AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702183601
352 pages
Calmann-Lévy (21/09/2022)
3.5/5   1 notes
Résumé :
Le général de Gaulle est le personnage qu’Aron évoque le plus régulièrement dans ses mémoires.

De leur rencontre en 1940 à Londres, où les avait conduits leur commun refus de la défaite devant le totalitarisme nazi, jusqu’à la mort de de Gaulle, le destin des deux hommes est lié.
Cet ouvrage regroupe l’essentiel des articles écrits par le philosophe sur l’homme politique dans les différents journaux et revues auxquels il a collaboré : depuis la... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Latias
  23 novembre 2022
Avec les textes de Raymond Aron qui constituent "Aron et De Gaulle", Jean-Claude Casanova illustre bien plus le chroniqueur Aron que l'homme d'Etat de Gaulle.
L'ouvrage aurait peut-être dû avoir pour titre "Aron et les idées de De Gaulle sur la Constitution qui sied à la France".
Aron impressionne souvent par la clarté de ses analyses, toujours fouillées, par la profondeur de certaines de ses anticipations ainsi que par des formules acérées. Mais, enclin à anticiper le premier ce qui pourrait ne pas fonctionner, il peut aussi s'alarmer à tort comme lorsqu'il s'inquiète des effets que produira la Constitution de la Vème République avec des présidents qui n'auront pas la stature et l'aura de De Gaulle.
L'ouvrage intéressera qui se passionne pour Aron et/ou pour l'histoire de la politique française.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LatiasLatias   23 novembre 2022
Dans toutes les sociétés de masses, au xx° siècle, les mêmes problèmes apparaissent, partout, ouvriers et chefs d'entreprise s'organisent en syndicats : comment s'établit la collaboration nécessaire entre ces syndicats, d'une part, entre ces syndicats et l'État de l'autre ? Partout la bureaucratie détient une part croissante du pouvoir : comment orienter, contrôler, limiter ce quatrième pouvoir ? Partout, les gouvernements se réclament de la volonté populaire : comment parviennent-ils à maintenir le sens de l'intérêt national, s'ils représentent les intérêts particuliers des groupes sociaux ou des partis politiques, dont ils sont issus par le jeu des élections ?
(1947)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LatiasLatias   23 novembre 2022
(…) sans me donner pour un admirateur de la Constitution de 1958 qui aurait pu être plus courte et mieux rédigée, je pense qu'il n'y a pas de gouvernement démocratique, conforme à un type classique, dont on puisse garantir qu'il répondrait aux exigences de la conjoncture française. Et puisque la Constitution de 1958 existe, avec ses obscurités et ses équivoques, acceptons-la provisoirement, quitte, quelque jour, non à la liquider pour faire table rase mais à la réviser sur tel ou tel point en fonction de l'expérience.
(1960)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LatiasLatias   23 novembre 2022
Le président de la Ve République n'est pas un roi puisque sa légitimité, d'après la lettre, est issue de l'élection; il n'est pas non plus un Bonaparte, puisqu'il ne recourt pas aux plébiscites et respecte les Assemblées. Mais il participe quelque peu et des rois dont il veut assumer l'héritage et des Bonaparte dont il partage la foi en une mission historique, mission qui ferait de lui l'interprète privilégié de la volonté populaire.
(1960)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LatiasLatias   23 novembre 2022
La IV° République est fondée sur le compromis entre des idées inconciliables, sur la collaboration entre des partis qui tâchent tout à la fois de poursuivre leur lutte et de gouverner en commun. Quoi d'étonnant qu'elle paraisse usée et que, dans ces premiers pas, on discerne déjà les signes de la vieillesse ?
(1947)
Commenter  J’apprécie          00
LatiasLatias   23 novembre 2022
Les partis peuvent garder le pouvoir sans projet ; peuvent-ils le reconquérir quand ils n'en ont pas ?
(1981)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Raymond Aron (127) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Aron
Il y a un an, l'émeute du Capitole faisait vaciller la démocratie américaine. “Un événement national ne s'achève pas nécessairement avec l'arrêt des tumultes qui l'ont émaillé. L'émeute du Capitole continue, et continuera longtemps, de réverbérer dans le souvenir des Américains.”
Dans son dernier essai “Le chaos de la démocratie américaine. Ce que révèle l'émeute du capitole”, l'écrivain Ran Halévi sonde la portée de la journée du 6 janvier 2021, lorsqu'une foule de supporters de Donald Trump et de militants d'extrême-droite s'est lancée à l'assaut du Capitole. L'événement survient comme un symptôme. Mais de quoi ? de l'affaissement des institutions démocratiques américaines ? D'une désagrégation des pratiques civiques ? D'une progression d'un mouvement fasciste ? de nombreux commentateurs américains craignent que les élections de 2024 ne soient violemment contestées et ne se déroulent dans le chaos.
Le recul des libertés démocratiques à travers le monde, la progression de leaders et de partis xénophobes ou autoritaires, au Nord comme au Sud du globe, y compris dans des pays aux institutions démocratiques jugées solides est un constat partagé par beaucoup. le 6 janvier 2021 oblige les grandes démocraties à réviser certaines certitudes. Pour beaucoup, parler de la démocratie américaine, c'est parler de la démocratie libérale en général. Dans ce cas, faut-il craindre qu'un 6 janvier 2021 puisse survenir en France ou ailleurs en Europe ?
Ran Halévi, historien, directeur de recherches au CNRS et professeur au centre de recherches politiques Raymond Aron, était l'invité des Matins de France Culture le 6 janvier 2022.
_____________
Découvrez tous les invités des Matins de Guillaume Erner ici : https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDroMCMte_GTmH-UaRvUg6aXj ou sur le site : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus





Quiz Voir plus

Aron ! Aron ! Petit Patapon !

Raymond Aron moque les compagnons de route du Parti communiste, notamment Sartre et le groupe des Temps modernes, en signifiant que comme le peuple dont l'opium est la religion selon Saint Marx, qu'eux aussi ont leur opium, ...?...

L'opium des Intellos
L'opium des intellectuels
L'opium des Mandarins
L'opium des Mandarines

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond AronCréer un quiz sur ce livre