AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782490580033
336 pages
Éditeur : Le chant des Voyelles (02/04/2019)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Un crime au théâtre, un crime pour de vrai, cela n’arrive pas tous les jours, surtout quand la victime tombe des cintres sous les yeux effarés du public ! Et où est passée l’actrice principale de cette pièce de Beckett ? Quel assassin se cache derrière les personnages aux rôles parfaitement définis: acteur, directrice, chef de plateau, techniciens, habilleuse, critique et beaucoup d’autres participants
directs de la vie du théâtre ?
Le commandant Didai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
diamelee
  11 juin 2020
La vie dans un théâtre est très particulière. Chacun y joue un rôle. La mort aussi. Surtout quand il s’agit de la vedette. De la star. Que s’est-il passé? pourquoi? Des questions auxquelles le commandant Didaille devra répondre. Y parviendra t-il? Une enquête qui semble difficile à résoudre dans un milieu où tout n’est que paraître. Rien ne semble réel. Pas même la mort.
Avec un vocabulaire fleuri, nous entrons dans le monde du crime. L’humour se dessine en filigrane, dans le nom des personnages. Tout se vit en grand. Surtout les émotions. Ainsi que cela se passe dans le monde des artistes. Cependant, c’est un monde de solitude extrême qui se dessine, une fois le rideau tombé. Un monde bouleversé, totalement perdu après cet assassinat. Celui de la vedette. Que faire avec cette réalité mortifère?
Le théâtre au sang nous fait vivre une enquête théâtrale sur un crime mis en scène comme dans toute pièce de théâtre. Tous les personnages ou presque sont amateurs de cet art. La vie se vit comme un vaudeville. C’est une lecture qui se délecte avec gourmandise. C’est une fin qui se mijote aux petits oignons. Comme seul le théâtre sait le faire. C’est un vrai plaisir émaillé de nombreux rebondissements qui s’emboitent les uns dans les autres, Avec bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hoel
  03 avril 2019
Nouvelle maison d'édition, le Chant des voyelles, publie depuis quelques mois ses tout premiers romans. Eliane Arav, en revanche, n'est pas une parfaite inconnue. On lui doit quelques romans dont le Penseur de Vallorbe, paru à la Série Noire en 1994, ainsi que du viagra dans la vinaigrette chez Baleine. Dramaturge, elle a récemment écrit un essai paru chez Payot : Leur trac au théâtre. Cela ne tient donc en aucun cas du hasard si l'auteur installe son intrigue dans le petit monde du théâtre. Un microcosme avec ses métiers particuliers, ses codes quelque peu sibyllins, ses superstitions d'un autre temps, etc.
Cette plongée dans l'univers – finalement assez méconnu – du théâtre est assurément le point fort de ce roman. On apprend agréablement plein de choses – un glossaire est d'ailleurs proposé en fin d'ouvrage – sans que l'on ait l'impression, parfois désagréable dans certains textes, que l'auteur étale sa science. Pour autant, l'intrigue n'est pas délaissée. Dans la veine du whodunit à l'ancienne, celle-ci est assez classique mais de bonne facture, avec son lot de rebondissements bien sentis. Certains personnages sont bien un peu caricaturaux mais on imagine sans mal qu'il puisse en exister de similaires dans la vraie vie dans le milieu des acteurs et autres professionnels de l'art, au caractère parfois exubérant. A l'instar de Fred Vargas, l'auteur ajoute à cela une petite pointe de surnaturel – le fantôme de Charles Victor, le créateur du théâtre, rôderait dans les couloirs – qui s'insère parfaitement dans le récit.
La langue est très plaisante, truffée de bons mots et de néologismes. On sent qu'Eliane Arav a voulu se faire plaisir tout en séduisant le lecteur. Peut-être en abuse-t-elle même un peu par moments. Les mots de son cru sont nombreux et si certains sont autant de jolies trouvailles, quelques-uns demeurent malheureusement abscons (le problème étant qu'on ne risque pas, le cas échéant, de les trouver dans le dictionnaire).
Un petit bémol : le format de l'ouvrage, tout en longueur, qui n'est pas toujours facile à manipuler.
Joliment écrit et très intéressant, Théâtre au sang est un bon petit roman policier se déroulant pour l'essentiel dans (et autour) d'un grand théâtre parisien. Une agréable découverte.
Lien : https://hanniballelecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Noctenbule
  08 avril 2019
Quand on se lance dans le roman, on se rend très vite compte que l'on pénètre dans un univers assez particulier. La langue utilisée n'est pas celle que l'on peut lire de façon générale. On pourrait croire être dans une histoire en noir et blanc, dans un vieux film français qui cultive les métaphores, les allégories et les sous-entendues. On pourrait presque croire que l'inspiration de Bertrand Blier n'est pas très loin. Une fois que l'on accepte cette approche, on arrive mieux à se plonger dans le récit. Bien entendu, le personnage principal est le commandant. Il est réservé, peu communicant mais pas alcoolique. Lui, il a un autre atout dans sa poche qu'une flasque pleine de whisky. le monde de l'invisible, des fantômes communique avec lui. Et ses perceptions extrasensorielles vont lui être d'un grand secours pour identifier le responsable de cet assassinat. Par chance, comme nous sommes au coeur d'un théâtre, nous allons avoir le droit à de la grande mise en scène. Peu d'éléments nous sont laissés pour démasquer la personne derrière ce funeste acte. Mais bien assez pour connaître les termes techniques du 6ème qui nous sont signalés grâce à une grosse étoile pour avoir des explications en fin d'ouvrage. Un choix esthétique qui nuit au confort de la lecture tout comme le format du livre. le vocabulaire aurait pu être proposé et laissé le choix au spectacle d'aller s'informer ou pas. Même si l'on ne connaît pas tout, on se laisse embarquer par ce policier hors du commun qui discute avec un fantôme et qui va aider une famille à renouer des liens. Même si le rideau tombe sur le terrible crime, le spectacle doit lui continuer.
Lien : https://wp.me/p1F6Dp-6IJ
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   22 septembre 2019
Pour lundi soir, alibi en blinde. Beaureste, magasinier chez Auchan, magasinait à son poste. Tout le département Auchan- Kremlin-Bicêtre, le doigt sur la bande du jogging, peut en témoigner. D’ailleurs, l’appel imminent de son responsable va stabilobosser définitivement les déclarations des collègues. Alors, ils ne pourront pas le garder encore longtemps, même pour faire illusion. Genre occupation du territoire, la muqueuse au plancher, l’enquête qui avance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   22 septembre 2019
Le théâtre a toujours été un jeu d’enfants. On dit qu’on fait en vrai et en vrai, on fait semblant. Les morts de relèvent aux saluts et tout redevient comme avant. Que tout ça, c’était pour rire. On aimerait savoir si quelqu’un est blessé, l’aider à se relever en lui murmurant à l’oreille, ça va aller. Mais rien ne bouge. Comme si on n’était plus au théâtre
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
731 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre