AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070367827
Éditeur : Gallimard (06/10/1972)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 145 notes)
Résumé :
Ce livre est né d'un sentiment inédit du paysage parisien.
Comme un paysan ouvrant à tout de grands yeux, le poète nous apprend à voir d'un regard neuf les passagers, les boutiques des coiffeurs à bustes de cire, les bains, les immeubles les plus ordinaires, les affiches, les extraits de journaux, semblables aux collages des peintres. Deux morceaux célèbres du livre, Le Passage de l'Opéra et Le Sentiment de la nature aux Buttes-Chaumont donnent l'éveil à " la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
chartel
  01 février 2014
J'ai découvert Aragon à travers ce "Paysan de Paris" et j'ai été subjugué par cette oeuvre totalement originale, ni roman, ni poésie, mais plutôt balade urbaine et onirique dans le Paris des années 1920. Précédant Roland Barthes, Aragon nous expose sa mythologie moderne par une description minutieuse du passage de l'Opéra, avant que ce dernier ne soit voué à disparaître. Il s'applique à en détailler toutes ses boutiques, tous ses recoins sordides ou merveilleux, toute sa faune hétéroclite et anonyme, du café au salon de coiffure, d'une salle de spectacle miteuse à un bordel masqué en centre de massage. Cela pourrait paraître lourd à la longue, mais la poésie d'Aragon y fait merveille. Ce « paysan » qui nous mène dans ces dédales de la capitale nous dépayse véritablement. Aragon nous offre aussi sa vision du surréalisme, et on ressent bien à la lecture que cette oeuvre a été rédigée sans véritable construction préalable, tout semble s'enchaîner comme une chute de dominos, une idée en amenant une autre, comme si Aragon se laissait emporter par les vagues de son imagination. Il n'y a qu'à la toute fin que sa verve alourdit un peu notre estomac, lorsqu'il nous emberlificote un peu avec des propos métaphysiques vraiment obscurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Miette-de-Pomme
  12 août 2016
Aragon, le poète des choses. C'est bien la force de la parole poétique d'Aragon qui est révélée dans "Le paysan de Paris". Il nous transporte dans le paysage parisien, des passages pleins de boutiques et de filles de joies aux Buttes-Chaumont, en passant par des bars et des extraits de journaux. Non, il n'y a pas d'intrigue, encore moins d'histoire; il n'y a que le regard du poète et les choses, le réel, et la plume du poète pour faire la liaison.
Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ce poème de Rilke, "Ich fürchte mich so vor des Menschen Wort" ("Je me méfie tant des mots des hommes"). Dans ce poème, Rilke dénonce le désenchantement du monde par les mots, car ces derniers nous font croire que nous possédons le réel, que nous le maîtrisons, ils rendent les choses banales alors que rien n'est banales, ils brisent le chant des choses et la force questionnante des choses. Ainsi:
"Aucune montagne n'est plus merveilleuse pour eux;
Leur jardin et leur bien sont proches de Dieu
[...]
J'aime tant entendre chanter les choses.
Vous les touchez; elles sont rigides et muettes.
Vous me tuez toutes les choses"
Et c'est vrai; après tout, un chien est un être étonnante, mais parce qu'on le nomme chien, il n'a plus rien d'extraordinaire pour nous. le rôle du poète n'est-il pas alors de réintroduire le merveilleux dans le réel? C'est ce que je pense, et c'est ce que fait Aragon dans "Le paysan de Paris". Voici le passage qu illustre le mieux à mon avis cette réintroduction de l'extraordinaire dans l'ordinaire:
"Bizarre attrait de ces dispositions arbitraires: voilà quelqu'un qui traverse la rue, et l'espace autour de lui est solide, et il y a un piano sur le trottoir, et des voitures assises sous les cochers [j'aime particulièrement cette expression]. Inégalité des tailles des passants, inégalités d'humeur de la matière, tout change suivant des lois de divergence, et je m'étonne grandement de l'imagination de Dieu".
D'ailleurs, vers le fin de l'ouvrage, Aragon écrit explicitement que les Hommes ont perdu de vue le merveilleux des choses. Enfin, il parle plus précisément du fait que nous ne voyons plus aujourd'hui la force des symboles; en fait, nous ne les voyons plus les symboles du tout. Là encore, je pense à Baudelaire qui disait que "La nature est une forêt de symboles" là où Galilée écrivait "La nature est un grand livre écrit en langage mathématique", et aujourd'hui nous vivons selon la phrase de Galilée, non plus selon celle de Baudelaire. Mais je m'égards, et voici donc les phrases d'Aragon qui résument si bien la rationalisation du monde, la perte du magique par les mots.
"Les hommes vivent les yeux fermés au milieu des précipices magiques. Ils manient innocemment des symboles noirs, leurs lèvres ignorantes répètent sans le savoir des incantations terribles, des formules pareils à des revolvers".
Le poète est capable de voir ces revolvers, et c'est pourquoi il cherche à utiliser les mots autrement pour dire le réel autrement. En fait, il y a une musicalité qui est redonnée aux choses. Sans doute cet ouvrage est-il comme un grand orchestre. Il y a ce passage très rythmé qui me revient pour illustrer la musicalité:
"La femme est dans le feu, dans le fort, dans le faible, la femme est dans le fond des flots, dans la fuite des feuilles, dans la feinte solaire où comme un voyageur sans guide et sans cheval j'égare ma fatigue en une féerie sans fin".
Magnifique, n'est-ce pas? On sent la fibre surréaliste dans sa plume. Et en effet, l'oeuvre est amplement marqué par le lien qu'a entretenu Aragon avec le surréalisme (il est d'ailleurs question d'André Breton, qui l'accompagne aux Buttes Chaumont). Je crois avoir senti une critique du surréalisme qui perd de vue le sens; Aragon tente de montrer qu'on peut être dans le rêve sans perdre le sens et sans perdre son lecteur, et ce, en restant accroché au concret, c'est-à-dire, je pense, au réel dans ce qu'il a d'extraordinaire. D'ailleurs, les toutes dernières pages prennent la forme d'une sorte de manifeste pour la poésie (car il s'agit de poésie, comme toujours!):
"C'est à la poésie que tend l'homme.
Il n'y a de connaissance que du particulier
Il n'y a de poésie que du concret.
La folie est la prédominance de l'abstrait et du général sur le concret et la poésie"
A cela s'ajoute d'ailleurs une défense du surréalisme dans sa capacité à évoquer des images, et donc à déformer le réel pour le rendre plus vrai peut-être (et paradoxalement). J'en parle parce que les lignes qui le défendent explicitement sont particulièrement fortes par rapport à notre actualité :
"Le vice appelé Surréalisme est l'emploi déréglé et passionnel du stupéfiant image, ou plutôt de la provocation sans contrôle de l'image pour elle-même et pour ce qu'elle entraîne dans le domaine de la représentation de perturbations imprévisibles et de métamorphoses: car chaque image à chaque coup vous force à réviser tout l'Univers. [...] Bientôt, demain, l'obscur désir de sécurité qui unit entre eux les hommes leur dictera des lois sauvages, prohibitrices. Les propagateurs de surréalismes seront roués et pendus, les buveurs d'images seront enfermés dans des chambres de miroirs. Alors les surréalistes persécutés trafiqueront à l'abri des cafés chantants leurs contagions d'images. [...] le droit des individus à disposer d'eux-mêmes une fois de plus sera restreint et contesté. le danger public sera invoqué, l'intérêt général, la conversation de l'humanité toute entière. [...]".
Donc il ne s'agit pas seulement de chanter les choses, mais de défendre l'acte poétique en lui-même, car il est sans cesse menacé par la société qui se sent menacée par la fertilité créatrice du poète et des choses. Plus qu'une aventure musicale et poétique dans les rues de Paris, le paysan de Paris apparait donc comme un acte de résistance, un cri coloré qui appelle le lecteur à changer son regard sur le monde et à affirmer sa béatitude face au réel.
Lien : http://miettedepomme.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cicou45
  06 juin 2011
Au cours des années '20, une jeune homme de 29 ans, représentation de l'auteur lui-même, déambule dans les rues de Paris. Un Paris qu'il connait par coeur mais qu'il découvre avec des yeux nouveaux, celui du poète surréaliste. Il nous entraîne donc dans d'innombrables descriptions dont certaines concernent des monuments historiques qui ont leur importance dans ce Paris du début du XX ème siècle, telle la description de l'opéra, mais d'autres qui sont beaucoup plus anodines comme celles d'un coiffeur, d'un tailleur ou encore des bains...
L'auteur interrompt sans cesse ses descriptions pour nous faire lire la reproduction d'une affiche, d'une carte de restaurant ou encore pour nous apporter des réflexions sur la vie, l'amour...
Vu que c'était le premier ouvrage que je découvrais issu du mouvement surréaliste, j'ai eu un peu de mal avec cet ouvrage, non pas avec l'écriture d'Aragon en elle-même mais plus en raison de ses récurrentes élucubrations. Aragon étant néanmoins considéré comme l'une des plus grandes figures de ce mouvement et, étant curieuse de nature, je ne regrette cependant pas d'avoir lu cet ouvrage qui m'a quand même beaucoup appris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AV
  10 juillet 2012
Avec le Paysan de Paris, Aragon plonge son lecteur dans un espace urbain typique : les passages couverts. C'est l'endroit idéal pour côtoyer un monde désuet, qui correspond de moins en moins à la modernité de ce début de 20ème siècle et son capitalisme en marche. Grâce aux passages, c'est la dimension de « mythologie moderne » qui est évoquée, ou comment réintroduire une sorte de spirituel dans un monde artificiel (l'expérience sera tirée jusqu'aux Buttes-Chaumont, autre type de construction de l'homme). On accompagne alors dans ses rêveries l'auteur devenu flâneur, sensible à tous les détails extérieurs aussi insignifiants soient-ils mais pouvant déclencher chez lui des moments d'imaginaire (pour ne pas dire d'hallucination) libéré du moindre code ou conformisme. On assiste donc dans ce livre à la réappropriation du réel chère aux surréalistes, de manière cependant plus légère voire drôle que chez un Breton.
Commenter  J’apprécie          72
Aliceinwonderland
  02 septembre 2013
Pour être franche, il m'a fallu 3 lectures attentives avant de bien saisir l'ampleur de cet ouvrage. Au début, je n'ai rien compris... mais alors rien, je ne voyais pas où il voulait en venir.
Puis, je l'ai lu avec une critique à côté et là, j'ai tété transporté par l'onirisme et la balade au coeur des rues de Paris... C'est une véritable mythologie du XXème siècle...
Comme quoi, on peut passer de "je n'y comprend rien" à "j'adoooore"!!!
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
NeljaNelja   30 décembre 2014
Les hommes vivent les yeux fermés au milieu des précipices magiques. Ils manient innocemment des symboles noirs, leurs lèvres ignorantes répètent sans le savoir des incantations terribles, des formules pareilles à des revolvers. Il y a de quoi frémir à voir une famille bourgeoise qui repnd son café au lait du matin, sans remarquer l'inconnaissable qui transparait dans les carreaux rouges et blancs de la nappe. Je ne parlerai pas de l'usage inconsidéré des miroirs, des signes obscènes dessinés sur les murs, de la lettre W aujourd'hui employée sans méfiance, des chansons de café-concert qu'on retient sans en connaître les paroles, des langues étrangères introduites dans la vie courante sans la moindre enquête préalable sur leur démonialité, des vocables obscurs évocateurs pris pour des appels téléphoniques, et l'alphabet Morse, dont le nom seul devrait donner à réfléchir. Après cela, comment les hommes prendraient-ils conscience des enchantements ? Ce passant qu'ils bousculent, n'avez-vous rien remarqué ? c'est une statue de pierre en marche, cet autre est une girafe changée en bookmaker, et celui-ci, au celui-ci chut : c'est un amoureux. Voyez comme il marche, avec toutes les pierres des frondes cinglant son front, avec les aiguillées d'hirondelles à son chapeau, avec la brise des vallées heureuses autour du cou, à la bouche l'oeillet de la morsure, il est habillé de velours blanc, aussi vrai que je suis au monde, et dans les viviers suburbains s'il se penche à leur surface, les poissons deviennent des couteaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
brigetounbrigetoun   25 octobre 2010
Parmi les forces naturelles, il en est une, de laquelle le pouvoir reconnu de tout temps reste en tout temps mystérieux, et tout mêlé à l'homme : c'est la nuit. Cette grande illusion noire suit la mode, et les variations sensibles de ses esclaves. La nuit de nos villes ne ressemble plus à cette clameur des chiens des ténèbres latines, ni à la chauve-souris du Moyen-Âge, ni à cette image des douleurs qui est la nuit de la Renaissance. C'est un monstre immense de tête, percé mille fois de couteaux. Le sang de la nuit moderne est une lumière chantante. Des tatouages, elle porte des tatouages mobiles sur son sein, la nuit. Elle a des bigoudis d'étincelles, et là où les fumées finissent de mourir, des hommes sont montés sur des astres glissants. La nuit a des sifflets et des lacs de lueurs. Elle pend comme un fruit au littoral terrestre, comme un quartier de boeuf au poing d'or des cités. Ce cadavre palpitant a dénoué sa chevelure sur le monde, et dans ce faisceau, le dernier, le fantôme incertain des libertés se réfugie, épuise au bord des rues éclairées par le sens social son désir insensé de plein air et de péril. Ainsi dans les jardins publics, le plus compact de l'ombre se confond avec une sorte de baiser désespéré de l'amour et de la révolte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
wellibus2wellibus2   14 octobre 2014
.....Tout un art de panoplie dans l'espace est ici développé ; les cannes inférieures forment des éventails, les cannes supérieures s'entrecroisant en X penchent vers les regards, par l'effet d'un singulier tropisme, leur floraison de pommeaux : roses d'ivoire, têtes de chiens aux yeux lapidaires, demi-obscurité damasquinées du Tolède, niellés de petits feuillages sentimentaux, chats, femmes, becs crochus, matières innombrables du jonc tordu à la corne de rhinocéros en passant par le charme blond des cornalines.
(p58)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
wellibus2wellibus2   15 octobre 2014
.....A voir s'entrecroiser au-delà de leur vitre les pas du mystère et du putanisme, que vont-ils chercher au fond de leur esprit, ces sédentaires mordus par l'âge et l'oisiveté du cœur ?
(p56)
Commenter  J’apprécie          140
brigetounbrigetoun   26 octobre 2010
Il y a un jardin qui est un diseur de bonne aventure, un autre est marchand de tapis. Je connais leurs professions à tous : chanteur des rues, peseur d'or, voleur de prairies, seigneur pillard, pilote aux Sargasses, toi marin d'eau douce, toi avaleur de feu, et toi, toi, toi, colporteurs de baisers, tous charlatans et astrologues, les mains chargées de faux présents, images de la folie humaine, jardins de mousse et de mica. Ils reflètent fidèlement les vastes contrées sentimentales où se meuvent les vastes contrées sentimentales où se meuvent les rêves sauvages des citadins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Louis Aragon (114) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Aragon
Retrouvez le nouveau roman d'Alexandra Lapierre : "Avec toute ma colère" dès à présent en librairie.
À elles deux, Maud et Nancy Cunard incarnèrent toutes les modes, les idées et les forces contraires de la première partie du XXe siècle. Héritières de fortunes colossales, séductrices, audacieuses, cultivées et libres jusqu?à fréquenter les chemins de tous les excès, elles choisirent d?être le négatif l?une de l?autre. Si Lady Maud Cunard fut une grande mécène de la musique anglaise, attirant dans son salon le Tout-Londres de l?entre-deux-guerres, sa fille, Nancy, dont la beauté fascina les plus grands photographes et qui partagea la vie d?Aragon, s?engagea dans la lutte contre le racisme et couvrit la guerre d?Espagne aux côtés des Républicains. Ces deux figures d?exception s?affrontèrent dans un duel à mort, un conflit mère-fille à la fois banal et tragique, qu?elles poussèrent à son paroxysme, jusqu?à en faire le stéréotype du carnage familial. Mais qui fut la coupable ? Qui fut l?innocente ? Célèbre pour ses biographies de femmes oubliées, Alexandra Lapierre nous offre ici un huis-clos psychologique d?une subtile et redoutable violence. Elle met l?intensité de son écriture au service d?une enquête passionnante et d?un drame d?une étrange actualité.
En savoir plus sur l'ouvrage : https://bit.ly/2Fe1p2C
+ Lire la suite
autres livres classés : surréalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Aragon (difficulté moyenne)

Aragon a été journaliste dans un de ces journaux. Lequel ?

Minute
Le Figaro
Libération
L'Humanité

10 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Louis AragonCréer un quiz sur ce livre
. .