AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Yoko Kawada (Traducteur)Patricia Beaujin (Traducteur)
ISBN : 2234023068
Éditeur : Stock (30/11/-1)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 21 notes)
Résumé :

Comme c'était autrefois la coutume au Japon, Kaé a épousé Umpei par procuration, car son jeune mari est retenu à Tokyo où il poursuit ses études de médecine. Malgré cette absence qui va se prolonger trois ans, Kaé est heureuse : elle aime et admire sa belle-mère, la très belle Otsugi qui lui voue une grande affection. Tout change au retour d'Umpei : Otsugi devient brutalement hostile et jalouse &... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
kuroineko
  07 juillet 2018
L'écrivain japonaise Ariyoshi Sawako m'avait déjà marquée par sa finesse d'analyse et la profondeur psychologique de ses personnages avec le Miroir des courtisanes.
Je retrouve les mêmes sensations de lecture avec Kaé ou les deux rivales. Jeune fille issue de la caste samouraï; Kaé entre comme épouse du fils héritier dans la maison de médecins de campagne Hanaoka à la demande de Otsugi, sa future belle-mère. Union particulière puisque l'époux est en études à Kyoto et ne reviendra que trois années plus tard. En tant que brue, Kaé se sent intégrée à sa nouvelle famille grâce à l'amabilité continue dont fait preuve Otsugi. Mais lorsque Unpei revient, celle-ci révèle la mère possessive en elle. Débutent des années de sourde animosité entre les deux femmes. Jalousie, perfidie et piques pleuvent, enrobées de tant de velours que de l'extérieur, on ne peut qu'envier Kaé d'avoir une belle-mère aussi complaisante et pleine d'égards pour elle.
Ariyoshi Sawako instille l'ambiance délétère qui s'installe dans la maisonnée avec un art consommé. Son pinceau est d'une grande élégance et découvre le quotidien des femmes de cette période comprise entre la fin du XVIIIème siècle et le début du XIXème. Même si son attention porte principalement sur les destinées féminines, et plus particulièrement sur Kaé et Otsugi, elle dépeint le travail et l'existence d'un médecin. Si Unpei vit dans une petite bourgade, il s'est néanmoins intéressé lors de ses études à la médecines occidentales hollandaises. le Japon des Tokugawa est alors fermé aux étrangers, à l'exception des représentants de la Hollande, concentrés sur l'île de Dejima. L'influence de leurs avancées scientifiques et médicales se diffusent peu à peu. Ainsi Unpei a-t-il pu bénéficier de l'enseignement d'un adepte japonais de ces nouveaux préceptes. Il reprend à son compte ses acquis et travaille à améliorer savoirs et techniques chirurgicales afin de guérir le plus de maladies et problèmes possibles.
Cette partie est également fort intéressante à découvrir, surtout lorsqu'on apprend - après vérification - que Hanaoka Unpei, appelé également Seishusensei, a effectivement existé et s'est rendu célèbre au Japon par une prouesse médicale d'importance.
J'avais trouvé cette édition France Loisirs un peu défraîchie dans une boîte à livres. Je ne m'attendais d'ailleurs pas à y rencontrer Dame Ariyoshi, d'où ma joie de me plonger dans cette lecture. Lecture formidable, enrichissante et très prenante. J'espère pouvoir lire ses deux autres ouvrages traduits en français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
nounours36
  08 juillet 2016
Kaé est une toute jeune fille d'une riche famille de samouraï. Toute jeune elle est impressionnée par la beauté et l'intelligence de Otsugi. Kaé la trouve mal assortie avec son époux, le médecin Naomichi, brillant, mais alcoolique et imbu de sa personne.
L'incipit du roman commence ainsi :
« Kaé avait huit ans lorsqu'elle vit Otsugi pour la première fois. Elle avait supplié Tami, sa nourrice, de l'emmener à Hirayama, village voisin, dès que celle-ci lui avait raconté l'histoire. C'était en été. le jardin devant la maison était envahie par les mauvaises herbes, et les fleurs blanches de l'aubergine-qui-rend-fou se détachaient avec une clarté singulière sur le fond vert de l'herbe alourdie de chaleur. Elles ressemblaient merveilleusement au profil blanc d'Otsugi, tel qu'il surgit soudain sous l'auvent de la vieille maison. »
Bien des années plus tard, Otsugi vient demander à Sajibe le père de Kaé une demande de mariage par procuration pour son fils Umpei Shin. Mariage contraire aux traditions entre un médecin pauvre et une riche famille.
Malgré les oppositions de Sajibe, le mariage a quand même lieu et Kaé intègre la famille comme bru. Kaé ne connaît pas encore son mari, absent pour plusieurs années qui poursuit ses études de médecine à Kyoto. Elle apprend à connaître sa belle famille et semble en faire partie. Et cela jusqu'au jour où son mari rentre de Kyoto et ou sa belle mère la traite alors en paria. Une haine latente s'entretient entre les deux femmes. Seishû, le mari, quand a lui, ne pense qu'a ses recherches médicales : la création d'un anesthésique puissant pour opérer et ses recherches sur le cancer du sein.
On recherche les motivations de chacune des protagonistes. Pour Kaé son admiration envers la beauté et l'élégance d'Otsugi la rapproche de cette famille, mais l'amour immodéré d'Otsugi envers son fils en fera devenir un objet de jalousie entre ses deux femmes.
Roman historique qui se déroule à la fin du shogunat Tokugawa entre 1603 à 1867, mais également fresque sociale. L'objet de ce livre a en toile de fond les progrès de la chirurgie au 18e siècle, les découvertes scientifiques. le mélange des médecines chinoises et des découvertes hollandaises faisant progresser les recherches médicales. La rivalité de ces deux femmes servant à Otsugi à faire avancer ses connaissances médicales.
Ariyoshi Sawako nous dévoile la condition de la femme dans la période fin 18ème, début du 19e. Inspirée d'une histoire vraie, récit émouvant et une très belle écriture ou la psychologie des personnages est finement décrite.
Lien : https://nounours36.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cannetille
  09 mars 2019
Ce captivant roman historique est basé sur la vie réelle du chirurgien japonais Hanaoka Seishū qui, alliant des connaissances médicales chinoises et hollandaises, inventa un puissant anesthésique quarante ans avant que ne soient découverts l'éther, puis le chloroforme. Il réalisa une double première en 1805 : première opération sous anesthésie générale, et qui plus est, première opération d'un cancer du sein.
Sawako Ariyoshi a mêlé aux faits historiques une rivalité entre la mère et l'épouse du médecin, comme il en existait communément à cette époque, alors que la bru venait s'installer chez son mari et sa belle-mère.

L'intérêt du livre est donc multiple : il est l'occasion de découvrir un étonnant personnage réel, dont l'humilité est sans commune mesure avec ses contributions au progrès de la médecine, à une époque où l'on soignait encore souvent par la prière et les pratiques superstitieuses. Il offre aussi une fascinante plongée dans la vie quotidienne de la campagne et des petites villes du Japon de la fin du 18ème et du début du 19ème, ainsi qu'un vivant tableau de la dure condition féminine d'alors.
Les personnages principaux sont en effet les femmes : épouse, mère, soeurs. La cohabitation fait de leur vie un tissu de jalousies, de mesquineries et de haines, qui couvent sous des dehors d'exquise politesse : jamais exprimée ouvertement, la méchanceté se fait rouerie et n'en devient que plus cruelle.

Ce roman a été adapté au cinéma au Japon en 1967.

La découverte toujours étonnante du Japon alliée à l'écriture tout en élégance, à la profondeur psychologique des personnages et à la finesse d'analyse de Sawako Ariyoshi font pour moi de cette lecture un coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Vermeer
  16 décembre 2015
Fin XVIIIème siècle au Japon, Kaé a épousé par procuration Umpei. Celui-ci poursuit des études de médecine et ne revient auprès de son épouse qu'au bout de trois ans ! Otsigi, mère d'Umpei, tient à surveiller sa bru pendant tout ce temps et elles s'entendent fort bien. Kaé admire sa belle-mère. Cependant, tout change lorsqu'Umpei revient. L'amitié se mue en jalousie puis en haine qu' Umpei va utiliser pour des expériences médicales selon des méthodes très douteuses.
Commenter  J’apprécie          20
tomgus
  17 janvier 2018
Le combat d'une vie entre une mère et sa belle-fille pour s'attacher le fils et mari, un médecin - chirurgien inventif qui fit avancer la science du pays. C'est un combat où l'une et l'autre risquent leur vie, mais sans bruit, sans éclat, dans lequel, la tradition, les formes sont respectées. le roman rend bien le contraste entre la violence de l'intention et le calme de l'expression
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nounours36nounours36   07 juillet 2016
Une ombre pénétra dans la chambre et s'étendit sur la couche voisine de celle de Kaé. Celle-ci, comprenant, à la façon dont Otsugi retenait son souffle, qu'elle l'écoutait, ouvrit grands les yeux dans l'obscurité. Les deux femmes, nerveusement conscientes de la présence l'une de l'autre, ne s'endormaient pas. La mère, qui espérait voir son fils dormir seul, éternellement, et l'épouse, qui découvrait en sa belle-mère un obstacle entre elle et son mari avaient toutes les deux les nerfs à vif, et chacune surveillait sa respiration pour ne pas laisser à l'autre le loisir de deviner les sentiments qui l'agitaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CannetilleCannetille   09 mars 2019
C'est pour cela que les sœurs du maître de la famille sont considérées comme inutiles et envoyées ailleurs en tant que brus. Cela doit avoir été comme cela depuis toujours, et cela continuera à l’être éternellement. Car les hommes et les femmes existeront toujours les uns et les autres, même si la famille cesse d'être. Moi, je ne veux plus renaître femme dans un monde pareil. Mon plus grand bonheur dans la vie, c'est justement de ne m'être jamais mariée. J'ai réussi à n'être ni bru ni belle-mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nounours36nounours36   07 juillet 2016
Les malades révèrent le médecin comme un dieu tant qu'ils ont besoin de lui, mais une fois la guérison obtenue, ils l'attribuent à la protection divine, est comptent pour rien l'efficacité des médicaments. Ils oublient complètement qu'un médecin les a soignés
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Sawako Ariyoshi (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sawako Ariyoshi
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 25 janvier 2019 :
La Vie rêvée de Margaret de Katherine Center aux éditions Milady https://www.lagriffenoire.com/138069-divers-litterature-la-vie-revee-de-margaret.html
Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent de Jeannette Bougrab aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/138069-divers-litterature-la-vie-revee-de-margaret.html
Le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Mercure de France https://www.lagriffenoire.com/129432-divers-litterature-le-crepuscule-de-shigezo.html
Les dames de Kimoto de Sawako Ariyoshi et Yoko Sim aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/133141-romans--les-dames-de-kimoto.html
Toute la vérité de Karen Cleveland et Johan-Frédérik Hel-Guedj aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/138394-nouveautes-polar-toute-la-verite.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre