AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782260030539
448 pages
Éditeur : Editions Julliard (05/10/2017)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Après avoir été acquitté d'un triple meurtre à l'issue d'un procès qui passionna les Français dans les années 1940, Henri Girard dilapida l'héritage familial et, pour échapper à ses créanciers, s'embarqua en 1947 pour l'Amérique du Sud. Pendant trois ans, il bourlingua, multiplia les métiers, de chercheur d'or à barman en passant par chauffeur de taxi ou camionneur. Il revint en France en 1950, toujours sans le sou, mais riche d'une expérience irremplaçable qui lui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Garoupe
  20 décembre 2017
Equipée sauvage
Le salaire de la peurle voyage du mauvais larron – La plus grande perte
Suivant de près la sortie de « La Serpe » que Phillipe Jaenada a consacré à l'affaire dans laquelle Georges Arnaud a été accusé du triple meurtre sanglant de son père, de sa tante et de la bonne dans le château familial avant d'être gracié (livre dans lequel l'auteur se livre à une contre-enquête des plus minutieuses à laquelle il adjoint ses célèbres et facétieuses digressions parenthésistes) et précédant de peu l'attribution du prix Fémina 2017 à cette même « Serpe », les éditions Julliard rééditent à bon escient les trois romans du dit Georges Arnaud, publiés, pour faire simple, au cours de la décennie des années 50.
Ces publications ont lieu au retour de Georges Arnaud de son exil sud-américain. Cet exil, plus ou moins volontaire, est au coeur de ces trois récits dont le plus célèbre a été mis en images par Henri-Georges Clouzot (peu porté dans son coeur par Philippe Jaenada mais je ne prendrai pas parti, n'ayant pas vu le film) avec Yves Montand et Charles Vanel, entre autres, sous le titre éponyme du « Salaire de la peur ». L'Amérique du Sud prend toute la place dans ces récits aussi différents que complémentaires.
Les trois textes sont présentés dans leur ordre chronologique de parution et forment une progression cohérente dans les aventures vécues par Georges Arnaud tant l'auto-biographie n'est pas loin de ces aventures. Si tout n'est pas vrai, tout est fortement inspiré de la vie de Georges Arnaud sous les latitudes sud-américaines.
Le salaire de la peur ne se présente plus. Je vais donc vous le résumer comme il se doit : quatre hommes, étrangers blancs en terres sud-américaines, sont embauchés par une compagnie pétrolière pour véhiculer de la nitroglycérine jusqu'à un puits de pétrole en feu. le trajet se fait à travers les montagnes et la forêt sur des routes de plus en plus dangereuses au fil des kilomètres.
Dans ce roman, Georges Arnaud se livre à un récit d'aventures matinées de sensations à l'état brut, presque sauvage. L'enjeu du livre est de faire prendre corps, de donner l'épaisseur de la vie à la tension pure. A travers les difficultés du trajet, les obstacles humains rencontrés lors de la traversée de certains villages, les problématiques relations humaines entre les chauffeurs face à leurs peurs, Georges Arnaud va droit au but.
« le voyage du mauvais larron » contient déjà dans son titre tous les germes des différences qu'il peut avoir avec le premier texte. Là où « le salaire de la peur » même aventures et sensations à l'état brut, « le voyage du mauvais larron » entremêle aventures et réflexions à l'état brut. Là où le premier texte est une épopée sauvage, le deuxième texte est plus une épopée poétique. La réalité prend le pas sur la fiction du premier récit.
Georges Arnaud y alterne les aventures d'Arnaud Plessis en Amérique du Sud, narrées à la première personne, et les récits de son retour clandestin en bateau en France, après deux ans d'errements, pour retrouver sa fiancée, écrits à la troisième personne. Cette succession de récits et de style donnent une dynamique toute particulière au livre jusqu'au dénouement final.
Le dernier récit de ce recueil reprend le thème du transport de fret en camion à travers l'Amérique du Sud mais se concentre sur un court trajet effectué une à deux fois par jour par une centaine de camions qui se suivent, se dépassent, se rattrapent… sur des routes qui n'ont de routes que le nom et ne laissent même pas la place à un camion de passer de face, seul. Georges Arnaud y évoque plus directement encore que dans les précédents romans (et surtout que dans le deuxième) la mort mais aussi l'entraide, le courage, la peur, l'impuissance, bref tout ce qui fait aussi partie de la vie.
« La plus grande pente » crée en quelque sorte une synthèse des deux premiers récits, une symbiose parfaite qui viendrait équilibrer « le salaire » et « le voyage » dans une conclusion idéale. A la fois réflective et aventurière, cette histoire renvoie aux images de longues files de camions qui se suivent sur des routes étroites, aux virages aussi dangereux qu'impossibles à attaquer de front sur lesquelles pourtant on se double dans le respect des hommes partageant un même risque, une même vie, faisant face à la même mort et la regardant tous en face.
Georges Arnaud lance dans cette bataille pour la (sur)vie l'intrusion de trublions italiens qui pensent, ayant fuis l'Europe, trouver une terre d'accueil quitte à la prendre de force. Si les deux premiers récits sont ceux de luttes menées par des hommes contre eux-mêmes, cette troisième histoire fait s'affronter deux groupes, l'un établi, l'autre qui vient jouer le rôle d'intrus. La lutte entre les deux ne se fait fatalement pas au premier sang mais à la mort de l'un ou l'autre groupe.
Si l'âpreté règne en maître sur les trois récits, ceux-ci ne sont toutefois pas dénués d'humanité, tout comme le style de Georges Arnaud qui colle parfaitement à ses histoires, qu'elles soient plus proches de la fiction ou de l'auto-biographie.
« Minuit dans le corral de Juancho. Cent bêtes à cornes qui meuglent vaguement, vingt cavaliers, incultes et beaux, ceux-là, qui les encadrent. Des torches électriques, d'autres de paille arrosée de pétrole. On part la nuit, sur des pistes qui ont mille ans. Les piétinements, les cris brefs, les coups de gueule, les haltes brusques et les départs étirés recréent la guerre autour de moi. »
« Il y a plus de vérité entre les cuisses du Monstre, cette fille que j'ai si souvent branlée dans mon taxi, que dans les coeurs de vos épouses ; et plus de poésie dans un bistrot de tueurs de Paname ou de Panama que sous les lumières, voilées, bien entendu, comme des poumons, de vos tristes baisodromes ; dans les livres de comptes d'un patron de salle de jeux que dans ceux de vos poètes apprivoisés; de vos romanciers, peintres tatillons de la médiocrité. »
Lien : https://wp.me/p2X8E2-UM
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AdeleHeuAdeleHeu   01 mars 2019
Quarante cinq kilomètres à pied, sans parler, sans fumer, avec juste cette petite joie d'être seuls debout, agissants, seuls dans le coup, seuls vivants dans cette large nuit chaude. Par-ci par-là, nous entrons dans une maison, une Indienne se réveille à moitié, apporte du café, du maïs, nous repartons rassasiés, contents, émus aussi par cette complicité pas curieuse, à l'instinct sûr, à l'intelligence vive, par cette aide muette et cette muette amitié, cette amitié de paumés pour les paumés, silencieuse et prompte, qui est aussi chose de la nuit.

(in "Le Voyage du mauvais larron")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AdeleHeuAdeleHeu   01 mars 2019
On étouffe dans vos cénacles, dans vos salons, dans vos tours d'ivoire en matière plastique. Votre odeur de cadavre ne vous gêne donc point, que vous n'ouvrez pas vos fenêtres? La mer, le vent, le ciel des nuits, tout cela n'existe pour vous qu'avec son petit costard de mots, comme pions sur les lignes d'un livre, au mieux comme vacances d'été. Mais le sel marin ne vous mordra pas au sang, le vent ne guérira pas votre chair brûlée, vous ne mourrez pas de la nuit. Moi, si.

(in "Le voyage du mauvais larron")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AdeleHeuAdeleHeu   01 mars 2019
Viennent du fond de l'horizon défiler le long de ce train naïf des blocs de boue sculptée, striée par le vent, des rios incertains au fond de cassures incroyablement nettes, profondes crevasses qui s'ouvrent sans rebords dans le sol dur, cours d'eau nés de la terre et qui, sans queue ni tête, se reperdent aussitôt dans la terre. Des dunes, ondées comme un océan calme, comme lui montantes et descendantes, noir leur sable comme les nuits de la mer, et où il y a de l'or.

(in "Le Voyage du mauvais larron")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AdeleHeuAdeleHeu   01 mars 2019
Et il n'y a pas que la liberté. Il y a la poésie. Quelle étrange manie de se la faire toujours traduire par d'autres. Les lacs, les vallons ont pour moi une vie, une existence qui ne doivent rien à Lamartine. [...] Je ne crois pas que l'épopée de Waterloo psalmodiée par le vieil Hugo soit plus chargée de poésie que Waterloo, vraie bataille, avec l'odeur de la poudre et le rythme des salves et tous ces hommes mourant de grand cœur sous un ciel comme toujours vide.

(in "Le Voyage du mauvais larron")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AdeleHeuAdeleHeu   01 mars 2019
Ça, on ne m'en dépouillera pas, et surtout je ne pourrai jamais m'en appauvrir moi-même. Lumière légère de la haute montagne, vastes pentes, vastes plateaux entièrement vides, grandiosement vides, vent qui vient du fond du monde envelopper mon visage séché par le soleil, je vous enserre avec avidité dans mon âme, pour que vous y apportiez, que vous y installiez pour toujours votre grandeur, votre ordre et votre paix.

(in "Le Voyage du mauvais larron")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Georges Arnaud (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Arnaud
Paysage sonore : Akosh S. - Texte : Georges Arnaud
L'écrivain Georges Arnaud est connu du grand public à travers son roman à succès paru en 1950 et adapté au cinéma le salaire de la peur. Neuf ans plus tôt, il fait la une des journaux. Un triple meurtre familial, pour lequel il sera incarcéré en 1941 avant d'être innocenté. Georges Arnaud sera enfermé dix-neuf mois en maison d'arrêt, d'où il ne cessera jamais de clamer son innocence. Une captivité qui entaillera profondément l'âme impétueuse de l'auteur. Douze ans plus tard, il fera rejaillir dans Schtilibem 41 cette morsure pathogène. Un hurlement de révolte en argot, la langue des irréguliers, des irréductibles dont font partie le rappeur Vîrus et le multi-instrumentiste Akosh S., architecte du paysage sonore à cette lecture inédite.
À lire – Georges Arnaud, Schtilibem 41, Finitude, 2008. À écouter – Vîrus, « Les Soliloques du pauvre », Rayon du fond, 2017 – Akosh S., « Nakama Terek / Nakama Spaces », 2020 – Vîrus & Akosh S. « Schtilibem » (teasers), Rayon du Fond, 2020


Technique : Lumière : Patrick Clitus Son : William Lopez Vidéo : Camille Gateau & Bertille Chevallier
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre