AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265028517
Éditeur : Fleuve Editions (01/12/1984)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Lorsqu'on est journaliste gastronomique et que l'on vous invite à un repas aussi mystérieux que succulent, votre imagination commence à s'enfiévrer.
Surtout si l'on exige de vous le secret le plus absolu sur l'étrange restaurant où vous avez goûté une cuisine exquise. Surtout si l'on commence à vous suivre dans les rues de New York et que l'on aille même jusqu'à attenter à votre vie.
Alors vous vous demandez si vous n'avez pas participé à une sorte ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Pecosa
  13 janvier 2018
Quelle angoisse que ce Dossier Atrée, qui m'a rappelé mes nuits blanches à l'époque où ado, je lisais des Pocket Terreur, le trouillomètre à zéro. Est-il possible d'être déçue par la lecture d'un roman de Georges-Jean Arnaud? Ce ne sera pas encore pour cette fois, ce roman publié en 1972 et réédité dans la collection « Angoisses » m'a bien fichu les foies, puisqu'il évoque l'anthropophagie gastronomique sur fond de guerre civile espagnole et de nazis sadiques.
Le Dossier Atrée est un roman choral qui débute dans l'univers chic et feutré de palaces new-yorkais et se termine dans un décor dantesque au fin fond des montagnes espagnoles. Est-ce vraisemblable? On s'en fiche. G-J Arnaud distille la terreur et l'horreur avec une précision d'horloger, des évènements extraordinaires atteignent des citoyens ordinaires sur deux continents. Ses personnages tentent tant bien que mal de dénouer les fils de faits abominables mais aucun esprit sensé ne peut appréhender l'insoutenable vérité sans basculer dans la folie. Heureusement, le B.U.R.A.S, le Bureau Universel de Recherches des Anomalies Sociologiques veille pour mettre un terme à l'horreur absolue.
Mais que viennent faire des enfants volés dans des orphelinats lusitaniens sur le bateau d'un trafiquant? Que sert-on dans les assiettes du très sélect House bone? Chez Arnaud, le fantastique s'ancre toujours intelligemment dans le réel, et ce qui provoque chez le lecteur le malaise et l'angoisse, quand il se débat comme les personnages avec des interrogations dérangeantes: «Les Portugais, ça ne vient pas crever de faim en Espagne, puisque les Espagnols s'en vont ailleurs. Les Portugais, ça va en France. »
Il ne vous reste plus qu'à vous plonger avec un haut-le-coeur dans le Dossier Atrée, qui a permis à l'auteur de s'en prendre mine de rien aux dictatures de tous poils. "J'en ai profité pour taper sur l'Espagne franquiste. Cela m'avait soulagé la conscience et, en même temps j'avais fait un bon bouquin. », avait-il déclaré. Contrat parfaitement rempli, frissons garantis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
Fab72
  03 août 2014
G.J. Arnaud, écrivain français très prolifique, surtout connu pour sa série fleuve « La compagnie des glaces », a publié quelques romans dans la collection « Angoisse » (ancêtre de la collection « Gore ») aux éditions Fleuve noir au début des années 70.

Un journaliste gastronomique écrit un guide sur les restaurants New Yorkais. Un étrange couple de gourmets l'aide dans sa tâche en lui faisant faire le tour des meilleurs restaurants. Sur l'insistance de la femme, notre journaliste s'assied à la table du « House Bone » malgré les réticences du mari. Ce dernier s'est entouré de précautions en dissimulant l'itinéraire du restaurant (voiture aux vitres teintées avec chauffeur). Restaurant qui semble réservé à un public très restreint et riche. D'ailleurs, aucun des collègues de notre journaliste, tous des spécialistes, n'a entendu parler du lieu…

Les bases sont posées et difficile de ne pas voir venir la suite. Même le personnage principal se fait la réflexion suivante pendant le repas : « le foie gras truffé disposé devant moi est d'une taille peu commune, et je ne connais aucune oie de France capable d'en produire d'aussi gros. » Les premiers chapitres sont truffés (si j'ose dire) de poncifs propres aux thrillers (filatures, menaces, meurtres). Heureusement, par la suite, le récit composé de témoignages transmis au B.U.R.A.S. (Bureau universel de recherches des anomalies sociologiques) gagne en intérêt. Ainsi, l'identité du rédacteur change d'un chapitre à l'autre. Deux témoignages dont celui d'un interne de l'hôpital psychiatrique de Salamanque (Espagne) relèvent le niveau du livre. L'un des patients de ce médecin, un adolescent eunuque et obèse, au foie hypertrophié, qui se jette sur la farine de maïs cuite, semble avoir été séquestré et enfermé dans une cage basse uniquement meublé d'un immense lit… Lorsque le garçon reconnaît en une charmante infirmière de l'hôpital quelqu'un de « là-bas » ; la vie de notre interne bascule… Il y a aussi le témoignage d'un capitaine de bateau spécialisé dans le transport de clandestins qui se retrouve avec des bambins apeurés plein sa cale…

G.J. Arnaud a fait le bon choix en délaissant les scènes gore pour une horreur plus latente mais finalement plus efficace (le triste sort d'enfants espagnols âgés de quatre/cinq ans traités comme des chapons ou des oies par d'anciens nazis). Hélas, par moment, la qualité de l'écriture laisse à désirer. le dernier tiers du roman est même totalement raté. En effet, le stratagème utilisé par le B.U.R.A.S. contre les trafiquants est aussi invraisemblable que ridicule. Ajouter à cela de l'action sans intérêt… Finalement, le bilan est mitigé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hellrick
  21 août 2018
G.J. Arnaud signe son entrée dans la collection « Angoisse » avec ce roman qui traite du cannibalisme et des conséquences de la guerre d'Espagne.
Un journaliste, invité à goûter les plats succulents d'un restaurant secret, le House Bones, où se presse la bonne société, ne tarde pas, en effet, à comprendre la véritable nature de la viande servie dans l'établissement. Bien sûr, un secret absolu doit être gardé sur le restaurant mais il est si tentant de vouloir écrire un bel article…
Arnaud convoque ici une organisation étrange, le Bureau Universel de Recherches des Anomalies Sociologiques, pour dénouer les fils d'une intrigue touffue. En peu de pages, le romancier évoque la guerre d'Espagne, les exactions d'anciens nazis et lie le tout par le biais d'un trafic d'enfants, enlevés puis gavés avant de finir dans les assiettes de riches adeptes de la chair humaine.
L'histoire générale, assez classique finalement, se voit joliment développée par ces différentes sous-intrigues et par un intéressant procédé stylistique : les narrateurs du récit changent fréquemment, transformant le roman en une sorte de mosaïque, voire de puzzle. Nous aurons ainsi le témoignage d'un infirmier espagnol, nous découvrirons l'existence d'un enfant mutilé et obèse, gavé comme une oie, etc. de quoi conférer une originalité certaine au récit et relancer l'intérêt d'un bouquin qui aurait pu n'être qu'un « roman de gare » horrifique assez quelconque sans la science (et le solide métier) d'Arnaud.
LE DOSSIER ATREE, comme l'indique la préface, constitue un précurseur aux « Gore » de la décennie suivante quoiqu'il mette davantage l'accent sur une horreur plus insidieuse, moins frontale mais tout aussi efficace, voire davantage car débarrassé des outrances du grand guignol, lesquelles auraient pu le faire sombrer dans une parodie plus ou moins volontaire.
Malheureusement le roman, en dépit de ses qualités, souffre d'un ventre mou (un comble vu le sujet !) dans sa seconde moitié. Les agents du Bureau Universel de Recherches des Anomalies Sociologiques usent ainsi de tactiques risibles pour contrer les anciens nazis cannibales, entrainant LE DOSSIER ATREE dans certains travers des bouquins d'« espionnages » de consommation courante. Dommage car Arnaud avait soigné toute la première partie et les cent premières pages se montraient d'une efficacité exemplaire de part, justement, leur retenue et leur plausibilité.
En dépit de ce bémol, LE DOSSIER ATREE demeure un plaisant « Angoisse » qui se lit d'une traite et avec gourmandise. Pas indispensable mais fort agréable.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PecosaPecosa   13 janvier 2018
Depuis la fin de la guerre. Mais il n'a pas pu me dire grand chose. Seulement que tout a commencé en Espagne avec...
Elle ferma les yeux et je crus qu'elle allait s'évanouir.
- Voulez-vous quelque chose?
-Merci. J'ai déjà assez bu... Oui, c'était en Espagne. Il y avait alors des gens si pauvres, si malheureux qu'ils abandonnaient leurs enfants...Plus ou moins volontairement. Au besoin on les forçait... Il y avait aussi tous ces orphelins... L'Espagne dix ans après ne se relevait que difficilement de la guerre civile...
Des enfants! L'abomination était à son comble. Je suis allé boire au goulot d'une bouteille un alcool semblable à du feu. Puis, je me suis efforcé de maîtriser mon dégoût.
- Mais tout avait commencé en Allemagne... Dans des camps... Léo était en contact avec des officiers allemands, des fugitifs SS. Ils ont continué en Espagne. D'abord parce qu'ils ne pouvaient plus se passer de ces habitudes... Et puis, par nécessité, parce qu'ils étaient démunis d'argent....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Georges-Jean Arnaud (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges-Jean Arnaud
Chronique consacrée aux grands noms de la littérature policière, et animée, depuis octobre 2018, par Patrick Vast, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour la 26ème chronique, le 12 décembre 2018, Patrick présente Georges J. Arnaud. Patrick Vast est aussi auteur, notamment de polars. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://patricksvast.hautetfort.com/ Il a également une activité d'éditeur. À voir ici : https://lechatmoireeditions.wordpress.com/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La compagnie des glaces

La série "La compagnie des glaces" est la plus grandes série de science fiction en nombres de romans qui la composent

Vrai
Faux

7 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La Compagnie des Glaces (BD) - Cycle 1 Jdrien, tome 1 : Lien Rag de Georges-Jean ArnaudCréer un quiz sur ce livre