AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005KGZA68
Éditeur : Roissard (30/11/-1)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  01 février 2018
Auteur à la réputation sulfureuse, connu pour ses satires mordantes (il s'est d'ailleurs surnommé "Le Fléau des princes »), ainsi que pour des écrits licencieux, il tourne en dérision la société de son temps. Ses oeuvres seront d'ailleurs mis à l'index après sa mort, et elles lui auront valu une tentative de meurtre. Il a écrit une tragédie et cinq comédies, dont la première, La cortigiana (La Courtisane) est peut-être la moins oubliée maintenant. Ecrite et représentée à Rome vers 1525, elle a connu un remaniement important au moment de sa publication, en 1534, en adoucissant quelque peu la charge satirique présente dans la première version. La version originale ne sera publiée qu'en 1970.
Il s'agit d'une pièce foisonnante, avec une double intrigue, dans laquelle viennent s'imbriquer des épisodes secondaires. Cette construction complexe et atypique a valu à la pièce le qualificatif « d'anti-comédie ». Nous suivons en parallèle les mésaventures d'un Siennois stupide, Maco, venu à Rome pour devenir cardinal, tourné en dérision et trompé par Maître André, un peintre, et celles du noble napolitain, Parabolano, guère plus perspicace, qui se laisse abuser par son serviteur Rosso, ce dernier lui faisant croire que la noble dame qu'il aime répond à sa flamme, lui substituant au moment décisif la femme d'un boulanger ivrogne. S'ajoutent à ces trames principales d'autres épisodes, comme les tromperies de Rosso, qui escroque successivement un pêcheur et un Juif. . L'ensemble, un peu confus au demeurant, brosse un tableau haut en couleur de la vie multiforme à Rome, autour de la cour pontifical, en évoquant à la fois la vie des courtisans, des gens fortunés, des serviteurs et parasites qui gravitent autour d'eux, et aussi un peu au second plan, des gens de condition plus modeste.
Au-delà de la charge comique et satirique, la pièce est aussi un manifeste esthétique. L'Arétin met en cause le respect rigide des règles de la poésie dramatique qui commencent à être théorisées, en particulier le respect de l'unité d'action. La pièce peut être comprise comme un pied de nez à la comédie régulière, et apparaître comme un manifeste anti-classique, revendiquant un baroque assumé. L'Arétin est également le défenseur d'une langue italienne certes fondée sur le toscan, mais naturelle, ouverte à un plurilinguisme régional ; les origines diverses des personnages de la pièce lui permettent d'intégrer des éléments langagiers disparates.
La pièce n'est pas facile à suivre, à cause du nombre d'intrigues et personnages, certains aspects satiriques, liés à un contexte qui n'est plus vraiment d'actualité ne sont pas toujours compréhensibles. C'est un étrange objet, fascinant et un peu impénétrable, oeuvre d'un auteur tranchant, aux partis pris affirmés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   31 janvier 2018
Ô Dieu ! Pourquoi ne suis-je pas un homme, comme j'ai l'air de l'être sous ces habits ! Elle a vraiment bien du malheur, celle qui naît femme. Et à quoi sommes-nous bonnes ? Nous sommes bonnes à coudre, à filer, à être renfermées toute l'année ; et pourquoi ? Pour être bâtonnées et insultées tout le long du jour ; et par qui ?...Par un gros ivrogne, par un mauvais fainéant, comme mon mari...Ô pauvrettes que nous sommes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella5Arabella   29 janvier 2018
Il importe avant tout, que le courtisan sache blasphémer ; qu'il sache être joueur, envieux, putassier, hérétique, adulateur, médisant, ingrat, ignorant, âne ; qu'il sache hâbler, faire le damoiseau, et être à la fois agent et patient.
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella5Arabella   28 janvier 2018
Maintenant, concluons-en que, qui veut être bien en cour, doit y devenir sourd, aveugle, muet, âne, boeuf et chevereau, je le dirai, ma foi !
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : comédieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13858 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre