AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070323012
251 pages
Éditeur : Gallimard (14/05/1985)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 210 notes)
Résumé :
Celui qui ne verrait dans Le Théâtre et son double qu'un traité inspiré montrant comment rénover le théâtre - bien qu'il y ait sans nul doute contribué -, celui-là se méprendrait étrangement. C'est qu'Antonin Artaud, quand il nous parle du théâtre, nous parle surtout de la vie, nous amène à réviser nos conceptions figées de l'existence, à retrouver une culture sans limitation. Le théâtre et son double, écrit il y a un demi-siècle déjà, est une oeuvre magique comme l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
zohar
  20 avril 2011
« Je souffre, y explique Artaud (dans une de ses lettres), d'une effroyable maladie de l'esprit. Ma pensée m'abandonne à tous les degrés (…). Je suis à la poursuite constante de mon être intellectuel. ». C'est cette expérience fondamentale qui déterminera sa volonté de créer « le théâtre et son double ».
Cette oeuvre traite de la synthèse de tous les désirs et de toutes les cruautés. Mais il s'agit moins de cruauté physique que de cruauté métaphysique, de l'écrasement de l'homme sous son destin, et des forces cruelles auxquelles le créateur du monde est lui-même soumis.
Le créateur de théâtre l'est aussi, et c'est pourquoi, (disposant de tous les moyens, car il est en même temps metteur en scène), il fera souffrir et les acteurs et les spectateurs.
« La curation cruelle » est à ce prix !
Artaud veut débarrasser le théâtre du texte pour faire intervenir à côté « du langage visuel » des signes, et à côté « du langage auditif » des sons.
L'idée essentielle dans ce traité est, nous dit Artaud, de ne pas s'attarder artistiquement sur des formes, car c'est « être comme des suppliciés que l'on brûle et qui font des signes sur leurs bûchers ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
chartel
  02 décembre 2020
Cet essai regroupe plusieurs textes d'Artaud centrés sur ses recherches et ses désirs autour d'un théâtre nouveau, un théâtre qui se débarrasserait de ses apories bourgeoises, qui abandonnerait ses traditions psychologiques et la souveraineté qu'il accorde au texte et à l'auteur. Nous sommes dans le contexte des années 1930, époque où le cinéma à les faveurs du public au détriment d'un théâtre apparaissant comme moribond.
Artaud souhaite revenir à un théâtre magique et liturgique (il fait souvent référence à un exorcisme, à une transe), un théâtre qui aurait pour but de faire vivre les âmes des spectateurs, un théâtre de vibrations et de résonnances.
Si cette conception est tout à fait juste, Artaud se perd souvent dans des élucubrations mystiques et kabbalistes qui n'ont aucun sens (pour moi, en tout cas) et nuisent à son propos.
Commenter  J’apprécie          80
doraa
  20 octobre 2017
Le plus beau livre qui parle du théâtre dans toute sa poésie, sa force et sa cruauté.
Toute la folie d'Artaud au service de la folie du théâtre qui est une folie contrôlée, un rêve de la réalité ou la réalité du rêve et une ouverture sur le théâtre Balinais, sur les cultures du monde.
Il est dommage que l'on ne cite pas suffisamment cette ouvrage pour le travail d'apprentissage du théâtre...
Commenter  J’apprécie          100
lilianelafond
  25 janvier 2021
Le théâtre et son double est une série d'essais écrits par Antonin Artaud et publiés en 1938 dans laquelle il développe le concept de théâtre de la cruauté sommaire 1 résumé.
Le théâtre et son double est un recueil qui rassemble les articles conférences et manifestes exprimant la réflexion d'Artaud sur le théâtre. le théâtre et la culture avant d'en revenir à la culture je considère que le monde a faim et quil ne se soucie pas de la culture. le plus beau livre qui parle du théâtre dans toute sa poésie sa force et sa cruauté. Voie à une autre naissance 'ombres autour desquelles s'agrège le vrai spectacle de la vie...conclusion lobjectif du texte d'Artaud est de défendre l'art théâtral en faisant l'apologie d'une fusion entre le corps et l'esprit labstrait et le concret l'homme.
Dans sa langue poétique inspirée et percutante antonin artaud poursuit ici sa quête métaphysique et répond à plusieurs questionnements. This translation faithfully follows the text of the le theatre et son double published by gallimard in collection meta morphoses as no. le théâtre et son double est un volume dessais conférences manifestes notes et extraits de lettres consacrés au théâtre. Notre idée pétrifiée du théâtre rejoint notre idée pétrifiée dune culture sans ombres où de quelque côté quil se retourne notre esprit ne rencontre plus que le vide alors que lespace est plein.
