AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211230476
288 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (26/04/2017)

Note moyenne : 3.37/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Grandpa Sergei, un ancien soldat, devenu aujourd’hui un vieil homme aveugle et Janek, un garçon juif placé sous sa protection, effectuent un long voyage.
En toile de fond, la seconde Guerre Mondiale fait rage, les deux compagnons vont de village en village pour mendier et luttent pour leur survie. Les épreuves rencontrées prennent une dimension mythologique et Yanek ne trouve son destin qu’à l’issue de cette migration.
A partir de 12 ans.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
IreneAdler
  06 février 2019
Bon. Je ne suis pas arrivée à la page 100 ou tout juste. Ca partait plutôt bien cette histoire de vagabondage pour éviter les rafles dans la Pologne occupée par les nazis. La fin (oui je m'autodévoile la fin parfois) me semblait plutôt sympa aussi.
Mais pfiu, le vieux Sergueï, il commençait à me taper sur les nerfs avec son espèce de guerre sainte pacifique à coup de "les méchants seront punis mais il fait les aimer quand même, ça les sauvera peut-être". le tout à longueur de chapitre. A cela s'ajoute la discipline militaire (bon on peut comprendre, c'est histoire de ne pas terminer alcoolique dans un fossé j'imagine) ; mais ressasser sans cesse sans cesse... Et vla qu'le jeune s'y met aussi. Trop pour moi, je le crains. Si encore, ils avaient été des genres de derviches, dans la tradition des mystiques errants, mais non.
Trop de répétitions, trop de dieu(x), pas assez d'autres choses. le roman ne décolle pas du tout avant je ne sais quelle page, rivage que je n'ai pas atteint...
Commenter  J’apprécie          70
MurmuresNumeriques
  20 décembre 2020
Il s'agit d'un roman jeunesse, mais je ne sais pas dans quelle mesure ce qualificatif est pertinent.
Ce roman est très fort : on suit un petit garçon que son père confit à un vagabond pour échapper aux persécutions contre les Juifs. On comprend peu à peu qu'on est en Ukraine pendant la Seconde Guerre Mondiale. On perçoit par bribes l'actualité de la guerre, l'avancée de l'armée rouge, ces évènements sont vécus par les yeux de notre jeune héros.
On est immergé dans la difficulté du quotidien, du jour le jour et de leurs survie ; confronté en même temps que lui au rejet et à la bêtise des gens. Nombre d'entre eux trouvent tout à fait justifié les violence faite au nom de la « race » et les Pogroms ne sont pas loin … Ils rejettent également les vagabonds, quelque soit la raison de leur errance, et d'autant plus que leur nombre augmente à cause de la guerre. On saute ainsi de village en village, de rencontre en rencontre. Souvent seules les femmes sont positives et prennent en pitié nos protagonistes et les aident. le point de vue subjectif employé participe fortement à notre immersion en nos identifiant totalement au héros.
On traverse la région sans en avoir vraiment la description mais on voit les lumières que l'enfant décrit, on sent certains arbres où ils font halte. Nous n'avons que des détails, ceux qui sont marquant pour un garçon de 11 ans qui se retrouve sur les routes avec la certitude que sa famille a été déportée.
Le lien entre ce vieux militaire et ce petit garçon inquiet fonctionne à merveille et chacun y trouve sa profondeur. J'avais un peu peur que cela soit artificiel et finalement tout s'installe au fil de l'histoire, de façon assez naturelle pour être parfaitement crédible. Comme l'ambiance les relations humaines sont évoquées avec une grande douceur.
Il se dégage une force de vie assez incroyable de ce livre, malgré tout ce qui peut leur arriver les personnages vont de l'avant et continuent d'avancer. Ils contemplent le monde d'une façon étrangement apaisée et positive pour cette période, que ce soit par leur foi ou simplement par amour de la vie. Cette « morale » transmise par Grand-Père Sergueï à travers ses silences et sa bienveillance généralisée. Un livre que j'aimerais vraiment faire lire aux ados et qui leur ferait je pense beaucoup de bien.
Pour moi ce roman est un exemple parlant de Réconciliez-vous de Marek Halter, un appel à la tolérance qui cette fois trouvera à coup sûr un public à toucher droit dans le coeur. Les deux vont vraiment bien ensemble bien que le propos soit légèrement différent.
sortie en mars 2017 chez l'Ecole des loisirs, j'en profite pour noter la superbe couverture qui transcrit vraiment bien l'ambiance du récit, ce choix est parfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alouett
  16 avril 2017
La Seconde Guerre Mondiale a éclaté. Elle ravive les haines.
Un homme a peur. Il est juif. Il s'attend à chaque instant à voir les soldats franchir le seuil de sa maison. Il a peur pour sa famille. Cela fait des semaines qu'ils dorment dans leur cave, qu'ils se terrent à l'abri des regards, pensant trouver-là un refuge salvateur.
Mais la menace est de plus en plus concrète c'est pourquoi, il demande à son fils de le suivre. Ils vont trouver le vieux Sergueï, un vagabond aveugle, un ancien soldat. L'homme lui confie son fils. Ce dernier a 11 ans. Il ne sait rien de la vie et comprend mal pourquoi son père lui demande de rester avec inconnu. Les premiers temps, cette vie à vagabonder de village en village le terrorise. Il était habitué à la chaleur d'un foyer, il était heureux d'aller à l'école et de voir la fierté de ses parents face à ses résultats scolaires. Désormais, un pantalon et une chemise de lin remplacent ses vêtements de citadins, une petite croix en bois pend à son cou.
L'enfant et le vieil aveugle vont apprendre à se connaître. Peu à peu, une complicité naît entre eux. Au fil des mois, Janek va suivre les apprentissages de Sergueï. Chaque matin, l'enfant s'entraîne à la course. Il devient endurant, agile. Il s'adapte à sa nouvelle vie, apprend à négocier le prix des provisions qu'il achète, veille au respect des rituels du vieil homme. L'enfant devient ses yeux lorsqu'il décrit les couleurs du ciel, ses mains lorsqu'il lui prépare le thé ou allume sa pipe. le vieil homme, quant à lui, lui transmet la sagesse dont l'enfant est dépourvu, il partage sa conception de la vie, le respect pour les autres, la tolérance, la foi en soi.
Un roman d'apprentissage dans lequel on suit l'évolution d'un enfant auprès d'un vieux sage qui devient son mentor. Au contact du vieillard aguerri, l'enfant apprend tout d'abord à écouter les conseils de l'adulte puis à les mettre en pratique. Les deux « hommes » se font confiance et une profonde affection les unit. Il s'adapte à son nouvel environnement, apprend à vivre modestement et à se contenter de peu. Un sourire, une main tendue, un rayon de soleil, un fruit sauvage. L'enfant puise sa force et son assurance dans la présence bienveillante de l'adulte. Il s'émancipe, apprend à connaître son corps, à prendre des responsabilités. Il s'en remet au vieillard pour comprendre ce qui lui était jusque-là totalement inconnu : la haine, la guerre, la foi, le respect de l'autre, le respect de soi. Ensemble, ils réapprennent à dépasser leurs fragilités respectives. Leur union fait leur force. Ils s'entraident.
(....) : pour lire la chronique complète : https://chezmo.wordpress.com/2017/04/16/de-longues-nuits-dete-appelfeld/
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Vermeer
  26 juillet 2018
Une couverture magnifique et qui illustre parfaitement la part d'onirisme du roman. Ce roman d'apprentissage, initiatique n'est pas paru dans une édition jeunesse dans l'édition originale d'après ce que j'ai lu. En effet, même si l'un des deux protagonistes a une dizaine d'années, ce roman peut être lu par tous les publics.
Appelfeld, Juif d'Europe centrale s'est caché dans une forêt et a vécu de que les gens ont bien voulu lui donner. Il a donc connu dès ses huit ans la haine, le mal absolu et en même temps l'entraide, la générosité humaines. Il avait coutume de dire qu'il en avait tiré une compréhension intime des victimes sans absorber le Mal et qu'en cela il avait de la chance.
Nous retrouvons cette dualité dans son oeuvre et dans ce roman au rythme très lent.
Janek, un enfant juif de dix ans est confié à un vieil homme aveugle Serguei, ancien employé de son grand-père. Ces deux êtres si dissemblables errent, survivent, vagabondent en butte à l'hostilité des paysans ou au contraire à leur générosité. Ils s'apportent mutuellement. Il est aussi beaucoup question de foi religieuse. J'aime un peu moins cet aspect mais il s'agit d'une foi tolérante car leur religion n'est pas la même et elle est malgré tout porteuse d'espérance et d'harmonie avec une Nature panthéiste.
Un très beau roman, poétique sur l'amitié, le silence, la fraternité, la compréhension, l'acceptation d'autrui, l'errance, la haine, la guerre, toujours en hors champ. Un roman sur la foi, la Nature, la nécessité pour les hommes de vivre en communion avec elle.
Un roman profondément humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlineMarieP
  31 mars 2017
Janek et son vieux papy Sergueï errent sur les routes d'un pays en guerre. Avant, Janek s'appelait Michaël et ne portait pas de croix autour de cou mais c'était avant ces temps troublés où les familles juïves disparaissent sans laisser de traces. Il y a bien longtemps que Sergueï a perdu la vue mais de sa cécité et de son vagabondage sont nés sa sagesse et son humanisme. Ce récit initiatique où Janek grandit et prend sa place dans le monde, a également une belle portée philosophique englobant les questions de foi, de peur, d'hommes et tout simplement de la vie.
Aharon Appelfeld signe après "Adam et Thomas" un nouveau récit jeunesse fort et lumineux à ofrrir à tous et à toutes.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (4)
Culturebox   15 décembre 2017
Un roman pour les enfants de ce grand écrivain israélien, qui raconte l'errance d'un enfant à l'orée de l'adolescence, confié par son père juif à un vieil homme aveugle et vagabond. Un roman d'initiation qui plonge dans l'histoire sombre de la seconde guerre mondiale.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   23 mai 2017
Dans son deuxième roman pour enfants, le grand écrivain rend hommage au vagabondage. Un beau et lent récit d’errance parsemé d’échanges philosophiques entre l’aveugle Sergueï et le petit Janek.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Liberation   03 mai 2017
Le nouveau roman de l'écrivain israélien offre une lecture salutaire à l'heure où les réfugiés se pressent en Europe.
Lire la critique sur le site : Liberation
Culturebox   28 avril 2017
Un roman d'initiation qui plonge dans l'histoire sombre de la seconde guerre mondiale. Fortement recommandé, pour les ados autant que pour les adultes.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
alouettalouett   16 avril 2017
– Comment fait-on pour rester digne ? demanda Janek.
– Ne pas se plaindre, ne pas être amer, se taire lorsque l’on a rien à dire, et si l’on a quelque chose à dire, être concis. Ne pas se fâcher, garder à l’esprit que les hommes sont des visiteurs en ce monde, ne pas être prétentieux
Commenter  J’apprécie          60
letilleulletilleul   10 juin 2017
Ils marchaient de champs en champs et de clairière en clairière, faisant de temps en temps une halte avant de poursuivre. Quand une source ou un puits se présentaient à eux, Janek remplissait un seau, ils se lavaient la figure et buvaient jusqu’à plus soif.
– Tu es fatigué ? demandait Sergueï.
– Non.
– Reposons-nous un peu, puis nous continuerons d’avancer.
Ils erraient ainsi, et toujours les mêmes visions s’offraient à eux. Au printemps et en été ils se reposaient sous un arbre ; en automne et en hiver, ils dormaient dans des auberges, ou des presbytères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VermeerVermeer   26 juillet 2018
Lorsqu'un homme est confortablement installé chez lui il en oublie l'essentiel. Il a des préoccupations quotidiennes, se chamaille pour des broutilles, il ne pense qu'à lui et à ses biens. Mais lorsqu'un homme est dehors, sans maison, avec le ciel pour seul toit et la terre pour sol, seulement alors il comprend que l'errance, aussi dure soit-elle, le purifie.
Commenter  J’apprécie          20
AlineMariePAlineMarieP   31 mars 2017
- En vagabondant, l'homme apprend à distinguer entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas, ce qui est temporaire et ce qui est immuable, la vérité et le mensonge. Lorsque l'homme est confortablement installé chez lui il en oublie l'essentiel. Il a des préoccupations quotidiennes, se chamaille pour des broutilles, il ne pense qu'à lui et à ses biens. Mais lorsqu'un homme est dehors, sans maison, avec le ciel pour seul toit et la terre pour le sol, seulement alors il comprend que l'errance, aussi dure soit-elle, le purifie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlineMariePAlineMarieP   31 mars 2017
- La guerre est terminée, tu peux ôter cette croix de ton cou, dit l'homme d'une voix claire.
- Bientôt.
- Pourquoi pas maintenant? Ça te permettra de te libérer de ta peur et des chaines que tu as posées sur ton cou.
- J'ai encore quelques devoirs à accomplir avant de les enlever, répondit Janek, et il sentit qu'il venait de prononcer des paroles de vérité.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Aharon Appelfeld (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aharon Appelfeld
Déporté dans un camp à l'âge de 9 ans, Aharon Appelfeld parvient à s'évader. Son errance dans les forêts d'Ukraine a nourri l'ensemble de son oeuvre.
Culture Prime, l'offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l'audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime/ Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr/ Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : vagabondageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2162 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre