AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070321118
Éditeur : Gallimard (09/03/2006)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Avril 1892, Inde. Un jeune homme sur les traces de son frère, un paysan meurtri par la misère et la domination des propriétaires terriens, une fascinante veuve au sang royal fuyant le bûcher et un candide joueur de cartes font route vers l'océan, espérant trouver l'eldorado de l'autre côté de "l'Eau noire".

Ils rejoignent d'autres Indiens entassés dans les cales de l'Atlas pour les vertiges mortels d'une traversée de plusieurs semaines ve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  08 janvier 2018
Après avoir beaucoup apprécié La noce d'Anna, j'avais eu envie de découvrir le premier roman de l'auteure.
1892. Destins croisés et tragiques de femmes et d'hommes ayant quitté leur sol natal, l'Inde (colonie britannique en cette fin du 19ème siècle), pour embarquer volontairement sur un navire, pensant faire fortune sur l'île Maurice, ce soit-disant eldorado paradisiaque...
Les autorités anglaises, et françaises, en demande de main d'oeuvre bon marché, exploiteront inhumainement ces Indiens, naïfs et miséreux, cela quarante ans après la fin de l'esclavage des Noirs (!)
Un roman utile et un émouvant hommage, mais qui crée parfois une certaine confusion, tant il y a de personnages traités et de chapitres déséquilibrés, selon moi. La terrible traversée en mer occupe en fin de comptes la majorité du livre, contrairement à ce que pourrait nous faire croire le titre.
Commenter  J’apprécie          576
jeje_gandhi
  26 août 2015
Ce premier roman d'une auteure d’origine mauricienne, installée en France depuis des années, relate l’histoire des immigrants indiens (coolies) à la fin du XIXème siècle, engagés volontaires à bord de l’Atlas, bateau affrété par les anglais vers l'Île Maurice, pour apporter aux exploitants de plantations françaises la main-d’œuvre à bon marché pour remplacer les noirs. Abolition de l’esclavage oblige.
Ce qui est frappant dans ce récit, c'est la sobriété et la force de la description du voyage en bateau, entre réalité et imaginaire, où l'émotion et l'horreur se mêlent dans la poétisation de la symbolique de la mer.
Les Indiens partent en rêvant d’un « merveilleux destin » symbole de réussite sociale, un idéal guère terni malgré la traversée de la mer noire – le kala pani – dans des conditions effrayantes à fond de cale. Pire que dans un cauchemar.
L'auteure joue sur un univers binaire personnification-monstruosité : dominant/dominé, terre/mer, Blancs/Indiens, entre autres. Un épanouissement au final de la poétisation de la mer qui donne lieu à la poétisation du réel.
Un court roman très plaisant à lire.
Lien : http://jejegandhi.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Shabanou
  28 novembre 2017
Bonjour les lecteurs
Voici le 1' roman de la mauricienne Natacha Appanah.
C'est l'histoire de ces indiens qui rêvaient d'une vie meilleure et qui se retrouvent piégé à l'île Maurice.
Le récit se divise en trois parties : dans la première, est dressé le portrait des différents protagonistes, de leur vie en Inde et des raisons qui les poussent s'engager pour Maurice. Il y a Badri, l'accro aux jeux de cartes qui espère faire fortune auprès des Anglais, Chotty le serviteur d'un seigneur local qu'une dette de son père condamne à une forme d'esclavage, Ganga, la princesse de Bangalore qui a fui le bûcher funéraire de son mari sur lequel elle aurait dû mourir comme le veut la tradition hindoue, Vythee le jeune paysan qui espère retrouver son frère déjà à Maurice… A travers leurs parcours, on découvre aussi d'autres personnages : ceux qui restent en Inde et les regardent partir, ceux qui les recrutent en leur promettant monts et merveilles et en leur cachant la réalité d'outremer, les officiers anglais en poste là-bas…
Dans la deuxième partie, l'auteur nous raconte la terrible traversée de l'Océan Indien retranscrite dans le journal de bord du médecin britannique.
Dans la troisième partie, c'est l'arrivée à Maurice, la découverte du travail dans les champs de cannes à sucre et la désillusion de l'aventure.
Cette histoire a pour toile de fond des faits réels.
Dans le sang de nombreux mauriciens coule celui de ses « engagés volontaires ».
En effet, l'esclavage a été aboli sur papier mais les conditions de vie de ces indiens n'ont pas beaucoup évolué. Pas de liberté, exploration maximale .
Lecture intéressante dur un sujet peu connu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Malice
  02 juillet 2013
Un très beau premier roman, je l'ai lu à sa sortie, j'ai découvert cette jeune mauricienne talentueuse. C'est un roman historique, fondé sur des faits réels qui débute en 1892, en Inde alors colonie britannique. Elle raconte le destin des indiens exilés volontaires, espérant trouver l'eldorado vers une île qu'on leur promet merveilleuse et fertile : l'Îles Maurice, colonie anglaise. le drapeau est anglais, mais ce sont les français installés sur l'île depuis deux siècles qui font marcher les affaires. Ils ne savent pas qu'ils vont y remplacer les esclaves des champs et passer de la soute au dur labeur de la canne à sucre.
Superbe roman en voûtant, lecture agréable, un livre intéressant bien documenté.
Commenter  J’apprécie          50
Anjali84
  18 août 2014
L'auteure, mauricienne et d'origine indienne, nous conte une partie de l'histoire de son pays : l'arrivée des Indiens travailleurs volontaires à la fin du XIXè siècle.
Maurice est encore aujourd'hui une terre très indienne, peuplée de communautés peu marquées par le métissage créole.
Les Indiens débarqués dans les années 1890 sur l'île étaient des engagés sous contrat, destinés à remplacer la population africaine, abolition de l'esclavage oblige. Mais bien peu avaient conscience du sort que leur réservaient les propriétaires terriens français et anglais dans les plantations de cannes à sucre.
A travers plusieurs personnages, aux origines différentes mais au destin mauricien similaire, la fiction, presque un conte dans sa forme, donne à voir le parcours de ces travailleurs indiens.
On croise ainsi la route de Badri, joueur invétéré, Vythee, à la recherche de son frère parti pour l'île, Chotty, qui plie sous le poids d'une dette héréditaire, et Ganga, jeune femme noble qui fuit son destin de veuve. Tous embarqueront sur le Kala Pani, cet océan funeste pour les Hindous, dans l'espoir d'une vie meilleure.
La traversée, narrée par la voix du médecin de bord, est un cauchemar sans fin, entre maladies, suicides et invasion de rats.

A l'arrivée, si les noms de Maurice sonnaient comme une promesse d'eldorado, la réalité est tout autre. Poudre d'or, la mal nommée, n'est peuplée que de roches et de champs de cannes sans fin. Les Indiens sont engagés sans limite auprès de leurs patrons et voient leurs espoirs de retours s'amenuiser.
Comme dans l'oeuvre ultérieure de Natacha Appanah, on est frappé par la précision et la concision de l'écriture, poétique et pathétique tout en manifestant une grande économie de termes. La violence et la douleur sont présentes du début à la fin de l'oeuvre, sous toutes leurs déclinaisons.
Un roman dur et maîtrisé qui donne à voir, sous l'angle de la fiction, un pan de l'histoire de Maurice.
Lien : http://los-demas.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   07 janvier 2018
Quel est ce peuple ? Quel est ce peuple qui brûle ses morts, quel est ce peuple qui parfois vit dans des châteaux opulents et qui parfois dort dans la rue ? Quel est ce peuple qui a peur de tout et qui, pourtant, traverse les mers pour aller travailler dans une île battue par des cyclones et infestée de rats ?
Commenter  J’apprécie          220
rabannerabanne   07 janvier 2018
Il y a des arbres comme ça. Ils promettent des fruits tendres et juteux, leurs bourgeons sont délicats, leurs feuilles veinées de sève, leurs racines vont au cœur de la terre et ils vous offrent de l'ombre fraîche en été et un abri pendant la pluie.
Commenter  J’apprécie          70
rabannerabanne   07 janvier 2018
Les indiens n'étaient pas entassés. Ils étaient les un sur les autres, en grappes. La cale sentait le corps rance, la pisse, la crasse. J'ai pensé que si la misère devait avoir une odeur, ce serait celle-là.
Commenter  J’apprécie          80
jeje_gandhijeje_gandhi   26 août 2015
Quand, entassés dans la cale… ils subissaient la colère de la mer qui
grondait comme cent orages à leurs oreilles, quand leurs corps roulaient
tels des bouts de chiffon d’un bout à l’autre de la sombre prison, quand ils
cherchaient désespérément à s’accrocher pendant les pires tangages pour
ne pas se fracasser la tête contre la coque ou pour éviter d’écraser leurs
propres enfants, quand la nuit était emplie des craquements de l’Atlas,
comme les cris d’une forêt pliant sous les assauts d’un cyclone, quand ils
avaient peur d’être emportés dans l’enfer du kala pani, ils fermaient les
yeux et pensaient à Merich. (p. 130)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jeje_gandhijeje_gandhi   26 août 2015
Ils se promènent là où ils sont interdits. Hier, j’ai vu un vieux qui
fumait à trois pas de moi. Je lui ai dit de déguerpir, ici c’est la place des
Anglais, il n’avait qu’à aller à l’arrière se souiller de suie. L’officier qui
m’accompagnait se tenait à la barre et m’a demandé à qui je parlais. Le
bateau rentrait dans les vagues et bondissait dessus avec des claquements.
Le pont était trempé. Le vieux s’est retourné et j’ai vu qu’il n’avait pas de
visage. Il avait des trous à la place des yeux, du nez et de la bouche.
C’était le vieux pêcheur » (p.124)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Nathacha Appanah (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathacha Appanah
Nathacha Appanah et Patrizia Paterlini-Bréchot, lauréates des Prix France Télévisions
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre