AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954110937
Éditeur : Editions Boz'Dodor (01/09/2013)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :
599.599 années après Ka.
L'an 2753 après Jésus-Christ selon le décompte utilisé dans l'ancien monde...Dans la cité d'Anse-la-belle, la civilisation Zéphyr vit en harmonie avec la nature depuis près de six siècles. Cette utopie écologique fut permise grâce à l'avènement de la « puce ». La puce détermine aléatoirement la durée de vie de chaque Zéphyr, entre 40 et 60 ans, réglant ainsi les problèmes de surpopulation, de retraite, d'impact sur l'environnement... ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
bountyfrei
  20 juillet 2014
Un jour, un virus décima plus des trois quart de la population. Les survivants se regroupèrent, et cinq d'entre eux formèrent le Cercle de décisions en s'autoproclamant chefs de cette nouvelle communauté appelée Zéphyrs. Leur charte se base essentiellement sur de l'aléatoire: les naissances sont contrôlées mais le géniteur est choisi aléatoirement, les Zéphyrs portent une puce qui se déclenche aléatoirement entre les 40 et 60 ans pour mourir, les habitations sont distribuées aléatoirement, il en est de même pour les métiers. Des débordements se font petit à petit sentir, jusqu'au jour où Noa Larsen dépasse le jour fatidique de ses 60 ans et est toujours vivant. Comment prendre ce nouvel évènement en compte? Les dictateurs qui sont au pouvoirs sauront-ils prendre une bonne décision sans entraîner une révolution?
Bon, bon, bon... Par où commencer? le speech de base nous propose de passer un bon moment, mais passer la moitié du roman, la suite de ma lecture a été laborieuse. Tout le moment où l'auteur met en scène l'arrivée du virus, comment une nouvelle société se construit, jusqu'à ce que Noa Larsen dépasse les 60 ans, j'ai trouvé ce moment totalement intéressant et j'ai plutôt bien aimer découvrir ce commencement. Mais je me suis ennuyée pendant le reste, la fin a été lu a reculons...
L'autre moitié m'a moins plu, on part dans tous les sens, s'intéressant par exemple pendant un chapitre entier à un cuisinier ou un cauchemar, qui n'a aucune influence sur le reste de l'histoire plutôt qu'à la trame principale. Quand on y revient, j'ai trouvé ces moments lourds et longs et moins passionnants. Ce qui n'a pas aidé, c'est que le caractère de chaque personnages se ressemble au final, il n'y a pas grand chose, en dehors de leur idéologie concernant le futur des Zéphyrs, qui les différencies de ce côté là.
Autre bémol, dès que tous les survivants sont regroupés, ils viennent de différents continents, mais pourtant arrivent tous à se comprendre, une européenne fait même une remarque à une famille d'africains après les avoir écoutés, et nos premiers dirigeants font plusieurs discours à toute la communauté alors qu'en une semaine ils n'ont pas pu apprendre une nouvelle langue...
La fin du roman est trop brute, l'histoire se finit beaucoup trop rapidement par rapport au reste de l'histoire. Certaines explications auraient dû être données, et cette fin un peu plus développée. En bref, un bon début, mais passé la moitié du roman, je me suis ennuyée. Néanmoins, merci au forum Au coeur de l'Imaginarium et aux éditions Boz'Dodor pour ce partenariat!
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Xian
  02 juillet 2019
Un roman post-apocalyptique aussi aléatoire que son titre. le thème est attirant : comment reconstruire une humanité sans refaire les erreurs du passé. L'idée est prometteuse : baser la nouvelle ère sur des lois aléatoires. le traitement l'est pourtant moins. L'intrigue est très linéaire, le style scolaire et balbutiant. Trop de détails à certains moments, sans intérêt pour l'intrigue, et pas assez sur d'autres, alors qu'on attend des réponses. Trop de discours théâtraux, pas assez de réalisme…
L'idée du cercle de décision et de la façon dont il se renouvelle est certes intéressante. En revanche, la puce greffée qui détermine la date de la mort aléatoire des Zéphyrs entre 40 et 60 ans est acceptée sans broncher par le peuple des survivants. Irréaliste, car la peur de la mort est une constante humaine qu'on ne peut pas effacer d'un coup de gomme.
Les personnages, qui sont capables de la plus belle des utopies comme de la pire des violences – après tout pourquoi pas ? –, ne présentent malheureusement aucune véritable profondeur, peut-être trop caricaturaux. Je n'ai pas réussi à m'attacher – ni à m'identifier – à aucun des protagonistes.
Les quelques scènes plus inventives, plus poussées dans le délire, plus courageuses, comme la scène de Noa mourant dans son dojo, ou l'épisode du sexophone, sont hélas aussitôt gâchées – Ah mince ! Ce n'était qu'un rêve ! – et, encore une fois, sans intérêt pour l'intrigue.
Pour finir sur une note positive, on sent un potentiel, une véritable inventivité. Il suffirait, à mon avis, de se concentrer sur l'essentiel, et retravailler le texte, le retravailler, et encore le retravailler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Revesetimagines
  11 septembre 2015
Je remercie les éditions Boz'Dodor pour leur confiance et je suis vraiment ravie de ce partenariat avec eux. La Dictature Aléatoire est la troisième oeuvre que je lis de cette maison d'éditions.
Ce roman m'a surpris et ce sur plusieurs points. Tout d'abord l'intrigue. Nous sommes dans un style de dystopie (à mon sens) puisque nous sommes en 2753 soit 599 années après qu'une épidémie ait ravagée la planète. C'est fur et à mesure de la lecture qu'on comprend les règles mises en place et la « frayeur » de l'épilogue. J'ai apprécié de découvrir le début de cette nouvelle civilisation que sont les Zéphyrs, mais j'ai surtout aimé que ce ne soit qu'un rappel.
Ensuite viennent les protagonistes. Je n'ai pas trouvé de personnage principal et je ne me suis pas attachée à eux. Tous ont leur importance et la narration nous permet d'avoir une vision d'ensemble. Evidemment, Noa est sous les feus des projecteurs puisque dans cette société, il est impossible de vivre plus de 60 ans. Or Noa a passé le cap de ses 60 ans. Viennent ensuite sa famille (sa femme, sa fille Calista et son fils) et Chris, son voisin épris de Calista mais dont la fonction lui interdit une vie de famille. C'est cet évènement : la non-mort de Noa qui sera déclencheur d'un désir de rébellion contre le système.
Cette nouvelle société est régie par un groupe de 5 personnes qui se transmettent les noms de leurs prédécesseurs, et possède un bon nombre de lois afin d'éviter que la planète soit à nouveau surpeuplée. le désir de privilégier la Nature est louable mais cela va à l'encontre des libertés de l'Homme. Bref, en tant que lectrice, j'ai eu l'impression de me retrouver entre deux étaux et dans l'incapacité d'avoir un avis et de prendre parti. Alors je me suis laissée portée par le récit, témoin passive de ce mouvement de société.
J'ai pris plaisir à lire cet ouvrage même s'il m'a fallu les premiers chapitres pour bien entrer dans le sujet. D'ailleurs l'objectif de ces chapitres est justement de mettre en avant les bases de cette société Zéphyr, les raisons de son existence et les objectifs. Et il faut dire que les idées développées sont percutantes ! N'a-t-on pas en Chine la politique de l'enfant unique ? Par contre imposer un « rôle » à chacun, un géniteur pour les enfants (afin d'éviter les risques de tares), une mortalité entre 40 et 60 ans, euthanasier les « éléments défectueux » peuvent paraître ignobles. Mais dans la logique d'une société parfaite en adéquation avec le respect de la Terre, elles sont acceptées… par presque tout le monde.
Je n'ai rien à redire sur la plume de l'auteur. On se laisse emporter sans aucun soucis et on sent le travail effectué pour avoir créer ce monde futuriste. Ce fut une lecture instructive (si je peux dire) mettant en valeur l'Homme et ses désirs.
Lien : http://revesetimagines.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alhoa
  16 mai 2015
J'avais hâte de me plonger dans ce roman car il s'agit d'une dystopie et je voulais savoir ce que l'auteur pouvait nous proposer. J'ai passé un bon moment de lecture, bien que parfois j'étais perdue par la complexité de l'univers.
On découvre ce monde où les êtres ont du se reconstruire après un drame. Les dirigeants ont instaurés la Dictature Aléatoire, et rien que ça, ça m'a énervé (dans le bon sens du terme) car j'ai trouvé ça tellement révoltant, bon il est vrai que je ressens ce sentiment à chaque fois que je lis ce genre littéraire mais bon là pour le coup, je ne voudrais vraiment pas me retrouver dans ce monde.
On suit les différents personnages dans leur quotidien, bien qu'un événement va les bouleverser et remettre en question toute cette dictature mise en place.
Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre, c'est que l'on revient sur les éléments qui ont provoqué ce monde. J'ai trouvé cela très original car l'auteur prend le temps d'installer les bases pour que, nous lecteurs, nous nous imprégnions bien de cet univers. Je pense que c'est la réelle force de ce roman car en général on ne voit pas trop les début des mondes dystopiques. Ça m'a permit de comprendre certain choix des personnages.
Il est vrai que j'ai bien senti que l'auteur avait une connaissance très approfondit du domaine scientifique, il est tout de même docteur en Science de la vie. Mais cela rajoute de la crédibilité à son oeuvre.
J'ai adoré les jeux auxquels les enfants jouaient, ils sont assez "drôles" et je ne pensais pas que l'on pouvait s'émerveiller en assemblant des molécules chimiques. Les profs de chimie devraient s'en inspirer !
En clair, j'ai bien aimé cette lecture qui reste très crédible avec un sujet fort, des personnages attachants et une intrigue bien menée.
Lien : http://alhoasbooks.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Delex
  14 avril 2015
Un bon roman d'anticipation
Cela faisait déjà un bon moment que je voulais lire ce roman, alors quand l'auteur m'a contacté pour me proposer de m'envoyer un exemplaire de son livre, c'est tout naturellement que j'ai accepté. Je remercie Gabriel Arlys pour cette lecture.
Dans le futur, la population est régulée à l'aide de puces implantées dans chaque habitant. Celles-ci déterminent aléatoirement un âge entre quarante et soixante ans auquel la personne mourra. Lorsque Noa Larsen atteint les soixante ans, il est toujours en vie. C'est une première dans la civilisation Zéphyr après presque six cents ans d'existence. Et cela fait peur au Conseil de Décision qui dévoile ainsi son jeu et prend des mesures qui vont à l'encontre des règles de la civilisation. La révolte gronde dans la population.
Le récit est assez bien construit. On découvre tout d'abord comment le monde en est arrivé là où il en est. Ensuite l'histoire nous plonge dans la société créée par la civilisation Zéphyr pour finalement remettre en cause le modèle établi depuis six siècles.
C'est une dystopie agréable à lire malgré quelques passages assez scientifiques. Il faut attendre d'être à une bonne moitié du livre pour comprendre les formules mathématiques qui accompagnent le titre de chaque chapitre. L'histoire est intéressante. Quelques extraits un peu longuets se sont glissés dans le texte mais sans grande conséquence.
Toutefois, le livre aurait pu être un peu plus étoffé. Certains non-dits auraient nécessité des éclaircissements pour faciliter la compréhension de l'intrigue et rendre le tout plus cohérent. Ce sont des détails qui n'empêchent pas la lecture, mais qui pourraient éviter au lecteur de se poser des questions sans réponses.
Le livre se termine sur une ouverture vers de nouvelles perspectives que le lecteur peut librement imaginer. Les dénouements possibles étaient nombreux, et je reste un peu perplexe. Je ne suis pas totalement convaincu que c'est la manière idéale de clôturer ce roman.
En résumé, j'ai passé un bon moment de lecture. J'ai bien aimé ce livre même s'il aurait pu être amélioré sur certains points.
Lien : http://fievrelitterairededel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
RevesetimaginesRevesetimagines   11 septembre 2015
- Mais je ne peux pas faire autrement, on peut déjà s'estimer heureux, je suis le seul Zéphyr à avoir vécu 60 années pleines. De toute manière on ne me laissera pas le choix. Une fois que le Cercle de décision sera au courant, Reto Erding me fera exécuter, car je représente un danger pour la continuité de la civilisation.

- Alors on ne dira rien, tu pourras rester ici avec nous, avec moi. Et puis rappelle-toi, le discours de proclamation de la civilisation Zéphyr énoncé par le premier Reto Erding, celui qu'on nous enseigne à l'école. Il insiste bien sur l'importance du hasard, des phénomènes aléatoires. C'est le hasard qui a conféré l'immunité contre Ira mopasavensis à nos ancêtres. Pour toi c'est la même chose, c'est le hasard qui a fait que ta puce ne marche pas, c'est indépendant de ta volonté. Mais je crois que c'est un signe, je pense que tu seras le renouveau de la civilisation Zéphyr."

- N'y pense pas ma belle, ils ne prendront jamais un tel risque. Rappelle-toi l'article XIV de la charte : Les 14 premiers articles ne pourront ni être supprimés, ni même être modofoés. Et dans les premiers articles de la charte il est inscrit que chaque citoyen Zéphys devra mourir entre 40 et 60 ans. C'est irréversible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : roman d'anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Gabriel Arlys (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2918 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre