AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363081765
Éditeur : Arléa (07/02/2019)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Peu d'écrivains se sont autant aimés, enviés et jalousés que Proust et Cocteau. Très peu établirent une relation affective et sensible aussi riche, on l'ignore parfois. Tel un frère élevé une génération plus tôt, Proust montrait une admiration sans borne pour ce cadet qui le faisait rire aux larmes et manifestait à 20 ans le brio et la faculté qui lui manquaient encore, à près de 40 ans. Il l'aima d'un amour impossible et frustrant, comme tant d'autres avant lui...<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Alzie
  08 mars 2019
Au-delà de la rencontre entre Proust et Cocteau magnifiquement restituée, du plaisir qu'il y a à lire l'histoire complexe d'une relation de douze ans, Claude Arnaud se fait le passeur de deux oeuvres exceptionnelles et l'explorateur subtil et pénétrant des “ateliers de la fabrique de soi” qu'il annonce dans l'avant-propos. Proust et Cocteau sont nés à presque vingt ans d'écart. La “Cathédrale” de l'aîné a éclipsé les “chapelles” du cadet et la postérité semble avoir tranché dit-il, entre "l'investigateur" et le "touche à tout", en faveur de l'oeuvre totale du premier face à l'éclatement artistique du second (écriture, danse, graphisme, cinéma). Pourtant, raconte encore Claude Arnaud, rien n'était joué à leur rencontre en 1909/1910, moment clé dans leur évolution littéraire ultérieure. Car le jeune poète prodige adulé pour ses recueils de poésie, le “Prince frivole” vient d'être publié, part favori dans la course à la gloire devant le chroniqueur mondain un peu stérile. Proximité de caractère pour ces deux chéris de leurs mamans (hypersensibilité, goût de l'imitation et du pastiche et donc même férocité à l'égard de celles et ceux qu'ils côtoient) mais, pour être rapide, divergences de stratégies créatrices n'excluant pas la fascination réciproque qu'ils se portèrent.
Cocteau s'expose grisé par ses dons ; il veut vivre ET créer en même temps. Proust prévient son cadet des risques de la dispersion, il sait de quoi il parle, tant il doute lui-même de sa capacité à écrire ; il est en passe de renoncer à vivre pour entrer en écriture comme on entre en ascèse lorsque Reynaldo Hahn et Lucien Daudet introduisent ce très brillant jeune homme dans leur cercle d'intimes. Entre attirance personnelle et entreprises de séduction Belle Epoque en direction De Montesquiou, “la Chevigné” et “la Noailles”, où les deux rivalisent, quelques anecdotes irrésistibles font rire ; le style de Claude Arnaud fait mouche lorsqu'il (r)approche ces deux êtres semblables que tout oppose dans cette formidable chambre d'échos début de siècle. Il décrypte le jeu de miroir entre eux et documente merveilleusement leurs “mécaniques” de maturation créatrice ; lente pour Marcel, héritier d'un modèle littéraire ultra classique (Racine et Mme de Sévigné...) ; fulgurante et par mues pour Jean, issu d'un milieu valorisant fantaisie artistique et éclectisme ; l'amitié qui les lie, leurs fous-rire, leurs amours contrariés, désespérés (Agostinelli, Radiguet) puis, les doutes respectifs et successifs qu'ils auront l'un et l'autre, mais surtout l'un vis-à-vis de l'autre, jusqu'en 1922 (mort de Proust). Proust n'était pas le "héros littéraire de son cadet". Cocteau ne croyait pas son aîné écrivain.
Très bien écrit, très bien construit l'essai est aussi très incarné. Il brosse un fin portrait de Cocteau en illusionniste talentueux et pressé (devenu le discret "Octave" de La Recherche) à côté de celui, plus acéré, du génial et infernal créateur asthmatique, « l'abeille tueuse » ( l'hypothèse étayée ici pour Proust est celle d'un "cannibalisme" de création) dont la métamorphose puis l'aura posthume puissante poursuivra pendant quarante ans le papillon Cocteau et dont le “miel noir” nourrira des générations entières de lecteurs énamourés.
Rien d'étonnant à ce que “La Recherche” soit le pivot de ce livre : elle est l'avant et l'après de leur commune histoire ; puisque Jean, témoin privilégié de sa genèse et auditeur de morceaux du manuscrit que lui lisait Marcel dans la chambre de liège du Bd Haussmann (on entend presque la voix de Proust), fut l'une des cinq plumes à avoir vanté “Swann” et à avoir cherché un éditeur à son ami. Après 1913 et le ralliement tardif de Gallimard et de la NRF à Proust, les malentendus, reproches, rancoeurs et griefs partagés sur fond de rivalité éditoriale (Gallimard refuse longtemps Cocteau dans son écurie), assombrissent la relation. Mais, plus encore, l'attribution du Goncourt à Proust (1919, “A L'ombre...”) est une césure dans la relation. Distance et éloignement. Sa position littéraire établie Proust devient le moderne incontournable face à Cocteau moins célébré désormais qui renie ses premiers recueils poétiques. Ayant rejoint l'avant-garde avec Diaghilev et Picasso (“Parade”), c'est à lui maintenant de "se réinventer". Il le fera... Plus critique dans les années suivantes envers ce Narrateur qu'il identifiait avant tout à l'être social et affectif qu'il avait connu masquant, selon lui, les désirs obscurs de son créateur "encensé" maintenant par la critique. Une manière de "saintebeuviser" dissonante dans le concert d'éloges.
Peut-être Claude Arnaud écrit-il ici le prolongement inspiré du travail de proximité entrepris par l'écriture de la biographie de Cocteau en 2003 ? Il confie (« La seconde vie », p. 245-246) : « Reconstituer la vie d'un autre écrivain est une expérience étrange. Il faut sortir de soi pour s'insinuer en lui, sacrifier une part de sa personnalité pour mettre ce moi en jachère, à son service. A force d'assimiler l'oeuvre de Cocteau et de m'imbiber des journaux et des lettres, j'acquis l'impression de le connaître de l'intérieur. Il me semblait en savoir plus sur cet être étrange que sur la plupart de ceux et de celles avec qui j'avais pu vivre – y compris moi-même. L'ayant vu naître, s'épanouir, briller haut et fort dans le ciel de la capitale, souffrir en amour et s'exténuer à écrire, de 1889 à 1963, il me semblait le connaître du berceau à la tombe ». mais si son empathie pour Jean transparaît rapidement dans l'essai la position de recul qui lui permet aussi de faire exister Marcel jusque dans ses penchants les plus dissimulés donne un bel équilibre à ce passionnant moment de lecture où se dessine, à une génération d'écart, la quête sublime et divergente de deux artistes dans la recherche de leur être véritable, grâce au talent d'un écrivain qui sait les rendre profondément humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
Bazart
  25 décembre 2013
A ma droite, Marcel Proust, surnommé le petit Marcel par toute une faune qu'il décrit si bien dans ses chroniques mondaines, 40 ans asthmatique, reclus, effrayé par le monde extérieur et dont le tout Paris littéraire attend la grande oeuvre promise depuis des années.
A ma gauche, Jean Cocteau, jeune farfadet de 20ans, poète précoce hyper doué, rivalisant d'éloquence et de bons mots dans tous les salons littéraires de ce début du XXe siècle.
Leur rencontre sera déterminante pour l'un comme pour l'autre, de suite, ils se reconnaissent comme des jumeaux nés avec 20 années d'écart et, jusqu'à la mort de Proust en 1922, ils n'auront de cesse de mettre en oeuvre une relation d'amour/haine que seule la gémellité peut engendrer.
Jalousie amoureuse, jalousie littéraire, complicité amoureuse, complicité littéraire. Combat à fleurets mouchetés entre un écrivain : Proust, fossoyeur d'un monde aristocratique d'un siècle passé et un poète : Cocteau, écrivain, auteur dramatique, déjà moderne alors que le terme même n'existait pas encore.
Une chose est sûre à la lecture de cet ouvrage : on ne peut que louer l'idée de Claude Arnaud à l'origine de cet essai, car, grâce à l'auteur, nous entrons dans l'intimité de la vie culturelle et intellectuelle de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.
Bienvenue dans les arcanes des maisons d'éditions parisiennes, bienvenue dans la guerre de velours entre Grasset et Gallimard. Valses de promesses entre éditeurs et critiques littéraires, il y a de véritable exécutions capitales dans les antichambres s et les salons mondains. Formidablement écrit , ne vous laissez surtout pas impressionner par le titre un peu théorique « Proust contre Cocteau », cet essai nous livre des clés et c'est justement une très bonne introduction à l'oeuvre de ces deux écrivains .
Une fois terminé ce livre, on n'a qu'une envie, celle de plonger « du coté de chez Swann », de rencontrer « Thomas l'imposteur » ou de savourez la biographie de Cocteau écrite par le même Claude Arnaud parue en 2003 et qui, dix ans après sa publication, reste une référence incontournable en la matière.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Pchabannes
  23 septembre 2014
Pendant une courte période de notre histoire contemporaine, au moment de la fin des états-nation et l'avènement de l'impérialisme, la croissance économique en France dégage de toutes obligations de revenus des milliers de bourgeois leur permettant de consacrer leur temps à vivre à l'écoute des musiciens, des poètes et des peintres. Ils se lanceront à leur tour dans la création. Paris devint capitale de la sainte trinité laïque : littérature, peinture et musique.
Fin connaisseur des deux oeuvres et de l'époque, Claude Arnaud réussit à entrer en empathie pour Marcel Proust (1871 – 1922) et Jean Cocteau (1889 – 1963), deux personnages gémellaires partageant une curiosité dévorante, un désir de plaire et de dominer aussi abrité sous une commune courtoisie.
Nos esprits, ces miroirs jumeaux dira Proust.
Marcel Proust : valétudinaire à l'oeil de mouche pensant l'écriture comme hors du monde et seul moyen d'échapper au néant de l'existence.
Jean Cocteau : le génie polymorphe. Les miroirs se contentant de le réfléchir sans le penser, il s'en voit sans cesse renvoyé au mystère qu'ils démultiplient.
Le livre détaille au fil des époques les succès et les oublis et plonge dans l'intimité des artistes pour tenter de mieux les connaître sans jamais les juger. L'auteur tente de comprendre comment, dans une sorte de renversement de l'histoire, l'oeuvre d'une vie de l'un, la Recherche, fut installée au panthéon de la littérature française par la postérité et la multiplicité des créations géniales de l'autre presque oubliée de nos contemporains.
Mise en garde de Proust contre l'idolâtrie, l'érudition et le mimétisme : Vos vers sont comme déjà écrits, conformes à ce qui se publie de mieux. Vous ne pensez pas votre art, c'est l'époque qui le conçoit ; comme la lune et les miroirs, vous brillez d'un éclat second.
• Relire la Recherche comme un accouchement interminable, regarder Cocteau de nouveau, le tout grâce à Claude Arnaud.
• Faut-il connaître les oeuvres des deux créateurs pour mieux goûter de cet ouvrage ? Surement.
• Toutefois cette clé de 200 pages pour rouvrir l'accès à deux génies d'hier est à la portée de tous.

Lien : http://quidhodieagisti.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Christw
  26 janvier 2016
Passionnant ! Et le sujet est inattendu. Marcel Proust et Jean Cocteau, complices malgré la distance d'une petite génération, établirent une relation affective qui naquit de l'admiration du premier pour celui qu'il appelait "Cocto". Claude Arnaud en décrit la nature conflictuelle et observe comment Proust y fit figure d'assassin au point que le cadet aurait aujourd'hui "besoin de nous" pour rendre justice à son talent. Alors que l'on voit le "saint littéraire", que la postérité a fait de l'auteur de la "Recherche", descendre de son piédestal et prendre une figure plus humaine mais redoutable.
Claude Arnaud possède bien la vie de Jean Cocteau, il est l'auteur d'une biographie notable d'où il garda l'impression de connaître l'artiste "de l'intérieur" : "il me semblait en savoir plus sur cet être étrange que sur la plupart de ceux et celles avec qui j'avais pu vivre". Il jugeait nécessaire, à travers une sorte de seconde vie, de rendre à Cocteau une cohérence éparpillée parmi les multiples formes et métamorphoses de l'art du créateur pluriel. On comprend combien "Proust contre Cocteau" s'inscrit dans le prolongement de cette volonté de résurrection. le procès est-il vain ? Car si on découvre encore Cocteau au hasard d'une balade chez les bouquinistes, le public continue à vénérer la "Recherche" : "Héritier d'un imaginaire monarchique et chrétien, il restera plus sensible à ce monument conforme à ses attentes centralisatrices".
Malgré le grand nombre de lettres dispersées ou volées qui permettraient d'établir une correspondance entre les deux artistes, l'enquête de Claude Arnaud s'appuie sur des sources textuelles variées pour conférer une allure de comédie dramatique à cette relation tortueuse. Il est peu explicite toutefois sur la nature concrète de l'affection qui les lia : il est clair que Proust ne fut jamais un Radiguet pour Cocteau alors que Proust fit tôt place à un sentiment d'envie envers le prodige : "Incapable de ramasser littérairement sa sensibilité, le petit Marcel envie l'intelligence cursive de Cocteau, qui perçoit d'emblée ce qu'il percevra toujours".
"Tout sépare le cadet qui aime prendre des photos, de l'aîné
qui peut rester des heures à contempler l'image d'êtres aimés."
Avec un esprit synthétique engageant, Arnaud choisit les détails marquants des parcours initiaux pour brosser séparément en quelques traits des psychologies jumelles : dévotion pour une mère éclairante et étouffante, une sensibilité à fleur de peau, le désir de gloire, l'homosexualité. "La conscience de Proust est une serre démesurée que le moindre rai de soleil aveugle et où le plus petit son trouve un écho horrible, tel un rapide violant un tunnel. [...]. Tout comme l'élu la colonise entièrement, dans l'attente amoureuse, la plus petite réserve a l'effet d'un séisme sur elle [...]". L'attention de Cocteau est plus "détailliste" : "Elle enregistre avec la même acuité les gestes et les intentions mais elle tend à réduire les êtres à des silhouettes, sinon des caricatures [...]". Chez Cocteau les personnages de la "Recherche" passent en un éclair, d'ailleurs Proust lui écrira : "Vous qui pour les vérités les plus hautes vous contentez d'un signe flamboyant qui les rassemble".
[...].
Les masques – qu'ils soient justifiés ou forcés –, à travers lesquels le livre de l'excellent Claude Arnaud propose de nous faire regarder, enchantent. Ne boudons pas ce plaisir.
Citique complète sur "Marque-pages" (lien ci-dessous)
Lien : http://christianwery.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
zazy
  10 septembre 2013
« Cocteau ne sut jamais où il avait vu la première fois Proust » Cocteau avait vingt et un ans, Proust quarante. Proust est dans le tout début de son Oeuvre et commence à se fermer. Cocteau, lui batifole.
Proust et Cocteau eurent une relation des plus houleuses. L'un taciturne et enfermé « un grand navigateur du dedans », l'autre brillant et exubérant. L'un suant pour écrire son oeuvre, l'autre touche-à-tout de génie, « un génie polymorphe ». Bref, tout les différencie si ce n'est l'amour exclusif de leur mère et pour leur mère quoique, même dans ce registre, Proust en rajoute « On aurait tort de croire que Proust aima sa mère : au sens plein du terme il n'aima jamais qu'elle et se sera véritablement aimé de personne d'autre ».
Proust a aimé Cocteau d'un amour, qu'il rendit impossible, Il était fasciné par son aisance, sa facilité, son brio, sa séduction, son intelligence.
Claude Arnaud nous plonge dans leur amitié amoureuse malheureuse, de temps à autre haineuse. Il appuie là où ça fait mal dans leur relation ou dans leur relation aux autres. Pourtant ils ont en commun, outre leur amour maternel exclusif, une grande souffrance, le recours à des « aides » Véronal pour Proust et opium pour Cocteau.
Claude Arnaud nous promène dans le monde frivole de la haute société de ce début de siècle au rythme des allures lente de Proust et vive de Cocteau. Nous traversons cette époque au rythme des querelles, des réconciliations, des jalousies, des tromperies…. de ces deux hommes qui ont joué à « je t'aime mon non plus » tout au long de leur existence, Mais également, de leur admiration commune. L'un est en phase descendante, l'autre ascendante « La santé de Proust est en train de l'arracher à l'attraction toxique du monde ; celle de Cocteau le propulse toujours plus haut dans le cercle enchanté dans la Recherche fera un royaume du néant ».
Comme une sensitive, Proust se referme sur lui. Son oeuvre se nourrit de sa vie, de ses rencontres. Ainsi Laure de Chevigné deviendra Oriane de Guermantes « le cadet espère encore faire de son destin une ouvre à la Oscar Wilde ? L'aîné sait déjà qu'il lui faudra sacrifier bien plus pour aboutir au Livre. »
Cocteau explore la Recherche à l'aune de leur amitié, à l'aune de la vie de Proust « …Si encore il avait l'impression d'être dans un « vrai » roman ! Mais il est bien placé pour savoir que Proust n'a pas inventé grand-chose, tout juste transposé, pour avoir connu tous ses « modèles » et très tôt admiré ses dons mimétiques. »
Cet essai, très agréable à lire nonobstant les brouilles, trahisons entre ces deux grands génies qui m'ont fait penser à des disputes de gitons. Entre la mante religieuse et la phalène, entre le lièvre et la tortue, le premier, Proust, a gagné au titre de la postérité. Ce chef d'oeuvre, La Recherche du temps perdu, dont tout le monde parle et que peu (dont je fais partie) on lu dans sa totalité. Cocteau a eu contre lui cette activité débordante vers tous les arts majeurs. Je me souviens avoir vu, en son temps, un de ses films qui m'avait totalement dérouté.
Maintenant arrive le temps de la réconciliation de ces deux monstres sacrés par l'entremise de la Pléiade qui publie les deux auteurs.
Un livre très bien documenté, un essai très agréable à lire, un désir de redécouvrir Proust mais, hélas, toujours aucune attirance vers Cocteau.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
AlzieAlzie   18 février 2019
La voix du narrateur de Swann, confirme Morand, était exactement celle de Proust. Lucien Daudet parle de son côté d'une "voix accessible, pas du tout "transposée" pour la littérature, voix qu'on pourrait interrompre pour lui demander le temps qu'il fait, à quoi le narrateur répondrait des choses magnifiques sur la température, qu'il incorporerait au fur et à mesure à sa pâte, sûr de la bonne fermentation."

Posthume, p. 198 (première note de bas de page)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AlzieAlzie   22 février 2019
Pourquoi sa cathédrale de lumière vaut-elle à Proust toutes sortes de pèlerinages tandis que les pauvres Cocteaux continuent de courir de livre en film et de chapelle en ballet derrière la reconnaissance ? Ses hors-bord, ses avisos et ses vedettes ne forment-ils pas une flottille aussi imposante que la nef surchargée de Proust ?

Posthume, p. 208 - 209
Commenter  J’apprécie          90
AlzieAlzie   16 février 2019
Les mères abusives s'arrangent pour entraver à jamais leur garçon : Marcel Proust fut un fils abusif qui empêcha sa mère de cesser de le couver. Ce n'est pas elle qui le fit à son insu homosexuel, comme on l'imagine parfois ; c'est lui qui la modela à l'image de ces mères, dont elle n'était pas, qui trouvent profit à voir leur fils non marié.

L'éternel nourrisson, p. 16
Commenter  J’apprécie          70
AlzieAlzie   09 mars 2019
"Trouves-tu que je sois le même depuis cinq ans ? lui avait demandé Antoine Bibesco en le revoyant, à la fin de la guerre.
- Tu es moins.
- Moins quoi ?
- Moins, c'est tout."
Mille fois blessé dans ses attentes affectives, Proust est devenu le tueur le plus raffiné de la capitale.

Mortel, p. 159
Commenter  J’apprécie          70
PchabannesPchabannes   23 septembre 2014
Si j’aime le premier, c’est qu’il me fait une place dans on œuvre, m’encourage à remplir les pointillés qu’il y a laissé. Si je redoute le second, c’est que son intelligence envahissante et sa sensibilité tentaculaire m’obligent à penser comme lui, le ramène à l’état de simple lecteur, me colonise de façon inquiétante.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Claude Arnaud (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Arnaud
La Grande Librairie reçoit Fabrice Luchini, un amoureux des auteurs qui met en scène leurs textes depuis quelques années. Avec lui le philosophe Alain Finkielkraut. Également en plateau, Claude Arnaud dont l?anthologie « Portraits crachés. Un trésor littéraire de Montaigne à Houellebecq », publié chez Robert Laffont est un véritable régal...
autres livres classés : relationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
722 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre