AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marc Ducassou (Traducteur)Didier Maes (Traducteur)Mary McCarthy (Préfacier, etc.)
EAN : 9782743600495
77 pages
Éditeur : Payot et Rivages (09/03/1996)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Est-ce que notre aptitude à juger, à distinguer le bien du mal, le beau du laid, est dépendante de notre faculté de penser ? Tant d'années après le procès Eichmann, Hannah Arendt revient dans ce bref essai, écrit en 1970, à la question du mal.

Eichmann n'était ni monstrueux ni démoniaque, et la seule caractéristique décelable dans son passé comme dans son comportement durant le procès et l'interrogatoire était un fait négatif : ce n'était... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Unvola
  24 août 2020
Ce passionnant Essai de Hannah Arendt sur la Pensée, lui permet de revenir sur le concept qu'elle a élaboré lors du procès de Eichmann (ancien cadre du régime Nazi et responsable de l'organisation du massacre de millions de Juifs) à Jérusalem en 1961, celui de « la banalité du mal ».
En effet, pour Hannah Arendt, malgré l'horreur des crimes commis par Eichmann (et tant d'autres Nazis…), son profil ne relève pas d'une pathologie spécifique, mais plutôt d'une « extraordinaire superficialité », d'une profonde et totale incapacités à Penser par lui-même : il appliquait froidement l'Idéologie criminelle du III Reich, sans aucune mauvaise conscience.
L'auteur en déduit donc qu'il n'y a pas que les « monstres » qui sont capables de commettre un « mal infini », mais également « Monsieur-tout-le-monde » et cela sans aucune motivation haineuse particulière.
Car Hannah Arendt reprend la distinction que faisait Kant entre : la Pensée et la Connaissance.
Entre les deux, seule la Pensée permet de juger entre : le Bien et le Mal.
Finalement, chaque individu possède la capacité de Penser par lui-même et est donc capable de s'en servir…, à bon ou à mauvais escients…
Confer également d'autres ouvrages aussi passionnants sur le même thème, de :
– Hannah Arendt Eichmann à Jérusalem ;
Hannah Arendt le système totalitaire : Les origines du totalitarisme ;
– Michel Terestchenko Un si fragile vernis d'humanité : Banalité du mal, banalité du bien ;
– Tzvetan Todorov Mémoire du mal, Tentation du bien : enquête sur le siècle.
Lien : https://totalitarismes.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   10 mars 2013
Toutefois, la non-pensée, qui semble tellement recommandable en politique et en morale, recèle aussi quelques dangers. En prévenant de l'examen et de ses dangers, elle enseigne aux gens à s'attacher fermement à tout ce que peuvent êtres les règles de conduite prescrites par telle époque, dans telle société. Ce à quoi ils s'habituent est moins le contenu des règles, dont un examen serré les plongerait dans l'embarras, que la possession des règles sous lesquelles puissent être subsumés des cas particuliers. En d'autre termes, ils sont habitués à ne jamais se décider.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NICETTENICETTE   13 avril 2016
Toute l'histoire de la philosophie, qui nous en dit tant sur les objets de pensée et si peu sur l'activité de penser elle-même, est embrasée par une guerre intestine entre le sens commun, le sixième sens, le plus élevé, qui adapte nos cinq sens à un monde commun et permet de nous y orienter, et la faculté de penser de l'homme, en vertu de laquelle il peut s'en retirer.
Commenter  J’apprécie          21
maxtadamaxtada   16 décembre 2017
Les clichés, les phrases toutes faites, l'adhésion à des codes d'expression ou de conduite conventionnels et standardisés, ont socialement la fonction reconnue de nous protéger de la réalité, de cette exigence de pensée que les événements et les faits éveillent en vertu de leur existence. (page 29)
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   07 mars 2013
Plus les hommes s'accrochent au code ancien, plus ils s'empressent de s'assimiler au nouveau; la facilité avec laquelle de tels renversements sont possibles suggère bien que tout le monde dormait lorsqu'ils survenaient.
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   26 février 2018
Les hommes sont amoureux de la sagesse et font de la philosophie parce qu'ils ne sont pas sages..
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Hannah Arendt (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hannah Arendt
A 70 ans, elle dit avoir l'impression d'être dans un "sas", pas encore atteinte par les conséquences de l'âge mais portant les cicatrices de la vie. Laure Adler, productrice de L'Heure bleue sur France Inter, essayiste, biographe de Marguerite Duras, d'Hannah Arendt, ou de Charlotte Perriand, nous parle de ce bel âge qu'est la vieillesse.
Cinquante ans après "La Vieillesse", de Simone de Beauvoir, elle nous emmène en voyage dans ce pays que nous connaîtrons tous. Avec "La Voyageuse de nuit" (Grasset), elle mêle souvenirs personnels, textes de grandes figures – de Marguerite Duras à Proust, en passant par Edgar Morin, - et réflexions sur notre temps.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EthiqueVoir plus
>Ethique (297)
autres livres classés : moraleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre