AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Jouffroy (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070300196
Éditeur : Gallimard (02/05/1968)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 233 notes)
Résumé :
Recueil: ''L'Ombilic des Limbes'', suivi de ''Le Pèse-nerfs'' et autres textes.

"Quand on a lu Artaud, on ne s'en remet pas. Ses textes sont de ceux, très rares, qui peuvent orienter et innerver toute une vie, influer directement ou indirectement sur la manière de sentir et de penser, régler une conduite subversive à travers toutes sortes de sentiments, de préjugés et de tabous qui, à l'intérieur de notre "culture", contribuent à freiner et même à arr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
zohar
  20 avril 2011
« Ecrire avec sa vie » comme disait, Nietzsche. Antonin Artaud l'a fait : sa vie est si étroitement mêlée à son oeuvre que l'on pourrait presque dire qu'il écrit son oeuvre avec sa vie !
Et dans la phrase qui suit : « …Là où d'autres proposent des oeuvres, je ne prétends pas autre chose que de montrer mon esprit… », se trouve toute la puissance et l'essence de ses poèmes !
« L'Ombilic des limbes » (suivi de, le Pèse-Nerfs) atteste, parfaitement, Antonin Artaud en tant que le témoin de soi-même. C'est peut-être l'oeuvre d'un fou mais c'est avant tout un homme qui va au bout de ses retranchements : comme une âme alourdie de ses chaînes qui plonge jusque dans ses propres limbes !
Maurice Blanchot l'a souligné : " Ce qu'il dit, il le dit non par sa vie même (ce serait trop simple), mais par l'ébranlement de ce qui l'appelle hors de la vie ordinaire. "
Le poète se livre, en effet, à l'âpreté de sa douleur provoquée par l' « effroyable maladie de l'esprit » dont il souffre ; et au délire de sa propre pensée tourmentée et torturée…
Antonin a choisi le domaine de la douleur (une douleur interne érosive, sourde et aveugle qui se suffit à elle-même, et se montrant telle qu'elle est…) et de l'ombre pour en faire le rayonnement de sa matière poétique.
Inspirée des surréalistes, sa poésie mentale et psychotique, témoigne de sa difficulté à trouver le sens de son être, elle témoigne aussi de sa « déraison lucide » qui ne redoute pas le désordre et le chaos intérieur de son moi « inapplicable à la vie », tel est ce combat dont il mène contre !
Des thèmes métaphysiques tels que le désespoir, la Mort et le suicide (qu'il considère comme un moyen de se reconstituer et non comme une destruction !) jalonnent à la fin de ce recueil dont l'écriture fiévreuse inaugure encore plus les « raclures de son âme » et « les déchets de lui-même » .
L'exploration mentale de ses paysages intérieurs nous montre là, un texte écrit dans une langue toute en pulsions : ce recueil nous touche dans ce qui nous constitue le plus, à savoir la chair, le verbe et notre âme.
Son écriture est cathartique, et ses mots qui touchent à l'indicible sont non seulement chargés de sens mais sont aussi sensitifs !
L'auteur de « le théâtre et son double » a brisé des frontières et a su s'affranchir des choses établies par la société qui, malheureusement, fixe tout artiste novateur à la marginalité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
colimasson
  05 novembre 2015
Toujours la même honte : de reconnaître que le langage est insultant pour la pensée, et de poursuivre sa route dans la direction du premier pour le prouver. Ce n'est peut-être pas tout à fait ça, mais Antonin Artaud semble témoigner à travers lui du futur de l'humanité lorsque le mot, cheval de Troie débraillé, aura aspiré toute forme salubre d'énergie vitale. La faute au mot, à cause de sa nature, ou du mauvais usage que nous en faisons. Ainsi Antonin Artaud finira-t-il par s'écarter du surréalisme, cette fausse révolution qui voulait faire croire que la victoire serait réalisée avec la Révolution du monde, un gagne-petit misérable face à la ligne de conduite artaudienne : « Que chaque homme ne veuille rien considérer au-delà de sa sensibilité profonde, de son moi intime, voilà pour moi le point de vue de la Révolution intégrale ».

Le surréalisme aurait pourtant gagné infiniment à écouter Antonin Artaud. Mais Antonin Artaud n'est pas fait pour être entendu, et ce n'est pas seulement de sa faute. Tous ses textes témoignent de l'incompréhension, ainsi que le montre sa correspondance avec Jacques Rivière. Antonin Artaud essaie d'établir du lien en lançant ses hameçons partout autour de lui, où ça voudra bien mordre, mais ses leurres sont bien trop juteux et copieux pour que les poissons maigrelets qui tournent autour de lui arrivent à comprendre qu'il s'agit là d'un festin, qu'on leur destine. Echec du langage pour décrire les conséquences d'une surabondance de mots dans une tête prisonnière, avide de les attraper et effrayée, qui lance des radicelles dans tous les membres qui la prolongent pour s'échapper. On a l'impression que les textes de cet Ombilic des limbes sont un miracle, un surgissement de limpidité incroyable sur lequel Antonin Artaud s'est précipité avant que les mots ne fondent à nouveau sous les fonds brouillés de son cerveau, duquel rien n'émerge plus distinctement pendant longtemps.

« Je souffre d'une effroyable maladie de l'esprit. Ma pensée m'abandonne à tous les degrés. Depuis le fait simple de la pensée jusqu'au fait extérieur de sa matérialisation dans les mots. Mots, formes de phrases, directions intérieures de la pensée, réactions simples de l'esprit, je suis à la poursuite constante de mon être intellectuel. Lors donc que je peux saisir une forme, si imparfaite soit-elle, je la fixe, dans la crainte de perdre toute la pensée."

On ne le croirait pas, mais toutes ces visions: il faut avoir souffert du vide pour que tout se peuple ainsi. Nous assistons à un miracle fait de colère et de répugnance. Un miracle qu'Antonin Artaud n'aimerait faire connaître qu'à quelques-uns : les « confus de l'esprit », les « aphasiques par arrêt de la langue », les « coprolatiques », « tous les discrédités des mots et du verbe, les parias de la Pensée », « les révolutionnaires véritables qui pensent que la liberté individuelle est un bien supérieur à celui de n'importe quelle conquête obtenue sur un plan relatif ». C'est au moment où je lève les yeux pour voir toutes les lignes que j'ai pu écrire que je me rends compte que je suis loin d'avoir compris L'ombilic des limbes. Il ne faut plus que ça reste seulement un objet de curiosité.
Lien : http://colimasson.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
chartel
  21 décembre 2007
Je suis resté interdit devant la puissance de cette langue. Ce recueil englobe plusieurs écrits (des années 20) d'Artaud : une correspondance avec Jacques Rivière (alors directeur de la NRF), L'Ombilic des Limbes, le Pèse-nerf, L'Art et la Mort, et des textes de la période surréaliste. Il y a donc une multitude de thèmes abordés, où dominent les obsessions de l'auteur : son questionnement face à la maladie mentale (angoisses, phobies et dépressions nerveuses) ainsi que l'univers troublé des rêves. Ces différents univers sont marqués par la douleur, la mutilation des corps, l'étourdissement des esprits face aux immensités tant extérieures qu'intérieures. D'ailleurs, son intérêt pour les rêves le porte à s'appesantir sur son intériorité. Assumant pleinement son narcissisme et son égoïsme, il utilise quasi exclusivement la première personne du singulier. On entre alors dans son corps, dans ses cellules nerveuses, dans ses angoisses et dans son âme. Et c'est dans cette chair troublée qu'Artaud atteint le sublime par la force de ses images, celles d'un espace intérieur aux interminables ramifications et aux arborescences infinies et entremêlées, celles de ses orages spirituels confrontant les éléments antagonistes de son corps : le soufre et la glace, la lave et le gel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
brigittelascombe
  26 juillet 2011
Apaisé par la drogue, remède souverain à ses angoisses existentielles, cet opium absorbé en 1917 lors d'un internement en maison de santé, alors qu'il peignait, Antonin Artaud, toute sa vie, malgré des cures de désintoxication, aura besoin de laudanum "seule substance capable de l'amener à un état normal".
Voilà ce qu' affirme dans L'ombilic des limbes ce poète maudit né en 1896 qui à seize ans brûle tous ses textes et offre ses livres à ses amis.
Dépression. Semi -guérison sur Paris.Publication de ses premiers poèmes en 1920(Le tric trac du ciel). Grande période théatrale de 1922 à 1924.
Adhésion au groupe surréaliste et publication de L'ombilic des limbes essentiellement en prose et parfois en vers, agrémenté de fragments de dialogues de théâtre dans lequel, Antonin Artaud égrène en images sa douleur interne.
Véritable catharsis, l'angoisse mise en mots "pince la corde ombilicale de la vie".
Le "poète noir, un sein de pucelle te hante, poète aigri, la vie bout et la ville brûle", c'est lui, avec sa solitude d'enfant malade,ses prières de mystique, sa révolte d'homme dépossédé en quête incessante d'identité, ses troubles de schizophrène auxquels la création littéraire sert d'étayage.
"Qui suis je? D'où viens je?"
Anarchie, désordre. "Je souffre" dit il "que l'Esprit ne soit la vie et que la vie ne soit pas dans l'Esprit".
"Je ne suis rien, je serai quelque chose "affirme t il comme pour s'adresser à sa mère magnifiée.
Quête de l'existence dans la non existence. Impossible harmonie du corps et de la pensée.
Marginal, poète,peintre,metteur en scène,comédien, Antonin Artaud après avoir quitté le groupe des surréalistes "Ils aiment la vie autant que je la méprise"), aura (entre 1927 et 1939) une intense période d'activité littéraire (L'art et la mort, le moine, Héliogabale,Le théatre de la cruauté,Le théatre et son double...)
Son livre Les révélations de l'être sera publié en 1937.
Il mourra en 1948 dans un asile psychiatrique.
Triste fin pour ce poète fou mais génial qui dans La femme et l'oiseau (poème de L'ombilic des limbes écrivait:
Elle est l'horizon d'un quelque chose qui recule sans cesse.
Elle donne la sensation d'un horizon éternel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Drych
  06 décembre 2012
J'avais lu ce livre, il y a très très longtemps et ne l'avais jamais oublié. Je viens de le reprendre avec l'impression de ne l'avoir refermé qu'hier, tant la lucidité de cet homme, malade au sens psychiatrique et analysant la discontinuité de sa pensée, est impressionnante. le livre est apparemment hermétique, mais apparemment seulement, car une fois entré dans le mécanisme de la pensée de l'auteur, il suffit de se laisser porter sans qu'il n'y ait plus rien à comprendre.
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (141) Voir plus Ajouter une citation
sterster   11 mai 2011
Je mets le doigt sur le point précis de la faille, du glissement inavoué. Car l’esprit est plus reptilien que vous-même, Messieurs, il se dérobe comme les serpents, il se dérobe jusqu’à attenter à nos langues, je veux dire à les laisser en suspens.

Je suis celui qui a le mieux senti le désarroi stupéfiant de sa langue dans ses relations avec la pensée. Je suis celui qui a le mieux repéré la minute de ses plus intimes, de ses plus insoupçonnables glissements. Je me perds dans ma pensée en vérité comme on rêve, comme on rentre subitement dans sa pensée. Je suis celui qui connaît les recoins de la perte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
chartelchartel   21 décembre 2007
Car on ne peut accepter la Vie qu’à condition d’être grand, de se sentir à l’origine des phénomènes, tout au moins d’un certain nombre d’entre eux. Sans puissance d’expansion, sans une certaine domination sur les choses, la vie est indéfendable. Une seule chose est exaltante au monde : le contact avec les puissances de l’esprit.
Commenter  J’apprécie          360
AnaisFrxAnaisFrx   10 octobre 2011
J'aurais voulu trouver quelque chose d'intelligent à vous dire, pour bien marquer ce qui nous sépare, mais inutile. Je suis un esprit pas encore formé, un imbécile : pensez de moi ce que vous voudrez.
Commenter  J’apprécie          600
chartelchartel   21 décembre 2007
Je voudrais faire un Livre qui dérange les hommes, qui soit comme une porte ouverte et qui les mène où ils n’auraient jamais consenti à aller, une porte simplement abouchée avec la réalité.
Commenter  J’apprécie          460
colimassoncolimasson   12 janvier 2017
Sous cette croûte d’os et de peau, qui est ma tête, il y a une constance d’angoisses, non comme un point moral, comme les ratiocinations d’une nature imbécilement pointilleuse, ou habitée d’un levain d’inquiétudes dans le sens de sa hauteur, mais comme une (décantation)
à l’intérieur,
comme la dépossession de ma substance vitale,
comme la perte physique et essentielle
(je veux dire perte du côté de l’essence)
d’un sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Antonin Artaud (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonin Artaud
Carolyne Cannella dit ARTAUD, extraits de L'Ombilic des Limbes,
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
666 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..