AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266110235
480 pages
Éditeur : Pocket (30/11/-1)
4.03/5   99 notes
Résumé :
Constance sort à peine de l'enfance lorsque son existence bascule brutalement dans l'horreur. Hier encore, elle jouait dans la "courée" de son immeuble. À quatorze ans, elle se retrouve orpheline et doit entrer en usine. Dès lors, chaque matin, elle sera réveillée à cinq heures par les cloches de la fabrique. Chaque soir, elle ressortira abrutie par le vacarme des métiers. Pour échapper à ce cauchemar, elle épouse Bart, un ouvrier belge. Trouvera-t-elle enfin auprès... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 99 notes
5
5 avis
4
1 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

peneloppe277
  22 octobre 2019
Ce livre qui décrit la misère des gens du Nord au 19 ème siècle et par l'histoire de ces pauvres gens, ouvriers et ouvrières abusés ...
le début de l'aventure de la Société des chemins de fer, les dures conditions des enfants, des femmes et des hommes dans les usines de filature, les épidémies de choléra, de typhus, une vie dure, dure....à laquelle on n'ose pas imaginer!
L'héroïne, Constance, sort à peine de l'enfance lorsque son existence bascule dans l'horreur.
Sa vie sera jalonnée d'évènements malheureux, et de quelques petites bribes de bonheurs, toutes petites!
Commenter  J’apprécie          52
DR_Cloq
  11 septembre 2021
Oh la la, que la vie était dure au dix-neuvième siècle ! Des journées de douze heures dans des conditions effroyables, où les femmes enceintes continuent de travailler jusqu'au terme de la grossesse. Tout ça pour gagner à peine de quoi manger. Que les gens étaient courageux. Quand je pense que certains se plaignent aujourd'hui des conditions de travail... On devrait leur donner ce livre.
Il est excellent, effrayant et se lit facilement. Difficile de le refermer quand on l'a commencé.
Commenter  J’apprécie          30
Ael
  30 avril 2011
A travers son roman, Marie-Paule Armand nous emmène dans les labyrinthes sombres et dangereux des mines du nord de la France. Dans un décor qu'elle reconstitue avec les détails d'une peinture, nous évoluons dans l'histoire des premiers congés payés, de la mer que l'on voit pour la première fois, des jeunes patrons qui industrialisent, des petites mains qui cherchent la pierre noire... au rythme des amours, des naissances, des décès, des grands malheurs et petits bonheurs, de la vie des hommes et femmes dont l'horizon est la survie.
Lien : http://les-mots-sillons.fr
Commenter  J’apprécie          70
MartheMarcel
  13 juillet 2016
L'univers ouvrier du Nord de la France est décrit avec un tel réalisme que nous ne pouvons que nous attacher à ces femmes dont le quotidien n'est fait que de souffrances, de travail, de chagrin. Malgré tout, l'amitié, le courage et l'espoir émerge de ce premier roman d'une trilogie à lire ou à relire.
Commenter  J’apprécie          20
kastelanka
  25 février 2014
Un roman qui nous émeut et prend aux tripes car l auteur nous dresse des portraits de femmes fortes dont le courage n est plus à prouver.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MartheMarcelMartheMarcel   13 juillet 2016
ces dimanches au cabaret étaient devenus les seuls moments agréables de mon existence. le reste de la semaine, j'étais à l'usine tout au long de la journée; chaque matin et chaque soir, je devais supporter la présence hostile et glaciale de ma tante. En comparaison, Bart qui était avec moi attentif et chaleureux, me donnait l'impression de posséder des trésors de gentillesse.
Commenter  J’apprécie          20
MartheMarcelMartheMarcel   13 juillet 2016
L'été s'étirait longuement, dans une chaleur accablante. A l'usine, devant mon métier, je souffrais. J'étais débarrassée de ma toux, mais j'avais des douleurs dans le dos qui devenaient intolérables à la fin de chaque journée. A travers les vitres de l'atelier, le soleil tapait dur. Nous avions toutes le visage en feu; la sueur coulait dans nos yeux. Après douze heures de station debout, nos jambes étaient si gonflées que certaines d'entre nous, le soir, devaient repartir chez elles en savates ou même pieds nus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
meknes56meknes56   21 septembre 2019
On a raison de dire que la curiosité est un vilain défaut. Si tu n'avais pas regardé ces papiers, ceci ne serait pas arrivé.
Commenter  J’apprécie          10
DR_CloqDR_Cloq   12 septembre 2021
J’essayai, parfois, de lui mettre Hélène dans ses bras. Il me la rendait aussitôt. Je protestais :
Mais c’est ton enfant, Bart.
Je voulais un fils, répondait-il invariablement. Elle a pris sa place, et à cause d’elle je n’en aurai plus.
Commenter  J’apprécie          00
DR_CloqDR_Cloq   12 septembre 2021
Son bras, à son tour, fut entraîné, et je vis avec horreur mon amie basculer sur son métier, tandis que la machine broyait impitoyablement sa main.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : nord de la franceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre