AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le sang et la cendre tome 1 sur 4
EAN : 9782290379554
736 pages
J'ai Lu (02/11/2022)
4.44/5   946 notes
Résumé :
Alors que la rivalité grandit entre deux royaumes ennemis depuis toujours, une jeune femme dont le destin était tout tracé voit ses certitudes voler en éclats, et plus que tout... son cœur.
Une pucelle...
Choisie depuis sa naissance pour inaugurer une nouvelle ère de son royaume, la vie de Poppy n'a jamais vraiment été la sienne. Ses parents ont été tués quand elle était jeune et elle vit depuis recluse et surprotégée. Une vie solitaire, sans être touc... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (220) Voir plus Ajouter une critique
4,44

sur 946 notes

Coup de coeur alerte !

Il y a tout ce j'aime : un univers nouveau et bien maîtrisé, des personnages attachants et de la romance, of course !!

Il s'agit de l'histoire de Poppy qui a un nouveau garde dont elle tombe amoureuse. Fin de l'histoire. Je plaisante. C'est bien plus complexe que ça.

Poppy a 18 ans et est la Pucelle du Royaume : elle a été choisie par les Dieux à sa naissance et doit procéder à son Élévation à ses 19 ans ; ce qui lui permettra d'accéder au statut d'immortel. Cela a de lourdes conséquences pour elle : elle ne peut ni être regardée, ni touchée par quiconque, elle ne peut créer aucun lien – peu importe la nature et encore moins un lien romantique, elle ne peut pas se promener en ville, elle ne doit parler à personne. Bref, personne ne sait qui elle est et n'a clairement aucun droit. Elle est vue par le peuple comme une divinité.

Seuls très peu de personnes sont au courant de son identité et connaissent son visage : ses deux gardes personnels, une dame de compagnie qu'on lui a attribué (Tawny), et il y a bien sûr le Duc et la Duchesse devant assurer sa protection jusqu'à son Élévation, et un seigneur. C'est tout.

Le seul souci – ou grand bonheur pour nous – est que Poppy souhaite vivre. Comme n'importe qui. Elle ne sait absolument pas ce qu'il adviendra d'elle pendant et après son Élévation et elle en a peur. Aussi, elle souhaite profiter du temps qui lui reste. On comprend également que cette envie de s'éclipser de ce monde ne date pas d'hier : elle sort souvent en cachette du palais, elle a appris à se battre avec son seul ami (autre que Tawny) qui est son garde personnel, Vickter, etc.

Tout son monde va être chamboulé par la venue/rencontre de son nouveau garde : Hawke Flynn, et bien sûr l'approche de son Elévation.

L'intrigue ne s'arrête pas à ça. L'autrice nous fait découvrir un monde nouveau, bien ficelé, et plutôt facile à comprendre et à s'imprégner. Bien entendu, le peuple est soit en adoration devant ce système soit le remet en cause.

Un certain Seigneur des Ténèbres se rebelle avec à son ordre des Effrontés et des Voraces (créatures qui se nourrissent des mortels, entre autre). Ils ont pour but ultime d'enlever la Pucelle.

La narration est du point de vue de Poppy.

Parlons maintenant des deux personnages principaux.

* Poppy : On découvre une héroïne courageuse. Bien qu'elle ne puisse pas faire grand-chose en public, en privé c'est totalement l'inverse. Lorsqu'elle est avec Vickter ou Tawny, elle n'a pas sa langue dans sa poche et essaie de vivre comme elle le peut. C'est pourquoi dès le premier chapitre, on la retrouve dans un bar/auberge (alors qu'elle n'en a absolument pas le droit!) à jouer aux cartes avec des inconnus, et se retrouver dans une situation plutôt embarrassante pour elle mais très appréciable pour nous !

* Hawke : bon alors, voilà, j'ai un nouveau BookBoyfriend à ma liste. Ca, c'est fait. Mise à part - comme d'habitude dans ce genre de livre, mais on ne dit pas non - sa beauté, le fait qu'il soit un garde, musclé qui plus est, il reste un personnage intriguant. Il m'a fait rire souvent et j'ai beaucoup aimé son caractère. On sait et comprend qu'il a vécu des choses difficiles et son histoire que l'on va découvrir est touchante.

Alors oui, il n'est clairement pas parfait (vous découvrirez tout ça au dernier tiers du livre) mais je comprends VRAIMENT pourquoi Poppy tombe sous son charme et va briser toutes les barrières qu'elle se met naturellement - notamment car elle est la Pucelle du royaume.

Il faut savoir que j'ai particulièrement apprécié le fait que Poppy et Hawke étaient très souvent sincères lorsqu'ils se parlent. Bien souvent ils auraient pu se mentir mais non.

Alors évidemment, ils ne disent pas tout et se mentent de temps en temps. Mais souvent, ils font le choix d'être honnête en disant ce qu'ils pensent ou ressentent. Je tiens à le préciser car je me suis fait la réflexion à plusieurs reprises.

J'avais deviné les deux grosses révélations du livre ; mais même en ayant trouvé, cela n'a rien enlevé au plaisir de lire ce livre. L'écriture, ainsi que les actions sont addictives ! Je ne pensais qu'à retrouver Poppy et Hawke dès que je devais quitter le livre.

La dernière phrase du dernier chapitre m'a en revanche surprise et je suis impatiente de ma lancer dans la suite des aventures de notre héroïne! Pour sûr, je lirai la suite en anglais, sans attendre la version française.

Comme vous l'aurez compris, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans l'univers de Jennifer L. Armentrout.

Commenter  J’apprécie          644

Que dire de ce roman?

J'ai rarement été aussi emballée... et par effet de conséquence, je suis rarement tombée d'aussi haut après la lecture d'un roman.

Le pitch était incroyablement prometteur et l'écriture très addictive. Je n'ai pas lu beaucoup de roman de l'auteur car les romances fantastiques jeunes-adultes calqués sur un moule peu ou prou similaires à toutes les autres ne m'intéressent plus trop. Pas que je n'y ai pas été insensible par le passé, j'en ai dévorés beaucoup mais il me manque toujours quelque chose en terme narratif, en construction de l'intrigue et/ou de l'univers. En tout les cas, l'écriture est vraiment, vraiment un plus à cette histoire. La plume m'a transportée et c'est sans doute la seule raison pour laquelle je l'ai terminée.

Pour résumer ce roman :

C'est l'histoire d'une jeune femme au destin tracé par d'autres qu'elle. Pennelaphe, ou Poppy pour les intimes, vit dans un royaume qui a subit une ancienne guerre. Chaque ville ou village est entouré d'un mur plus ou moins grand pour protéger les habitants de la Brume qui dissimule des monstres d'horreur motivés par une faim jamais rassasiée, créé par un Seigneur des Ténèbres mystérieux et dont on entend dire qu'il veut détruire le royaume.

Poppy vit cloîtrée, sous la tutelle d'un Duc et d'une Duchesse depuis la mort de ses parents lors de l'attaque de leur village par ces monstres. Elle est la Pucelle, élue des dieux, qui doit permettre lors d'un Rite à son 19eme anniversaire à d'autres nobles et élus comme elle de s'élever et ainsi entrer dans la caste dominante de ce royaume, les Élevés, dont fait parti le Duc et la Duchesse. Mais si sur le papier son statut de Pucelle semble être un honneur, en pratique c'est une véritable prison. Elle n'a ainsi le droit de s'attacher à personne, personne ne connaît son véritable visage car elle est toujours voilée sauf pour un petit groupe de personne. Ses lectures sont surveillées, ses sorties interdites. Elle n'a le droit ni d'avoir des amies ni de socialiser. Ses rares proches, s'ils le sont à l'origine par devoir n'oublient pas que si elle est Poppy elle est aussi la Pucelle. En plus de cette vie rêvée, elle est martyrisée par cela même qui sont sensés la protéger, et possède un pouvoir empathique, comme une seconde nature, qui lui permet de sentir les émotions négatives des gens et de les adoucir. C'est un pouvoir qui lui est formellement interdit d'utiliser bien qu'il ne fonctionne que sur les humains et que les Élevés y soit insensibles.

Cependant Poppy est une petite rebelle. Son garde rapproché, mentor presque père, Vikter lui a apprit à se battre et Poppy l'accompagne lors d'escapade nocturnes pour soulager peines et douleurs des gens. Sa seule amie Tawny, qui est aussi sa dame de compagnie garde ses secret avec une loyauté sans faille.

Par ailleurs les motivations de Poppy sont plutôt claires : elle désire vivre, vivre avant son Elévation dont on ne lui dire rien sur le déroulement. Ne sachant rien de ce qu'elle doit faire ou de ce qu'il doit lui arriver, elle s'attend donc au pire.

L'histoire commence alors qu'elle fait le mur, masquée et déguisée, pour se rendre dans une taverne et avoir une expérience de la vie, n'importe laquelle. Par un concours de circonstance elle se retrouve dans la même pièce qu' Hawke Flynn, un nouveau garde prometteur et très désirable dont elle est légèrement amourachée. Bien que ce genre de contacts lui soit interdit, elle va partager son premier baiser avec lui avant de profiter d'une courte absence pour s'enfuir.

Mais tout va être chamboulé lorsque son deuxième garde est assassiné et que Hawke, considéré comme meilleur que tout les autres ne le remplace.

En un mot: Intrigant (comme dirait Hawke).

Le sang et la Cendre, livre estampillé fantasy/romance parle donc d'une héroïne évoluant une aventure médiévale fantasy. Elle avait tout pour correspondre à mes attentes parce qu'elle se proposait plus mature. A la fin de ma lecture, ma première pensée fut celle-ci : « ce n'est pas un livre de fantasy en fait, c'est un livre de bit-lit déguisé en roman fantasy ». Ce n'est pas une insulte au contraire c'est une excellente idée que beaucoup de roman reprennent et qui fonctionnent … pas tout le temps mais qui peut fonctionner. En terme de schéma narratif, l'histoire est carrément ressemblante à un roman bit-lit.

L'histoire est sans doute un prétexte à la romance et en vérité cela ne me dérange pas tant que ça. Certes ce roman est le premier tome et donc une présentation des personnages et de l'univers, mais la romance est tellement au coeur de l'histoire que je n'ai pas eut l'impression de lire de la fantasy. D'ailleurs, c'est intéressant de voir comment tout prend forme et correspond aux codes Bit-lit ( romance, , sexe flamboyant, héroïne « bad-ass » et héro ouvert d'esprit mais quand même aussi fort que l'héroïne) même si j'aurai aimé un univers un peu plus original.

Le genre n'était pas un problème, même si je ne lis pas un roman de fantasy pour retrouver le schéma des romans bit-lit ( bien qu'il soit vraiment très transformé).

La romance, forcément, est très présente et je l'ai adoré.... pour toute la première partie tout du moins.

Hawke va ainsi lui faire comprendre que ce qu'elle vit n'est pas normal, l'encourager à se libérer de ses chaînes avec une taquinerie qui m'a fait fondre. Il ne semble jamais tenter de la contraindre et naturellement va lui apprendre le désir, le plaisir et malgré elle, l'amour.

Car oui Poppy va tomber amoureuse de lui, se livrer à lui, lui faire confiance alors que le monde qu'elle connaît s'effondre autour d'elle et que les deuils se multiplient.

Ce qui m'a dérangé dans ce roman relève du spoil donc sera masquée.

J'ai adoré Hawke et je l'ai détesté et comme c'est une romance avant d'être de la fantasy, j'ai détesté l'histoire et ce roman.

Alors qu'elle se rend enfin compte qu'elle n'est obligée de rien et doit et peut faire ses propres choix, elle est trahit par celui-la même qui est à l'origine de cette émancipation, Hawke Flynn.

Car Hawke Flynn est en réalité Casteel le Seigneur des Ténèbres, un atlantien, qui a manipulé Poppy en long en large et en travers pour pouvoir à terme s'emparer d'elle et l'échanger contre son frère jumeau et Prince du Royaume Atlantien qui est enfermé chez les Élevés.

Tout ce que crois connaître Poppy est faux et les Élevés sont les véritables responsables des monstres dissimulés dans la Brume ( et dont j'ai oublié le nom). Les Élevés sont des Vamprys, créatures semblables a des vampires en sommes, qui se nourrissent de sang (sous couvert d'une politique religieuse) notamment de celui des troisièmes nés qui sont officiellement envoyé servir les dieux dans les temples mais qui sont en fait dévorés. Ces Vamprys, créés à partir des mortels par les Atlantiens qui sont immortels (suite à une romance dramatique entre un Atlantiens et une humaine) ne peuvent créer d'autres Vamprys. Lorsqu'ils mordent s'il ne tuent pas leur victimes, ils créé les zombis présents dans la Brume. Pour pouvoir créer de nouveau Vamprys/ Elevés ils utilisent donc le sang d'Atlantiens enfermés secrètement et torturés et dont apparemment notre Hawke a fait parti. Il n'a pu s'échapper que grâce à son frère qui a été enfermé à sa place...

Avec les révélations de fin de tome, on comprend bien ses motivations à lui, mais … cela justifie-t-il une telle transformation du personnage ?

Non parce qu'il les accumule tout de même ! Il lui a donné envie d'être libre, elle est tombée amoureuse de lui et avec son talent d'observateur qui est plusieurs fois répété par l'auteur, on ne va pas me dire qu'il ne le sait pas. Il lui a mentit sur ce qu'il était, qui il était, a fait tuer son garde pour finalement le remplacer, et à cause de lui Vikter le mentor adoré de Poppy est mort. Si c'est parce qu'il est mauvais et que c'était ses intentions de la trahir, de lui mentir, de lui briser le coeur, de tuer ses proche et tout le reste.... alors pourquoi l'auteur conduit l'héroïne à le cautionner ? Pourquoi finir sur ce mariage imposé si ce n'est pas pour le détester ? Car à la fin en buvant le sang de Poppy pour se régénérer ( après qu'elle ait tenté de le tuer, notons le) Hawke se rend compte que Poppy est moitié humaine moitié Altantienne et décide... comme ça de retourner dans son pays pour l'épouser... l'épouser... après tout ce qu'il lui a fait... Certes il l'a protège, certes il l'a guérit... mais on ne peux pas imposer à quelqu'un qui a été emprisonné toute sa vie un mariage pas si on dit l'aimer et qu'on sait les souffrances que la personne à subit et c'est plus ou moins ce qui est suggéré par l'auteur. Il y a une sorte de folie dans ce personnage de fin de roman que je n'ai pas aimé... du tout.

Mais apparemment Poppy ça lui va. Enfin, d'abord il faut que la raison prenne le dessus, donc Poppy est déchirée, encore déchirée, elle cri beaucoup qu'elle le déteste et il l'a traite de menteuse comme s'il pouvait encore avoir une intimité avec elle après ce qu'il a fait... Putain le Duc me semblait moins sadique ! Au moins c'était clair que c'était un connard !

Elle tente de s'enfuit et se bat contre lui mais perds toujours. Ses capacités de guerrière ne servent à rien contre cet homme/ atlantien, plus fort et plus rapide qu'elle donc elle est dominée, intellectuellement, émotivement, et physiquement... Émancipation, femme bad-ass tout ça...

Mais elle couche avec lui parce qu'elle a but son sang après avoir tenté de le tuer donc elle est énervée mais .. elle le désire... et finalement accepte sa cruauté... Après tout elle ne fait que le désirer et l'aimer et ne peut lutter contre ses sentiments... Bon elle ne lui pardonne pas tout de suite hein, parce que la romance doit continuer a s'entretenir dans les tomes suivants et que pour s'entretenir il faut du conflit... mais elle l'accepte parce que la romance doit … doit continuer dans les tomes suivants et que si elle le déteste trop ben y a plus de romance quoi...

Et c'est là que j'ai arrêté de m'identifier au personnage et que je suis sortie du livre.

Elle a aimé Hawke Flynn et non pas l'homme qu'elle découvre à la fin de l'ouvrage et qui est un connard fini . Elle dit elle-même qu'ils ne sont pas les même personnes... donc tout cela relève non pas de l'amour mais du désir... Et je ne veux pas justifier tout cela par du simple désir... Est-ce que son envie de vivre des choses ( surtout sur le sexe apparemment ) est-elle une justification suffisante pour que Poppy qui a vécu toute sa vie enfermée le cautionne ?

Je veux dire... le désir ne fait pas tout, et d'ailleurs le désir dépend de la manière dont on voit les gens. Dans les livres on voit souvent que les protagonistes sont déchirés entre dégoût, haine et désir, amour... Certes... mais Poppy ne semble pas être du genre à remettre en question ses valeurs ( elle va sur le Mur pour défendre la veuve et l'orphelin des monstre alors que c'est interdit et elle y va en putains de pantoufle ! ). Enfin c'est le cas durant la première partie du roman. D'ailleurs elle reconnaît elle même que son désir de liberté si il est dut à Hawke, il s'agit d'un processus qu'elle avait elle même entamé. de plus, elle ne me semble pas être du genre à oublier lorsque quelqu'un la fait souffrir, comme à pu la faire souffrir le Duc... La violence de la trahison de Hawke me semble tellement supérieur à celle du Duc ! L'auteur mets Hawke sur le fil du rasoir pour le lecteur, on a pitié de lui et on s'est tellement attaché à lui qu'on veut lui pardonner parce qu'il a tellement souffert et que peut-être qu'il est moins con que ça... mais … non. Pour moi ça ne fonctionne pas. le mariage m'a tuée. Hawke veut le beurre, l'argent du beurre et surtout le cul de la crémière sans s'inquiéter que ce soit réciproque ou non. Enfin si ! Il demande avant de coucher avec elle pour être sûre qu'elle est consentante parce que le consentement sexuel c'est important... Donc rassurez vous il n'y a pas abus sexuel... Bon il y a abus de l'esprit et du coeur... mais ça semble moins important apparemment.

Pourquoi les histoire érotiques tombent-elles aussi souvent dans ces relations de domination? Ce que ce soit torride ok ! Mais pourquoi nous montrer un personnage excitant à souhait si c'est pour nous dire qu'en fait c'est un sale con manipulateur et dominateur? Non les cons ne sont pas excitants et personnage torturé ne signifie pas connard!

Voilà ce que j'ai lu entre les lignes : le sexe avant la jugeote, le sexe avant les valeurs, le sexe confondu avec l'amour, même si l'auteur semble s'en défendre. Car, oui, Poppy est tombée amoureuse de Hawke même si elle ne le connaît pas, même si elle ne sait rien de lui car même si apparemment il y avait du vrai dans leur relation ce changement drastique de personnalité ne montre qu'une chose : il a menti sur qui il était... donc si elle est amoureuse du mensonge qu'est Hawke, elle ne peut tout de même pas être amoureuse de la vérité qu'est Casteel, car ils sont très, très différents et que franchement... c'est vraiment possible d'être amoureuse d'un con pareil ? .

Lorsqu'on lit un livre de ce genre, on s'identifie nécessairement au personnage principal, c'est un peu le but pour beaucoup. Et j'ai adoré Poppy, gentille mais pas cruche, le coeur sur la main mais dotée d'une violence délicieuse et libératrice pour le lecteur. Mais la dernière partie de cet ouvrage m'a donné l'impression de chuter avec Poppy, sans même avoir droit à une résolution positive, à une vengeance ou à une liberté enfin acquise. Les personnages n'avaient plus de sens, tout allait vite.

Je ne veux pas dire que ce n'est pas bien écrit. Au contraire, certains y trouveront leur bonheur, mais après avoir lu d'autre romances avec des connards bien écrits qui m'avait beaucoup plus, je ne suis pas satisfaite de ce roman.

La romance m'a tellement emballée, et m'a tellement déçue... A la fin j'ai sauté les pages pour voir si Poppy arrivait à retrouver un semblant de contrôle sur sa vie... et euh... Non.

Bref... pour ceux qui aime les bit-lit fantasy avec des romances torrides bien qu'illogiques ( et il y en a que j'aime beaucoup) c'est un livre à lire.

Selon moi tous les livres sont bons à lire car s'il ne plaît pas à une personne il plaira forcément à quelqu'un d'autre.

En ce qui me concerne j'ai chuté de haut et l'atterrissage fut rude.

Commenter  J’apprécie          160

J'ai une relation assez particulière avec les romans de l'éditeur DeSaxus qui souvent ont le chic pour m'agacer tant j'en attends une profondeur que je ne trouve pas. Il en va de même avec l'autrice Jennifer L. Armentrout, dont j'ai lu le premier tome de la saga Lux, il y a des années mais qui m'avait déçue. J'y allais donc un peu à reculons en commençant cette saga pourtant chaudement recommandée par mes amies les plus proches. La surprise fut au rendez-vous et j'ai passé un très bon moment face à cette romance croustillante et cet univers qui se révèle dans les derniers instants pour me mettre un uppercut !

Avec les réticences que j'avais en tête concernant l'éditeur et l'autrice, pour une fois, je n'ai pas commencé ma lecture avec trop d'espérances en tête. C'est peut-être pour cela que j'ai pu profiter pleinement du divertissement que les deux offraient. Certes nous sommes encore et toujours dans un roman Young Adult voire New Adult, genres auxquels je n'adhère pas toujours mais comme pour une fois, connaissant l'autrice, je savais à quoi m'attendre, c'est passé comme une lettre à la poste.

Dans un premier temps, j'ai été surprise de ne pas avoir plus de réticences que cela envers une héroïne qualifiée de "Pucelle", terme ô combien détesté chez moi qui me file de l'urticaire et une grosse envie de ruer dans les brancards. Heureusement, Poppy, semble avoir la même réaction que moi et c'est une héroïne qui n'a qu'une envie : sortir de la cage dorée où on la maintient. L'autrice l'a ainsi doté d'un père de substitution qui lui enseigne l'art de se battre et se défendre avec une épée, un poignard et toute autre arme qu'elle peut trouver. Et Poppy elle-même fait preuve d'un bel esprit frondeur sous ses airs obéissants.

L'univers dans lequel on tombe a les mêmes faux airs trompeurs. Nous découvrons un royaume très mystérieux dont l'autrice nous cache les trois quarts pendant quasiment toute l'histoire avant de nous asséner des révélations bien lourdes dans les dernières pages. On se retrouve ainsi longtemps à naviguer à vue à côté de l'héroïne dans ce qui semble être une cour élitiste très nocive où la caste dirigeante, les Élevés règnent en utilisant leur religion pour faire régner la peur et l'obéissance. Poppy est une élue, la Pucelle, celle qu'on doit sacrifier à leurs dieux, elle doit donc rester chaste, ne s'associer à personne et obéir même quand elle subit des brimades, mais elle ne sait pas pourquoi. Tout est sous clé. On ne comprend pas quel est vraiment la nature de son rôle. On ne comprend pas pourquoi cette société des Élevés semble si sclérosée et nocive avec ces hommes, comme le Duc et Mazeen, totalement fous. C'est étouffant et mystérieux. Pèsent sur eux une menace soi-disant portée par des créatures nocturnes aux ordres du Prince des ténèbres qui voudrait enlever Poppy et massacrer tout le monde pour régner. Ils sont régulièrement attaqués par ces Effondrés, Atlanciens et autres créatures dont on ignore tout. L'autrice garde bien le secret.

Pendant longtemps, ainsi, on suit plutôt l'héroïne, Poppy, qui tente de vivre un peu au milieu de ce carcan qui pèse sur elle de tous les côtés. On a longtemps l'impression que le cadre de l'histoire et l'univers ne servent pas à grand-chose si ce n'est habiller l'histoire d'amour qui va naître entre Poppy et son nouveau garde du corps, le taquin et ravageur, Hawke, qu'elle rencontre un soir par hasard dans un lieu de plaisir où il lui donne son premier baiser, bien que ce soit interdit. L'autrice titille notre fibre romantique en les faisant rapidement se tourner autour. Chacun ayant une forte personnalité cachée derrière leur soi-disant obéissance aux règles, les échanges entre eux sont piquants et brûlants. La tension monte vite et les scènes sensuelles s'enchaînent où ils s'effleurent, se tentent et se rapprochent. C'est bouillant entre eux et Hawke a un charme ravageur, il faut l'avouer, que Poppy entretient bien en se montrant aussi rebelle et bagarreuse. Moi, en amatrice de romance, ça me plaisait beaucoup, je l'avoue, mais je trouvais quand même que ça faisait beaucoup de pages pour pas grand-chose et surtout qu'en dehors de cela l'histoire était bien vide. C'était mal connaître l'autrice !

En effet, après nous avoir glissé nombre d'indices au fil des pages, dans le dernier quart de son histoire, elle fait complètement exploser le cadre posé et quel bonheur ce fut ! Je me doutais depuis un moment de certains mystères ou plutôt d'une certaine identité cachée, les indices étaient trop flagrants, mais ça ne m'a pas empêchée d'être surprise tout de même par tout le reste. L'univers qui n'était qu'esquissé prend alors l'ampleur qu'il devait avoir. On comprend que l'autrice nous a volontairement laissé dans le flou comme l'héroïne pour mieux vivre l'histoire et ses révélations de son point de vue. C'était jouissif. J'ai un peu eu l'impression de me retrouver dans ACOTAR de Sarah J. Maas quand on rencontre Rhysand et qu'on découvre tout ce que cachait l'univers. C'est le même procédé ici et que c'est efficace. On découvre alors tout ce qui se cachait derrière cette ambiance malaisante, ces personnages au centre mais si étranges qu'ils nous dérangeaient et bien sûr la vérité que ça cachait. C'est très malin.

Ainsi Jennifer Armentrout n'a pas écrit qu'une romance addictive, bien que celle-ci soit LE moteur de l'histoire, en particulier avec le personnage de Hawke, pour moi, qui se révèle d'une grande richesse par ses secrets et son côté torturé d'une belle manière fort romantique. L'autrice a aussi imaginé tout un univers à la mythologie torturée compliquée où les apparences sont trompeuses et les ennemis pas forcément ceux qu'on croyait. C'est quelque chose que j'adore même si soyons honnête, c'est déjà vu, c'est cependant très bien fait ici. J'ai adoré l'ampleur que prend alors l'univers, les nouveaux personnages introduits me semblent fort prometteurs, notamment Kieran, et les nouveaux rôles que vont jouer Poppy et Hawke me mettent déjà l'eau à la bouche. Je suis totalement conquise, alors qu'avant je trouvais cela un peu tiède quand même.

J'ai du coup beaucoup aimé qu'on parle tout au long de l'histoire de la force de résilience de Poppy, du poids de son passé de survivante avec ses cicatrices, tout comme ce sera le cas pour Hawke ensuite. J'ai aimé découvrir lentement son rôle et ses pouvoirs ainsi que ce qu'ils apportent aux gens. J'ai aimé le beau regard qu'Hawke porte sur elle et qui lui permet de se trouver belle malgré tout ce qu'on a pu lui dire et de s'affirmer aussi comme femme courageuse et bagarreuse. Les relations interdites qu'elle entretient avec ceux qui l'entourent sont aussi un élément dont la dynamique m'a beaucoup plu. C'était touchant de voir sa belle amitié interdite avec sa servante, le lien quasi filial entretenu avec son protecteur Vikter, et tout l'altruisme qu'elle va montrer envers les petites gens subissant l'injustice des Élevés. Il y a vraiment un gros potentiel dans l'écriture de ce personnage et je pense que l'ajout des révélations finales qui vont porter un autre personnage en avant dès le prochain tome iront également dans ce sens.

Alors que je m'attendais juste à être distraite par la romance addictive et piquante de Jennifer L. Armentrout dans le sang et la cendre, j'ai été ravie de recevoir une grosse surprise en mode uppercut dans la dernière partie qui a changé du tout au tout mon opinion sur ce titre, pour le placer aux côtés d'ACOTAR dans les très bonnes surprises et les univers tortueux malins et bien pensés pour nous prendre à contre-pied. Je suis fan du duo de héros et je pense que les dernières révélations vont leur donner encore une autre dimension dans les prochains tomes. J'ai très très hâte de les retrouver et d'être à nouveau surprise, je l'espère.


Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          130

Que dire à propos de cette lecture?

Je ne résumerai pas le roman, d'autres l'ont fait.

On va pas tourner autour du pot longtemps: j'ai été super déçue.

Je ne suis pourtant pas une lectrice très compliquée : quand un livre plait à un grand nombre en général il me plait aussi.

Mais là...

Qu'est-ce que c'est que ce ramassis de clichés? de scènes de sexes placées de façon complétement aléatoires et incongrues? D'indices au cours de la narration tellement énormes que tout le suspense du livre avait disparu dès les 20 première pages (y'en a 600)?

Avis à l'auteur et à la maison d'édition:

-Ce n'est pas parce qu'une femme sait tenir une épée que c'est une femme forte.

-Les mecs "parfaits" physiquement c'est chiant (les meufs aussi).

-C'est d'une tristesse sans nom de répéter sans cesse le cliché : fille avec des défauts physique et inexpérimentée trouve un mec magnifiquement beau qui tombe éperdument amoureux d'elle ...

-Prendre le lecteur pour un idiot fini en lui mettant des indices toutes les trois pages... c'est vexant pour le lecteur (si!).

-Quand on n'y connait absolument rien aux chevaux... on se renseigne un peu pour que ça ait l'air crédible (ça vaut pour l'auteur et le relecteur de la maison d'édition).

-Faire une très belle couverture ne compense pas le fait d'avoir laissé autant d'erreurs dans le texte (fautes, mots manquants...)

-Balancer des scènes de sexes à tout va pour camoufler le vide de l'intrigue ... ça ne fonctionne que pour ceux qui ne lise le livre que pour ça.

-Créer des personnages invincibles dans un bouquin ou "la mort rode" enlève tout suspense ou angoisse de ce qui pourrait arriver au personnage (spéciale dédicace à celui qui a pris un coup de poignard en plein coeur mais surprise! il fallait viser la tête parce que ... facilitée scénaristique bonjour! (vite une scène de sexe (entre "l'assassin" et la victime) pour que le lecteur ne se doute de rien!)

-Une description n'est pas que "visuelle", nous avons d'autres sens : le toucher, le gout, l'odorat. Ces sens peuvent être utilisés pour autre chose que des scènes de cul et des descriptions répétitives de personnages. Par exemple... pour des scènes de combats: transpiration, sang, chair brulée, froid, odeur du matériel...

-Les histoires avec des grands méchants très méchants super vilains qui manipulent le monde et les gentils super gentils trop cool ... c'est usant.

Bref je pourrai continuer longtemps comme ça.

Pour résumé: je me suis ennuyée tout du long. Je ne suis pas fan des scènes de sexes en général et pour le coup je n'ai pas arrêté de sauter des pages tellement c'était barbant. Les personnages m'ont paru tous vide et creux sans aucune personnalité, même les principaux. Focaliser sur des parties de corps parfaites et avoir une envie irrésistible de baiser à la fin d'un combat, en étant mourant, ou après un assassinat c'est super glauque/ malsain. La mort à une odeur (un cadavre ça pue). C'est étrange d'avoir un personnage qui se morfond autant et qui est décrit comme empathique mais qui n'a visiblement aucune réaction/ ressenti face à la mort.

Je n'ai été touchée par aucune mort puisque qu'aucun des personnages n'était travaillé.

Et mon dieu que le texte se répète, je suis sûre qu'en enlevant les répétitions le roman perd au moins 150 pages. Les pensées du personnages tournent en boucle (on a compris qu'elle voulait bais... Vivre (pardon)). On a compris que Hawke avait des abdos formidables (cet homme est donc toujours déshydraté?) et qu'il se lave si peu que Poppy l'identifie à l'odeur toutes les 3 pages...

Les "indices" (on peut appeler ça comme ça même quand ça ressemble à des panneaux à led posé en bord de route?) sont tellement énormes que Poppy m'est apparue comme étant un peu bécasse / idiote. Dommage qu'elle sache se servir d'une épée mais pas de son cerveau quoi.

Il y aurait encore beaucoup à dire mais la flemme et personne ne lira ce pavé.

En conclusion: j'ai pu finir ce livre grâce à un auteur ; TJ Klune, et son livre "Les contes de Verania". Dans ces contes l'auteur y met tous les clichés du genre et les tourne au ridicule. Ces clichés sont tous dans "le sang et la cendre". Alors je l'avoue, j'ai quand même beaucoup ri.

Commenter  J’apprécie          134

{Instagram : @aur131}

Depuis le temps, vous devez savoir que je suis une fervente admiratrice de Jennifer L. Armentrout. Je ne loupe aucune de ses sorties et je ne tarde jamais à les lire. Il faut dire que depuis quelques années, l'autrice s'est fait une place dans mon top 3 de mes autrices préférées. Alors, lorsque j'ai vu que le premier tome de la saga From Blood and Ash allait débarquer en France, j'étais impatiente de faire la connaissance de Poppy et de Hawke (ok, surtout de Hawke). J'avais déjà entendu énormément de bien de ce roman (et de Hawke :p), donc il était certain que je n'allais pas attendre des mois pour en faire qu'une seule bouchée. Une seule bouchée, c'est exactement ce que j'ai fait de ce roman ! du coup, vous l'aurez certainement deviné, le Sang et la Cendre est un méga coup de coeur !

Déjà, la première chose que j'ai remarquée en débutant cette lecture, c'est que l'histoire est un petit peu plus « adulte ». L'univers dans lequel évoluent Poppy et Hawke est assez violent, sanglant, et disons qu'avec leur relation, le côté érotique est beaucoup plus prononcé qu'il ne l'était dans les précédentes sagas de JLA. Donc, si vous vous posiez la question, je dirais que l'on est davantage sur une histoire New Adult que sur une histoire Youg Adult. Les personnages ont plus de maturité, l'univers est vraiment très complet, très riche, et comme toujours, on ne peut pas dire que Jennifer L. Armentrout soit radine lorsqu'il s'agit d'offrir à ses lecteurs de l'émotion, du suspense ou bien de l'action !

Qu'on se le dise, j'adore les sagas Lux, Covenant, Dark Elements et Origine, mais c'est vrai qu'après avoir fini le Sang et la Cendre, j'ai trouvé que l'histoire de celui-ci était peut-être mieux travaillée, mieux développée sur tous les plans. Bien sûr ce n'est que le premier tome, il faudra voir  si ça tient toujours la route au fur et à mesure de l'avancée de la saga, néanmoins je dois dire que pour un premier tome, ça envoie déjà du lourd ! Honnêtement, je n'ai vraiment rien à reprocher à ce premier volet. Je voulais de l'originalité et un univers qui tient la route, je l'ai eu. Je voulais de l'action, je l'ai eu. Je voulais des rebondissements, je les ai eu. Je voulais une héroïne badass, je l'ai eu. Je voulais de la romance, de la passion et un personnage masculin charismatique et sexy, j'ai eu tout ça.

Dès les premières pages, on est directement plongés dans le vif du sujet, l'action démarre très vite. Pour tout vous dire, bien que le livre fasse 663 pages, on ne les voit pas du tout passer. On est tellement pris dans l'histoire et dans l'ambiance qu'elle dégage, qu'on ne se rend même pas compte des pages qui défilent. On aimerait prendre notre temps pour le lire, mais la vérité c'est qu'il est impossible de stopper la lecture. de vous à moi, je ne sais même pas comment je suis parvenue à le fermer pour aller dormir… En plus de ça, l'action monte crescendo tout au long du livre, c'est bourré de révélations et de rebondissements ! Comment voulez-vous ne pas succomber à ça ?!

Je vous assure, lorsque je me suis rendu compte qu'il ne me restait qu'une dizaine de pages à lire, je n'étais vraiment pas bien. La tension était à son comble, je retenais mon souffle en attendant de voir de quelle façon Jennifer L. Armentrout avait décidé de conclure ce premier tome. D'ailleurs, on en parle de cette fin ? Je ne m'en toujours pas remise, j'ai cru que c'était une blague et je continuais de tourner les pages en espérant apercevoir un épilogue… Mais non, rien. Je n'y étais pas du tout préparée, la fin tombe comme un couperet. C'est cruel, même venant de la part de JLA… Comment suis-je censée survivre jusqu'à la sortie du second tome ?! Je veux plus de Hawke !

D'ailleurs, parlons-en de Hawke. Non mais Hawke, quoi… On disait que le personnage masculin de Lux, Daemon Black, était hot ? Ça, s'était avant de découvrir Hawke ! Hawke pu**** ! Oui, désolée, je deviens vulgaire, mais je vous assure que tant que vous n'avez pas découvert son personnage, vous ne pouvez pas comprendre mon état ! Plus sérieusement, je crois que Hawke est le personnage le plus incroyable que Jennifer L. Armentrout ait créé jusqu'à présent. Sexy, torturé, tendre, mystérieux, sexy (oups, je l'ai déjà dit ^^), drôle, protecteur… Bref, sachez que j'ai eu un énorme crush pour lui (en même temps si vous n'aviez pas compris…). En tout cas, je ne vous en dirai pas plus sur son compte car d'une part, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même (et puis, on pourrait y passer la nuit) et d'autre part, il est difficile de vous en parler sans spoiler.

Quant à Poppy, j'ai eu également une agréable surprise. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec son personnage, mais sûrement pas à ce qu'elle soit aussi badass ! Étant donné qu'elle a grandi comme une recluse, sans pouvoir être touchée et regardée, j'avoue que je pensais découvrir une jeune fille légèrement chétive et farouche. Pourtant, Poppy est loin d'être la jeune femme que j'imaginais. Elle sait tirer avec un arc, elle sait se battre et n'a vraiment pas froid aux yeux. Elle a également pas mal de repartie et c'est une jeune femme, malgré la condition qu'on lui impose, qui sait réfléchir par elle-même. Bon, Poppy peut paraître un peu naïve quelquefois, toutefois son don, son besoin de vivre, d'expérimenter… Tout cela fait d'elle un personnage intéressant et attachant. On l'observe évoluer, grandir, s'épanouir au fil de l'histoire et c'est fort plaisant.

Passons maintenant à la romance et non d'une pipe (voilà que je parle comme une mamie maintenant...), quelle romance ! Déjà que Hawke a fait plus d'une fois vriller mon coeur, avec la romance j'ai frôlé la syncope les amis ! Vous voyez, chacune des romances que nous avait proposés jusqu'à aujourd'hui JLA apportait son lot de joie, d'amour, de tendresse et de passion. Que ce soit pour Lux, Covenant ou Dark Elements, chacune était différente, unique et chacune d'elles faisait naître des papillons dans le ventre. Cependant, avec celle de Poppy et de Hawke, on est carrément sur un autre niveau ! Comme je le disais, c'est plus « adulte », plus sexy, plus érotique. Chaque mot, chaque caresse, chaque regard échangé, nous met dans un un incroyable état émotionnel. Alors oui c'est sexy et érotique, mais en même temps c'est tellement doux, tellement tendre ! En plus de ça, la romance entre Poppy et Hawke s'installe lentement, et vous savez à quel point j'adore les romances slow burn ! du coup, il y a une tension de dingue entre eux, une alchimie que l'on ressent dans chaque passage, dans chaque phrase, dans chaque geste ! Ça peut paraître exagéré de dire ça, mais je vous assure que cette romance est de loin la meilleure que j'ai pu découvrir jusqu'à maintenant. Poppy et Hawke forever !

En conclusion, je pourrais encore dire beaucoup de choses sur ce roman, mais ce serait vous gâcher la surprise. le Sang et la Cendre est une histoire incroyable qui nous plonge au coeur d'une trépidante épopée où se mêlent romance, magie et mystère. Personnellement, ce roman est clairement le meilleur que j'ai pu lire de Jennifer L. Armentrout. Que ce soit les personnages, l'intrigue ou bien la romance, c'est pour moi un sans-faute. Et puis, on adore la plume de JLA qui est comme toujours d'une efficacité remarquable. C'est fluide, addictif… Bref, on adore ! Si vous n'avez pas encore lu cette pépite, premièrement honte à vous (je plaisante bien sûr, quoique…) et deuxièmement, j'espère que je serais parvenue à vous convaincre de le lire ! Bon, quand est-ce que l'on retrouve Hawke ? Euh, je veux dire, à quand la suite ?


Lien : https://lesjolieslecturesdep..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation

Nous renaîtrons. Nous renaîtrons dans le sang et la cendre.

Commenter  J’apprécie          10

- La vérité ne me fait pas peur. Il est peut-être en position de pouvoir, mais c'est un homme faible qui prouve sa force en essayant d'humilier des personnes plus puissantes que lui. Comme toi. Ta force lui donne l'impression d'être incompétent. Ce qu'il est. Et tes cicatrices ? Elles sont la preuve de

ton courage. La preuve que tu as survécu. L'évidence de la raison pour laquelle tu es là alors que des individus de deux fois ton âge ne le seraient pas. Elles ne sont pas laides. Bien au contraire. Elles sont magnifiques, Poppy.

Commenter  J’apprécie          00

- La peur et la bravoure vont souvent main dans la main. Elles font de toi un combattant ou un lâche. La seule différence, c'est la personne que tu es réellement à l'intérieur.

Commenter  J’apprécie          20

La chaleur, brûlante et suffocante, me monta aux joues. Je pressai mon profil contre le cadre de la fenêtre. Je ne voulais pas y penser. Je n'en avais jamais envie. La nausée me prit à la gorge. Je ressentais une honte étrange, comme si ma peau était poisseuse et sale. Je ne comprenais pas pourquoi je ressentais tout cela. Je savais que je n'avais rien fait pour attirer l'attention de Mazeen et même si cela avait été le cas, cela ne lui donnait pas le droit d'agir ainsi. Pourtant, quand je me remémorais la façon dont il m'avait touchée, comme s'il en avait tous les droits, j'avais envie de m'arracher la peau.

Commenter  J’apprécie          10

Il y avait toujours une personne dont la peine était si profonde, si vive, qu'elle devenait une entité à part entière. Je la percevais sans même ouvrir mes sens. J'étais incapable de l'éviter ou d'y échapper. Ces individus projetaient leur agoni sur le monde qui les entourait.

Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jennifer L. Armentrout (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jennifer L. Armentrout
Aujourd'hui et si on parlait de VOS lectures ? Grace à un formulaire j'ai établie le TOP 5 de VOS lectures préférés de l'année 2015 ! Plus de vidéos : https://goo.gl/03Vjvg
_________________________________________
Si je ne réponds jamais à vos commentaires c'est que google+ m'en empêche. N'hésitez pas à vérifier dans vos paramètres ;)
______________________________________
⚆ POUR ME SUIVRE :
⚈ BLOG : http://bulledop-bouquine.blogspot.fr ⚈ FACEBOOK: http://facebook.com/Bulledop ⚈ TWITTER: http://twitter.com/Bulledop ⚈ INSTAGRAM : http://instagra.com/Emiliebuu ⚈ Ask : http://ask.fm/Bulledop ⚈Snapchat : ibulledop
______________________________________
♡Questions fréquentes :
Mes musiques sont libres de droits et trouvées sur internet Je monte avec Imovie. Mes cheveux sont naturellement frisés ( et oui ... ^^ )
_______________________________________
Musiques :
-New Generation Whistle / GAL134 : Whistle Rock - Julien Vonarb [SACEM]
-Busy Little Feet / BR556 : The Acoustic Tent - Darren B Loveday [PRS], Stephen Loveday [PRS]
_______________________________________
N'hésites donc pas ! Abonne toi c'est gratuit et ça fait toujours plaisir 😙
_______________________________________
Cette vidéo ne contient aucune placement de produit
_____________________________________
_______________________________________
Si tu as des suggestions de vidéos ou de livres que tu aimerais voir par ici, n'hésites pas à m'en faire part en commentaires ! ;)
Merci pour tout !
Emilie ⚆
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus




Quiz Voir plus

lux:obsidienne

quelle sont les prénoms des Black?

Dez,Darla et John
Dee,Dawson et Deamon
Andrew,Dee et Deamon
Katy,Dee et Dawson

10 questions
119 lecteurs ont répondu
Thème : Lux, tome 1 : Obsidienne de Jennifer L. ArmentroutCréer un quiz sur ce livre