AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Helen Grace tome 2 sur 12
EAN : 9782264069146
432 pages
10-18 (02/03/2017)
3.89/5   549 notes
Résumé :
Southampton, quartier rouge. Le corps d'un homme est découvert. Atrocement mutilé, le cœur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose... son cœur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s'empare de la ville.
Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l'Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (145) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 549 notes
5
36 avis
4
72 avis
3
22 avis
2
7 avis
1
0 avis

stokely
  07 mars 2017
Après mon avis mitigé sur le premier livre de l'auteur Ams Stram Gram j'ai tout de même décidé de lire le second.
Celui-ci se lit très rapidement car les chapitres sont très court, les meurtres sortent de l'ordinaire tant par leurs mutilations que par le côté sordide des bas fond de la ville de Southampton avec pour trame de fond la prostitution.
Mais je pense avoir eu le même problème qu'avec le premier opus je n'adhère pas du tout aux personnages principaux caricaturaux à l'extrême et du coup j'ai eu du mal à aller au bout de ma lecture.
Je ne sais pas si je tenterais le tome 3 du coup car l'auteur à l'air de vouloir faire de ce groupe de policiers des personnages récurrents.
Commenter  J’apprécie          310
Mousquetaire11
  27 novembre 2022
"Il court , il court le furet.
Le furet des bois, Mesdames,
Il court, il court le furet et ce n'est pas le curé Dubois,
Il s'agit d'hommes mariés qui finiront à la morgue avec le coeur ôté.
Il court, il court le furet..."
Comme pour le premier tome de la série consacré au commandant Helen Grace, M.J. Arlidge s'amuse en donnant pour titre de son livre une contrepèterie populaire devenue par la suite une comptine pour enfant. Et pourtant, celle-ci n'a rien d'angélique comme l'ouvrage de M.J. Arlidge que je déconseille aux âmes sensibles !
Dans cette lecture on reste également dans le même schéma que dans Am Stram Gram où une série de corps vont être découvert et, Helen et son équipe vont tout faire pour arrêter un tueur en série qui a ici la particularité d'ôter le coeur de ses victimes.
Même si jusqu'à la moitié du livre j'ai trouvé quelques longueurs et j'ai eu du mal à avancer, j'ai littéralement été happée par la deuxième partie du récit où les évènements vont s'enchainer et où l'intrigue va prendre tout son sens. J'ai été d'autant plus contente du chapitre final car le personnage insensible d'Helen s'effrite un peu et arrive à être un peu plus humanisé.
Je suis curieuse de voir où les autres tomes de la série vont me mener et voir si j'arriverai par la suite à m'attacher aux personnages car ça me frustre un peu de ne pas y arriver...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Gaoulette
  01 décembre 2017
Il court il court le furet, le furet du bois Mesdames
Il court il court le furet, le furet du bois joli
Il est passé par ici, Il repassera par là….
Quand un auteur décide de détourner nos jolies comptines pour un jeu du chat et la souris dans des meurtres sanglants. Je vous présente MJ Arlidge le créateur de l'héroïne emblématique Helen Grace.
La saga de l'auteur c'est avant tout son personnage principal qui traine des casseroles et a un passé très lourd. Elle n'a aucune empathie et est limite associable. Si elle pouvait faire cavalier seule elle le ferait. Elle fait confiance à très peu de personnes mais pourtant elle croit en certaines valeurs et certains éléments de son équipe.
MJ Arlidge ce sont des chapitres courts, efficaces et punchy. Il se balade entre le tueur, l'héroïne et ses acolytes et d'autres personnages. On se balade dans Southampton. Ils nous offrent des détails comme il faut. Il nous donne quelques miettes de temps en temps pour avoir des convictions ou un semblant d'enquête qui avance. C'est rythmé et sanglant.
Mais cette fois c, tout ne s'est pas coordonné selon moi. J'ai eu trop de petits détails pour ne pas apprécier cette enquête à sa juste valeur.
Ce que j'attendais : le retour d'Hélen Grace. Je l'ai eu pour mon plus grand bonheur. Et j'ai même pu avoir du plus. Mais le plus (Robert/Jake/Cari Harwwod/la journaliste) n'a pas été poussé à son maximum. Beaucoup de pression autour de ces éléments pour descendre comme un soufflet. ET j'ai été déçue.
Alors que l'enquête en elle-même était Whouahhhhhhh. Ces meurtres en séries m'ont prises au trippes et je refusais de lâcher le roman. Je l'ai dévoré en deux nuits. On ne voit pas les pages tournées. Et encore une fois, Helen Grace nous en met plein la vue. J'adore ce personnage qui m'a touché. Atypique mais touchant.
Mais voilà, heureusement que meurtres sont traités avec grâce car j'ai un autre passage dont j'en ai pas vu l'intérêt « Melissa ». Ce personnage débarque comme un cheveu sur la soupe. Aurons- nous des suites sur ces personnages qui disparaissent sans crier gare ? Aurons-nous un fil conducteur ?
Affaire à suivre. J'espère que ma partenaire de lecture m'apportera quelques réponses.
Tout cela pour en conclure que malgré ces petits couacs, ce tome est vraiment super et tranchant. du point de vue thriller, j'en ai eu pour des rêves morbides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Didjmix
  17 juillet 2022
Il y a des polars qu'on lit comme une série Netflix : parce qu'on s'attache au personnage d'une part, et parce que, d'autre part, le scénario est franchement réussi. Avec ces chapitres courts et ce cumul de scènes à suivre, on mange cette intrigue. Est-ce qu'on. est plus intelligent après avoir lu Arlidge ? Non. Mais ce n'est pas ce qu'on lui demande : on veut de l'action, et ça rend impatient. Pas de temps mort dans ce thriller qui est une suite, on y retrouve notre Helene Grace, inspectrice masochiste. Il est musclé, les victimes nombreuses et les criminels ont peut-être leurs raisons. Alors : qu'est-ce qui pousse Angel à se prostituer et à tuer ces pères de famille ?
Commenter  J’apprécie          260
lecture_matinale
  20 août 2022
C'est le 2ème opus de la saga Helen Grace.
C'est avec un plaisir non dissimulé que J'ai retrouvé le personnage d'Helen Grace avec ses blessures. Cette policière qui est le personnage récurent de cette série reste captivante et attachante.
L'enquête est menée à 100 à l'heure avec des chapitres courts, coup de poing qui rend ce roman particulièrement addictif. On retrouve la même technique et la même plume que dans le premier opus Ams, tram, gram. L'enquête est menée sans répits, c'est addictif et on à du mal à poser ce livre. Les meurtres sordides s'enchaînent, on est dans le milieu de la prostitution, les évènements se déroulent dans les bas fonds de Southampton. L'univers est bien glauque et poisseux. La fin est particulièrement noire, dure et sans concession.
Mais attention, par moment, ce roman et la technique employée par cet auteur peut être déstabilisante pour les personnes, qui comme moi aime les romans qui prennent leur temps. J'avoue que ça allait un peu vite pour moi. J'ai eu un ressenti de superficialité. Certains moments forts auraient mérité d'être approfondis, surtout sur la fin, j'ai presque eu l'impression qu'elle était expédiée. C'est dommage. D'autre part, les chapitres s'enchaînent à un rythme effréné, on passe très rapidement d'un personnage à l'autre, J'ai eu, je l'avoue du mal à suivre par moment.
Malgré ce bémol, j'ai bien aimé cette lecture et je continuerai cette série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (1)
LePoint   28 mars 2017
Plaidant la cause des mal-aimés, des suppliciés et des reniés, ce thriller audacieux fait le procès d'une société sans conscience, peuplée de citoyens sans cœur.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
clairesalanderclairesalander   11 avril 2017
- On nous raconte des histoires, on se fait entuber, dépouiller. On nous tabasse, on nous crache dessus, on nous viole. On nous met un couteau sous la gorge, on nous étrangle à moitié. On prend de l'héroïne, du crack, des amphés, des calmants, on picole. On se change pas pendant huit jours, on se gerbe dessus pendant notre sommeil. Et quand on se lève, c'est reparti pour un tour.
Commenter  J’apprécie          110
llenallena   12 décembre 2018
Les flics avaient beau lui raconter qu'ils étaient là pour veiller sur elle, qu'ils la protégeaient, de quoi se moquaient-ils ? Il n'y avait plus de pitié sur terre, plus de bienveillance. Il ne restait que des vautours, qui vous fouillaient les entrailles, se repaissaient de votre chagrin et de votre tristesse.
Elle qui avait toujours fait preuve d'optimisme se rendait maintenant compte à quel point elle avait été naïve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
llenallena   11 décembre 2018
On ne fait jamais attention aux coursiers. On les prend pour des robots dénués de personnalité, avec leur cuir et leur casque de cycliste, tout juste bons a venir déposer un pli ou un colis, puis à repartir dans l’indifférence générale. De simples rouages dans le train-train quotidien.
On ne voyait aucune objection à se montrer grossier envers eux, comme s’ils avaient moins de valeur humaine que le commun des mortels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
On ne fait jamais attention aux coursiers. On les prend pour des robots dénués de personnalité, avec leur cuir et leur casque de cycliste, tout juste bons à venir déposer un pli ou un colis, puis à repartir dans l’indifférence générale. De simples rouages dans le train-train quotidien.
On ne voyait aucune objection à se montrer grossier envers eux, comme s’ils avaient moins de valeur humaine que le commun des mortels. Et c’était bien ce qui était en train de se passer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
llenallena   18 décembre 2018
Vous êtes sourde, ou quoi ? Il y a quantité de filles qui rentrent dans cette catégorie. Un beau jour elles n’ont plus de fric, alors elles se prostituent. Ensuite elles le vivent très mal, mais c’est trop tard. Elles se mettent à picoler, tombent dans l’héroïne, se font tabasser, violer, ont peut d’être enceintes... Leurs études durent parfois six, sept ans, papa et maman ne peuvent pas les payer et l’Etat s’en fiche. Elles n’ont pas le choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de M. J. Arlidge (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de M. J. Arlidge
Une enquête palpitante attend Helen Grace dans le nouveau thriller de M. J. Arlidge, « l'auteur le plus déviant d'Angleterre ».
En librairie depuis le 10 février 2022
Roman traduit de l'anglais par Séverine Quelet.
Plus d'infos ici : https://www.lisez.com/livre-grand-format/60-minutes/9782365695756
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Il court, il court le furet" de M.J. Arlidge.

Quel est le prénom de Louszkola la polonaise prostituée ?

Adeline
Amélie
Alexia

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Il court, il court, le furet de M. J. ArlidgeCréer un quiz sur ce livre