AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782298074970
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Résumé:
Fin 1914, Guillaume Apollinaire s'engage dans l'armée au moment de sa rencontre avec Louise de Coligny pour laquelle il va vivre une passion intense et érotique. Il lui écrira les plus beaux poèmes d'amour qui soient. Des phrases où la force d'Éros transcende l'horreur des tranchées.
Répondant avec grâce et beauté aux vers du poète, les dessins de Joanne Anton, artiste contemporaine, nous piquent le c?ur et nous émeuvent. Les couleurs parlent de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
babounette
  30 mars 2016
Poèmes à Lou de Guillaume Apollinaire est un recueil de poèmes adressés à Lou (Louise de Coligny-Châtillon) dont il est tombé très amoureux peu avant d'être engagé pour partir à la guerre (14-18). Lou par contre ne l'aime pas comme il l'aurait voulu. Leur relation prend fin en 1915. Édité à titre posthume en 1947 sous le titre "Ombre de mon amour", et sous le titre actuel en 1955. Avant de le lire, il a fallu que je prenne un coupe-papier pour en détacher les pages, fabriqué "à l'ancienne",c'est plutôt rare de nos jours.
Un joli recueil illustré par Joanne Anton.
Commenter  J’apprécie          774
olivberne
  02 novembre 2014
Ce recueil des Poèmes à Lou reprend les poèmes écrits par Apollinaire dans les lettres à Louise Colligny-Chatillon, alors qu'il est sur le front en 1915. Elle est sa compagne et ils vivent une relation passionnée et charnelle. Lorsque Guillaume lui écrit, il présente la guerre, ses conditions de vie dans les tranchées et le manque d'elle, comme le rêve de son corps.
On en vient vite à se demander si Apollinaire l'aime vraiment, ou s'il préfère la poésie, son corps et l'idée de liberté qu'elle représente. Il est en plein milieu de l'horreur guerrière et il arrive à produire de magnifiques poèmes, comme s'il avait le temps de les travailler. On comprend un peu vers la fin qu'il se sert d'elle pour écrire, il lui demande d'ailleurs de ne pas perdre ses lettres ni ses poésies, elles peuvent fournir une édition.
Malgré de nombreuses répétitions, de vers, d'idées, de thèmes, on sent bien que ce soldat s'ennuie et on reste émerveillé face à la beauté du style, à la description parfois érotique de l'être aimé et à l'évocation des combats, à travers cette guerre interminable.
C'est beau, c'est une belle relation qui se finira mal et c'est surtout la poésie qui en sort vainqueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
frandj
  17 avril 2018
En 1914, Guillaume Apollinaire tomba amoureux d'une belle aviatrice, Louise de Coligny-Châtillon. Leur liaison fut brève, mais donna naissance à une importante correspondance entre eux, alors que le poète était sous les drapeaux. Les poésies qu'il a envoyées n'ont été publiées que beaucoup plus tard, en 1947.
Apollinaire évoque son amour fou: son désir, sa nostalgie, son attente des lettres, ses ébats amoureux qui font partie du passé. Le langage est parfois assez cru, souvent très poétique, mais "plombé" par la condition militaire à laquelle est astreint le poète. Certains textes sont de toute beauté, dignes des meilleures poésies de "Alcools"; d'autres me semblent moins bien venus. En tout cas, ce recueil est pour moi une découverte tardive, que je ne regrette pas.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
olivberneolivberne   02 novembre 2014
Tu m'as parlé de vice en ta lettre d'hier
Le vice n'entre pas dans les amours sublimes
Il n'est pas plus qu'un grain de sable dans la mer
Un seul grain descendant dans les glauques abîmes

Nous pouvons faire agir l'imagination
Faire danser nos sens sur les débris du monde
Nous énerver jusqu'à l'exaspération
Ou vautrer nos deux corps dans une fange immonde

Et liés l'un à l'autre en une étreinte unique
Nous pouvons défier la mort et son destin
Quand nos dents claqueront en claquement panique
Nous pouvons appeler soir ce qu'on dit matin

Tu peux défier ma volonté sauvage
Je peux me prosterner comme vers un autel
Devant ta croupe qu'ensanglantera ma rage
Nos amours resteront pure comme un beau ciel

Qu'importe qu'essoufflés muets bouches ouvertes
Ainsi que deux canons tombés de leur affût
Brisés de trop s'aimer nos corps restent inertes
Notre amour restera bien toujours ce qu'il fut

Ennoblissons mon cœur l'imagination
La pauvre humanité bien souvent n'en a guère
Le vice en tout cela n'est qu'une illusion
Qui ne trompe jamais que les âmes vulgaires

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
babounettebabounette   30 mars 2016
Je t'aime éperdument ma chère
J'ai perdu le sens de la vie
Je ne connais plus la lumière
Puisque l'Amour est mon envie
Mon soleil et ma vie entière

Écoute-le battre mon cœur
Un régiment d'artillerie
En marche mon cœur d'Artilleur
Pour toi se mettre en batterie
Écoute-le petite sœur

Petite sœur je te prends toute
Tu m'appartiens je t'appartiens
Ensemble nous faisons la route
Et dis-moi de ces petits riens
Qui consolent qui les écoute
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
babounettebabounette   02 avril 2016
Lou, tu es ma rose
Ton derrière merveilleux n'est-ce pas la plus belle rose
Tes seins tes seins chéris ne sont-ce pas des roses
Et les roses ne sont-ce pas de jolis ptits Lous
Que l'on fouette comme la brise
Fustige les fesses des roses dans le jardin
Abandonné
Lou ma rose ou plutôt mes roses
Tu m'as envoyé des feuilles de rose
Ô petite déesse
Tu crées les roses
Et tu fais les feuilles de roses
Roses
Petites femmes à poil qui se baladent
Gentiment
Elles se baladent en robe de satin
Sur des escarpolettes
Elles chantent le plus beau parfum, le plus fort le plus doux
Lou ma rose ô ma perfection je t'aime
Et c'est avec joie que je risque de me piquer
En faveur de ta beauté
Je t'aime, je t'adore, je mordille tes feuilles de rose
Rose, reine des fleurs, Lou reine des femmes
Je te porte au bout des doigts ô Lou, ô rose
Au bout des doigts, en te faisant menotte
Jusqu'à ce que tu t'évanouisses
Comme s'évanouit le parfum
Des roses
Je t'embrasse, ô Lou et je t'adore
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
babounettebabounette   02 avril 2016
Pétales de pivoine
Trois pétales de pivoine
Rouges comme une pivoine
Et ces pétales me font rêver
Ces pétales ce sont
Trois belles petites dames
À peau soyeuse et qui rougissent
De honte
D’être avec des petits soldats
Elles se promènent dans le bois
Et causent avec les sansonnets
Qui leur font cent sonnets
Elles montent en aéroplane
Sur de belles libellules électriques
Dont les élytres chatoient au soleil
Et les libellules qui sont
De petites diablesses
Font l’amour avec les pivoines
C’est un joli amour contre nature
Entre demoiselles et dames
Trois pétales dans la lettre
Trois pétales de pivoine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
FontenellaFontenella   11 août 2020
Lou si je meurs là-bas souvenir qu’on oublie
- Souviens-t’en quelquefois aux instants de folie
De jeunesse et d’amour et d’éclatante ardeur -
Mon sang c’est la fontaine ardente du bonheur
Et sois la plus heureuse étant la plus jolie
Ô mon unique amour et ma grande folie
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Guillaume Apollinaire (95) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Apollinaire
Sous les feux de la critique cette semaine, deux romans. le premier, "Les orages", est signé Sylvain Prudhomme (Par les routes, Prix Femina en 2019) et le second, "Alegria", d'une figure de l'avant-garde littéraire espagnole, Manuel Vilas.
Pour en parler, aux côtés de Lucile Commeaux : Elisabeth Philippe, journaliste et critique littéraire à L'Obs et Laurent Nunez, écrivain et éditeur
"Les orages" de Sylvain Prudhomme Sylvain Prudhomme explore ces moments où un être vacille, où tout à coup il est à nu. Heures de vérité. Bouleversements parfois infimes, presque invisibles du dehors. Tourmentes après lesquelles reviennent le calme, le soleil, la lumière.
"Alegria" de Manuel Vilas “La joie venait toujours après la peine”, chante Apollinaire, "Alegría" tend résolument du côté de la lumière et Manuel Vilas offre, après "Ordesa", un grand livre solaire. Son audace littéraire et sa capacité à transfigurer l'intime en universel le désignent comme un de nos écrivains contemporains majeurs.
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Apollinaire

Dans quelle capitale européenne est né Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire ?

Paris
Rome
Londres
Varsovie

10 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : Guillaume ApollinaireCréer un quiz sur ce livre