AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Virgile Macré (Traducteur)
ISBN : 272347433X
Éditeur : Glénat (22/09/2010)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 42 notes)
Résumé :

À une époque où la loi d’Amélioration des Médias a instauré une chasse aux livres, les bibliothèques se sont dotées d’un corps militaire afin de les défendre. Depuis que, lectrice, elle fut sauvée d’une rafle par un des membres de cette unité d’élite, Iku Kasahara rêve d’en faire partie à son tour. Mais l’entraînement, mené d’un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Melopee
  11 juin 2011
Nous sommes au Japon en 2019 et l'organisation de la société a bien changé : le comité d'amélioration des médias censure de plus en plus d'ouvrages. Pour contrer cette oppression, les bibliothèques se sont organisées en trois corps : les bibliothécaires (qui assurent le travail normal), le personnel de défense (qui protège la bibliothèque) et enfin le support logistique (qui coordonne l'action des deux autres corps).
Autant dire que les structures sont plus efficaces et qu'en plus de former du personnel de bibliothèque, on forme aussi les jeunes à l'attaque c'est-à-dire à l'unité de défense : il est nécessaire de pouvoir intervenir dans les bibliothèques et de faire valoir son droit de préemption (droit suprême qui autorise le personnel de défense à récupérer tout ouvrage subtilisé).
Iku, jeune adolescente rêveuse et idéaliste, aspire justement à intégrer le personnel de défense afin de rendre justice aux démunis et de faire reculer la censure. En effet, lorsqu'elle était jeune, alors qu'elle allait se faire confisquer un livre soumis à la censure, un héros vengeur (du corps de défense) lui a remis l'ouvrage sans contrepartie.
De cet épisode marquant, Iku retient l'homme qui lui a permis la liberté de lire le livre qu'elle souhaitait et elle s'est mise à marcher dans ses traces, avec l'espoir de le rencontrer à nouveau pour le remercier. Voilà donc notre adolescente qui fait l'apprentissage d'une formation très complète marquée par un entrainement très soutenu (tirs, hélicoptères...), par une connaissance des bibliothèques qu'elle ignorait jusque-là... bref, elle n'est pas simple la vie de défense des libertés. D'autant plus que ce sont les hommes qui normalement s'orientent dans ce corps-là. Ses parents ne sont pas au courant de son choix et ses supérieurs lui mènent la vie dure. Il y a Dojo, très à cheval sur le règlement et qui se moque gentiment du motif qui a conduit Iku à être dans le corps de défense (en effet, la jeune fille parle avec ferveur du justicier qui a marqué son enfance). Il y a Tezuka, son camarade qui a toutes les capacités et se sent lésé d'être avec une fille. Enfin, il y a Shibazaki, sa camarade bibliothécaire, qui en pince pour le rigide Dojo.
Les journées s'organisent entre entrainements, apprentissage sur le terrain et missions commandos. La vie en bibliothèque, laissez-moi vous le dire, et finalement bien loin d'être de tout repos.
J'ai trouvé que d'inscrire l'histoire dans moins d'une décennie était instructif car l'aspect censure peut toujours surgir d'un instant à l'autre. Nous ne sommes pas à l'abri de restrictions, que ce soit en bibliothèque ou ailleurs, et d'ancrer la narration ainsi dans un futur presque immédiat, cela m'a permis de considérer des aspects qui je pensais enfouis dans le passé. Cette organisation, très structurée, m'a semblé très bien conçue car on sent une réelle menace planant sur les bibliothèques (et l'auteur en fin de livre nous offre une annexe avec une description des grades imaginaires). Ce n'est peut-âtre pas le cas aujourd'hui, mais qui nous garantit que ces services soient ouverts et pluridisciplinaires sur le long terme?
En somme, c'est un Japon fictif qui se dessine sous nos yeux et on se plait volontiers à imaginer un pan de société où la culture serait un privilège. Non pas que la censure soit une solution pour prendre conscience de la valeur de nos écrits défendus, mais la bibliothèque, telle que décrite, gagne en prestige. Tous savent que ce sont les bibliothécaires et leurs collègues de défense, qui font régner l'harmonie et permettent un libre accès aux supports et à l'information.
Un premier tome qui est en fait très prometteur. Il y a une bonne dose de dialogues, des personnages très attachants (quoique tous un peu butés de caractère) et une intrigue qui se renouvèle en permanence. La suite sera-t-elle aussi plaisante à lire? Telle est la question !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HeryJaylhe
  05 janvier 2019
L'anime, les films et maintenant les romans! C'était une obligation de les lire. Ni plus, ni moins.
Comment ne pas adorer alors que j'étais déjà fan de l'histoire et des personnages? de l'humour qui m'a fait rire comme pas possible, des messages forts sur la censure et la liberté d'expression (et sur l'injustice). Un message aussi très fort sur la foi et la persévérance. Avoir foi que nos actions ne sont pas inutiles, même si tout semble perdu d'avance et qu'on ne voit pas la lumière au bout du tunnel.
Dojo, je l'adore. Son orgueil sur sa grandeur, sa manière de rembarrer Kasahara et de lui donner des leçons (qu'elle mérite amplement parfois), sa force et sa maturité dans certaines situations (son immaturité dans d'autres), même s'il peu être parfois sévère et qu'il traite Kasahara de tous les noms possibles. C'est pile poil le genre de personnage qui reste gravé longtemps dans ma mémoire.
Quant à Kasahara, elle en fait du chemin depuis le premier tome jusqu'au dernier! Ouf! Elle m'a saoulé à un ou deux moments, mais je l'ai beaucoup appréciée tout de même, parce qu'elle ne se laisse pas abattre et surtout, parce qu'elle a un tempérament enflammé. Cela donne lieu à des situations assez cocasse. En gros, c'est le genre de fille qui peut être très arrogante quand elle le veut (surtout envers Dojo). Et à chaque fois, soit elle se fait rembarrer ou entame une énième dispute avec le lieutenant, soit elle réalise plus tard à quel point elle a dit et fait des choses embarrassantes en sa présence. En gros, le karma fait très bien son boulot avec elle. Ah ah.
Même si je connaissais déjà l'histoire sur le bout des doigts, j'ai aimé lire les romans, parce que les personnages sont plus approfondis (déjà, je trouvais que les personnages étaient la force dans les autres adaptations, ici, c'est encore mieux). Aussi, c'est plus centré sur les enjeux politiques. Cela permet de mettre en lumière certains détails qui manquaient peut-être dans les autres adaptations.
Là, mon avis n'est clairement pas objectif. J'étais déjà beaucoup attachée à l'histoire et aux personnages. Je recommande toutefois Library Wars pour ceux qui ne connaissent pas encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Valasty
  30 juin 2015
Pour la petite histoire, j'ai découvert ce livre après avoir vu l'adaptation cinématographique du même nom. Ayant beaucoup aimé le film, je me suis renseignée sur le sujet et j'ai vu qu'il était tiré d'une saga (tétralogie), qui plus est éditée en France ! Je me suis tout de suite procuré le premier tome, que j'ai lu assez rapidement.
Tout d'abord, il faut bien préciser que j'adore l'histoire. C'est une dystopie qui se déroule dans notre monde, en 2019, au Japon, une trentaine d'années après le vote d'une loi pour « l'amélioration des média ». Si ce principe part d'un bon sentiment, l'application de la loi dérive brusquement vers la censure : un comité liste les livres qu'il juge dangereux ou mauvais pour les lecteurs et un commando militaire, affilié à l'État, se doit alors d'en faire disparaître les exemplaires. Une organisation adverse, le Corps des bibliothécaires, fait son apparition pour contrer cette loi qui nie le droit à une liberté de culture. Dans le souci de contenter tout le monde et de préserver le calme, le gouvernement lui permet de se saisir des livres censurés afin de les stocker avant que le commando ne les détruise. Toutefois, de nombreux conflits opposent ces deux organisations, qui ont besoin de toujours plus de soldats. Nous suivons donc l'héroïne Iku Kasahara qui intègre le Corps des bibliothécaires et se retrouve alors mêlée à ces guerres intestines.
Ce que j'aime beaucoup dans l'histoire, c'est qu'elle est probable ; rien ne nous éloigne véritablement de notre quotidien (on est bien loin des dystopies post-apocalyptiques). de plus, le message est saisissant : on a déjà connu la dérive de la censure, et peu s'en faudrait pour qu'elle réapparaisse. le gouvernement autorise, certes, deux organisations opposées afin de ne pas froisser une partie de l'opinion publique mais les politiciens corrompus font tout pour mettre à mal le Corps des bibliothécaires qui les gêne terriblement. Derrière cette fiction qui peut paraître un peu légère (il y a une bonne dose d'humour), se cache donc une satire acerbe sur le pouvoir et une ode à la liberté d'expression. de plus, les personnages sont attachants, ne manquent pas de caractère et l'univers est bien construit (jusqu'au détail des différents grades militaires qui sont répertoriés à la fin du livre). La seule chose qui me rebute et pour laquelle je ne mets que quatre étoiles, c'est l'écriture. Je ne sais pas si ça vient de la traduction, mais le style est très simple, sans grande originalité. le vocabulaire est parfois même un peu trop familier (ce qui provient peut-être du contexte militaire) et les actions et les descriptions sont si brèves et se résolvent si vite que j'ai eu du mal à me les représenter. Je trouve ça dommage car cette histoire a un grand potentiel, notamment auprès des amateurs de light novels et de dystopies. Il n'est malheureusement pas très connu, mais vaut pourtant le détour !
Pour ceux qui seraient plus tentés par d'autres formats, sachez que l'histoire a été adaptée en série animée, en manga, et plus récemment en film (le deuxième opus sort en octobre au Japon).
Lien : https://leslecturesdevaletas..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Elenewey
  10 mai 2012
Iku Kasahara vit dans un Japon du futur proche où la censure des médias, des livres, etc. est de plus en plus sévère. Seule les bibliothèques, lieux publics de culture pour tous, ne sont pas sous le coup de cette censure. Cependant, cela demande une résistance farouche de leur part, raison pour laquelle a été créé un personnel militaire visant à les protéger. Notre héroïne vient tout juste de trouver sa place parmi eux, après l'avoir voulu depuis des années... et le moins qu'on puisse dire c'est qu'on ne s'ennuie pas ! Car malgré ses capacités physiques exceptionnelles, la tête ne suit pas toujours... On se retrouve donc embarqué dans ses aventures !
Ce livre m'a été prêté par une amie et en dehors du titre pour m'aider, je ne savais pas du tout ce que ce serait.
Et j'ai sincèrement bien accroché.
Le contexte de l'histoire est original (des soldats protégeant des bibliothèques) sur un thème bien connu et qui me tient à coeur (la censure).
La seule chose qui me perturbe un peu, c'est que l'auteur est un écrivain japonais et donc cela se ressent dans la traduction et le style, mais ça fait aussi partie du charme. Y compris la romance innocente et naïve qui naît entre Iku et son instructeur Dojo.
Ce n'est pas un livre qui prend aux tripes mais qui se laisse lire plaisamment.
Et ma note serait plutôt 3,5/5.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lagagne
  22 décembre 2014
C'est pas tous les jours qu'un livre transforme votre métier en sauveur du monde libre, surtout quand vous êtes bibliothécaire ! Mission remplie par ce manga. Je craignais que ce rôle ne soit pas crédible pour des bibliothécaires, mais finalement si. Et bizarrement, ces défenseur de la liberté de pensée et d'expression face à la censure ambiante, me rappelle assez la situation actuelle. Même si dans l'histoire c'est le gouvernement qui censure, alors que chez nous la population s'y met aussi. oui, je me demande lequel est le pire...
Sinon, côté manga on échappe pas au classique du manga pour ado : on sent poindre l'histoire d'amour à des kilomètres ! Mais pour le moment c'est tout de même bien fait. A voir comment cette série évolue !
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
mathilde08mathilde08   06 juillet 2011
Déclaration relative à la liberté des bibliothèques

1. Les bibliothèques ont le droit de collecter librement des documents.

2. Les bibliothèques ont le droit de proposer librement des documents.

3. Les bibliothèques protègent la confidentialité de leurs lecteurs.

4. Les bibliothèques s'opposent à toutes forme de censure injustifiée.

Nous, bibliothécaires, unirons toutes nos forces pour défendre la liberté des bibliothèques chaque fois qu'elle sera violée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Koneko-ChanKoneko-Chan   30 octobre 2013
À l'école primaire, elle pouvait tantôt se défouler à la balle au prisonnier avec les garçons, tantôt se passionner pour une belle histoire. Ses camarades s'étonnaient : "C'est trop bizarre de te voir lire !" Elle en était à chaque fois contrariée.
*Mais qu'est-ce qu'il y a de bizarre ?*
Commenter  J’apprécie          70
mathilde08mathilde08   06 juillet 2011
Genda raccrocha. "Le commandant a été enlevé à l'extérieur du centre funéraire. Avec Kasahara."
Un fracas. Dojo avait renversé sa chaise d'un coup de pied.
Il ouvrit la bouche, mais se tut finalement. A côté de lui, Komaki se leva, redressa la chaise, et saisit Dojo aux épaules. Sous la pression, les genoux de celui-ci fléchirent et il dut s'asseoir.
"Navré, fit Dojo. Je vous en prie; capitaine, continuez."
Sans lui en tenir rigueur, Genda exposa la situation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissbouquinMissbouquin   09 novembre 2012
"Sa sympathie se porterait toujours vers les êtres épris de livres - et vers ceux qui les écrivaient. Les Corps des bibliothécaires existaient peut-être davantage pour les défendre, eux, que pour simplement protéger les écrits."
Commenter  J’apprécie          40
PigranellePigranelle   28 janvier 2014
Hormis la Bibliothèque Nationale du Parlement, les bibliothèques publiques dépendaient toutes des collectivités locales. Un rapport paru en 1963, "L'Administration des bibliothèques publiques des villes petites et moyennes" (dit le "rapport 63") avait déjà souligné que les bibliothèques publiques, qui avaient pour mission d'offrir un service à la population locale, ne constituaient pas une organisation hiérarchique centralisée et n'entraient donc pas dans le budget de l'Etat. De ce fait, le financement des Corps des bibliothécaires représentait, aujourd'hui comme hier, un motif d'inquiétude constant. Mais leur indépendance administrative leur permettait de s'opposer au Comité d'amélioration, lequel était placé sous la tutelle directe du ministère de la Justice.
Le conflit s'inscrivait dans un cadre plus général d'antagonisme entre l'Etat et les administrations locales, alimenté par les tendances décentralisatrices apparues dans les années 1970, et par les rumeurs persistantes de refonte des quarante-sept préfectures du pays en une dizaine de territoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Hiro Arikawa (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hiro Arikawa
Les mémoires d'un chat, de Hiro Arikawa
autres livres classés : censureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr