AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de LN


LN
  28 janvier 2011
Dans ce roman érudit, Aliette Armel se glisse dans les habits de cette divinité Aurore chargée d'ouvrir les Portes du Ciel au Dieu Soleil. Elle nous plonge dans une atmosphère nébuleuse, dévoilant l'intrigue en déroulant les entrelacs du temps et de ses secrets sans brusquerie, et le lecteur est comme anesthésié dans ce monde cotonneux, prêt à recevoir la bénédiction du savoir…

- Les personnages eux-mêmes sont ombrageux, à la recherche d'une cohérence qui pourrait les sauver. Louise et Sir Gérald semblent perdus sur la scène de la vie, jouant sans cesse un rôle qui les dépasse, tentant de contrôler chacune de leurs « répliques » pour qu'elle sonne au plus juste, et passant ainsi sans doute à côté d'eux-mêmes. le pouvoir de l'art peut être aliénant. La spiritualité indienne aidera Louise à se réapproprier sa propre vie :

« En Inde, plutôt que d'expliquer, on raconte des histoires. Ecoute celle-ci : un Occidental passe devant une rose. Il la trouve très belle. Il s'interroge longuement sur les raisons de sa beauté. Lorsqu'il a assemblé suffisamment d'explications, il repart. Et l'instant suivant, il se pose d'autres questions. Son esprit n'est toujours pas en paix. Un indien passe devant la même rose. Il la trouve, lui aussi, très belle. Il s'arrête, salue la rose, reste devant elle en silence pour s'imprégner de sa nature et donc de sa beauté. Il la salue à nouveau et continue son chemin. Jusqu'au soir, et même au-delà, il reste pénétré par la joie que lui a procurée la fleur. » (p. 72)

Les autres personnages arpenteront les allées du monde sous l'égide de grands écrivains ou de scientifiques éclairés, cherchant sans doute aussi la plénitude de cet instant éternel :

« Je l'accompagnerai de ce conseil de Tranströmer : éprouver « cette sensation d'être « là et nulle part ailleurs » et la conserver, comme lorsqu'on porte un vase rempli jusqu'à ras bord et qu'on ne doit rien renverser. » » (p. 134)

- Aliette Armel nous convie à un voyage passionnant dans l'univers des prix Nobel et de ces êtres toujours à l'affût d'un éclat de vérité. Elle forme sous nos yeux un roman aux multiples ramifications, un roman qui nous happe dans ses rayons lumineux...




Lien : http://lecturissime.over-blo..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus