AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Garma-Berman (Traducteur)Antoine Berman (Traducteur)Juan Carlos Onetti (Préfacier, etc.)
ISBN : 2906724386
Éditeur : Cent pages (28/02/1994)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Cette oeuvre a été écrite en 1926, l'action se déroule à Buenos Aires, avec, pour toile de fond, la musique des tangos immortels.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
dbacquet
  26 avril 2014
Roberto Arlt a su rendre la truculence du petit peuple, cosmopolite et souvent canaille, de Buenos Aires, et l'atmosphère d'une ville qui trouvait alors dans le tango sa plus grande expression. le style de l'auteur est quasi expressionniste : les rues sombres, les faubourgs sordides, l'angoisse des personnages, leur excitation face au danger et l'interdit sont presque évoqués de façon cinématographique avec une réelle charge physique. Roberto Arlt sait aussi, avec une complaisance qui peut paraître malsaine et des intentions sûrement subversives, parfaitement plonger dans les replis d'âmes tourmentées que les frustrations et la misère sociale menacent de faire exploser. Il suit ses personnages, pas à pas. Dans le jouet enragé, c'est Silvio, un adolescent de 16 ans, qui, inspiré par ses livres de science, Rocambole et Baudelaire, rêve de devenir un inventeur, un bandit et un poète. Il vit avec sa mère, accablée par la misère et le chagrin, et une soeur. Il lui faudra donc faire l'apprentissage de la vie, de ses luttes implacables et de ses tromperies, en ne prenant pas toujours les bons chemins. Une vision chrétienne sous-tend aussi l'oeuvre de Roberto Arlt : l'enfer, le péché, une humanité difforme sur les bords d'un abime, Buenos Aires devenant une autre Babylone, mais aussi peut-être la rédemption et certains élans mystiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
pasiondelalectura
  24 avril 2019
C'est le premier roman de cet argentin, un roman considéré comme le premier roman moderne d'Argentine, publié en 1926 et assez mal compris à l'époque car écrit dans un langage coloquial mêlant le lunfardo (jargon des bas fonds) et le cocoliche (jargon mêlant l'espagnol à divers dialectes italiens). Ce serait aussi le plus autobiographique des livres d'Arlt, dont l'action se situe dans les quartiers pauvres de Buenos Aires où pullulaient les immigrés récents et que l'auteur a bien connu.
C'est un roman d'apprentissage où Arlt nous présente un narrateur-protagoniste de 16 ans, Silvio Astier, qui est obligé de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille.
Le livre est divisé en 4 chapitres pour nous décrire la descente aux enfers de ce gamin pour survivre à la misère, en même temps qu'il a une soif éperdue d'apprendre, de lire.
Le premier chapitre narre la bande de 3 voyous, lui même et deux autres copains, qui sévit jusqu'au délit qui aurait pu les démasquer : le vol de livres dans une bibliothèque du quartier. Ce vol est quelque peu symbolique car c'est l'accès par la force et la malhonnêteté au monde de la culture et du savoir. Un autre aspect symbolique est représenté par les fréquentes allusions au personnage de Rocambole crée par Ponson de Terrail : un criminel qui avait débuté très tôt dans la vie et qui par la suite a recherché une rédemption par la justice sociale.
Le deuxième chapitre nous présente Silvio travaillant durement dans un piteux magasin de livres d'occasion. L'ambiance est si sordide et on lui fait subir tellement d'humiliations, qu'il essaie de déclencher un incendie du taudis, mais il échoue.
Le troisième chapitre commence sous de bons auspices puisque Silvio postule à un poste d'apprenti mécanicien dans l'aviation et grâce à ses airs dégourdis, il sera embauché puis débauché sans explication avec cette phrase lapidaire "nous n'avons pas besoin de gens intelligents, mais de brutes dures au travail". Suite à cette énorme déception, Silvio essaiera de se faire enrôler dans un bateau en partance pour l'Europe, sans succès. Il vivra ensuite un étrange épisode avec un travesti dans un hôtel minable. Tous ces échecs feront que Silvio voudra se suicider, mais il va aussi échouer.
Le dernier chapitre nous montre Silvio travaillant régulièrement comme revendeur de papier, gagnant peu et travaillant comme un forcené. Il fera la connaissance d'un personnage marginal, le Boiteux, qui va lui proposer de monter un vol d'envergure. Mais Silvio préférera le dénoncer se transformant en Judas , en traitre.
Avec le succès de l'opération montée par le Boiteux, Silvio aurait pu échapper à sa condition misérable, mais il a opté pour la trahison envers son ami et aussi la trahison envers soi même.
Et in fine, la seule fois où Silvio ne va pas échouer c'est quand il dénonce son ami réalisant ainsi un acte social très correct, mais un acte individuel très vil.
Et c'est la toute dernière phrase du livre qui éclaircira la situation morale de Silvio Astier, quand il dit..."j'ai buté contre une chaise, et je suis parti en avant"; par là il nous dit qu'il a mal jugé, qu'il s'est trompé, qu'il a trahi et que son cas est sans espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcel
  08 octobre 2019
En quatre chapitres, le narrateur, Silvio, un adolescent, raconte ses débuts dans la vie et sa lutte pour gagner un peu d'argent. le vol avec les copains du quartier (et le goût immodéré pour les romans d'aventure et Baudelaire), la nécessité de gagner sa vie auprès d'un commerçant avare, l'espoir d'être mécanicien (notre héros est inventeur), le travail comme courtier en papier et la tentation de se créer un destin.
Il est question ici de la petite vie des petites gens de la ville, de ceux qui triment pour pas grand-chose et qui savent que leur vie entière se passera ainsi, avec des chaussures trouées, de la mauvaise nourriture, des murs sales, des insultes et peu ou pas de beauté. Silvio est tour à tour rebelle et résigné, donnant des coups de pied au sort, inventif et plein d'ardeur. le jouet enragé, c'est peut-être lui, l'adolescent furieux, à moins que ce ne soit tout simplement cette envie de vivre qui le pousse en avant et l'empêche de ne jamais s'arrêter. En travers de cette lutte quotidienne, il y a beaucoup d'humour, humour noir compris, et des échappées lyriques. Et aussi des portraits savoureux.
Lu avec beaucoup de plaisir.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   08 octobre 2019
Ce qu’il y a, c’est que ces choses, on ne peut pas les dire aux gens. Ils vous prendraient pour un fou. Et moi je me dis : que fais-je de cette vie qu’il y a en moi ? Et j’aimerais la donner… l’offrir… m’approcher des gens et leur dire : « Vous devez être gais, vous savez ? Vous devez jouer aux pirates… bâtir des cités de marbre… rire… lancer des feux d’artifices. »
Commenter  J’apprécie          40
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   08 octobre 2019
Ainsi vivions-nous des jours d’émotion sans pareille, jouissant de l’argent de nos larcins, de cet argent qui avait pour nous une valeur spéciale et paraissait même nous parler dans un langage expressif. (…) Ce n’était pas l’argent vil et odieux que l’on abhorre parce qu’il faut le gagner avec des travaux pénibles, mais un argent agilissime, une sphère brillante avec deux jambes de gnome et une barbe de nain, un argent truandesque et dansant dont l’arôme, tel un vin généreux, nous poussait vers de divines ripailles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   08 octobre 2019
Une sensation de dégoût commença à emplir ma vie de rage dans cet antre, entouré de ces gens qui ne vomissaient que de paroles de profit ou de férocité. Ils me transmirent la haine qui crispait leurs gueules, et il y eut des moments où je perçus dans la boîte de mon crâne une nuée rouge qui se mouvait avec lenteur.
Commenter  J’apprécie          10
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox