AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre-Yves Mocquais (Éditeur scientifique)
ISBN : 2894061331
Éditeur : Bibliothèque Québécoise (02/02/1998)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Entre la Norvège et Montréal, un couple se défait. Un roman sur la cruauté et sur l'incommunicabilité entre les hommes et les femmes.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sachenka
  06 juin 2015
Neige noire est, apparemment, le chef d'oeuvre et l'aboutissement de la carrière d'Hubert Aquin, ce grand auteur, cinéaste et intellectuel québécois. Cette lecture m'a quelque peu dérouté. Je dirais que ce roman est davantage une expérience. L'auteur a voulu mélanger les arts, incorporant à son oeuvre des éléments du théâtre et du cinéma. Oui, oui, du cinéma. En plus de présenter les dialogues à la manière des scripts, il a inséré des indications quant au point de vue à partir duquel le lecteur doit visualiser l'histoire. Par exemple : « Salle à manger à l'hôtel Arctic à Ny Alesund. Gros plan de Nicolas, le regard fixe, les traits figés. Contrechamp : Sylvie avale une gorgée de vin. »
À d'autres endroits, il nous propose un travelling, un fondu enchainé, des plans multiples et un tas d'indications techniques. Bref, beaucoup d'expérimentation. Un peu normal quand on pense que, vers la même époque, OULIPO gagnait en popularité de l'autre côté de l'Atlantique. Je tiens à annoncer tout de go que je n'ai pas aimé les oeuvres qui se réclamaient de ce « mouvement » alors, évidemment, ma lecture de Neige noire en a été teintée.
Ce roman est très original mais je ne suis pas certain d'avoir vraiment accroché. D'autant plus que l'histoire en elle-même ne m'a pas particulièrement plu. Deux artistes, le scénariste Nicolas et l'actrice Sylvie, quittent emplois et Montréal le temps d'un séjour en Norvège. Ils s'intéressent à l'histoire d'Hamlet et de Fortimbras (occasion pour l'auteur de faire valoir son érudition ?). Là-bas, ils se marient mais le voyage de noces est de courte durée car Sylvie meurt, (se suicide ?) et Nicolas trouve le réconfort dans les bras d'Ève. Il surmontera toute cette épreuve en couchant sur papier et en montant cette histoire sur la scène avec l'aide d'amis acteurs.
Malheureusement, je ne m'y suis jamais attaché, à ces personnages. J'y ai à peine cru. Nicolas et Sylvie et leurs amis me semblaient froids, inintéressants. Ajoutez à cela une écriture minimaliste, toute aussi froide (des indications scéniques sont à des années-lumière de riches descriptions). À plusieurs moments, je perdais concentration pendant ma lecture et je devais retourner quelques pages en arrière pour comprendre.
Une petite déception. Mais je me dis que j'ai sans doute lu Neige noire trop tôt et que, dans une dizaine d'années, j'y découvrirais un sens qui m'était resté caché. J'ose espérer…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Madame_lit
  31 août 2017
L'histoire met en scène deux artistes, Nicolas le scénariste et Sylvie l'actrice. Ces derniers quittent emplois et Montréal afin de se rendre en Norvège. Ils ont à coeur l'histoire d'Hamlet et de Fortimbras. Dans le pays nordique, ils se marient mais le voyage de noces s'avère très court car Sylvie meurt ou se suicide et Nicolas se réconforte dans les bras d'une autre femme, Èva. Ce dernier abordera la mort de sa femme en écrivant leur histoire et en la montant sur scène avec des amis acteurs.
Ce livre regorge de références littéraires et il est mentionné sur la quatrième de couverture que le tout est construit sur fond de palimpseste de Hamlet et d'Ulysse.  
Dans ce dernier, c'est l'écriture d'Aquin qui vient me happer en raison du discours amoureux qui apparaît indissociable du temps…
Le temps est le secret même de la subjectivité et si on doit se référer à un voyage pour le capter avec plus d'acuité, il faut invoquer le voyage intérieur. Quand on objective le temps, c'est qu'on parle du temps des autres et, par conséquent, de l'espace qui nous sépare des autres. En amour, si on réduit soit cet espace, il n'en figure pas moins l'infranchissable frontière entre deux êtres. le temps intérieur de l'autre ne peut être perçu au plus fort de l'extase, que comme l'espace irréductible qui sépare deux amants, les confine à des caresses superficielles et leur interdit la vraie fusion! (p. 194)
Une lecture pour amener le lecteur ailleurs…où Éros sépare peut-être l'amour…
L'amour, si délibérément intrusif soit-il, se ramène à une approximation vélaire de l'autre, à une croisière désespérante sur le toit d'une mer qu'on ne peut jamais percer. (p. 195)
https://madamelit.me/2017/08/30/madame-lit-une-ecrivaine-ou-un-ecrivain-par-mois-aout-2017-hubert-aquin/
Lien : https://madamelit.me/2017/08..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Madame_litMadame_lit   31 août 2017
Le temps est le secret même de la subjectivité et si on doit se référer à un voyage pour le capter avec plus d’acuité, il faut invoquer le voyage intérieur. Quand on objective le temps, c’est qu’on parle du temps des autres et, par conséquent, de l’espace qui nous sépare des autres. En amour, si on réduit soit cet espace, il n’en figure pas moins l’infranchissable frontière entre deux êtres. Le temps intérieur de l’autre ne peut être perçu au plus fort de l’extase, que comme l’espace irréductible qui sépare deux amants, les confine à des caresses superficielles et leur interdit la vraie fusion!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SachenkaSachenka   02 juin 2015
Les désignations de la réalité n'ajoutent rien à la réalité, sinon un masque nominal...
Commenter  J’apprécie          190
jay2_3jay2_3   09 juillet 2014
Les baisers qu'on donne, les caresses esquissées, cette préhension tactile si peu organisée et si sauvage ne font que rendre plus angoissantes la fuite du temps, car la main qui court sur une cuisse aura bientôt fini sa course et les lèvres unies dans un baiser finiront bientôt de s'entre-palper. Comme dans la musique, il n'y a jamais de reprise identique; quand les corps s'unissent à nouveau, la mémoire des étreintes qui ont précédé est anéantie par l'émotion nouvelle. Tout reprend parce que tout finit; et cette mélodie qui ne se ressemble jamais tout à fait nous rapproche d'une étreinte finale qui abolit tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Madame_litMadame_lit   31 août 2017
L’amour, si délibérément intrusif soit-il, se ramène à une approximation vélaire de l’autre, à une croisière désespérante sur le toit d’une mer qu’on ne peut jamais percer.
Commenter  J’apprécie          20
SBysSBys   05 août 2014
Peut-être; mais peut-être aussi que je cherche plus simplement à vous faire parler de n'importe quoi pour que la nuit passe inaperçue.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Hubert Aquin (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert Aquin

Pénélope Boucher, "Représentation de l’espace mélancolique dans Neige noire d’Hubert Aquin"
Pénélope Boucher (Université d'Ottawa), « Représentation de l'espace mélancolique dans 'Neige noire' d'Hubert Aquin », dans le cadre de la journée d'étude L'EXIL EN SITUATION...
autres livres classés : mise en abîmeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5091 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre