AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les origines du totalitarisme tome 3 sur 3

Jean-Loup Bourget (Traducteur)Robert Davreu (Traducteur)Patrick Lévy (Traducteur)
EAN : 9782020798907
384 pages
Seuil (09/09/2005)
4.21/5   119 notes
Résumé :

Le système politique mis au point par l'Allemagne hitlérienne et la Russie stalinienne ne consiste pas en une simple radicalisation des méthodes dictatoriales. C'est un système entièrement original qui repose sur la transformation des classes en masses, fait de la police le centre du pouvoir et met en œuvre une politique étrangère visant ouvertement à la domination du monde. Animé par une logique de la déraison, il tend à la destruction complète de la sociét... >Voir plus
Que lire après Les origines du totalitarisme, Tome 3 : Le système totalitaireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Le titre est limpide et quand on lit ce livre magnifique tout devient plus clair.
Un des plus grand livre sur la naissance du mal.
Il devrait être obligatoire !
Commenter  J’apprécie          210
Hannah Arendt est l'une des plus grande Philosophe du 20éme siècle. Elle donne une intelligence aigüe aux événements de deux derniers siècles. Et encore aujourd'hui en 2017, elle reste pertinente dans sa démarche.
La première chose que j'ai ressenti en lisant son origine du totalitarisme, c'est en sous-texte :
« He ho les mecs, Vous n'avez pas l'impression d'oublier la moitié de l'humanité ? On pourrait peut-être participer à l'ensemble des enjeux de l'humanité »
Ensuite « la montée des totalitarismes » réussi ces tour de force de faire comprendre que la rencontre des lumières, de l'industrialisation et du colonialisme aller nourrir l'esprit totalitaire.

J4ai eu l'impression en sortant de cette lecture d'être averti et de devoir être vigilant pour l'avenir, pour ceux qui viendront après nous.

Avec « l'homme Moderne », le travail d'Hannah Arendt est à lire et à relire.
Commenter  J’apprécie          133
Cette lecture n'a jamais été décidée, elle a même été pour un moment refusée. Impossible que je puisse lire un livre de philosophie premièrement mais écrit par Hanna Arendt ! Mais alors voila, je suis au lycée et avec cette réforme je dois choisir des spécialités, humanité plutôt que les maths, le choix est vite fait.
Et en terminale, mes profs un peu trop exigeantes se sont mises en tête de nous faire lire du Hanna Arendt.
J'ai demandé plusieurs fois si c'était vraiment obligé, et puis j'ai vérifié, bête que je suis, si il existait une adaptation au cinéma. Nada. Impossible de m'en débarrasser. Mes potes en maths qui ne liront jamais le système totalitaire rient, ils sont contents au moins ils bûchent pas pour rien, ils échappent à Hanna Arendt.
Les chanceux
C'est ce que je me disais au début
Alors
Je lis
deux mots
Puis trois ou cinq je sais plus
J'avance pas quoi
Mais ensuite j'ai un déclic, et je commence pour de bon, mon avis est qu'il ne faut jamais forcer quelqu'un à lire ce qu'il ne veut pas mais pour le système totalitaire d'Hanna Arendt, peut être un peu. Parce que même si le fond reste assez flou dans la tête il reste les idées qui peuvent être compréhensibles, ce livre permet vraiment de comprendre les mécanismes d'un système totalitaire, comment il arrive au pouvoir, l'homme devenant superflu et dont toute privacité est supprimée (ma partie préférée), la terreur, son idéologie, les camps, la mécanisation et l'extrême rationalisation de ce système...
L'idée n'est pas de finir le livre ou de le comprendre (j'ai lu des dizaines de pages sans sens pour moi sans pour autant abandonner la lecture) l'idée c'est de surmonter ses aprioris sur la philosophe et puis ensuite de se plonger dans le monde totalitaire. A la fin du livre j'en suis restée abasourdie, pas (seulement) parceque je l'ai fini en entier mais aussi de ce système qu'Hanna Arendt décrit, complètement dingue qui coupe entièrement ses habitants du reste du monde, un monde où toutes vérités n'a plus de sens...
Commenter  J’apprécie          32
Hannah Arendt nous propose dans ce texte dense et précis une analyse très approfondie du système totalitaire mis en place par Hitler et Staline.
J'en retiens, dans le désordre :
-Le mensonge, essentiel dans le système totalitaire vient appuyer " la fuite de la réalité vers la fiction, de la coïncidence vers la cohérence".
-La déresponsabilisation programmée et l'assujettissement par la terreur permettent la pérennité de ce système.
-Les différentes étapes menant à la domination totale sont le meurtre en l'homme de la personne juridique, puis de la personne morale, et enfin de l'identité unique de chacun.
-Les spécificités de l'idéologie totalitaire, qui se distingue de la tyrannie, sont la prétention à tout expliquer, l'émancipation de l'expérience, et l'ordonnancement en une cohérence déconnectée de la réalité.
-La désolation comme "expérience absolue de non-appartenance au monde", détruit la vie privée et provoque la perte du moi. C'est ce qui fonde la domination totalitaire.

En bref, un classique de la théorie politique, à avoir dans sa bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          71
Une tentative de modélisation des régimes nazi et soviétique, qui a fait l'unanimité dans les années cinquante lors de sa publication. le monde effaré par tant d'horreurs cherchait plus que tout à l'époque une explication rationnelle à l'apparition de ces monstres totalitaires. Depuis, de nombreuses critiques ont été émises aussi bien sur la méthodologie que sur le fond. Mais ce texte reste une référence historique incontournable.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Quant à Himmler, l'homme le plus puissant d'Allemagne après 1936 [...], ce n'était pas un bohème comme Goebbels, ni un sadique comme Streicher, un illuminé comme Rosenberg, un fanatique comme Hitler ou un aventurier comme Goering. Il démontra sa capacité supérieure à organiser la domination totale des masses en assurant que la plupart des gens ne sont ni des bohèmes, ni des fanatiques, ni des aventuriers, ni des sadiques ou des illuminés, ni des ratés, mais d'abord et avant tout des employés consciencieux et de bons pères de famille. [...]
L'homme de la masse, que Himmler organisa pour lui faire commettre les crimes massifs les plus monstrueux de l'histoire, ressemblait au philistin plutôt qu'à l'homme de la populace, il n'était autre que le bourgeois qui, dans les décombres de son univers, se souciait avant tout de sa sécurité personnelle, qui était prêt à tout sacrifier - croyance, honneur, dignité - à la moindre provocation. Rien ne s'avéra plus facile à détruire que l'intimité et la moralité privée de gens qui ne pensaient qu'à sauvegarder leur vie privée. Après quelques années de pouvoir et de mise au pas systématique, les nazis pouvaient proclamer avec raison : "La seule personne qui soit encore un individu privé en Allemagne, c'est celui qui dort".

Edition Points/Essai, p65-66
Commenter  J’apprécie          302
Sur la naissance des mouvements de masse, précurseurs des régimes totalitaires (éditions Points/Seuil, p39) :

L'atomisation sociale et l'individualisation extrême précédèrent les mouvements de masse, qui attirèrent les gens complètement inorganisés, les individualistes acharnés qui avaient toujours refusé de reconnaître les attaches et les obligations sociales, beaucoup plus facilement et plus vite que les membres, sociables et non individualistes, des partis traditionnels.
En fait, les masses se développèrent à partir des fragments d'une société hautement atomisée, dont la structure compétitive et la solitude individuelle qui en résulte n'étaient limitées que par l'appartenance à une classe. La principale caractéristique de l'homme de masse n'est pas la brutalité ou le retard mental, mais l'isolement et le manque de rapports sociaux normaux.
Commenter  J’apprécie          354
Dans un monde toujours changeant et incompréhensible, les masses avaient atteint le point où elles croyaient simultanément tout et rien, où elles pensaient que tout était possible et que rien n'était vrai. Le mélange était déjà remarquable en soi, puisqu'il sonnait le glas de l'illusion qui veut que la crédulité soit une faiblesse des âmes primitives et sans méfiance, et le cynisme le vice des esprits supérieurs et raffinés. La propagande de masse découvrit que son public était prêt à tout moment à croire le pire, qu'elle qu'en fut l'absurdité, et ne répugnait pas particulièrement à être trompé, puisqu'il pensait que de toute manière, toute affirmation était mensongère.

p110 de l'édition Points/Essais
Commenter  J’apprécie          390
Quelque dix ans plus tard, en France, une réaction pareillement ambiguë fut suscitée par "Bagatelles pour un massacre" où Céline proposait de massacrer tous les Juifs. André Gide se dit publiquement ravi dans les pages de la " nouvelle Revue Française" , non qu'il voulût tuer tous les juifs de France, mais parce qu'il appréciait l'aveu brutal d'un tel désir...
Commenter  J’apprécie          150
Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible.
Commenter  J’apprécie          780

Videos de Hannah Arendt (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hannah Arendt
Fabrice Midal vous présente "La théorie du bourgeon", son nouveau livre, disponible en livre audio !
Résumé : Le découragement est le problème majeur de notre temps. Là où nous pourrions avancer, nous baissons les bras. Là où nous pourrions être victorieux, nous partons perdants. On nous a fait croire que nous devions être dans le contrôle permanent, dans l'efficacité absolue. Mais la vie ne se contrôle pas, elle ne se gère pas. Comment inverser le mouvement ? Comment retrouver l'élan pour sortir de la paralysie qui nous guette, pour rejoindre enfin le monde et essayer de le réparer ? Se fondant sur les enseignements de philosophes qui, comme Nietzsche, Bergson ou Hannah Arendt, ont affronté ce péril majeur avec lucidité, Fabrice Midal nous amène à reprendre confiance en nous et en l'humanité. Avec La théorie du bourgeon, il nous apprend à cultiver la vie dans son surgissement, ce bourgeon qui réside en nous et qui ne demande qu'à croître pour donner des fleurs, pour donner des fruits. C'est ce remède anti-découragement que je vous invite à découvrir.
"Écoutez un extrait" : https://www.lizzie.audio/content/la-theorie-du-bourgeon
"Rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux" Instagram : https://www.instagram.com/lizzie_livresaudio/ Facebook : https://www.facebook.com/Lizzie.LisezAvecLesOreilles
Activez la cloche pour être informé de nos nouvelles vidéos et abonnez vous !
+ Lire la suite
Dans la catégorie : CollectivismeVoir plus
>Science politique (politique et gouvernement)>Idéologies politiques>Collectivisme (64)
autres livres classés : totalitarismeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (462) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..