AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266311762
Éditeur : Pocket (14/05/2020)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Leningrad, 1968. Alexandre Karpenko est, depuis sa plus tendre enfance, destiné à de grandes choses. Mais lorsque son père est assassiné par le KGB pour avoir défié l’État, lui et sa mère vont devoir fuir l’URSS. Sur les quais d’un port, une décision irrévocable les attend : faut-il embarquer pour les États-Unis ou pour la Grande-Bretagne ? Alexandre joue son destin à pile ou face…
Deux vies parallèles s’offrent alors à lui. À Londres, la poursuite de brillan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  03 juillet 2019
En 1968 à Leningrad, le jeune Alexandre termine brillamment le lycée et les portes de l'université s'ouvrent à lui. Mais pour son grand malheur, son père, considéré par le régime comme un leader syndical potentiellement influent, est assassiné par le KGB. L'avenir d'Alexandre et de sa mère est désormais compromis, voire rempli de dangers, et ils décident alors de prendre tous les risques pour fuir l'URSS. le jour du départ, sur le quai du port, ils ont le choix : embarquer clandestinement sur un bateau direction New York, ou sur un navire qui ralliera la Grande-Bretagne. Pressés par le temps, Alexandre tire à pile ou face...
Plutôt que de nous montrer de quel côté tombe la pièce, l'auteur ne choisit pas et nous propose deux histoires pour le prix d'une seule, puisqu'il envisage les deux hypothèses. Les chapitres déroulent alors en alternance la vie d'Alexandre – rebaptisé Sasha – à Londres et celle d'Alex aux Etats-Unis.
Si l'idée de départ est originale, le reste du bouquin l'est beaucoup moins (à part peut-être la fin, mais j'y reviendrai). Tout cela est assez romanesque et les rebondissements ne manquent pas, mais les deux histoires sont convenues, prévisibles, les personnages lisses et stéréotypés, et en plus, leurs destins sont similaires, au point que je les ai parfois mélangés. Si l'alternative "USA" est un peu plus palpitante, il n'en reste pas moins que dans les deux cas, le jeune homme est brillant, réussi tout ce qu'il entreprend, rencontre la femme de sa vie, se dévoue corps et âme à la politique (Sasha) ou aux affaires (Alex), et que, même si on lui met beaucoup de bâtons dans les roues, il s'en sort toujours (trop) facilement deux paragraphes plus loin et hop, péripétie suivante SVP. Tout est raconté très superficiellement, sans vraiment rien approfondir.
Cela a l'avantage de se lire très vite et cela aurait pu être une lecture légère et plaisante par temps de canicule, mais je trouve que la fin sombre dans le n'importe quoi. Pendant tout le roman, j'avais cru comprendre que l'auteur nous embarquait dans DEUX histoires indépendantes à partir d'UN point de départ commun : Alexandre choisit d'embarquer pour New York OU pour Londres. Mais dans les derniers chapitres et le twist final, l'auteur amène l'idée qu'il y avait en parallèle Sasha à Londres ET Alex aux States, et que tous les deux sont en route pour Saint-Pétersbourg, envisageant de se présenter à l'élection présidentielle russe (déjà rien que ça...). Alors là, soit on nage en pleine science-fiction juste pour quelques pages, soit dans un manque flagrant de cohérence. Et évidemment, cela s'arrête là, sur une pirouette dont je ne sais pas si elle se veut vraiment originale ou si elle cache simplement le fait que l'auteur ne savait pas comment terminer son/ses histoire(s). A pile ou face, en ce qui me concerne, j'ai perdu.
En partenariat avec les Editions Les Escales via Netgalley.
#APileOuFace #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          503
Jeneen
  26 septembre 2019
Un postulat de départ attractif - un jeune soviétique et sa mère fuyant l'URSS choisissent leur destin à pile ou face - et un choix de narration efficace résument les points forts de cette très agréable lecture.
En effet, j'ai trouvé très plaisante l'idée de l'auteur de nous faire suivre en alternance les deux vies possibles d'Aleksander Karpenko, en Angleterre et aux USA. Cela permet d'imaginer deux destins à ce jeune homme brillant, deux chemins de vie très différents a priori mais qui vont converger sur de nombreux points. Par contre,    cela empêche de s'attacher vraiment aux personnages autres que le héros, on les côtoie trop peu.
L'ensemble est en tout cas rythmé, l'écriture est efficace, on se prend au jeu malgré, il est vrai, des invraisemblances et quelques situations rocambolesques et retournements de situation un peu trop nombreux.
La fin a été longuement discutée entre lecteurs pas tous d'accord, mais en ce qui me concerne, je l'ai trouvée bien faite, habilement amenée. Et j'ai beaucoup aimé la toute dernière page.
Seul bémol, la raison qui amène le héros à revenir dans son pays, est pour moi trop irréaliste.
Ce roman plein d'action, d'aventure, d'amitié, avec un héros débrouillard et brillant, a de quoi séduire et mérite d'être découvert.
Un grand merci à NetGalley et aux Editions les Escales pour la lecture de ce roman.
#APileOuFace #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
SylvieBelgrandReims
  26 août 2019
Quelle construction de roman improbable et incroyable !
Le héros fuit l'Union Soviétique avec sa mère. Avant d'embarquer clandestinement sur un bateau, il doit choisir entre deux caisses. L'une va en Angleterre, l'autre en Amérique.
À partir de là, nous allons suivre en parallèle les deux destins possibles du héros avec une fin que je vous mets au défi de deviner.
Une curiosité passionnante, particulièrement bien écrite.
#ApileOuFace #JeffereyArcher #LesEscales #NetGalleyFrance #lecture #livres #chroniques
Le quatrième de couverture :
Leningrad, 1968. Alexandre Karpenko est, depuis sa plus tendre enfance, destiné à de grandes choses. Mais lorsque son père est assassiné par le KGB pour avoir défié l'État, lui et sa mère vont devoir fuir l'URSS. Sur les quais d'un port, une décision irrévocable les attend : faut-il embarquer pour les États-Unis ou pour la Grande-Bretagne ? Alexandre joue son destin à pile ou face...
Deux vies parallèles s'offrent alors à lui. À Londres, la poursuite de brillantes études. À New York, il se lance dans les affaires.
Une formidable épopée de plus de trente ans entre deux continents, deux mondes parsemés d'embûches qu'Alexandre va devoir conquérir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
simonjean
  31 octobre 2020
Lecteur assidu de Jeffrey Archer , je me suis plongé avec délectation
dans ce roman .
Quelques jours plus tard , je le referme en étant quelque peu déçu .
Certes , l'idée de départ est originale : on suit en parallèle deux destins
du même homme , Alexandr Karpenko , selon qu'il s'enfuit de Russie
vers Londres ( il est Sasha ) ou vers New-York ( il est Alex ) .
Mais à part ce départ original , le reste du roman est presque un copié-collé de " la chronique des Clifton " : ascension sociale fulgurante , brillante carrière politique , développement d'entreprise , réussite financière très rapide , sauvetage d'une banque , escroqueries , coups fourrés ...
Jeffrey Archer nous avait habitués à mieux car dans "A pile ou face" ,
peu de rebondissements , presque aucun suspense et le héros et sa mère réussissent tout avec une facilité déconcertante !
Écrite dans un style fluide , avec du rythme ,
cette ( double ) histoire se lit facilement , mais la recette semble usée .
Ce roman m'a apporté moins de plaisir que les précédents ;
tout cela a un goût de déjà lu ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Delphine-Olympe
  26 janvier 2020

« L'auteur aux 270 millions de lecteurs » ? Et moi qui ne connaissais même pas son nom ! Bon, ce n'est pas forcément l'argument auquel je suis le plus sensible, mais à la veille du pont de l'Ascension je cherchais un bouquin facile et captivant, un roman à la Dumas en somme. Une référence justement évoquée par le New York Times et opportunément rappelée par l'éditeur en quatrième de couverture...
Aucune hésitation ! Pour ce long week-end de quatre jours, j'allais donc prendre un billet pour l'URSS, fin des années 60.
Aleksandr Karpenko, jeune garçon brillant, rêve de se procurer une place pour la demi-finale de foot qui va bientôt opposer sa ville natale, Leningrad, à Moscou. Mais sauf à être un apparatchik, aucune chance d'en obtenir une, comme le lui rappelle son père au moment de partir pour les docks où il travaille et où il s'attache surtout, dans la clandestinité, à fonder un syndicat de travailleurs. Ces paroles sont les dernières qu'il adressera à son fils puisque quelques heures plus tard une lourde charge lui tombe malencontreusement dessus, le tuant sur le coup...
Aleksandr et sa mère Elena décident de fuir le pays. Grâce à la complicité du frère de cette dernière et au prix d'un risque démesuré, ils vont pouvoir se dissimuler dans le chargement d'un cargo pour gagner un pays de l'ouest. Deux bateaux sont à quai, deux possibilités s'offrent à eux : l'Angleterre ou l'Amérique. Un dilemme que les personnages vont résoudre à pile ou face. Un dilemme que l'auteur va quant à lui choisir de ne pas trancher, puisqu'il va imaginer leur histoire dans chacun des deux pays par le simple jeu de l'alternance des chapitres.
Passé la légère perplexité produite par une relecture de la traversée maritime des personnages avec de légères variantes, on s'attache rapidement à en connaître l'issue. Moyennant l'attribution au héros de deux diminutifs différents pour les deux versants de l'histoire, on prend très vite ses repères et on n'a aucun mal à suivre les aventures des personnages dans chacun des deux pays. Deux aventures qui, tout en se faisant écho, vont progressivement s'éloigner l'une de l'autre en fonction du contexte socio-historique propre aux deux Etats.
Drôle d'idée, me direz-vous, que de faire cohabiter deux formes possibles de l'intrigue ? Oui, mais cela fonctionne étonnamment bien. D'abord parce que c'est une expérience peu commune que de pouvoir entrer dans la cuisine d'un auteur et de voir ainsi comment d'une situation donnée peuvent découler différents récits. Ensuite parce que Jeffrey Archer a un incontestable talent de conteur, et on tourne très rapidement les pages du livre pour connaître la manière dont Alex-Sasha va accomplir le destin auquel il semble promis. Rebondissements, revers de fortune, personnages aussi perfides que Milady sont les savoureux ingrédients de ce roman. Et même si certains coups de théâtre apparaissent parfois un peu cousus de fil blanc, je n'ai pas boudé mon plaisir, jusqu'au twist final qui m'a cueillie par surprise et fait largement sourire !
En ce qui me concerne, ce roman a donc parfaitement rempli son office. Peut-être sera-t-il de votre côté le candidat idéal au fameux pavé de l'été…

Lien : https://delphine-olympe.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 juin 2019
Lénine n’avait non seulement aucun respect pour Staline, mais plus encore il n’avait que du mépris pour cet homme. Néanmoins, il avait compris que s’il voulait que sa révolution réussisse, il aurait besoin d’argent pour être sûr que ses opposants politiques soient mis hors d’état de nuire, d’une façon ou d’une autre. Arrive donc ce jeune voyou de Géorgie, bien content d’effectuer les deux tâches. Il a dévalisé les banques et, sans scrupule, a massacré tous ceux qui se trouvaient sur son chemin, y compris les innocents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 juin 2019
S’il se levait assez tôt, il n’aurait pas à expliquer à Elena ce que lui et ses camarades faisaient et, plus important encore, ce qui était prévu samedi. Il valait mieux qu’elle le croie en train de se soûler au café ou au lit avec une maîtresse que de l’accabler avec la vérité. Elle ne ferait qu’essayer de le dissuader de faire son discours.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 juin 2019
Il ne parlait pas beaucoup, à moins d’être en train de sermonner l’un des sous-chefs, mais il était forcé d’admettre que la vie était devenue plus simple depuis l’arrivée de la dernière recrue. Mme Karpenko ne parlait pas beaucoup non plus tandis qu’elle préparait chaque plat avec amour et savoir-faire. Il avait fallu moins d’une semaine au chef, d’habitude si sceptique, pour admettre qu’il avait sous les yeux un talent rare, et il glissa à son patron qu’il avait bien peur qu’elle ne passe vite à autre chose et ouvre son propre restaurant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 juin 2019
Sasha aurait aimé avoir l’aisance de Ben avec les filles, arriver à faire sentir à une fille qu’elle était la seule dans la pièce. Il trouva un fauteuil confortable d’où observer la scène, comme un spectateur au match d’un sport dont il n’aurait pas compris les règles.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 juin 2019
Il était aussi très étonné par le nombre de femmes qui se promenaient seules sur le quai. À Leningrad, seules les femmes de petite vertu se promenaient sans être accompagnées, avait-il entendu une fois sa mère dire. Plus tard, il avait dû demander à son père ce qu’était une femme de petite vertu.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jeffrey Archer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeffrey Archer

Seul L'Avenir le dira - Nouveau roman de Jeffrey Archer - en librairie le 5 avril
Né en 1919, Harry Clifton n'a jamais connu son père, un docker mort en héros à la guerre selon la légende familiale. Mais le garçon ne tarde pas à sentir que des zones d'ombre entourent sa disparition, même si sa mère, Maisie, fait tout ce qui est en son pouvoir pour cacher son secret et donner à Harry le meilleur avenir possible. Grâce à une voix et à une intelligence exceptionnelles, Harry réussit ainsi à gravir les échelons de la société jusqu'à être admis à Oxford et se fiancer à une jeune fille de bonne famille. Mais le père de celle-ci, Hugo Barrington, s'oppose alors à leur union : quelles sont ses véritables raisons ? Quel lien unit les familles Clifton et Barrington ? le jour du mariage, la vérité éclate, forçant Harry à fuir... Des docks du Bristol d'après-guerre aux navires marchands pris dans les feux de la Seconde Guerre mondiale, une épopée peuplée d'une galerie de personnages hauts en couleur et portée par un héros flamboyant, qui vous accroche jusqu'à la dernière page. « Un conteur de la trempe d'Alexandre Dumas. » The Washington Post
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
784 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre