire qui ressemble au film « Truman Show » où Jim sent un lourd secret derrière le dôme qui protège la ville des produits toxiques de l'extérieur. Un récit passionnant et une fin là aussi inattendue.
- un être étrange est découvert par un psychiatre. En effet, il a la faculté de se transformer sous le coup de ses émotions. Un être donc étrange mais aussi amnésique. S'il retrouve la mémoire, peut-être le psychiatre découvrira son terrible secret... très intéressant malgré une fin que je trouve un peu décevante.
Voilà pour les histoires que j'ai apprécié dans cet ouvrage.
Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
anhj
  17 septembre 2021
Un très bon recueil de nouvelles, issu de l'ambitieuse collection "La grande anthologie de la science-fiction", proposée au milieu des années 70 par Demetre Ioakimidis, Jacques Goimard et Gérard Klein.
J'ai particulièrement apprécié le côté un peu suranné de beaucoup de ces textes, et l'impression de vivre un peu cette grande époque des fameuses revues anglo-saxonnes. Ce côté est accentué par cette bonne odeur de vieux papier qui s'échappe du volume, acheté d'occasion en bouquinerie...
J'ai également remarqué l'intelligence du choix des nouvelles, très équilibré en terme de qualité, et faisant la part belle à des auteurs presque inconnus, ou oubliés aujourd'hui. On trouvera d'ailleurs en fin d'ouvrage une courte notice biographique pour chacun d'entre eux. Chaque texte est précédé d'une dizaine de lignes d'introduction, qui le replacent dans le thème sans jamais spoiler.
Mes nouvelles favorites sont probablement "L'hypnoglyphe" de John Anthony, "Formule en blanc" de Arthur Sellings et enfin "Une date à retenir" de William Temple. Mais encore une fois, le choix a été difficile car l'ensemble est vraiment cohérent et équilibré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gilles777
  16 septembre 2019
Une des grandes questions de la science-fiction. S'il existe des extraterrestres, de quoi ont-ils l'air ? Ces nouvelles permettent d'explorer des extraterrestres de tout poil, à notre grande satisfaction.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   03 avril 2016
La sangsue de Robert Sheckley.

La sangsue attendait d'être nourrie. Depuis des millénaires, elle dérivait dans l'immensité vide de l'espace, sans être consciente des siècles sans nombre qui passaient. Elle n'était pas davantage consciente lorsqu'elle atteignit finalement un soleil. Les radiations génératrices de vie traversèrent la spore dure et sèche. La gravitation elle aussi exerça son action bénéfique.
Une planète l'attira avec les autres débris stellaires et la sangsue tomba, apparemment inanimée dans son solide sporange.
Les vents l'emportèrent autour de la terre, poussière parmi des myriades de poussières ; ils jouèrent avec elle, puis la laissèrent tomber.
Arrivée sur le sol, elle commença à bouger, absorbant la nourriture qui filtrait à travers son sporange. Elle grossit, et continua à se nourrir.

Franck Connors s'arrêta devant la véranda et toussa deux fois
" Professeur ! Excusez-moi, je..."
Le long homme pâle, allongé sur un divan affaissé ne bougea pas. Ses lunettes à monture de corne étaient perchées sur son front, et il ronflait doucement.
"Je suis terriblement désolé de vous déranger, dit Connors en repoussant son vieux feutre en arrière. Je sais que c'est votre semaine de repos et tout ça, mais il y a un truc drôlement bizarre dans le fossé."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PATissotPATissot   21 septembre 2020
Cher Démon par Eric Frank Russel

Leur première visite, en un groupe rampant et glissant, fut pour la chose de beauté. Ridna resta silencieux à la contempler, son équipage formant un demi-cercle un peu en retrait, et les Terriens massés derrière.
C’était une grande statue de pierre, représentant une femelle de la Terre. Elle avait les épaules larges, les seins bien ronds, les hanches larges, et portait des jupes amples qui descendaient jusqu’à ses pieds chaussés d’épaisses sandales. Elle avait le dos un peu courbé, la tête un peu penchée, et se cachait le visage dans les mains, dans ses mains abîmées de labeur. Ridna s’efforça en vain de distinguer les traits de la paysanne, derrière les doigts serrés. Il l’examina longtemps avant de baisser les yeux sur l’inscription, sautant les incompréhensibles caractères terrestres pour passer aux élégantes fioritures de Mars.

Pleure, mon pays, pleure tes fils endormis,
Les cendres de tes maisons et la ruine de tes tours.

Pleure, ô mon pays, ô mon pays pleure
Les oiseaux qui ne chantent plus, les fleurs disparues,

Et la fin de tout
Et les heures abolies.
Pleure mon pays…

Il n'y avait pas de signature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Radwan74Radwan74   07 avril 2021
Une fourmi est relativement intelligente ; pourtant aucun homme n’a jamais pu communiquer avec une fourmi. Aux yeux de Walter, les Zans étaient des fourmis d’une espèce supérieure, et il lui semblait que les Zans considéraient la race humaine exactement comme la race humaine avait considéré les fourmis. Ce qui était certain, c’est qu’ils avaient traité la Terre de la même façon que les hommes traitaient les fourmilières : toutefois, ils avaient agi avec beaucoup plus d’efficacité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3672 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre