AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782259197229
188 pages
Plon (07/05/2003)
3.7/5   5 notes
Résumé :

2003 : plus que jamais, la parole est donnée aux auteurs Algériens. À cette littérature de "là-bas", il peut être intéressant d?associer la littérature de ceux qui en sont partis : les Français d'Algérie, en l'occurrence ici des juifs d'Algérie.

Dans Le Petit Blond de la casbah, Alexandre Arcady rend compte d'une enfance bruyante au coeur des rues d'Alger, au 7 rue du Lézard. Malgré un père au tempérament quelque peu difficile, malgré la pau... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  09 avril 2012
Alexandre Arcady , le cinéaste bien connu ("Le coup de sirocco , le grand Pardon , le grand Carnaval " ) nous livre ses souvenirs de petit juif d'Algérie , de petit blond de la Casbah qui vivait avec ses quatre frères au 7 rue du Lézard , tout à côté du quartier arabe , parmi les petites gens , avant l'Indépendance .
Sa mère , Driffa , est une juive originaire du bled ( Borj Bou Arreridj ) et son père , Alexandre , est un ex-légionnaire hongrois . Ils vivent dans une grande pauvreté car le père ne trouve pas de travail et la mère doit nourrir , en plus de sa famille nombreuse , sa vieille mère impotente , Lisa . Il n'empêche que pour Arcady , c'est le temps de l'Algérie heureuse , du bonheur et de l'insouciance au soleil .
On découvre quelques personnages hauts en couleur : le cousin Coco , proxénète d'opérette avec ses costumes voyants et ses chaussures bicolores , l'oncle Jacob , inventeur de bougies à paillettes fabriquées avec la céramique de bidets ou de cuvettes de WC de récupération et la tante Blanche qui allait deux fois par semaine chez le coiffeur ...
Un triste jour de décembre 60 , Alexandre , sentant venir la fin , suite au saccage de la synagogue d'Alger par des musulmans , rapatrie , 18 mois avant tout le monde , toute sa petite famille en France .
Le livre est , bien sûr , dégoulinant de nostalgie . " Dans la Bible , il est dit qu'Israël , c'est le pays où coulent le lait et le miel et bien tu vois , l'Algérie , d'avant , c'était pareil , en mieux ."
Le tableau oscille entre l'idyllique ( tout le monde s'aimait et s'entr'aidait , le chrétien , le juif et le musulman ) et le réaliste : la haine raciale y a libre cours . L'auteur ainsi que les quelques élèves chrétiens sont en proie aux violences et aux insultes à la communale car ils sont très minoritaires face aux musulmans alors que c'est l'inverse qui se produit au lycée car le rapport de force s'y inverse .
La nostalgie a ses limites . Ainsi , lorsque la mère revient en France , suite à son retour en Algérie après vingt ans d'éloignement , déclare : " C'était bien , mon fils , mais je me demande vraiment comment on a fait pour vivre là-bas ."
Mémoires que l'on peut lire si on s'intéresse à la question des rapatriés d'Algérie , la fameuse histoire de la valise ou du cercueil . Il reste quand même à remarquer que si ce livre avait été écrit par un inconnu , il n'aurait sûrement jamais été publié . Et cela aurait été dommage car il fait bien comprendre le poids infini des occasions manquées et des fautes qu'il faut maintenant payer au centuple .
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
oran
  01 août 2016
Alexandre Arcady nous livre les souvenirs de son enfance, c'est émouvant, truculent, c'est joyeux, c'est pittoresque. Bref, ça vaut le coup d'être lu, bien à l'abri du sirocco !
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
oranoran   01 août 2016
Alger, c'était la ville du cinéma. Sur l'ensemble du territoire algérien, on dénombrait alors près de cinq cents salles ! On disait qu'à Alger même on comptait autant de salles qu'à Paris. Exagération, certes, mais non sans fondement (...)
A cette époque, le cinéma représentait quelque chose de magique et de fabuleux. On s'y rendait le plus souvent le samedi soir en famille, ou le dimanche après-midi, dans ce cas uniquement l'hiver car la concurrence des plages était trop forte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLETBVIALLET   09 avril 2012
Dans la Bible , il est dit qu'Israël , c'est le pays où coulent le lait et le miel et bien tu vois , l'Algérie , d'avant , c'était pareil , en mieux .
C'était bien , mon fils , mais je me demande vraiment comment on a fait pour vivre là-bas .
Commenter  J’apprécie          40

Video de Alexandre Arcady (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Arcady
Alexandre Arcady, sur son film, Ilan Halimi et le gang des barbares.
autres livres classés : nostalgieVoir plus

Autres livres de Alexandre Arcady (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1437 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre