AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1503933903
Éditeur : Amazon Publishing (22/03/2016)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Tiraillé entre ses idéaux et son quotidien désabusé de cadre parisien, Bastien ne se sent pas vivre – il vivote. Et la situation ne fait qu’empirer lorsque sa grand-mère, Yvonne, est hospitalisée pour un malaise qui se change bien vite en dépression. Bastien ne sait que faire pour aider celle qu’il aime tant, lui qui n’arrive déjà pas à gérer sa propre vie. Pourtant, au bout de ce qui semble être une impasse, Bastien reprend espoir : il découvre une correspondance e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Chrichrilecture
  23 janvier 2020
Une histoire addictive
Une très belle histoire très bien écrite On sent tellement le vécu a travers les personnages que l'on a l'impression de lire un témoignage les personnages sont touchant et émouvant un roman a lire pour tous les lecteurs une histoire qui fait réfléchir sur la vie en général J'espère qu'il y aura une suite car la vie de Bastien continue
Commenter  J’apprécie          250
SLGDesYeuxPourLire
  28 juin 2016
La simplicité des nuages fait partie de ces romans au ton moderne, dont le texte résonne de justesse. On s'y plonge facilement et l'on regretterait presque d'en avoir déjà terminé la lecture tant elle est bienfaisante.
Je viens donc de découvrir l'univers de Julien Aranda, où s'entremêlent joliment une écriture poétique et une histoire touchante, dans laquelle l'auteur nous amène à nous recentrer sur l'essentiel. Il défend de belles valeurs de respect, respect des autres mais aussi de soi-même, de générosité, d'empathie, de bienveillance, valeurs souvent négligées par les temps qui courent… Son regard avisé sur notre société m'a beaucoup plu.
L'histoire que nous conte l'auteur est émouvante. On fait la connaissance de Bastien, un garçon qui peine à trouver son équilibre dans une vie peu conforme à ses envies, à ses convictions. Il subit plus qu'il n'agit. Sa grand-mère, inconsolable du décès de son mari, s'éteint lentement. Parce qu'il est malheureux de la savoir malheureuse, il va s'attacher à tenter de retrouver pour elle son amie d'enfance, pour rompre la solitude qui lui pèse et lui apporter un petit peu de bleu dans son ciel sombre. le lien solide entre le petit-fils et la grand-mère est tissé de tendresse. En allant à la recherche d'une petite étincelle pour sa grand-mère, Bastien va se dépasser et apprendre au passage beaucoup sur lui-même. L'auteur nous parle avec sincérité des liens entre les générations, de l'importance de les entretenir, et nous convainc s'il en était besoin que le temps passe vite et qu'il emporte avec lui ceux qui font de nous ce que nous sommes. Bastien nous entraîne avec lui sur l'île de Ré à la recherche d'Eugénie, on y rencontre des personnages intéressants dans un cadre idéal.
Au cours de ma lecture, j'ai relevé régulièrement de jolies phrases de l'auteur, lumineuses, fines, pleines de bon sens et d'espoir. Julien Aranda évoque des tranches de vie qui parlent au lecteur forcément... Tout est plausible, il n'y a pas d'exagération, de sorte que l'histoire pourrait s'apparenter à du vécu.
La simplicité des nuages… Une bien jolie formule qui conclut ce roman avec délicatesse.
Il va sans dire que je vais me procurer le premier roman de l'auteur sans plus tarder et rester très attentive à son actualité.
C'est à la Masse Critique Babelio que je dois cette belle découverte. Mille mercis émerveillés…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mosaique92
  01 janvier 2018
Quelqu'un m'a passé ce livre il y a pas mal de temps et il dormait paisiblement tout au fond de ma PAL. Il y a quelques jours ce ‘'quelqu'un'' m'a demandé si je l'avais lu… je l'ai donc ressorti et lu en vitesse. J'ai fait ma BA ou plutôt, pour coller à la réalité, j'ai bu la bouteille de ricin !!!
Comment décrire ce livre, mélange de littérature sentimentale, livre de développement personnel, chronique du capitalisme sauvage et de l'exploitation du tiers-monde, thèse sur la vie de bureau génératrice de burn-out… et j'oublie sûrement d'autres qualificatifs ?
Prenez des personnages sans aucun intérêt, ajoutez tous les clichés les plus éculés que vous pouvez trouver, mettez une pincée de situations très convenues et de dialogues qui ne brillent pas par leur originalité… agitez le tout et vous obtenez ‘'La simplicité des nuages''.
Bref, et vous l'aurez sans doute compris, je ne recommande pas du tout ce roman. Bien sûr, comme dit l'autre, ce n'est qu'un avis personnel donc forcément subjectif !
PS – J’ai mis une étoile parce que l’amour que ce grand dadais de 33 ans porte à sa maman et à sa grand-mère est croquignolet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
DucalmeLucette
  18 novembre 2016
Le résumé de ce roman me faisait très envie et présageait d'une belle histoire familiale truffée d'amour, et en effet, c'est tout à fait ce qu'il s'est produit.
C'est typiquement le genre de roman qui fait un bien fou au coeur, et je pense que vous ne me contredirez pas quand j'affirme qu'on en a terriblement besoin parfois, surtout en ces temps un peu... particuliers. Une petite dose d'humanité ne fait de mal à personne, n'est-ce pas ?
"(...) le rêve est la matière première de toute réalité."
"La simplicité des nuages", c'est un roman d'espoir, de redécouverte de soi, de bienveillance, d'altruisme, de solidarité et d'amour. Rien que ça, oui ! Alors effectivement, à la lecture, vous ne découvrirez aucune surprise, il n'est pas fait dans ce but. Et les personnes qui exècrent la sensibilité et l'émotion un peu chamallow n'apprécieront pas certains passages. Mais l'auteur met le doigt sur les dérives humaines, l'individualisation, la surconsommation, le manque de reconnaissance au travail, et le sentiment de solitude qui s'empare de plus en plus de gens de nos jours. Et je suis tellement en accord avec ce qu'il décrit... Il y a quelques années, j'ai tout quitté, j'ai arrêté de me morfondre dans un travail dans lequel je ne me reconnaissais pas. Un événement dramatique a tout précipité (je vous en ai parlé ici il y a quelques mois) et m'a ouvert les yeux, il m'a offert une nouvelle vie, celle dans laquelle j'ai trouvé davantage ma voie et dans laquelle je suis plus heureuse (même si cela peut paraître improbable étant donné que tout cela découle, au départ, d'un événement très douloureux). Je vous raconte cela parce que ce roman résonne en moi et je le pense, en beaucoup d'entre vous. J'imagine que de nombreuses personnes vivent des jours difficiles et ne sont pas heureuses dans leur vie actuelle, qu'elles doivent faire de grands efforts chaque matin pour aller rejoindre un travail qu'elles n'aiment pas ou plus. Et ce roman nous embarque dans ce renouveau tant attendu et dans la ré-humanisation de l'être.
"(...) les gens joyeux sont comme les glaces de l'Antarctique : plus l'humanité avance, moins il y en a."
Julien Aranda dénonce donc, mais il parsème aussi énormément d'espoir et d'amour. Son écriture est un peu conventionnelle dans les temps qu'il utilise parfois mais elle est bourrée de poésie. C'est un roman qui se lit très facilement, qui vous enveloppe, chapitre après chapitre, de chaleur et de solidarité. Et je crois que l'on a tous envie de vivre de tels moments. Les passages épistolaires m'ont beaucoup plu également, je trouve que c'est toujours un bon moyen de rythmer le récit.
"Il y a des moments dans une vie que l'on n'oublie jamais. de brefs instants pendant lesquels toute la magie du monde concentre son énergie en un lieu bien précis; autour d'un événement, d'une cause ou d'autre chose. Elle tisse sa toile dans l'ombre des choses visibles, dépose un baiser sucré sur nos lèvres, pénètre subtilement nos peaux perméables et remplit nos coeurs d'espérance; elle fait voler en éclats nos certitudes et nos préjugés."
L'histoire de ce petit-fils qui fait tout pour redonner le goût de vivre à sa grand-mère redonne foi en l'être humain. Dans une époque où la technologie prend le dessus sur l'altruisme, ce récit recentre sur ce qui doit constituer notre priorité, l'Autre et le vivre ensemble. Car aider et aimer son prochain donne un sens à notre propre vie.
"C'est en s'ouvrant aux autres que l'on trouve notre véritable place dans ce monde."
Alors même s'il donne dans l'émotion, celle-ci fait du bien. Et quand notre âme est un peu sombre, il nous envoie un peu de lumière. Alors, rien que pour cela, merci beaucoup Julien Aranda.
En refermant ce livre, nous nous souvenons que c'est dans la simplicité et l'humanité que nous pouvons vivre heureux, et qu'il appartient à tous de prendre son destin en main.

Lien : https://ducalmelucette.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Promenonsnousdansleslivres
  13 juin 2016
Ce que j'ai adoré dans ce roman c'est que l'auteur a mis en scène une société que l'on connait tous et des personnages à travers lesquels nous pouvons facilement nous identifier. Un jour Bastien décide de prendre des vacances afin de partir à la recherche de l'amie de sa grand-mère pour lui faire une surprise. le voici donc rendu à l'île de Ré où il va faire la rencontre de Laurent un serveur qui va l'aider dans ses recherches, et puis il va rencontrer la famille d' Eugénie. Ce périple va aller au-delà de ce qu'il cherchait à la base puisque grâce à ces rencontres il va prendre le temps de vivre, de réfléchir à ce qu'il aimerait faire pour ne plus subir son quotidien devenu inhumain et surtout de créer des liens, sympatiser...
L'auteur met en avant toute l'importance du passé et à travers son histoire critique notre société devenue inhumaine, dans laquelle on ne prend plus le temps de vivre, de faire des rencontres, de discuter, de profiter des bonheurs simples lorsqu'ils se présentent. L'histoire est aussi belle que bouleversante, la plume de Julien Aranda m'a fait penser à celle de David Foenkinos, un style simple, léger mais qui sait nous transmettre des messages importants, tout simplement j'ai adoré !

Lien : http://promenonsnousdanslesl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   23 janvier 2020
Nos existences et les livres se confondent dans la mesure où ces derniers sont les témoins de notre passage dans ce monde. Les livres sont la vie ; car la vie est précisément racontée dans les livres.
Commenter  J’apprécie          120
ChrichrilectureChrichrilecture   22 janvier 2020
Ne t'en fait pas, mon ami, la vie est comme une liste de course: quand on est jeune, celle ci est très remplie; et puis à force de prendre des gifles et de rayer les choses, on finit toujours par trouver ce qui est bon pour nous.
Commenter  J’apprécie          150
ChrichrilectureChrichrilecture   21 janvier 2020
Les cadres travaillaient tard le soir et ne voyaient plus leurs enfants, ils se rachetaient une conscience en leurs offrant des tas de jouets inutiles, aggravant chez eux le sentiment d'insatisfaction chronique. Car le matériel n'a jamais remplacé l'amour, contrairement à ce que la publicité veut bien nous faire croire
Commenter  J’apprécie          130
ChrichrilectureChrichrilecture   19 janvier 2020
En résumé, nous devions réaliser en un mois un travail qui en aurait nécessité au moins six, la faute à ce leitmotiv libéral qui s'imposait pourtant dans les entreprises: Faire toujours plus avec toujours moins. Nous arrivions tôt le matin, aux alentours de sept heures, et nous repartons tard le soir, vers vingt deux heures; et cela sans qu'aucune révolte ne gronde car, en tant que cadres, nous étions corvéables à merci ; comme le marché du travail était saturé de demandes et asséché d'offres, nous n'avions pas le choix, il nous fallait courber l'échine et surtout ne jamais la ramener.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ChrichrilectureChrichrilecture   15 janvier 2020
Les hôpitaux m'ont toujours profondément ennuyeux, avec leurs dédales de corridors qui s'étendent sur des kilomètres. On emprunte une voie, on se trompe, on revient en arrière, on s'énerve, on ne trouve pas le chemin, on demande, on redemande, on se trompe a nouveau ;ça ressemble a la vie, au fond, et c'est sans doute pour cela que c'est très angoissant.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Julien Aranda (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Aranda
L'histoire :
Quand on a 10 ans, pas de papa mais une mère amoureuse de Shakespeare et que l'on s'attend à voir débarquer les huissiers d'un jour à l'autre, la vie n'est pas simple. Elle, comédienne de théâtre passionnée, fascine son fils qui découvre le monde et ses paradoxes avec toute la poésie de l'enfance. Avec leur voisine Sabrina, caissière de son état, et les comédiens Max, Lulu et Rita, ils forment une famille de c?ur, aussi prompte à se fâcher qu'à se réconcilier. Mais, un jour, la réalité des choses rattrape la joyeuse équipe. Et le petit garçon est séparé de sa mère. Comment, dès lors, avancer vers ses rêves ? En comprenant que, peut-être, l'essentiel n'est pas l'objectif, mais le chemin parcouru... Sur fond de crise des subprimes, Julien Aranda nous raconte la trajectoire enchantée d'une troupe de théâtre inoubliable.
L'auteur :
Julien Aranda, ancien cadre dans une enseigne commerciale reconverti en auteur heureux, signe ici son troisième roman.
Plus d'informations sur le livre : https://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212568660/le-jour-ou-maman-m-a-presente-shakespeare
+ Lire la suite
autres livres classés : critique socialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre
.. ..