AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081451670
Éditeur : Flammarion (05/06/2019)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Devant la maison de leur maître, deux esclaves se lamentent : comment ce dernier, Démos, a-t-il pu se laisser embobiner par un dangereux beau parleur qui ne songe qu'à le manipuler (Les Cavaliers) ? Chambardement en vue à Athènes : déguisées en hommes, les femmes prennent place à l'Assemblée et font voter de nouvelles lois qui malmènent l'ordre établi (L'Assemblée des femmes). Maniant la satire avec la puissance comique et la fécondité d'invention qui le caractérise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Patsales
  08 septembre 2019
Ouh, la jolie couverture ! Ça donne envie, non?
La préface est intéressante (j'aime souvent bien les éditions scolaires, c'est carré et didactique, ça me convient bien).
Oui, mais tout se gâte à la lecture de la première pièce. Entièrement dédiée à Cléon, homme politique qu'Aristophane agonit d'injures, elle se lit difficilement. Les allusions qui devaient faire se tordre de rire les Athéniens de l'époque ont du mal à se faire comprendre et le va-et-vient entre texte et notes n'aide pas à se laisser emporter par l'histoire. Exemple: « Il le séduit avec des rognures de cuir. » dit le premier serviteur. « Cléon possédait une tannerie » dit la note. « Ça va être long » pense la lectrice.
Et je ne vous dis même pas comment la lectrice se sent flouée lorsque 3 pages plus loin elle apprend, toujours grâce aux notes, que l'anodine réplique suivante: « Tu feras la noce au Prytanée. » est en réalité une insulte sexuelle que d'aucuns formuleraient plutôt sous la forme « Tu suceras au Prytanée. »
Ce texte est au programme de futurs ingénieurs. On s'imagine quoi? Qu'ils seront plus performants si on leur donne un enseignement purement turel, sans le cul qui devrait précéder? Quelques pages plus loin, je suis tombée sur le mot « inverti ». « Inverti »? Mais QUI peut bien encore utiliser un vocabulaire pareil? Et encore plus loin, je lis « vesser ». « Vesser »??? Je me précipite sur mon dico: « vesser » signifie tout simplement « péter »...
Bref, mon ami Google m'apprend que le traducteur de ce livre imprimé en juillet 2019 est un professeur de grec en poste à Casablanca en 1930. Ah ah. Elle est piquante, sa traduction, à ce malheureux Marc-Jean Alfonsi, qu'on imagine se tordre les mains de désespoir en se demandant comment il allait rendre totalement inodore le texte d'Aristophane. Je ne sais pas s'il faut l'en féliciter, mais il a admirablement rempli la tâche qu'il s'était fixée.
Dionysos merci, même Marc-Jean n'a pu totalement policer la seconde pièce. Les Grecques viennent au secours d'un gouvernement totalement dépassé et décident d'établir une société communiste: chacun mange selon ses besoins et passe ses nuits avec qui il veut. Et puisque les plus vieux/vieilles ont droit eux aussi aux joies du sexe, ils/elles deviennent prioritaires au grand dam des plus jeunes forcés d'honorer tout ce qu'Athènes compte de ridés et d'édentés avant de compter fleurette à qui les intéresse. C'est parfaitement scabreux et hilarant et tout en gloussant on ne peut se défendre de réfléchir aux paradoxes d'une démocratie idéale.
Sinon, j'ai appris depuis que la traduction de référence était celle de la Pléiade. C'est pas donné, tant pis: Duralex sed lex.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
jauchatpitrejauchatpitre   09 septembre 2019
Mais moi quand je vis qu on prenait au sérieux ses déclarations, et qu on se laissait prendre à ses postures ": Allons, dis je, Esprit de la canaille, de la tromperie , de la bêtise, de la malice et de l impudence et toi place publique, où fut élévée mon enfance, c est le moment de m inspirer l audace la loquacité et la verve de l insolence"
Comme je ruminais ces résolutions, à droite un inverti m'y confirma en lâchant un pet. Je me prosternai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EmAubEmAub   24 août 2019
Pour gouverner le peuple, il ne faut pas un homme pourvu d’une bonne culture et d’une bonne éducation. Il faut un ignorant doublé d’un coquin.
Commenter  J’apprécie          20
jauchatpitrejauchatpitre   10 septembre 2019
Bien sûr ; on peut comparer ta méthode à celle des pêcheurs d'anguilles. Quand l eau de l'étang reste calme, ils ne prennent rien. Quand ils remuent la vase du fond pour la faire remonter à la surface, ils attrapent du poisson. Toi aussi, ta pêche est bonne quand tu mets le trouble dans la ville.
Commenter  J’apprécie          00
jauchatpitrejauchatpitre   09 septembre 2019
Il avait du reste l'habitude de dire qu avant de prendre la barre il faut être rameur; qu ensuite on peut devenir maître de manoeuvre et voir d'où vient le vent; enfin l on peut commander en premier le navire.
Commenter  J’apprécie          00
jujusorel75jujusorel75   17 octobre 2019
Comment un homme ivre pourrait-il avoir une idée qui tienne debout ?
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Aristophane (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Aristophane
"Peut-on rire de tout ?", une émission de radio « Nouveaux Chemins » sur Aristophane diffusée, le 19 mars 2013, sur France Culture, dans le cadre d’une semaine intitulée « Éloge de la parodie ». Adèle an Reeth recevait Ghislaine Jay-Robert, maître de conférence en langue et littérature grecques à l’Université de Perpignan.
autres livres classés : démocratieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox