AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Evelyne Grossman (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070307418
368 pages
Éditeur : Gallimard (09/02/2006)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 25 notes)
Résumé :
"Gérard de Nerval, Edgar Poe, Baudelaire, Lautréamont, Nietzsche, Arthur Rimbaud, ne sont pas mort de rage, de maladie, de désespoir ou de misère, ils sont morts parce qu'on a voulu les tuer."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ericlesapiens
  27 février 2017
J'avais beaucoup aimé l'ombilic des limbes. J'avais reussi à souscrire à sa poésie, à ses mots, ses images, à ses délires, même à sa persécution.
En revanche, je suis resté complètement étranger à celle-ci, et même particulièrement agacé par la section "interjections" . Je veux bien que tout puisse être poésie, que nous aillons tous une part de folie, de psychose en nous, mais je n'ai pas réussi à me laisser aller à ses réflexions scatologiques, à sa persécution. Ses lettres que j'ai également trouvées très ennuyeuses, toujours à se plaindre de son aliénation. C'est le fait de tout paranoiaque mais en tant que lecteur, j'en vois difficilement l'intérêt.
Donc, à conseiller seulement pour les inconditionnels.
Commenter  J’apprécie          70
vincentf
  19 septembre 2011
Ne sont-ce que les délires paranoïaques d'un fou à lier ? Antonin Artaud, persuadé dans ses lettres d'être une sorte de dieu qu'on empêche de vivre en l'ensorcelant, ressasse un cri haluciné où se mêlent métaphysique et bassesse du corps blessé, scatologie et mystique, incantations dans une langue imaginaire et pseudo-discours philosophiques. Ce cri, ce vomissement de mots, par sa violence, par son indécence, par sa folie même, ne peut que frapper (au sens physique du terme, car tout, dans Artaud, est physique, corps affirmé, esprit nié) le lecteur qui voit le monde de sens dans lequel il se croit vasciller avec une telle permanence, avec une telle force de parole, qu'il finit par se demander, sachant pourtant qu'Artaud est fou, s'il n'a pas, à quelque part, raison. Vertige. Quel est ce quelque part ? Quelle est cette raison au coeur du délire ? Les mots d'Artaud échappent sans cesse, car sa pensée s'échappe à elle-même, et se confronter à la folie pure (et Dieu sait si Artaud se présente comme un pur au milieu des ignominies) ne peut pas ne pas ébranler le lecteur qui, par hasard ou par nécessité, lit, en guise de négatif et au même moment, la philosophie de Descartes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Scrap-girlScrap-girl   26 septembre 2010
Que je soit antisocial est un fait, mais est-ce la faute de la société ou la mienne?
Commenter  J’apprécie          131
Wisteria_MelWisteria_Mel   11 février 2020
[...]
Les graines ont été mal plantées.
Je ne sais pas ce qu’il [dieu] a fait, et d’où il est sorti tuer, infecter et assassiner,
mais je n’en ai pas le cerveau malade, non, j’en ai le cerveau tranché de ce bas travail de soutier auquel dieu nuit et jour se livre sur mon cadavre d’humanité, les restes de mon corps traqué de toutes parts par la végétation plantureuse de tous les microbes, de tous les cirons, et les morpions au moyen desquels dieu me mange, en me sondant ainsi à fond,
parce qu’il n’y a pas que dieu, mais des hommes sur la carcasse d’Artaud le con. (p.225)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sterster   23 mai 2011
[...]
Le monde des sensat
est un arbre
basé sur
qui dort
morale morille

Merde.
Le que
le
distinctif
n'est pas l'imperceptible perdu
d'une pensée universelle
qui se retire d'un certain point
sur lui même
mais un
de Lucifer que j'ai foutu
en l'air
en un temps où j'en savais infiniment moins que maintenant.
[...]

Extrait de "ti largar"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Scrap-girlScrap-girl   26 septembre 2010
Vous êtes une fleur unique que le monde ne veut pas laisser vivre.
Commenter  J’apprécie          150
LiliGalipetteLiliGalipette   20 juin 2011
Gérard de Nerval, Edgar Poe, Baudelaire, Lautréamont, Nietzsche, Arthur Rimbaud, ne sont pas mort de rage, de maladie, de désespoir ou de misère, ils sont morts parce qu'on a voulu les tuer.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Antonin Artaud (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonin Artaud
Antonin ARTAUD – Face à Sollers (ORTF, 1966) L’Émission de télévision, « LIRE », diffusée sur l’ORTF, le 13 mai 1966, dédiée au poète Antonin Artaud. Un documentaire exceptionnel, réalisé par Danielle Costelle, dans lequel Philippe Sollers évoque le poète, accompagné par la voix de Med Hondo.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
837 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre