AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2706705965
Éditeur : Salvator (21/01/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
La vie est-elle sacrée ?
Dans le cadre d'une « dispute », tenue en public à Rouen, deux spécialistes s'affrontent de manière argumentée sur le sens à donner à la vie.
Les deux protagonistes montrent la complémentarité de leurs compétences en même temps que l'irréductibilité de leurs points de vue, dépassant les malentendus induits par la querelle entre science et foi. Loin de chercher à se convaincre, ils exposent leur pensée, ancrée dans leur savoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Ledraveur
  08 février 2017
Compte rendu d'un dialogue sous forme de “controverse” entre Jean-Didier VINCENT, humaniste en sciences neurobiologiques et Jacques ARNOULD théologien et “Frère” dans l'ordre des Dominicains.
À peine quatre-vingt pages, mais quelle intensité, quelle “profondeur de champ” dans l'investigation du sujet donné !
Pour ce qui nous concerne “il n'y a pas photos” à l'arrivée … !
Le théologien dans les pages 34 et 48, nous confirme que sa tradition « chrétienne Constantinienne » a été le lieu d'une “véritable entreprise de désacralisation” de la Nature. Le “sacré” étant l'espace du “fanum” (mis à part, séparé, investi d'une “pureté inatteignable”), scindé de l'espace qui l'entoure, dans un lieu, le “temple” dont les “clés” sont détenues par les clergés et ses prêtres bien évidemment !
“Quid” de ce “Dieu” qui “aimerait la vie” tout en en étant séparé, avant la néolithisation des sociétés humaines ?
Ce concept nous est parvenu dans l'élaboration de la civilisation de « l'Âge du Bronze » (+/- 3 000 ans a.v. J.-C.) ; c'est la culture dite « d'El Argar » où l'on voit se développer une structure de castes régnant par la violence spécifiquement armée, sur et contre une population en vue d'un développement économique, et qui se termine plutôt mal … Vint ultérieurement l'apparition des « tueries organisées » appelées “guerres”* et leurs développements dans l'économie des sociétés … chacune avec leur clergé ayant leur propre interprétation de ce qu'il fallait entendre par “Dieu” ou “Divinité” etc ...
À notre humble avis si il y a un avenir à la “destinée humaine”, ce n'est pas par là que nous allons la trouver … !
* (par exemple : chez les « Samee » [Finlande] dans la tradition des « noaidi » au masculin et « noaidekalcko » au féminin, le terme de “guerre” n'existe pas ; ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas parfois de la violence sporadique, mais c'est tout autre chose !)
Lien : http://www.versautrechose.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
LedraveurLedraveur   08 février 2017
LA VIE EST-ELLE SACRÉE ?
Je crois que la vie est sacrée tant que la vie est amour, et tant que la vie est au service de l'homme, et non pas l'inverse. Je m'interroge, et j'interroge les théologiens, depuis quelques années, depuis que je m'intéresse à la compassion. Je crois qu'un article du Credo en fait état, mais mes recherches en théologie ne m'ont pas apporté d'éclaircissements. J'avais découvert cette notion chez Bernanos, c'est celle de la communion des saints. Eh bien, je crois que la vie est sacrée tant qu'elle conduit à cette communion des saints. Et qu'est-ce pour moi que la communion des saints ? C'est le partage de la jouissance et de la souffrance entre tous les humains. Ce qui fait la nature particulière de l'homme, ce qui fait que sa vie est sacrée, c'est qu'il est capable de communier dans l'autre avec l'ensemble des hommes et que, dès lors, toute vie est une vie d'homme. Car je ferais une différence entre la vie animale, qui elle continuera toujours jusqu'au dernier cataclysme, et la vie de l'humain, qui est entre nos mains, et qui repose justement sur cette communion des saints, dans le sens le plus laïc que l'on puisse donner à cette expression, ...
p. 73
---------------
« La vie est-elle sacrée ?  », Jean-Didier VINCENT & Jacques Arnould, éd. Salvator © 2009
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LedraveurLedraveur   08 février 2017
Jacques Arnould
N'oublions pas que la tradition chrétienne a, au contraire, été le lieu d'une véritable entreprise de désacralisation de la nature. La tradition biblique, hébraïque puis chrétienne, s'est attachée à dépouiller la nature, la vie, de tout caractère sacré. Il n'était plus question de pratiquer tous les rites, toutes les procédures imaginées par les humains pour approcher, manipuler, maîtriser, user de la nature, sous prétexte de son caractère divin. Aux divinités de type panthéiste ou animiste, les juifs, les chrétiens, les musulmans enfin opposent un Dieu qui crée en séparant et en se séparant de la nature, tout en étant un Dieu qui aime la vie, un Dieu qui ressuscite. C'est Dieu qui, seul, peut dire : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. »

Jean-Didier VINCENT
Je suis bien d'accord pour ne pas sacraliser le vivant en soi, car la lutte pour la vie c'est le massacre permanent, c'est la proie et le prédateur, et ce n'est pas une caractéristique de la vie animale. Vous savez que le premier poisson, le premier vertébré est caractérisé par une grande mâchoire, une grande bouche, tous les organes sensoriels vers l'avant, un petit organe qui s'appelle la crête neurale qui va donner naissance au système sympathique, c'est le système qui permet au cerveau de connaître l'état du corps, et les systèmes qui vont accompagner la douceur du plaisir, de la récompense.
Tout ça c'est un produit de l'évolution.
p. 48 – 49
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LedraveurLedraveur   08 février 2017
... je suis pour une sacralisation de l'humain s'il doit y avoir du sacré quelque part. Le terme de sacré, vous l'avez bien défini, tout à l'heure, en termes de transgression, de continuité, d'interdit, etc., ce que l'on va trouver dans beaucoup de sociétés autres que la nôtre, les tabous, les choses comme ça, mais qui témoignent des préoccupations de l'humain qui est spécifiquement par rapport à l'autre, et cela a quelque chose de sacré, même si on retourne ce sacré, et si ce que j'appelle l'amour, si ce que j'appelle la compassion se retourne toujours en “contre-passions”, c'est-à-dire en haine et en volonté de détruire l'autre.
L'autre est toujours au cœur de cet animal particulier qui souffre et qui jouit, dont le système nerveux est organisé en processus opposant c'est-à-dire que chaque fois qu'il y a des stimuli qui renforcent, en même temps il y en a d'autres qui tirent en sens inverse, ce qui fait que la souffrance est toujours au cœur de la joie et réciproquement, sans être manichéen, mais ce qui fait que l'autre que l'on va reconnaître ce sera toujours sur des instances affectives.
Nous sommes des produits de notre affect surdimensionné et non pas de notre raison. L'émotion l'emporte chez l'humain par rapport à la raison.
p. 50
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LedraveurLedraveur   08 février 2017
LE DÉBAT
Mais vous avez bien pris garde de ne pas me présenter comme athée car, malheureusement pour moi, (ou heureusement — je ne sais pas si nous serons ou non sauvés, c'est une autre affaire), j'avoue que « athée » c'est assez confortable, et comme matérialiste se poser la question du divin en permanence, c'est une situation intenable.
Mais je suis quelqu'un dans une situation intenable parce que je suis le produit d'une éducation que je compare, quelquefois, à l'empreinte chez les oiseaux. J'ai un confrère que j'ai un peu choqué, un cardinal, qui vantait la solidité de sa foi. Je lui ai dit : « Vous n'avez pas à vous en vanter, vous êtes comme les canards de Lorenz, vous êtes né en suivant la foi et elle est marquée dans vos neurones, vous avez une empreinte qui est ineffaçable parce que vous êtes programmé avec la foi ; c'est très rare qu'elle disparaisse totalement. »
Un athée qui a été élevé dans la foi et la foi torturée, difficile chemin dans la foi, qui la perd dans sa pratique, la retrouve toujours, là où elle est, c'est-à-dire quelque part, je ne parlerais même pas de l'inconscient, quelque part dans un manque, dans le fait de ne pas pouvoir avoir recours à cette foi dans la vie civile, etc.
p. 44
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LedraveurLedraveur   08 février 2017
INTERVENTION DE JEAN-DIDIER VINCENT
Ainsi, la vie c'est le résultat d'une évolution, de la sélection naturelle. Je crois que personne aujourd'hui, à part quelques créationnistes intégristes qui ont eu une vérité révélée, mais qui se révèle à coup de massue sur l'intelligence, ne pense que la théorie de l'évolution — qui est relativement confirmée bien qu'il s'agisse toujours d'une théorie — puisse être mise en doute, en tout cas ce n'est qu'un combat d'arrière-garde.
S'il y a du sacré, il faut donc que ce sacré aille aussi avec un processus naturel. Non pas selon la nature entendue dans le sens où elle est sacralisée habituellement. J'entends par naturel un processus qui va se dérouler sur la terre. Un processus biochimique essentiellement qui fait appel aux forces qui sont au sein de l'univers. En matière de vie, il s'agit de ce que l'on appelle « les forces faibles » : les forces électrostatiques, les forces d'attraction chimiques faibles, où des ions qui manquent, des charges « plus » et des charges « moins » vont se combiner.
p. 19
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jacques Arnould (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Arnould
Historien des sciences et théologien, Jacques Arnould est chargé des questions éthiques au Centre national d?études spatiales (CNES) depuis 2001. Il parle ici de son ouvrage engagé dans lequel il rappelle que s?il n?est pas raisonnable d?espérer fuir notre planète, il est nécessaire de la considérer comme un précieux patrimoine commun à notre humanité.
autres livres classés : controverseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre