AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782363722270
Éditeur : Rroyzz (15/07/2020)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Des pays ravagés par une pandémie due à un virus inconnu.
Seuls les adultes y semblent sensibles.
La mort frappe sans délai.

Pourtant, quelques adolescents tentent de s'organiser et de survivre dans un monde où les instincts primaires ont pris le pas sur la morale.

Il existe pourtant de l'espoir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Gwen21
  27 décembre 2020
En refermant "Brune", ma première réaction a été de me dire : "Quel dommage !" Comme le disait Reggiani, "il suffirait de presque rien" pour que ce roman estampillé ado soit réellement marquant.
Je passe rapidement sur la forme qui comporte trop de coquilles et de fautes de syntaxe à mon goût. Je m'attarderai davantage sur le style précipité, chirurgical, abrupt, zappeur et sur le rythme à l'avenant : chapitres ultra-courts, action non-stop, pas le temps de développer les émotions, ellipses vers le dénouement, changements géographiques incessants et... fatigants.
Pourquoi une telle urgence ? Et bien sans doute pour faire monter la pression puisque "Brune" parle d'une... pandémie ! Comment ça, vous n'en aviez pas encore assez des virus mortels ? Et bien il faut croire que Rodrigo Arramon a été bien inspiré par le contexte de la crise sanitaire. Il n'a rien trouvé de mieux que d'écrire un roman post-apocalyptique où seuls les adolescents sont épargnés par une grippe particulièrement agressive et qui ne fait aucun cadeau. le reste est un savant mélange de descente aux enfers, aux effluves mêlées de "La route" de Cormac McCarthy et de "Divergente" de Veronica Roth.
Sur le fond, il y a toutefois de bons éléments, même si les personnages sont vraiment trop nombreux ; on zappe de l'un à l'autre en l'espace de deux pages, certains portant des prénoms quasi similaires. Les bons éléments font tourner les pages et poursuivre l'aventure aux côtés des ados survivants même si je me suis un peu agacée de voir surgir comme par magie une quantité phénoménale d'armes et de constater que le savoir et les compétences de ces ados semblaient largement dépasser ce qu'on peut raisonnablement attendre des moins de seize ans.
D'ailleurs, je me fais la réflexion que ce n'est pas parce que les protagonistes sont des adolescents que cela fait de "Brune" un roman pour ados. Violence, prédation sexuelle, addiction, militarisation, les thèmes abordés sont plutôt costauds. On pencherait davantage vers le young-adult avec un bémol : la sensation de déjà vu, d'éléments empruntés ou inspirés de romans à succès.
Quel dommage que Rodrigo Arramon n'ait pas pris son temps pour développer sa dystopie, quel dommage qu'il se soit précipité dans son récit comme un homme qui à la mort aux trousses, enfin quel dommage qu'il ait tenu à surenchérir sur un thème dont le public est terriblement lassé après un an de pandémie anxiogène - pléonasme ! Actuellement, on a déjà la sensation de vivre en pleine science-fiction, pourquoi vouloir encore faire du pire une réalité ? Bref, il suffirait de presque rien pour que "Brune" soit réellement convaincant.

Challenge des 50 objets 2020 - 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Altervorace
  17 décembre 2020
Depuis le temps que je bavasse par ici, ami-lecteur, mes secrets -honteux ou non- de vorace commence à s'épuiser... Et pourtant, pourtant, je ne crois pas t'avoir déjà confié ma fascination pour les récits catastrophes. Ouais... J'aime bien les fins du monde, j'aime bien la Nature qui reprend ses droits. Une manière, peut-être, de dompter mes peurs les plus profondes. Que ce soit des apocalypses de science-fiction ou fantastiques, je dois bien avouer que je suis très -trop ?- bonne spectatrice. Ainsi, j'aime beaucoup The Walking Dead ou encore l'univers de Mad Max ou du Jour d'après. Voilà pourquoi, quand on m'a proposé de lire l'ouvrage de monsieur Arramon, le résumé m'a interpellée...
Bon... le coup de la pandémie en ces temps troublés aurait pu me refroidir mais même pas... Je me suis jetée dans le roman comme une affamée. Avant de te dire, ami-lecteur, ce que j'en ai pensé, je dois préciser qu'il s'agit d'un partenariat : un livre contre une critique. Heureusement, tu commences sans doute à me connaître et à savoir que ça ne changera rien à mon avis.
Au terme de ma lecture, je me suis interrogée sur l'objectif du bouquin. Estampillé « Jeunesse », Brune navigue un peu en eaux troubles... Tu sais combien je me fous de lire des bouquins à destination Clearasil®, sauf qu'on ne peut pas ignorer la destination d'un ouvrage. Je m'explique. Prenons le cas Harry Potter, les tomes grandissant avec le lecteur, on ne peut pas juger du premier opus, assez enfantin, de la même manière que Harry Potter et les Reliques de la Mort. Voilà pourquoi la lecture de Brune m'a laissé dubitative.
Oeuvre jeunesse ? Bien qu'assez trash, j'avoue que le côté violent du récit ne me pose pas vraiment souci même s'il est destiné aux ados. Par contre là où l'auteur y va carrément dans la pandémie, j'ai trouvé qu'il manquait grandement de subtilité pour le reste. le fil conducteur et ce qu'on découvre tout au long du récit est chouette mais facile. Malgré ses défauts, le roman reste original et haletant, il offre au lecteur de quoi réfléchir et se distraire. Finalement, la violence du récit ne permet pas au préado de lire Brune mais son côté trop "simpliste" risque de donner l'impression à l'ado qu'on le prend un peu pour un jambon.
En fait, j'ai ponctué ma lecture de « argh, dommage ». Car il y a de très très bonnes choses dans Brune : une idée et une mythologie solides, des personnages sympas,... Sauf qu'adulte ou ado, on reste sur sa faim. On a presque envie d'aller voir l'auteur pour lui dire : « Maintenant, tu prends ton bouquin, monsieur Arramon, et tu le transformes totalement. Fais-en donc une saga un peu complexe, développe tes idées merveilleuses et offre-nous un festin ! »
Comme je l'ai dit : argh, dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LyneObsessions
  18 décembre 2020
J'ai reçu le roman Brune par le biais de l'opération Masse critique et je remercie Babelio et la maison d'édition pour cet envoie.
Malheureusement je n'ai pas beaucoup apprécié ma lecture et ce pour plusieurs raisons. Pourtant le résumé m'avait beaucoup plus, parlant d'un monde post-apocalyptique où un virus, appelait la Brune, sévit et ou seuls des adolescents arrivent à survivre. En soit, c'est totalement le genre d'histoire que j'adore lire.
Malheureusement Brune ne m'a pas convaincu. Tout d'abord, j'ai trouvé l'entrée dans le contexte extrêmement brouillon. Un nombre incalculable de personnages se présentent et s'enchaînent sans que l'on ait vraiment le temps de s'attacher à eux. Ils vivent des expériences traumatisantes et pourtant il faut attendre plus de 70 pages sur 300 pour que l'auteur aborde enfin un peu les conséquences psychologiques sur les adolescents. Avant cela, on assiste à un jeu de points de vues et tranches de vie en ping pong avec de nombreuses ellipses de temps qui parfois manquent de profondeur à mon goût. Les personnages m'ont parut sans émotions apparentes tels des robots. Alors certes cela peut être une forme de réaction que l'on pourrait avoir lors d'une apocalypse, mais que tous les personnages (plus de 5 au début) réagissent tous comme cela, pour moi ce n'est pas cohérent du tout, d'autant plus que tous les personnages venaient de milieux sociaux et de pays/villes différent(e)s.
Le fonctionnement même du virus manque de cohérence dès le début du roman. Pour moi il manque des passages d'explications pour comprendre l'évolution de l'histoire et surtout pourquoi les choses évoluent d'une telle façon.
À partir d'une centaine de pages (sur 300 c'est vraiment tard...) on comprend enfin qui seront les personnages principaux et ce n'est qu'à partir de là que j'ai commencé à m'attacher un peu à un ou deux personnages.
Malheureusement au fur et à mesure des chapitres j'ai aussi noté pas mal de passages où cela manquait de clarté et où je ne comprenais même pas les scènes que je lisais. Certaines phrases n'avaient pas de sens. Il manquait également plusieurs fois des mots dans le texte et j'ai trouvé cela très gênant à la lecture...
Les chapitres très courts permettaient pourtant d'en faire un excellent pageturner mais tout le reste autour a fait que je n'ai pas apprécié ma lecture. Pourtant je trouve qu'il y a de bonnes idées et un recoupement d'évènements plutôt original, mais le récit en lui même est de mon point de vue brouillon et pas assez fluide.
J'espère ceci dit que d'autres apprécieront leur lecture ! Ce roman n'était peut être juste pas fait pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   26 décembre 2020
- [...] Il ne reste rien de la civilisation. A part des adolescents qui ne sauront plus faire fonctionner le monde tel qu'il était. L'électricité, les ordinateurs, les avions, la médecine... C'est terminé ! Petit à petit, nous allons plonger vers le gouffre de l'oubli...
Commenter  J’apprécie          40
Gwen21Gwen21   27 décembre 2020
La confiance, le pire des ennemis, le meilleur des amis.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Rodrigo Arramon (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rodrigo Arramon
Première vidéo d'une série de 8 où l'auteur Rodrigo Arramon présente sa manière de travailler.
autres livres classés : pandémiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3435 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre