AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081373521
Éditeur : Flammarion (14/10/2015)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Il y a plus de vingt ans disparaissait Guy Debord, l'un des derniers grands intellectuels français, figure mythique des mouvements d'avant-garde de la seconde moitié du xxe siècle. Écrivain, cinéaste, penseur révolutionnaire, autodésigné « ennemi de son siècle », il a été le chef de file de l'Internationale lettriste (1953-1957) puis de l'Internationale situationniste (1957-1972), et, à partir de son oeuvre majeure, La Société du spectacle (1967), l'infatigable pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
steka
  07 février 2016
Il est une triste catégorie d'individus dont le plaisir semble consister à tenter de salir tout ce qui les dépasse. Ils ne reculent donc devant aucune bassesse, calomnie ou mensonge quand il s'agit de nuire à ce qui fait de l'ombre à leur pesante médiocrité.
L'auteur de ce pitoyable ouvrage semble en être la parfaite illustration.
Ne s'encombrant d'aucune véracité (les morts ne portent pas plainte pour diffamation ni ne peuvent se défendre par eux-mêmes), ils déversent donc leur venin par tombereau, supposant sans doute que la quantité remplacera la qualité et qu'ils réussiront bien ainsi à semer le doute.
Car ces laudateurs du spectacle régnant espèrent bien également quelque récompense de leurs maîtres.
Mettre tant d'énergie à tenter de décrédibiliser l'auteur de la théorie critique la plus pertinente de notre temps n'a bien sur rien d'innocent et c'est bien cette pensée là qui dérange et qu'il faut à tout prix faire oublier. En détourner surtout les jeunes générations pour que celles-ci ne puissent distinguer aucune alternative au triste destin que l'on veut leur faire.
Il se trouve heureusement encore quelques personnes, sachant fort bien de quoi elles parlent, pour dire leur fait à ces rebuts de l'humanité : https://blogs.mediapart.fr/lechatetlasouris/blog/150116/argent-sexe-et-pouvoir-propos-d-une-fausse-biographie-de-guy-debord
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          78
michelblondeau
  27 décembre 2015
Grande biographie de Guy Debord. Elle est beaucoup plus fouillée que les précédentes, même celle de Christophe Bourseiller, qui n'était pas mal, et surtout pulvérise allègrement l'espèce de gangue hagiographique qui entourait le personnage de Debord. Fini l'édifiant récit de la vie tumultueuse du saint révolutionnaire - qu'on retrouvait encore dans l'exposition à la BNF de 2013, par ailleurs passionnante. Apostolidès, bénéficiant d'une documentation particulièrement riche, issue notamment des archives déposées par plusieurs ex-situs dans des universités, dévoile une personnalité complexe et manipulatrice, à la limite de la perversité, et tente d'en expliquer les ressorts psychologiques.
Sur l’œuvre elle-même, peu de choses nouvelles. Il ne s'agit pas ici d'en proposer une nouvelle analyse, mais seulement de parler de l'homme.
Commenter  J’apprécie          40
arenoir
  26 janvier 2016
Il convient de dire tout de suite que ce livre, en plus d'être d'un ennui mortel, n'est pas une biographie... Ce n'est point une biographie de Debord, mais bien un morceau prolixe de journalisme d'investigation contre Debord, où ne sont rapportés que des « témoignages » à charge, où on ne dit rien de son oeuvre, de son art et de son temps, de son cinéma, de son courage, à son époque presque solitaire. Donc ce livre n'a aucune valeur pour les historiens, il n'est surtout pas un document. Et l'usage des documents fait par son auteur est parfaitement malhonnête, car il ne choisit que ce qui pourrait être à charge.
Une biographie est un travail d'archiviste, de philologue, d'érudit et d'historien, et elle n'est jamais un travail de supporter, qu'il soit favorable ou hostile.
Avec l'ouvrage d'Apostolidès, nous nous trouvons face au paradigme même d'un mauvais travail, mou, médiocre et faux : mauvais dans l'intention, mauvais dans la méthode et donc très mauvais dans le résultat.
Cette prétendue biographie nous éclaire en fait bien plus sur les obsessions, les petitesses et les bassesses de son auteur lui-même que sur celles qu'il prétend découvrir chez Debord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Jean-Marie Apostolidès (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Apostolidès
Tintin (bande dessinée) | 2000 ans d’histoire | France Inter
autres livres classés : falsificationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre