AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236974149X
Éditeur : Akata (08/12/2016)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Tsugumi et Ayukawa ont décidé de se mettre en couple ! Mais les deux jeunes adultes, devant mener de front vie professionnelle et vie privée, ne se doutent pas encore des obstacles qui vont se dresser devant eux. À commencer par leurs proches, qui n'acceptent pas tous la situation... Leur amour naissant pourra-t-il survivre à toutes ses épreuves ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  24 avril 2018
Un tome beaucoup plus étoffé que le premier, que j'ai vraiment bien apprécié.
Tsugumi et Itsuki sont désormais en couple, et se posent toutes les questions que de jeunes amoureux se posent en début de relation avec, en sus, la réalité du handicap au quotidien.
Elle : suis-je à la hauteur ? Lui : ne se met-elle pas trop de pression ? L'avantage est qu'ils parviennent à jouer franc jeu, à se confier leurs angoisses et doutes mutuels.
Mais deux autres personnages, et la famille de Tsugumi, viennent quelque peu semer le trouble dans cette histoire d'amour naissante...
Des sentiments bien mis en exergue. Un graphisme toujours aussi agréable... J'ai hâte de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          350
thedoc
  21 novembre 2017
Ce deuxième tome de "Perfect world" s'ouvre sur la relation amoureuse naissante de Tsugumi et Itsuki.
Les deux jeunes gens ont en effet décidé de sortir ensemble mais leurs sentiments vont être mis à rude épreuve .
C'est tout d'abord les parents de Tsugumi qui ne voient pas d'un bon oeil leur fille envisager son avenir avec un handicapé. Puis c'est l'apparition de rivaux, l'aide à domicile d'Itsuki et un ancien camarade de lycée de Tsugumi, qui fait planer une menace sur leur fragile relation.
Fragile en effet car Tsugumi, si elle est sûre de ses sentiments, se pose par contre énormément de questions sur sa capacité à rendre heureux son petit ami, s'inquiétant à chaque instant sur la manière d'alléger ses souffrances et surtout sur le fait de le comprendre. La jeune fille s'épuise à toujours vouloir l'aider le plus possible.
Ce deuxième tome nous dévoile ainsi une Tsugumi toute en fragilité et rongée par la culpabilité. Manquant de confiance en elle, elle est assaillie de doutes et de questions alors qu'Itsuki semble plus serein. Les confessions de ce dernier sont toujours prétextes à découvrir un peu plus l'aspect psychologique d'une personne handicapée, tandis que son travail continue à nous dévoiler les nécessaires aménagements matériels pour les personnes en fauteuil.
Beaucoup plus grave que le premier tome, ce volume aborde les nombreux obstacles qui se dressent face à notre couple d'amoureux auquel on s'attache de plus en plus et se termine sur une note dramatique. Ce deuxième tome gagne en intensité et se révèle bien plus profond qu'un simple shojo.
A poursuivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Colibrille
  19 février 2017
Pour être honnête, après la lecture du premier tome je n'étais qu'à moitié convaincue. Je trouvais que l'auteure développait son intrigue de manière trop précipitée. En mettant en couple Tsugumi et Ayukawa dès le premier tome, j'ai eu l'impression que l'auteure bâclait son début de série. Comme si elle n'attachait pas d'importance aux retrouvailles des deux personnages et préférait directement les mettre en couple afin de capter l'attention des lecteurs. Indéniablement, cela nous plonge rapidement dans l'intrigue. Néanmoins, en choisissant la "facilité", l'auteure gâche un peu le début de sa série.
Quoi qu'il en soit, c'est tout de même avec curiosité que je me suis empressée de lire ce second tome. Je dois dire que je suis agréablement surprise par la manière dont l'auteure développe son intrigue. Dès le départ, elle nous montre combien la relation entre Tsugumi et Ayukawa est fragile. Elle confronte immédiatement Ayukawa à la dure réalité du handicap. L'auteure nous montre l'impact que cette nouvelle relation a sur les vies respectives de Tsugumi et Ayukawa, mais elle nous montre également l'impact que cela a sur leur entourage. Je pense notamment à la réaction des parents de Ayukawa. Si on savait pertinemment qu'Ayukawa allait "souffrir" de sa relation avec Tsugumi, on ne pensait pas forcément aux difficultés extérieures qu'elle allait rencontrer, comme la pression familiale, le regard de la société.
Comme si cela ne suffisait pas, l'auteure fait entrer en scène deux personnages qui vont sans aucun doute compliquer la vie du jeune couple. Entre l'aide à domicile, Mme Nasagwa, qui lorgne sur Tsugumi et Koré-Eda qui veut conquérir Ayukawa, l'avenir du couple s'obscurcit déjà. C'est une bonne idée d'intégrer de nouveaux personnages, mais j'ai peur que l'intrigue ne s'essouffle si l'auteure confronte Tsugumi et Auykawa a trop de problèmes simultanément.
En tout cas, ce deuxième tome relance mon enthousiasme pour la série. J'ai vraiment hâte de voir comment Tsugumi et Ayukawa vont parvenir à construire leur relation, à trouver leur équilibre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_Moon
  03 janvier 2018
Ce deuxième tome signe le temps des doutes et des jalousies pour Tsugumi et Ayukawa.
Les papillons de la douce romance s'éloignent un peu de nos tourteraux face aux obstacles que sont le quotidien et l'officialisation auprès des familles. Et il se trouve que le père de de Tsugumi n'est pas prêt à faire face à la différence de son gendre - celle-ci le renvoyant à ses peurs "d'impotence" dues à la vieillesse.
Ce qui est intéressant dans ce tome c'est la façon dont Rie Aruga met en scène les sentiments d'impuissance face aux souffrances (physiques ou morales) de l'autre. Les graphismes suggèrent tout en douceur sans avoir nécessairement recours à des poses béates trop stéréotypées.
Ces propos, finalement, pourraient aussi bien s'appliquer à des couples sans que l'une des deu soient handicapées. Mais l'intérêt pour ce couple et les défis qui les attendent restent intacts.
Commenter  J’apprécie          110
Seventh
  29 avril 2017
Ce second tome voit apparaître les premières difficultés du couple, les premiers doutes, les premiers obstacles, et cela très rapidement : On pourra observer une gradation au fil des pages avec, au départ, certaines difficultés évoquées dans le 1er tome (comme la dépendance de la personne handicapée pour certaines activités du quotidien).

C'est là où l'on voit la dimension beaucoup plus large qu'a la relation entre Tsugumi et Ayukawa, outre leurs simples rapports, une relation bien plus développée que dans de nombreux shôjo : On prend en compte le fait que cette dernière touche à plusieurs secteurs, outre l'intimité des deux adultes ; l'implication de la famille, du travail, du monde extérieur, de l'Autre, du ‘'moi''.
Ce qui me permet de rebondir sur ce qui fait à mon sens, l'essence même de ce volume : La notion davantage mise en avant est bel et bien le rapport à l' ‘'Autre'', cela en plusieurs étapes :
Premièrement, on évolue avec l'Autre ; loin de rester seuls dans leur coin, Ayukawa et Tsugumi se mêlent aux autres, que ce soit grâce au sport d'Ayukawa avec d'autres handicapés moteurs, la rencontre de Tsugumi avec Ishibashi, la femme du coach, qui lui apportera du soutien et de bons conseils, les multiples rencontres avec le jeune Haruto et sa petite amie… L'Autre leur permettra de grandir en tant que couple, mais également en tant que personne. Une influence aussi bien sur leur individualité que sur leur relation.
Ensuite, on se préoccupe de l'Autre ; Ayukawa s'intéressera à Tsugumi, aussi bien que Tsugumi s'intéressera à Ayukawa. Leur implication est loin d'être inégale et reste dénuée de toute niaiserie, amplifiant cette impression de maturité pouvant se dégager de part les problématiques soulevées. Chacun s'inquiétera du bonheur de l'autre, de manière différente ; Tsugumi aura tendance à s'impliquer physiquement, en s'occupant d'Ayukawa, tandis qu'Akuyawa sera davantage dans l'implication spirituelle. C'est ainsi que l'on verra se former une sorte de pression, imposée par nos deux protagonistes, pression parfaitement ressentie par le lecteur ; Ayukawa éprouvera toujours la douleur de ne pas pouvoir se servir de ses jambes, avançant avec Tsugumi via des ‘'et si…'', on comprend que l'handicap n'a toujours pas été complètement intégré, malgré le temps passé.
La jeune fille, quant à elle, mettra sa santé en péril en voulant s'occuper sans arrêt de son petit ami, un acharnement à vouloir utiliser son énergie qu'elle paiera tôt ou tard… L'auteure nous montre que la force de l'amour ne fait pas tout, la réalité n'est pas enjolivée : La situation exposée n'est pas une illusion fantasmée montrant un amour simple et facile, au contraire.
Enfin, on interagit avec l'Autre ; la ‘'rencontre'' entre Ayukawa et les parents de Tsugumi mettra en avant une difficulté de l'acceptation de l'handicap, une inquiétude pour la suite de leur couple d'un point de vue extérieur. Puis, on notera la formation d'un carré amoureux ; il permettra aux personnages de prendre un certain recul sur leur situation, et sur eux-mêmes. Les différents échanges qui auront lieu entre les différents actants enclencheront une remise en question des deux côtés du couple, ce qui, ensuite, amplifiera la pression que s'imposait déjà Ayukawa & Tsugumi.
Malgré le caractère prévisible de la chose (le carré amoureux n'étant pas chose rare dans un shôjo), attendons de voir ce qu'il en adviendra par la suite et la manière dont il sera exploité ; le cliché fait, tout du moins dans ce second tome, un très bon départ.
Tout cela permettra le développement des personnages, que ce soit les protagonistes (on en apprend plus sur la rééducation d'Ayukawa par exemple), ou les personnages secondaires, en particulier les fameux actants du carré amoureux.
C'est en cela que ce tome a une dimension bien plus sociale que le 1er, entrant dans le vif et la partie la plus importante à mon sens du sujet. J'attend une suite mettant davantage l'accent sur cette marginalisation des personnes handicapées, un phénomène de société déjà entamé dans les 2 tomes parus.
A propos des graphismes et de l'édition, même remarques que pour le premier tome : On ressent quelques faiblesses sur certaines cases, partageant des dessins très (trop) simplistes ; pas un réel défaut en soit, c'est en forgeant qu'on devient forgeron après tout. L'ensemble reste néanmoins soigné et facile à suivre. Les illustrations de début de chapitres restent toujours aussi agréables à regarder.
Rien à dire à propos de l'édition : de très bonne facture, le livre est souple et facile à prendre en main.
Un second tome confirmant les bonnes impressions éprouvées à la lecture du premier. On soulignera le développement de cette relation au destin mitigé, de manière mature. Les personnages dialoguent et évoluent au fil des pages, mettant en avant la nécessité de discuter afin de comprendre l'Autre. Une seule envie après l'avoir terminé: Se saisir du volume suivant et le dévorer!
Lien : http://seventh.eklablog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   24 avril 2018
- Attends... Tu crois qu'une relation exige autant d'efforts ?
- Bien sûr ! C'est normal, non ? Quelque soit le type de relation, d'ailleurs.
- Pour moi, l'amour devrait suffire... Enfin... c'est ce que je pense.
Commenter  J’apprécie          194
zazimuthzazimuth   06 avril 2018
- Vous êtes... architecte ?
- Vous en faites une tête... ça vous semble ridicule ?
- Euh... non... mais...
- Pas besoin d'avoir des jambes pour tracer un plan !
J'ai eu un accident à 30 ans. Blessé au même endroit que vous. J'ai dû renoncer à des tas de choses... pourtant, mon handicap est devenu ma force et aujourd'hui, avec toutes les mises aux normes pour l'accessibilité, je suis plus occupé qu'à l'époque où je pouvais marcher.
- Mais... et sur le terrain ? Comment vous...
- Tout le monde m'aide ! Les charpentiers sont des gars costauds ! Ha ha !
- Alors même en fauteuil... on peut devenir architecte ?
- Oui, aucune loi n'interdit aux handicapés l'accès à ce métier !
- Tu dois t'accrocher Itsuki, pour ton avenir comme pour le reste. Et même si quelqu'un te dénigre... toi, en revanche, ne te rabaisse jamais. (p.85-87)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ColibrilleColibrille   19 février 2017
Je suis bien avec toi. Ta présence est même devenue le cœur de ma vie. Mais à mesure que ce bonheur grandit, je ne peux pas m'empêcher d'imaginer toutes ces choses que j'aurais pu faire avec toi, sur mes deux jambes. Tous ces endroits qu'on aurait pu visiter... Et ça me fait mal de me sentir entravé, et de t'obliger à avoir une vie... tronquée.
J'aimerais tant pouvoir remarcher un jour...
Commenter  J’apprécie          80
ColibrilleColibrille   19 février 2017
"Tu es unique Ayukawa ! Personne ne pourra te remplacer dans ce monde..."
A ces mots, c'est comme si l'ombre enfouie au plus profond de mon cœur avait commencé à s'effacer. Comme si le monde était devenu ne serait-ce qu'un peu plus doux.
Commenter  J’apprécie          40
rabannerabanne   24 avril 2018
Le surf en fauteuil roulant est une pratique rare au Japon...
Mais aux Etats-Unis, en revanche, c'est un sport reconnu !
Commenter  J’apprécie          80
Lire un extrait
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Avez-vous bien lu Perfect World ? TP.CM

Qui est le personnage principal ?

Tsumori Chisato
Akane Tsunomori
Tsumugi
Tsugumi

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Perfect World, tome 1 de Rie ArugaCréer un quiz sur ce livre