Lien : https://exempledetexte.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   27 août 2015
Jamais, quand c'est la vie elle-même qui s'en va, on n'a autant parlé de civilisation et de culture. Et il y a un étrange parallélisme entre cet effondrement généralisé de la vie qui est à la base de la démoralisation actuelle et le souci d'une culture qui n'a jamais coïncidé avec la vie, et qui est faite pour régenter la vie. Avant d'en revenir à la culture, je considère que le monde a faim, et qu'il ne se soucie pas de la culture ; et que c'est artificiellement que l'on veut ramener vers la culture des pensées qui ne sont tournées que vers la faim. Le plus urgent ne me paraît pas tant de défendre une culture dont l’existence n’a jamais sauvé un homme du souci de mieux vivre et d’avoir faim, que d’extraire de ce que l’on appelle la culture, des idées dont la force vivante est identique à celle de la faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
blanchenoirblanchenoir   02 août 2014
(...) pour tout le monde un civilisé cultivé est un homme renseigné sur des systèmes, et qui pense en système, en formes, en signes, en représentations.

C'est un monstre chez qui s'est développée jusqu'à l'absurde cette faculté que nous avons de tirer des pensées de nos actes, au lieu d'identifier nos actes à nos pensées.
Commenter  J’apprécie          310
KittiwakeKittiwake   22 juillet 2016
L'action du théâtre comme celle de la peste est bienfaisante, car poussant les hommes à se voir tels qu'ils sont, elle fait tomber le masque, elle découvre le mensonge, la veulerie, la bassesse, la tartufferie.”
Commenter  J’apprécie          390
brigetounbrigetoun   12 novembre 2009
Chacun de leurs mouvements trace une ligne dans l'espace, achève on ne sait quelle figure rigoureuse, à l'hermétisme très calculé et dans celle-ci un geste imprévu de la main met un point.
Et ces robes aux courbes plus hautes que la fesse et qui les tiennent comme suspendus en l'air, comme piqués sur les fonds du théâtre, et prolongent chacun de leurs sauts comme un vol.
Ces cris d'entrailles, ces yeux roulants, cette abstraction continue, ces bruits de branches, ces bruits de coupes et de roulements de bois, tout cela dans l'espace immense des sons répandus et que plusieurs sources dégorgent, tout cela concourt à faire se lever dans notre esprit, à cristalliser comme une conception nouvelle, et, j'oserai dire, concrète, de l'abstrait
(Le Théâtre balinais)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
blanchenoirblanchenoir   16 août 2014
Le théâtre, comme la peste, est à l'image de ce carnage, de cette essentielle séparation. Il dénoue des conflits, il dégages des forces, il déclenche des possibilités, et si ces forces et possibilités sont noires, c'est la faute non pas de la peste ou du théâtre, mais de la vie.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Antonin Artaud (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonin Artaud
Antonin Artaud : Histoire vécue d’Artaud-Mômo par Philippe Clévenot - Conférence au Vieux-Colombier (2001 / France Culture). Diffusion sur France Culture le 16 septembre 2001. Réalisation de Blandine Masson. La date du 13 janvier 1947, est aujourd’hui devenue mythique : au Théâtre du Vieux-Colombier, à 21 heures, Antonin Artaud tient une conférence devant une salle bondée où sont présents : Paulhan, Adamov, Gide, Breton, Camus, Braque, Picasso, Dufour, Derain, Audiberti, et beaucoup d’autres. Ce projet de conférence qu’Artaud avait formé très peu de temps après son retour à Paris, reste un événement hors du commun qui l’a vu s’exposer de manière totale, parfois à la limite du soutenable. En 1947, la "Conférence du Vieux-Colombier" d'Antonin Artaud fut une lecture conçue dans l'esprit de son créateur comme l'expression d'une renaissance au terme de neuf ans d'internement psychiatrique à Rodez. Le poète, après la lecture de trois textes, improvisa. Tout concourt à faire de ce spectacle un moment mythique. Le comédien Philippe Clévenot connaît tous les détails de ce 13 janvier 1947, il les raconte sur scène dans un spectacle intitulé "Histoire vécue d'Artaud-Mômo", diffusé pour la première fois sur France Culture le 16 septembre 2001.
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Théâtre>Théâtre : généralités>Théâtre : philosophie, théorie, esthétique (19)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
536 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre