AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757852604
Éditeur : Points (09/04/2015)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Trente ans après les faits, un fils raconte le suicide de son père. L’histoire vraie d’une vie qui s’interrompt sans s’interrompre, tant qu’il en reste un qui aime. Un texte magnifique et poignant. On en sort heureux, heureux que la littérature permette pareille résurrection des morts.

"Ce qui me plait dans ce livre, c'est qu'il est écrit à la hache. on ne devrait jamais écrire qu'ainsi."
Christian Bobin
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  22 mars 2015
Quand j'ai refermé le livre de Ivy Edelstein, j'ai tout de suite eu envie de le relire, pour me plonger à nouveau dans son écriture juste, lumineuse et précise.
Dans la préface, Christian Bobin parle « d'écriture à la hache », je préfère parler d'écriture chirurgicale, ou pour rester dans la métaphore du chemin que l'on trace dans les ténèbres, proposer celle du spéléologue dont la lampe frontale éclaire la progression dans une galerie étroite et sans fin.
Le texte laconique de la 4ème de couverture « Trente ans après les faits, un fils raconte le suicide de son père», en dit peu sur ce récit ; mon clavier a écrit « Trente ans après les faits, un fils raconte le souvenir de son père », lapsus révélateur en effet.
L'auteur raconte son père, sa relation à son père, le vide et le plein laissés par la mort de son père, les habitudes hérités de son père, les références culturelles qui lui rappellent incessamment son père, son regret de n'avoir pas connu son père, les lâchetés qu'il a commises pour ignorer ou renier son père...
Un paragraphe peut donner une clé de lecture du livre :
"Je suis jeune, je veux vivre", je lui ai dit le soir de son départ définitif. "Je veux rompre le fil transparent qui me relie à toi." Je lui ai répété cela deux ou trois fois, inconscient de la dureté de mes mots. Il m'a répondu : "Pardonne-moi d'avoir eu la parole si absente. Pardonne-moi, mon fils bien-aimé, d'avoir eu la vue troublée et le coeur naufragé."
Ce père, il est la lumière et l'ombre :
La lumière est du côté du soleil, et de l'Algérie où il naquit à Bougie (!), de « la lumière assourdissante » de Tipasa, du côté de l'incendie amical d'un champ de colza en fleurs, du côté de la religion, « Et il me montra comment on bricolait une veilleuse merveilleuse de Shabbat avec un verre d'eau, un peu d'huile, une petite mèche et une allumette. La petite veilleuses enlumina aussitôt la cuisine avec sa flamme blanche comme un petit nuage blanc crapahutant volontiers jusqu'au ciel de Dieu.» ; « (il) s'est drapé à jamais dans le ciel de son immense châle blanc de prière et il m'aveugle désormais comme mille soleils. »
L'ombre est du côté de la religion qui parle « la langue du ressentiment et des regret », du côté de Tipasa où « quelque chose de sombre et d'enfoui parle de lui ».
Ivy Edelstein nous lance une question même si pour lui , « la réponse est le malheur de la question » :
- Qu'avons-nous fait de notre père, de notre vivant, et que ferons-nous de lui après sa mort ?
L'entourage se charge de lui rappeler ses responsabilités à la mort du père, l'oncle, la mère, la soeur :
« Maintenant c'est toi l'homme de la maison.» ; « Il me dit que je lui ressemble tellement et cela m'attriste à nouveau.» ; «papa est mort, elle nous parle de son amant comme si de rien n'était.».......
La présence de son père se cache partout, dans la chanson de Carlos Gardel qu'il fredonnait, « Et s'il est à moi l'abri de ton rire léger, pareil à une chanson il apaise ma blessure, tout, j'oublie tout. » ; dans le ciel et le soleil, « Il me suffit d'être sous le soleil, accablé de chaleur, que le ciel soit impeccablement bleu, et mon père inévitablement s'assoit près de moi. »
Elle lui rappelle ce défi qu'il lui a légué : « Si tu fait ce que je n'ai pas fait, tu verras ce que je n'ai pas vu »
La forme du livre, 25 chapitres courts, précédés d'un titre didactique : « On est l'enfant de son père, pas de son époque.» ; «Chaque homme crée un royaume en mourant.» ; «Un père est un petit Dieu qui se débat.» ; «Cet être sans parole n'en finit pas de me parler.», en font un livre de méditation, à garder près de soi, je n'ose dire un livre de de prière ou d'actions de grâce.

«Pensez à votre père, il apparaîtra devant vous
et vous ne lui en voulez de rien »
Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          217
Eleusis
  26 septembre 2015
Ce livre m'a fait tout drôle. J'ai apprécié son style, découpé à la hache selon les mots du préfacier. J'ai aimé la façon dont il essayait, avec sincérité, de reconstituer l'image d'un père disparu, trente ans plus tôt. La voix du narrateur, sans pose, sans apparentes fioritures, m'a fait penser au style d'Annie Ernaux, qui résonne encore, parfois, dans ma mémoire. J'ai même eu envie de faire pareil. Devance tous les adieux doit son titre à la première strophe d'un poème de Rainer Maria Rilke.
Le livre se présente comme un petit cahier – un manuel de deuil, presque. Chaque chapitre commence par un titre-phrase, comme un recueil de maximes liées à la mort et à la sipiritualité. C'est l'une d'elle qui, peut-être, m'a décidée à acheter le livre : Chaque homme crée un royaume en mourant. Pourtant, ces titres m'ont laissée de marbre la plupart du temps. C'est plutôt le contenu de ces chapitres qui m'a touchée. Au début, j'ai noté-recopié plein de phrases dans mon petit carnet. J'ai fini la lecture de ce livre un crayon de papier à la main, à souligner ou mettre des accolades sur le texte. C'est dire les échos qu'il peut avoir.
Pourtant, c'est bien un cheminement très personnel que nous conte Ivy Edelstein. Attiré par le caractère universel de la question, je suis entrée dans ce livre comme chez moi et me suis trouvée presque surprise d'y trouver des objets étrangers, des personnages qui ne collaient pas. le père, juif algérien originaire de Béjaïa du temps qu'elle s'appelait encore bougie me semblait encore plus inconnu que les autres. « Je n'ai pas su grand chose de lui. Ainsi, je le comprends mieux, écrit l'auteur. » Cependant, l'état de surprise (bien égoïste) passé, on se laisse cueillir. Peut-être pourrait-on reprocher à Ivy Edelstein son penchant pour les phrases déclaratives, au présent de vérité générale, mais elles tombent un peu trop justes pour cela.
Mon seul regret, sans doute, la grande interrogation qu'il me reste, c'est sur le statut de ce texte. Publié dans la nouvelle collection Points vivre, collection d'épanouissement intérieur et de spiritualité, le livre s'inscrirait donc dans la nouvelle mode/vague de bibliothérapie. Lire par les temps qui courent ? Bien sûr, mais que cela soit efficace, que cela serve à quelque chose ! A aller mieux, par exemple. Je serais bien mal placée pour condamner cet usage de la lecture, car j'ai souvent utilisé les livres comme des tuteurs, des modèles, pour comprendre certaines choses qui m'échappaient, trouver des moyens d'affronter ce qui me faisait peur, etc. N'est-ce pas une des vertus du conte, que d'apprendre à l'enfant à gérer ses peurs ? Reste que cantonner un texte à sa seule fonction risque d'en limiter la portée. Bien sûr, le livre d'Ivy Edelstein est un beau livre sur le deuil, mais il conte son expérience à lui, dans un style visiblement ciselé pour cet effet. Bien que la préface de Bobin aille dans ce sens, en louant l'écriture du livre avant tout, le rattachement du livre d'Ivy à une telle collection (que je ne condamne pas par ailleurs, j'ai déjà lu des ouvrages de développement personnel qui m'ont aidée) relègue un peu, j'en ai peur, son texte à un simple « témoignage ».
Il arrive souvent qu'un livre puisse panser les plaies de l'âme. Mais nul besoin d'affirmer à grands cris que la littérature nous est utile, bénéfique, ou qu'elle nous relie au réel, si impérieux. Ceux qui se plongent dans ce genre de livres sont déjà là pour ça.
Lien : https://gnossiennes.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aifelle
  22 juillet 2015
Une centaine de pages magnifiques sur le suicide d'un père, trente ans auparavant. Je comprendrais que vous passiez votre chemin, mais vous auriez tort. L'auteur se souvient de ce que fut son père, avant et après la rupture. Ce n'est pas un récit linéaire, mais des fragments épars, des réflexions, des situations, des attitudes qui composent un portrait du père terriblement attachant, jamais impudique.
Le fils n'est pas resté sur une image figée des évènements et sur son chagrin d'enfant, l'adulte qu'il est devenu est apaisé et c'est un splendide hommage qu'il rend à cet homme qui a trouvé la délivrance dans la mort.
Malgré le thème, on en sort réconforté, avec le sentiment d'avoir reçu un cadeau précieux, dans ce partage du vécu de l'auteur.

Lien : http://legoutdeslivres.canal..
Commenter  J’apprécie          50
Philes67
  22 septembre 2015
Trente ans après son suicide, un fils raconte le souvenir de son père.
Commenter  J’apprécie          40
blaise1
  10 avril 2017
Une écriture lumineuse, poétique, ensorcelante pour ce petit bijou qui reste et demeure un de mes livres de chevet, à lire et à relire donc
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   21 mars 2015
"Je suis jeune, je veux vivre", je lui ai dit le soir de son départ définitif. "Je veux rompre le fil transparent qui me relie à toi." Je lui ai répété cela deux ou trois fois, inconscient de la dureté de mes mots. Il m'a répondu : "Pardonne-moi d'avoir eu la parole si absente. Pardonne-moi, mon fils bien-aimé, d'avoir eu la vue troublée et le coeur naufragé."
Commenter  J’apprécie          60
AifelleAifelle   22 juillet 2015
"Mon père a aimé ma mère comme un enfant perdu. Un matin, elle a décidé de ne plus partager sa vie et elle a quitté la maison dans un grand soupir de soulagement, nous laissant seuls avec lui. Il avait quarante-huit ans. Quelques mois plus tard, il avait cent ans. D'hôpital psychiatrique en cures de sommeil, il s'est effondré comme une vieille bâtisse, lui qu'enfant je voyais en château-fort imprenable".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EleusisEleusis   16 juin 2015
Vous ne voyez pas que votre père s'amoindrit. Vous ne voyez pas qu'il s'affaiblit, lui qui était si fort parmi tous les pères du monde. Vous ne voyez pas qu'il descend peu à peu de ses nuages, lui qui était si haut dans votre ciel bleu immense. Et vous n'acceptez pas qu'il s'enfonce vous ne savez où, là où un cœur d'enfant ne peut aller.
Commenter  J’apprécie          20
EleusisEleusis   16 juin 2015
Ce matin, je marche dans la rue à côté de Dieu et je lui donne des grands coups de coude, comme tous ceux qui viennent de perdre un être aimé.
Commenter  J’apprécie          30
Philes67Philes67   22 septembre 2015
La patience, c'est l'angoisse qui sait enfin respirer.
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
84 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre