AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Victor Coulon (Éditeur scientifique)Hilaire Van Daele (Traducteur)Silvia Milanezi (Préfacier, etc.)
ISBN : 2251800026
Éditeur : Les Belles Lettres (05/03/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Ils vont nu-pieds, leur teint est pâle comme celui des cadavres, leurs regards sont brillants. Ils se servent de leur langue affûtée pour enseigner, contre salaire, l'art exquis de douter de tout, de transformer le discours juste en discours injuste et de vivre au-dessus des lois. Dans l'ombre du " pensoir ", ces morts-vivants ont pour maître le bavard, le divin Socrate. A travers ces personnages, synthèse des différents intell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ElGatoMalo
  25 septembre 2013
Finalement très ennuyeux car truffé de références très contingentes qui obligent à lire les notes de bas de page du traducteur pour comprendre l'humour et pour le compte, on passe totalement à coté (essayez d'imaginer l'impact comique des textes de Pierre Desproges lus par un migrant martien en 4500 de notre ère, tous les effets tomberaient à l'eau). Si j'étais un helléniste très distingué, connaissant parfaitement cette période de l'âge d'or grec, peut-être... Un achat impulsif que je ne regrette pas. Je me suis fait une idée par moi-même d'un petit morceau de la culture classique. Il reste sur une étagère, à bout de bras, on ne sait jamais : je lirai la suite un de ces jours. Qui sait ?
Commenter  J’apprécie          119
miriam
  22 mai 2018
Après avoir refermé le Va-nu-pieds des nuages de Takis Théodoropoulos dont le narrateur est le Démon de Socrate, racontant comment Aristophane  a choisi de ridiculiser  Socrate, encore inconnu, et les sophistes.
J'ai donc voulu la pièce antique : Les Nuées.
Pas d'effet de surprise : Théodoropoulos a  largement commenté la rédaction et la représentation de cette comédie sur une centaine de pages tandis que  le texte original est assez court (67 pages, y compris la présentation).
L'effet comique ne correspond peut être pas à ce qu'un spectateur moderne attend d'un "classique" beaucoup de pets et flatulences, des sous-entendus grossiers qui peuvent étonner. J'ai finalement beaucoup plus ri à la lecture du Va-nu-pieds des nuages qu'à celle de la comédie d'Aristophane.

En revanche l'aspect "témoignage archéologique" m'a beaucoup intéressée. Tout d'abord la structure du texte découpé en Prologue, Parodos, Choeurs, Scène lyrique, Agon, Episodes, Parabases... Alternent des dialogues en phrases courtes et dissertations sur le théâtre lui-même, des scènes triviales et des invocations des dieux (ou des nuées). Les allusions à la vie quotidienne m'ont aussi amusée. Allusion à la vie politique d'Athènes, heureusement j'ai eu une bonne introduction avec la lecture de Théodoropoulos! Aristophane ne se prive pas de moquer les auteurs de farces et comédies faciles et par cette occasion raconte l'Athènes du 5ème siècle!

Maintenant  j'attends l'occasion de voir la pièce jouée (ce n'est pas prévu dans le futur proche, malheureusement). Une pièce est faite pour être représentée!
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DonaSwann
  18 juin 2016
Strepsiade est désemparé. Ce mariage avec une aristocrate désargentée ne tourne pas bien : paysan roublard mais pas bien malin, le voilà ruiné par un fils qui a des goûts de luxe, et notamment celui des chevaux. Heureusement, il entrevoit une issue : son voisinage est celui du "pensoir" de Socrate et de ses disciples. On dit qu'il a le pouvoir de faire passer les choses justes pour injustes et vice-versa ; en faisant apprendre cette science sophiste à son fils, il pourra peut-être échapper à ses créanciers ? le jeune homme ayant refusé, Strepsiade entame lui-même ses études de philosophie...
Voilà une pièce bien démagogue et fort mal renseignée qui a valu au tout jeune Aristophane une cuisante défaite au concours des Grandes Dionysies... Il semble avoir confondu Socrate avec les philosophes de Milet, avec Anaxagore et, bien sûr, avec les sophistes. Platon ou Xénophon pourrait dire que Socrate ne faisait pas payer ses leçons, qu'il ne s'intéressait guère à la physique ni au naturalisme, qu'il est mort parce qu'il estimait que les lois n'ont de sens que si on leur obéit, et il n'était pas précisément athée...
Ne boudons cependant pas notre plaisir : même si beaucoup des jeux de mots sont difficilement traduisibles, la pièce est drôle, le comique du personnage de Strepsiade est efficace et l'intrigue ménage quelques rebondissements.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CCoco
  13 août 2015
En vacances près d'Epidaure, la lecture d'un classique grec s'imposait...
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
finitysendfinitysend   21 septembre 2012
Voici un cours de philosophie , mais selon Aristophane , donc ça promet !
Les nuées ,

SOCRATE. Veux-tu connaître nettement les choses célestes, ce qu'elles sont au juste ?
STREPSIADE. Oui, par Zeus ! si elles sont.
SOCRATE. Et converser avec les Nuées, nos divinités ?
STREPSIADE. Assurément.
SOCRATE. Assois-toi donc sur la banquette sainte.
STREPSIADE. Voilà, je suis assis.
SOCRATE. Maintenant prends cette couronne.
STREPSIADE. A quoi bon une couronne ? Malheur à moi, Socrate ! Est-ce que vous allez me sacrifier comme Achamas ?
SOCRATE. Non ; c'est tout ce que nous faisons aux initiés.
STREPSIADE. Eh bien, qu'y gagnerai-je ?
SOCRATE. D'être un roué en fait de langage, une cliquette, une fleur de farine. Seulement, ne bouge pas.
STREPSIADE. Par Zeus ! tu ne mens pas ! Saupoudré comme je suis, je vais devenir fleur de farine.
SOCRATE. Il faut que ce vieillard observe le silence et qu'il écoute la prière : "Souverain maître, Air immense, qui enveloppes la terre de toutes parts, Ether brillant, et vous, Nuées, vénérables déesses, mères du tonnerre et de la foudre, levez-vous, ô souveraines, apparaissez au penseur dans les régions supérieures !"
STREPSIADE. Pas encore, pas encore ; pas avant que je me sois enveloppé de ce manteau, de peur d'être inondé. N'avoir pas pris, en sortant de chez moi, une casquette de peau de chien, quelle malchance !
SOCRATE. Venez, ô Nuées vénérées, vous manifester à cet homme, soit que vous occupiez les cimes sacrées de l’Olympe, battues par les neiges, soit que dans les jardins de votre père Océan vous formiez un chœur sacré avec les Nymphes, soit que, aux bouches du Nil, vous puissiez des eaux dans des cornes d'or, que vous résidiez aux Marais Méotide ou sur le rocher neigeux du Mimas, écoutez-nous, accueillez notre sacrifice, et que nos cérémonies vous fassent plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Aristophane (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Aristophane
Les Oiseaux D'Aristophane Traduit du grec par Agathe Mélinand Mise en scène, décors et costumes Laurent Pelly Création le 18 avril 2017 au TNT - Théâtre national de Toulouse
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Littérature grecque : drames (40)
autres livres classés : comédieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13842 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre