AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207143988
Éditeur : Denoël (22/08/2019)

Note moyenne : 4.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
La cour du grand-prince, à Moscou, est gangrenée par les luttes de pouvoir. Mais pendant ce temps, dans les campagnes, des bandits inconnus et invisibles incendient les villages, tuent les paysans et kidnappent les fillettes. Le prince Dimitri Ivanovitch n’a donc d’autre choix que de partir à leur recherche s’il ne veut pas que son peuple finisse par se rebeller. En chemin, sa troupe croise un mystérieux jeune homme chevauchant un cheval digne d’un empereur. Le seu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Mallou14
  02 novembre 2019
Attention, risque de spoiler sur le tome précédent !
Ayant eu un gros coup de coeur pour le premier tome, je n'ai pas tardé bien longtemps avant de lire la suite de la Trilogie d'une nuit d'hiver, La Fille dans la Tour, de Katherine Arden et c'est à nouveau un gros coup de coeur ! C'était tellement bien, tout était parfait, je ressors éblouie et conquise par cette lecture ! ♥
Changement de décor, Vassia n'est plus dans son village natal dans le nord de la Russie mais à Moscou où elle retrouve son frère et sa soeur. J'aime l'importance que porte l'autrice aux liens qui unissent la famille. C'est un élément très puissant dans cette histoire. J'ai aimé être aux côtés de Sacha et Olga, qui étaient peu présents dans le premier tome, et d'avoir leur point de vue également. Par contre, on retrouve Konstantin dont je me serais bien passée, lui n'a pas changé du tout et reproduit exactement les mêmes erreurs, si pas pires !
Vassia évolue toujours plus, j'admire son courage et sa force. Je me suis beaucoup attachée à elle et j'ai adoré retrouver Morozko aussi. J'aime la relation lente qui s'établit petit à petit entre ces deux-là, et bien que je ne voie pas d'avenir possible pour eux, j'ai néanmoins savouré tous les passages qui les concernaientt. Il y a eu quelques belles scènes dont une qui restera une de mes préférées de tous les temps !
Nouveau tome, nouvelle découverte du folklore russe pour mon plus grand plaisir ! Pour ce qui est de l'imaginaire russe, j'ai été servie. L'autrice mène à nouveau son récit d'une main de maître, faisant de la magie avec ses mots. J'ai été envoûtée une nouvelle fois. Cette suite est plus rythmée, de nouveaux personnages s'ajoutent, de nouvelles intrigues et mythes viennent complexifier encore plus le récit. Ce fut un plaisir à chaque page.
La quatrième de couverture de la version française dit que ce tome peut se lire indépendamment et je ne suis pas d'accord. Ce que ça veut peut-être dire, c'est que l'intrigue présente dans chaque tome se conclut à la fin de ceux-ci, mais on poursuit l'histoire de Vassia et il faut avoir lu le premier tome pour ne pas être perdu.
Bref, La Fille dans la Tour de Katherine Arden est un second tome dont l'histoire m'a à nouveau conquise. Encore un coup de coeur pour cette suite où j'ai tout adoré. Les personnages ne sont pas laissés de côté par rapport à l'intrigue qui, elle, garde toute sa saveur tout en augmentant encore son potentiel. Tout était parfait ! Et savoir qu'il n'y a plus qu'un tome après me fend déjà le coeur.
Lien : https://thenotebook14.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TheOtter
  09 mars 2018
Là où The Bear and the Nightingale se distinguait par son ambiance féerique renforcée par une mince histoire qui permettait au lecteur de s'imprégner du folklore russe, le deuxième tome va beaucoup plus vite. J'ai refermé le livre avec un sourire satisfait, parce que son scénario était bien ficelé et efficace. Mais quelques jours plus tard, il ne me reste plus grand chose, et j'ai bien peur de vite oublier les aventures de Vasya (d'autant qu'elle était un poil pénible dans ce tome, mais bon).
On retrouve l'héroïne alors qu'elle vient de s'enfuir de son village, errant à travers la forêt enneigée, et commençant son périple à travers la Russie. Parallèlement, alors qu'on ne verra pas Aliochka (tristesse (et je ne suis même pas ironique)), on retrouve enfin Olga et Sasha, et ni l'un ni l'autre ne m'ont déçu dans leurs rôles respectifs de princesse moscovite et de prêtre bras droit du prince régnant. Ces deux personnages, ainsi que Morozko le "dieu" de l'hiver et de la mort, permettent de faire la part belle au développement des relations, principalement fraternelles (notamment parce que la romance mise en place mérite à peine ce nom), et font surtout figure d'autorité dans le récit en créant un équilibre bienvenu face au côté sauvage de Vasya. La liberté de la femme est ici largement célébrée, même si le côté tête brûlée de la jeune fille la décrédibilise un peu.
Car des occasions de démontrer sa folie, l'héroïne va en avoir. Il faut se battre contre une bande de bandits terrorisant la région en même temps que face à un peuple souverain qui réclame plus d'impôts (politique mongole, tout ça tout ça). Des batailles ont lieu, mais aussi des intrigues de cours, avec au milieu une Vasya déguisée en homme, pour qu'elle puisse vivre comme elle l'entend. Plein de bonnes choses donc, mais pourtant réalisées sans grande originalité. le scénario n'est pas très surprenant, ni dans les révélations ni dans la réalisation, et c'est là pour moi que le bât blesse. J'ai trouvé dans cet ouvrage un livre de fantasy jeunesse bien construit, mais classique. Et des livres de fantasy jeunesse, j'en ai déjà lu beaucoup. Il m'a manqué la magie.
Entendons-nous bien. Je ne dis pas qu'il ne faut pas commencer The Winternight trilogy. Déjà parce que le premier tome à lui tout seul vaut le détour, mais aussi parce que ce deuxième tome mérite également sa lecture. Il est bien construit. Et même si l'ambiance russe est moins présente que dans le premier tome, l'atmosphère reste magique : parce qu'on approfondit nettement plus les liens entre les différents personnages (et ils en avaient besoin), parce que certains mystères nous poussent à continuer à lire. Mais je m'attendais à quelque chose de moins...convenu. Mes attentes étaient hautes, et quand bien même la plupart ont été réalisées, il faut bien dire que The Girl in the Tower restera pour moi une bonne lecture sans être aussi marquante que son aînée.
Ceci étant dit, je vous recommande tout de même la lecture de ces livres, ne serait-ce que pour la découverte d'un folklore russe sans doute très romancé, mais qui m'a pour ma part particulièrement ravie.
Lien : http://lessenslivresques.wee..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MuseaUranie
  25 septembre 2019
j'étais quand même vachement heureuse de replonger dans l'univers. Preuve est que j'ai quand même VACHEMENT apprécié le premier tome. Une bonne dizaine d'années plus tard, Vassia n'est plus une gamine et devient même une sorte de Lady Oscar trop classe. Grelottant de froid et après avoir fait coucou à Morozko, la jeune russe sauve trois petites filles d'une mort certaine en les enlevant aux griffes de bandits. Un démarrage classique, mais qui passe comme une lettre à la poste, tant l'écriture reste enchanteresse et la forte présence de tous le folklore y est pour beaucoup, on ne va pas s'en cacher.
Vassia n'est plus cette enfant insupportable, mais pèse le poids réel de ses actes. Tout le roman tourne autour de son identité et de l'horreur possible si le monde découvre qu'elle est en réalité une femme. La dimension féministe est bien présente et appuyée sur ce tome, sans tomber dans la guerre guerre homme / femme., avec tout le questionnement du rôle de la femme dans cette Russie encore jeune. Bien entendu, la religion, déjà très présente dans l'Ours et le Rossignol est encore plus appuyé, puisque les deux mondes, l'ancien et le nouveau, se font face à un moment-charnière de leurs existences respectives. En somme, j'ai vraiment trouvé que La fille de la tour était un roman plus sombre et abouti que son prédécesseur, mais également moins féerique.
En conclusion, ce nouveau tome de la trilogie de Katherine Arden est encore une fois un bon moment de lecture à l'écriture douce, poétique et souvent cruelle. Faisant la part belle aux relations fraternelles et familiales, le roman quitte sa dimension féerique pour s'approcher d'un conte féroce aux enjeux plus sombres.
Lien : https://museaurania.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FollowtheReader
  01 octobre 2019
Chronique de Diana :
Je ne sais pas si je vais me remettre de cette suite. J'avoue que l'auteure fait très fort avec sa saga. Elle mélange subtilement l'histoire de la Russie avec sa mythologie et ses croyances païennes. le tout donne un récit Fantasy juste merveilleux à lire.
Nous retrouvons Vassia cette fois-ci plus âgée mais pas plus comprise, ce récit va montrer clairement les clivages entre l'ancien monde et la nouvelle Russie mais surtout les différences hommes, femmes. En effet notre héroïne avide de liberté va devoir encore se battre pour savoir qui elle est et quelle est sa place, même si ici, nous n'avons pas encore les réponses. Toujours intrépide, elle va mettre sa vie en péril pour découvrir le monde et sauver des fillettes pendant son périple. Elle y retrouvera aussi son frère Sasha et sa soeur Olga, qui n'ont jamais partagé sa vision de la vie et là aussi elle se fera face à des murs pour faire comprendre qu'elle veut être maitresse de sa destinée. Elle va enfin voir Moscou de ses propres yeux et réaliser que parfois tout n'est qu'illusions et faux semblants.
Vous me direz : mais quel intérêt au milieu de tout ça ? Et bien tout simplement que les changements sont toujours annonciateurs d'un plus gros événement et clairement, je ne sais pas ce qui nous attend mais ça va être énorme. L'auteure met en place les choses comme un jeu d'échec, il y a ce que l'on pense, ce que l'on voit et ce que l'on essaye de deviner sans jamais anticiper son prochain coup.
Il y a aussi le démon du gel, Morozko qui entretient une relation ambigüe, pleine de non-dits et je dirais aussi douloureuse pour l'un que pour l'autre. Il y a une réelle alchimie entre eux, un lien plus fort qu'il n'y semble mais là encore l'auteure choisit de nous laisser mariner un peu plus. Je vous assure que ce slow-burn est frustrant au possible mais comme je vous le disais les changements sont partout dans ce récit et cette relation n'y échappe pas.
C'est une pépite à lire, la plume est enchanteresse, l'univers à la fois terrible et magique. L'héroïne est forte et attachante par ses différences, ses rêves. J'ai tout aimé, l'intrigue, le rythme montant crescendo, la fin. Je ne sais pas trop comment vous expliquer ce que l'on ressent avec ce roman, c'est poétique, doux et amer. On s'y plait tout en réalisant combien cette époque est dure, compliquée pour une femme. Cette saga fait partie de celle qui vous marque tant par l'écriture que le contenu. C'est à lire absolument et j'ai plus que hâte d'avoir le dernier opus entre les mains.
Lien : https://followthereader2016...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
Elbakin.net   22 août 2019
Pas de surprise : si le premier roman de l’auteure vous avait plu, alors sachez que celui-ci vous emportera tout autant dans ses contrées froides et pleines de mystère, même si l’on prend cette fois la direction de l’impressionnante cité de Moscou.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   29 mars 2018
L’un dans l’autre, c’est une réussite, très agréable à la lecture et non dénuée d’une certaine dureté par ailleurs. Le tome 3, The Winter of the Witch, doit quant à lui arriver en anglais dès ce mois d’août !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   15 septembre 2019
Sacha regarda sa sœur. Il ne l’avait jamais trouvée délicate, mais toute douceur avait disparu d’elle. Elle n’était plus qu’esprit vif, membres robustes, avec une présence farouche, presque provocante malgré les lourdes robes encombrantes. Elle était à la fois beaucoup plus féminine qu’elle ne l’avait jamais été, et beaucoup moins. Une sorcière. Le mot lui était apparu de lui-même à l’esprit. C’est ainsi que nous appelons ce genre de femmes, parce que nous n’avons pas d’autre nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
autres livres classés : russieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1391 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre