AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Dariot (Traducteur)
ISBN : 2070535940
Éditeur : Gallimard Jeunesse (30/05/2002)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 243 notes)
Résumé :
Il existe un monde que personne ne connaît, que personne n'imagine. Bienvenue à EVERWORLD, le pays d'où l'on ne revient pas...

A LA RECHERCHE DE SENNA

Senna est belle, intelligente, mais différente. Inexplicablement différente. Lorsqu'elle est entrainée dans l'univers parallèle d'Everworld, ses amis, David, Christopher, Jalil et April, décident pourtant de la suivre et de partir à sa recherche. Ils pénètrent alors dans un monde de cauch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  20 avril 2012
Avec cette série de fantasy jeunesse K. A. Applegate nous entraine dans le monde d'Everworld où se côtoient toute sorte de créatures fabuleuses et de dieux et héros légendaires issus de nos civilisations anciennes (grecque, celtique, pré-précolombienne, viking...). Quatre adolescents, David, Christopher, April et Jalil, se retrouvent plongés dans cet univers merveilleux suite à leur trop grande curiosité vis à vis de l'énigmatique Senna, une jeune fille de leur lycée. Nos héros arrivent donc par inadvertance dans ce monde dont ils ne soupçonnaient même pas l'existence et dans lequel ils doivent pourtant apprendre à survivre tout en continuant à mener une vie normale dans le monde réel dans lequel ils parviennent à revenir par intermittence.
Le roman est divisé en quatre parties, chacune donnant la parole à l'un des protagonistes, et nous fait découvrir des éléments propres aux civilisations nordiques (avec son panthéon, son bestiaire...) et aztèques (ses coutumes, ses sacrifices humains...) ainsi que les grandes figures de la légende arthurienne. Les personnages sont tous aussi drôles qu'attachants, à commencer par nos quatre héros qui possèdent chacun un caractère et une manière d'appréhender la situation très différents. L'utilisation de références concrètes issues de notre époque facilite également beaucoup l'identification à ces quatre adolescents (de Céline Dion à West Side Story en passant par Castorama ou Hollywood chewing-gum...). de l'aventure, de l'humour, du dépaysement, ce roman est idéal pour commencer la fantasy et demeure l'un de mes meilleurs souvenirs de lecture jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Bouchondesbois
  12 décembre 2012
Avant toute chose, je me dois de vous prévenir : cette critique risque d'être à l'image de mon ressenti vis-à-vis de cette lecture : floue. Ne vous-y trompez pas : j'ai beaucoup aimé ce premier tome. Reste à savoir si cela va plus loin... Je m'explique.
Lu d'une traite au cours de mon marathon livresque, j'ai eu l'impression de rester un peu en dehors de l'action, quand bien même je prenais plaisir à suivre nos quatre héros dans leurs périlleuses aventures. La preuve de cette indécision en est l'absence de frénésie qui m'aurait, habituellement, fait me précipiter sur le deuxième tome. Qu'à cela ne tienne, je le lirais plus tard, me suis-je dit. Et pourtant ! Impossible d'ouvrir un autre ouvrage avant aujourd'hui ! J'y pensais, je me repassais les scènes en boucle, je m'interrogeais... Je pense que la meilleure façon de me fixer reste de me plonger dans le tome suivant : peut être mes impressions se clarifieront-elles ! (Enfin, c'était sans compter l'arrivée fracassante d'Hunger Games dans ma PAL donc.... Va devoir attendre un peu :) )
Sinon, pour parler de l'histoire en tant que telle... Je la trouve détonante : c'est bien simple, je n'ai jamais lu quelque chose de semblable. Et pourtant, ce n'est pas l'originalité qui étouffe certains auteurs d'aujourd'hui ! Ok, la trilogie commence à dater. Mais bon... Ah, si ! L'idée de basculer dans un monde complétement dérangé et hyper flippant m'a fait penser à un Chair de Poule... Mort de peur, je crois. Enfin, pour le reste, rien à voir. J'ai adoré l'idée de mélanger comme ça les divinités, grande fan de mythologie que je suis ! Loki, Thor, le dieu aztèque au nom imprononçable, le mystérieux mais non moins terrifiant Ka-Anor...On s'y perd parfois mais on finit toujours par s'y retrouver, et j'adore, vraiment. J'ai hâte d'en apprendre plus sur les autres d'ailleurs, certains n'étant qu'à peine esquissés...
Côté personnages, j'ai aussi mes petites préférences : April bien sûr. Parce que c'est la seule fille (hormis Senna) et que les trois mecs font bien pâle figure à côté d'elle. Mais tous sont extrêmement profonds, ni tout blanc ni tout noir. On les découvre petit à petit dans les parties qui leur sont consacrées, ce qui nous pousse à nous interroger toujours plus : on sent bien que tous les quatre ont un lourd passif, et l'on est avide d'en apprendre plus...
Parlons un peu de Senna. Je ne l'imaginais pas du tout comme ça. Pour moi, c'était une gentille gamine qui n'avait rien demandé à personne, une blonde candide aux yeux bleus perchée dans sa tour d'ivoire et attendant désespérément qu'on vienne la sauver. D'ailleurs, je n'imaginais pas du tout l'action ainsi, mais plutôt quelque chose dans ce goût là : nos quatre héros étaient copains et partaient bravement à la recherche de leur cinquième comparse. Qu'importe dangers et menaces, ils feraient face à l'adversité coude contre coude. Mouarf, on ne pouvait pas plus se tromper. Comme je vous l'ai dit, les personnages sont bien plus compliqués que cela, et leurs relations le sont également. Et Senna... c'est peut être le personnage le plus complexe, le plus ambivalent de tout ce livre. Je n'ai toujours pas réussi à me faire une opinion à son propos : une gamine torturée ou une garce finie ? Mystère... et réponse au prochain épisode !
J'ai trouvé l'écriture de K.A. Applegate particulièrement visuelle. C'est simple, j'ai cru mourir lors de la description de la face morte de Hel, la fille de Loki. Beurk beurk beurk ! Si vous voulez du détail, la plume de l'auteure en regorge... de quoi vous faire frissonner des pieds à la tête. Parce qu'Everworld, ça n'a rien de gentillet, franchement. Je peine à trouver mes mots tellement ce livre est... un ovni !
Un ovni, certes, mais qui se lit tout de même vite : l'action n'a de cesse de se renouveler, de nouveaux personnages font régulièrement leur apparation et quand on espère souffler cinq minutes... L'auteure attise les braises !
Même si elle est relativement embrouillée, cette chronique aura eu le mérite de me faire comprendre une chose : la suite n'attends plus que moi !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
IreneAdler
  12 mars 2014
Quand les Vikings vont poutrer de l'Aztèque, le résultat est assez sympathique (si l'on veut. Et que l'on excepte le dieu dévoreur de coeurs) Mais cela résume bien l'ouvrage : conflits et rencontres entre mythologies et légendes du monde entier. Au milieu : 4 ados américains, qui sont à la fois là-bas et ici, entraînés malgré eux à la recherche d'une 5è, objet de bien des convoitises. Elle est la clé du passage entre les mondes et depuis qu'un méchant extraterrestre a debarqué, certains dieux aimeraient bien retourner dans l'ancien monde. Mais rien n'est simple, même pour des dieux (imaginez pour les autres, alors...)
C'est un monde peuplés de dieux et de légendes (les chevaliers de la Table Ronde, Merlin,....), vivant au Moyen Âge que découvrent David, Christopher, April et Jalil. Navigant entre leur monde ordonne et prévisible et Everworld, ils sont quelque peu démunis. Car Everworld est régi par la magie rendant inutile tout recours à la science mais aussi à la géographie.s'y déplacer revient à regarder une carte médiévale : pas de perspective, d'idée de distance... Sans cohérence.
Mais comme une solution ne débarque pas sur un plateau en dansant, ils prennent leur courage à deux mains et cherchent comment revenir définitivement (et sans mourir, merci) dans leur monde. Chacun d'entre eux va prendre en charge la narration ; mais au lieu d'avoir 4oints de vue sur les mêmes événements, le arrangeur change au cours de l'histoire. L'intrigue se poursuit sans interruption et permet de découvrir petit à petit chaque protagoniste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CyranoGirl
  14 juillet 2019
Comment dire ?
J'ai été regarder les autres critiques afin de savoir si ce n'était que moi ou si le sentiment que j'ai était partagé… Visiblement, je suis la seule sur Babelio à ne pas avoir aimé cette histoire. Mais vraiment pas aimé. Je n'ai même pas fini le livre, tant cette histoire n'apporte rien.
En le commençant, je savais très bien qu'il s'agissait d'un roman pour adolescents. Ce n'était pas grave, à mes yeux, comme je savais que je pouvais apprécier des livres pour enfants, ados, tous âges confondus… Il s'agit ici d'une grosse exception.
C'est l'histoire de quatre adolescents qui partent à la recherche de Senna, leur camarade, et qui se font happer dans un monde inconnu : le monde d'Everworld. Dans ce monde, les Anciens Dieux (qui ont, dans le passé, abandonné notre monde) sont nombreux : Loki, Hel, Ka Anor, Nidhoggr, Thor, Odin et j'en passe.
L'idée aurait pu être bonne, si ça ne donnait pas un résultat aussi « fouillis ». En effet, se retrouver dans un monde fantastique dans lequel toutes les époques et les cultures se confondent, ce n'est pas très agréable pour le lecteur (enfin, vu les critiques positives sur Babelio, ça doit dépendre des lecteurs). le lecteur ne s'y retrouve pas. Il a beau vouloir apprécier et suivre les aventures de David, Christophe, April et Jalil, ce n'est clairement pas possible.
Parlons des personnages à présent. On a beau savoir que ce sont des adolescents, ils ne se comportent pas vraiment comme tel. Il n'y a pas spécialement de cohérence dans leur comportement ni dans leurs dialogues. Certains dialogues sont clichés, d'autres sont tout bonnement inutiles et je n'ai pas réussi à trouver un rythme dans l'histoire. Tout part dans tous les sens.
J'ai vraiment essayé de le lire jusqu'au bout… Ce n'aurait pas dû être compliqué, comme la police de caractères est énorme. Au bout d'un moment, malheureusement, il faut s'avouer vaincu et ne pas insister. Comme a dit Daniel Pennac : le lecteur a « le droit de ne pas finir un livre ».
Pour résumer : je l'aurais peut-être aimé étant jeune. Mais j'ai connu tellement de très bons livres depuis ma jeunesse que je ne peux plus lire un roman tel que Everworld. L'incohérence et le côté brouillon m'ont tout de suite agressée et dégoûtée. Les trois tomes vont donc partir à une boîte à livres. Peut-être que quelqu'un d'autre les trouvera et saura dévorer ce que je n'ai pas pu apprécier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Minimouthlit
  12 février 2019
J'ai découvert cette saga à la bibliothèque lorsque j'étais encore toute jeune. D'ailleurs, j'étais tombée, à l'époque, sur les toutes premières versions Folio Junior de la série qui sont indisponibles aujourd'hui. Eh oui, tout le monde connaît les trois grosses intégrales d'Everworld que Gallimard Jeunesse a publié par la suite, mais moi, j'ai véritablement commencé par LA BASE ! Je suis une vraie de vraie en quelque sorte ! D'ailleurs, j'aimerais énormément retomber sur ces versions poches pour les avoir dans ma bibliothèque : c'est dire !
Mais bref, revenons plutôt à Everworld et à tout ce qui rend cette saga exceptionnelle. Pour apprécier Everworld, il faut être prêt à rentrer dans un monde complètement sens dessus dessous et qui ne répond à aucune logique. Everworld est un univers qui a été créé à la va-vite par les dieux de toutes les mythologies du monde, lorsque, paniqués, ils se sont rendu compte que les humains commençaient à ne plus croire en eux. Comme il était hors de question pour eux de tomber dans l'oubli, ils ont alors décidé de prendre quelques fidèles avec eux et de tout recommencer à zéro, ailleurs. Mais voilà, il faut maintenant que tous ces dieux réussissent à cohabiter ensemble. Je vous laisse, dès lors, imaginer les querelles et les guerres de territoire qui dominent le monde d'Everworld, surtout lorsqu'un dieu extraterrestre, inconnu au bataillon, débarque et se met en plus à manger les autres dieux. Il s'agit de Ka Anor, le Dévoreur de dieux de son petit nom. Bref, je vous l'avais dit : à première vue, on dirait du grand n'importe quoi. Bref, BAE comme diraient les personnages : Bienvenue À Everworld !
Alors oui, on débarque dans ce grand foutoir, mais qui finalement, réussit à nous convaincre très rapidement. Les actions s'enchaînent, nous entraînant d'univers en univers, de mythologie en mythologie. On est, très vite, happés par ce scénario qui bouge tout le temps et nous maintient sans cesse en haleine. Everworld, c'est tout simplement la saga d'aventure par excellence. de plus, K.A. Applegate est parvenue à habilement mélanger plein de styles dans cette saga : on passe de l'action, à l'horreur pure ou encore à l'humour en à peine quelques pages et avec une facilité déconcertante. D'ailleurs, c'est sans doute cette palette de styles différents qui s'emboîtent si bien les uns dans les autres qui permet au lecteur de s'enfiler d'une traite les 2500 pages de cette saga sans jamais s'ennuyer.
Mais surtout, la grande force de K.A. Applegate réside dans sa capacité à créer des personnages plus vrais que nature. La saga est divisée en douze tomes, chacun raconté par un des quatre protagonistes. En donnant la parole tour à tour à ses personnages, K.A. Applegate nous permet de faire véritablement connaissance avec eux et de découvrir toutes leurs qualités, leurs faiblesses ou encore leurs peurs. En réalité, on finit par les connaître par coeur. Ainsi, certaines de leurs paroles ou actions finissent même par nous sembler totalement prévisibles tellement on les connaît et tellement ils restent fidèles à eux-mêmes tout au long de la saga. Croyez-moi : vous aurez vraiment l'impression de vivre cette aventure aux côtés de quatre amis que vous connaissez depuis toujours ! Ça a été le cas pour moi et, à chaque fois que je termine cette saga, j'ai l'impression de dire au revoir à des potes.
Alors, je n'ai plus qu'une chose à vous dire, laissez-vous tenter par cette aventure complètement improbable ! Et surtout, BAE : Bienvenue À Everworld, le pays d'où l'on ne revient pas.
Lien : https://minimouthlit.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TeaSpoonTeaSpoon   22 décembre 2013
Quand l'un de nous s'endormait dans Everworld, il se réveillait dans son ancienne vie, dans son ancien corps. avec dans la tête deux mémoires distinctes: d'une part les souvenirs d'une journée ordinaire et monotone, partagée entre le lycée et la maison. Et d'autre part les souvenirs beaucoup moins ennuyeux de ce que nous avions vécu à Everworld.
C'était comme si mon moi réel, normal, celui qui n'avait pas attaqué les Aztèques avec des épées vikings, c'était comme si ce moi subissait de temps en temps une petite mise à jour. Et inversement. Comme si je, nous, les deux Christopher se branchaient par intermittence sur CNN pour savoir ce qui était arrivé à leur double.
"Oh, intéressant, je vois que tu as obtenu un B plus à ton devoir de chimie.
Oh, intéressant, je vois qu'on va bientôt t'arracher le coeur pour le jeter en pâture à Huitzilopochtli.
Eh bien, merci pour cette information et bonne chance pour ton rencard de samedi soir!
Merci et bonne chance à toi, j'espère que tu arriveras à t'échapper avant d'être dévoré par les cannibales. A plus!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TeaSpoonTeaSpoon   21 décembre 2013
Je remontais la plage. Mes pieds foulaient le sable chaud et s'enfonçaient à chaque pas. Le sable m'aspirait. Il essayait de m'arrêter, de me retenir dans ma course suicidaire.
Mais tout autour de moi, ce n'était que folie. Des hommes livrés à la rage frénétique du combat. Avides de tuer. Assoiffés de sang qui imprégnerait le sable. Pas le leur, bien sûr, en effet quel imbécile s'est jamais lancé dans la bataille en se disant que c'est lui qui allait mourir? Le film qui se joue dans votre tête vous montre sous les traits d'un héros pourfendant bravement les méchants. Vous ne gardez que la hardiesse et occultez la vision de vos intestins répandus au soleil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SioSio   18 décembre 2012
-- Eh bien, quand quelqu'un réussira à rouler Ka-Anor, non seulement les poules auront des dents, mais en plus elles en profiteront pour parler anglais, jouer au badminton le samedi soir et muscler leur QI en débattant de l'utilisation du rouge dans la peinture post-structuraliste de l'Europe de l'Est entre 1923 et 1925.
Commenter  J’apprécie          140
JessicAlisterJessicAlister   05 décembre 2016
Fais pas ci, fais pas ça. Parce que sur le long chemin d'ennui que sera ta vie, sur ce chemin tracé d'avance qui te mènera du berceau à la maternelle, puis à l'école primaire, à l'université, à l'entreprise, à la maison de retraite en Floride et à la tombe où tu te décomposeras lentement pour l'éternité, il ne devra y avoir sur ce chemin que des pensées positives, une alimentation équilibrée et des chansons d'amour débiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
naramayanaramaya   09 février 2014
"Je vous l'avait bien dit. Je le sentais venir. Ça ne pouvait pas rater. Tôt ou tard, il fallait que les farfadets entrent en scène."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Katherine A. Applegate (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine A. Applegate
Katherine Applegate: 2013 National Book Festival
autres livres classés : mythologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1382 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..