AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791030410228
48 pages
Éditeur : Allia (03/01/2019)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Depuis la Seconde Guerre mondiale, le "réfugié" préfère en général l'appellation de "nouvel arrivant" ou d'"immigré", pour marquer un choix, afficher un optimisme hors pair vis-à-vis de sa nouvelle patrie. Il faut oublier le passé : sa langue, son métier ou, en l'occurrence, l'horreur des camps.
Elle-même exilée aux États-Unis au moment où elle écrit ces lignes dans la langue de son pays d'adoption, Hannah Arendt exprime avec clarté la difficulté à évoquer c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
mollymon
  25 février 2019
Ce tout petit ouvrage d'une quarantaine de pages présente un texte paru pour la première fois dans The Menorah Journal dans lequel Hannah Arendt livre une réflexion sur le statut de réfugié. Statut qu'elle connaît pour avoir dû fuir la fureur hitlérienne, comme nombre de juifs allemands. Après un passage en France où elle a été internée dans le camp de Gurs en qualité de ressortissante d'un pays ennemi, elle réussi à s'échapper pour rejoindre les Etas-Unis.
Dans cet article, elle rend compte de toute la difficulté des réfugiés à "s'assimiler" alors qu'à la violence du pays qu'ils ont dû fuir répond celle du pays d'adoption ou de transit qui les considère avec suspicion, voire avec haine.
"Nous avons été expulsés d'Allemagne parce que juifs.Mais à peine avions-nous franchi la frontière française que nous devenions des “boches”.
Bien que datant de 1943, le propos de Hannah Arendt reste terriblement actuel.
Rohingyas, Camerounais, Syriens, Rwandais etc., le nombre de réfugiés politiques ou climatiques ne cesse d'augmenter. Cependant les discours et les pratiques continuent à les déshumaniser en les réduisant à des chiffres, statistiques et quotas à respecter oubliant que chacun d'eux, hommes, femmes et enfants, forment une population en souffrance au passé souvent douloureux et qu'il leur faut faire face à un avenir des plus incertains.
De façon plus ou moins consciente dans l'imaginaire collectif ou individuel l'étranger représente le danger. En illustrant les difficultés et les ambiguïtés du processus d'intégration ou d'assimilation d'une minorité par une société, Hannah Arendt nous rappelle simplement qu'il importe de ne pas oublier que les réfugiés sont avant tous êtres humains à traiter comme tels pour leur permettre de préserver leur intégrité physique et mentale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Diabolo44
  28 juillet 2019
Un court essai sur la condition d'éternels immigrants des juifs, écrit en 1943. Intéressant, sans plus. À noter qu'Hannah Arendt n'y épargne pas, parfois, les juifs eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DLNDLN   12 septembre 2019
Un homme qui désire se défaire de son moi découvre en réalité un éventail de possibilités d'existence, aussi infinies que la Création elle-même.
Commenter  J’apprécie          20
DLNDLN   19 septembre 2019
L'homme étant un animal social, la vie lui semble plus difficile quand les liens sociaux sont rompus.
Commenter  J’apprécie          10
DLNDLN   07 septembre 2019
Si l'on nous sauve, nous nous sentons humiliés, et si l'on nous aide, nous nous sentons dépréciés.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Hannah Arendt (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hannah Arendt
A 70 ans, elle dit avoir l'impression d'être dans un "sas", pas encore atteinte par les conséquences de l'âge mais portant les cicatrices de la vie. Laure Adler, productrice de L'Heure bleue sur France Inter, essayiste, biographe de Marguerite Duras, d'Hannah Arendt, ou de Charlotte Perriand, nous parle de ce bel âge qu'est la vieillesse.
Cinquante ans après "La Vieillesse", de Simone de Beauvoir, elle nous emmène en voyage dans ce pays que nous connaîtrons tous. Avec "La Voyageuse de nuit" (Grasset), elle mêle souvenirs personnels, textes de grandes figures – de Marguerite Duras à Proust, en passant par Edgar Morin, - et réflexions sur notre temps.
+ Lire la suite
autres livres classés : juifVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
947 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre