AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782373050790
206 pages
Éditeur : Aux forges de Vulcain (13/03/2020)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Dans le cimetière du Père Lachaise, au petit matin, trois meurtres. Non : deux. Car une des victimes se relève, prend son chat sous le bras et s'enfuit. Quand il apprend ces meurtres dans le journal, Nathanaël Tamanoir, un privé anarchiste et volontiers querelleur, se dit qu'il faut qu'il fouine. Il va fouiner, mais à sa manière. En créant le maximum de chaos possible.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Litteraflure
  03 août 2020
C'est le genre de roman foutraque qu'on encense dans la @novabookbox. Normal, c'est presque de la bande dessinée réduite en prose. Il est clair que Jean-Luc A. d'Asciano ne s'est jamais remis des trouvailles et des dialogues d'un Michel Audiard ou d'un Frédéric Dard. Il n'aspire qu'à s'en rapprocher. Il y parvient parfois (ex : pages 84, 92, 116, 119). Mais un bouquet de bons mots ne suffit pas à faire un feu d'artifice. le roman démarre pourtant sur de bonnes bases avec un héros atypique bien campé (le tamanoir), des personnages secondaires au caractère trempé dans le truculent et une intrigue prometteuse sur fond d'arnaque au RSA. Et que dire du décor ? le cimetière du père Lachaise, si propice au mystère et au mystique, est le cadre idéal pour des embrouilles d'envergure. Mais sans crier gare, l'auteur nous embarque dans une histoire abracadabrante, où le fantastique confisque au réel sa part de poésie. J'ai pensé un instant qu'on retrouverait la magie du roman d'Anatole France, La révolte des anges, dans une version plus noire et plus contemporaine, dans une langue libre et déliée qui n'aurait pas nui. Mais non, l'auteur va jusqu'au bout de son délire potache, à la sauce Marvel. Il se fait plaisir l'animal : il le révèle d'ailleurs dans ses remerciements (de grâce, arrêtez de nous dire pourquoi vous écrivez !), avouant que son roman est né d'un pari entre potes. Sans moi.
Bilan : 🔪
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
EvlyneLeraut
  07 avril 2020
Malicieux, délicieux comme un bonbon fondant en bouche, « Tamanoir » est rusé comme un renard. Ce roman est avant tout un chef-d'oeuvre d'écriture. Prenez le temps de le lire ! D'admirer le ciselé, les regards de Jean-Luc A. d'Asciano dans un filigrane beau à couper le souffle. Et plus que tout, cette quasi troisième lecture qui rend hommage à l'intelligence des coeurs. « Tamanoir » est un palais d'honneur, digne d'un génie évident. Les genres littéraires s'emboîtent. Tout est si clair qu'on est d'emblée en transmutation dans une histoire qui file à 100 à l'heure. « Des escargots cheminent entre les flaques d'ombres, évêques d'un monde invisible adorant un dieu à l'image difforme, sans doute carnivore et versatile » « Car ceci est un cimetière aux chapelles convoquant tantôt un gothique théâtre tantôt une architecture égyptienne rêvant à l'immortalité des Pharaons-maccabées, ou, encore une géométrie apaisante - sphère, triangle, forme abstraite signifiant quelques gisants francs-maçons. » N'est- t-elle pas belle cette histoire qui s'annonce, avant de pénétrer subrepticement dans ce fonds trouble sans crainte aucune ? Ici, nous sommes bien dans un policier des plus noirs, serré comme un café fort, avec des touches de glauque. Mais qu'importe ! Même pas mal, même pas peur ! On aime d'emblée le protagoniste (presque) principal, Nathanaël Tamanoir. Cet homme est quelque peu marginal, nihiliste et anarchiste. C'est une personne intègre sur qui on peut compter. Il penche du côté des exclus, des exilés, des estropiés de la vie. Pour cela, on l'adore de suite. de plus il s'instaure des rituels chaque jour. Visite le même café « La tentation de Saint-Antoine », lecture d'un canard en main. Et là, les amis, on approuve les sous-entendus d'un auteur qui s'amuse autant que nous. Surnommé Tamanoir (symbole quand tu nous tiens !) il va lire un fait divers, deux meurtres et la disparition d'un SDF mythique. Les faits se sont déroulés au cimetière du Père Lachaise. Et là tout s'emballe, devient frénétique. L'ambiance change de ton, vire ses couleurs arc-en-ciel en gris foncé. A contrario on aime autant cette glaise littéraire. le mystique est révélé. le machiavélique est apprivoisé et ronronne dans les lignes. Nous avons affaire aussi à un chat ! Pas n'importe lequel. Ce dernier est une métaphore. Un emblème puissant du diable, de cet étrange qui pourrait faire frissonner. Même pas ! Quant à notre SDF qui a disparu il est la dualité vêtue. L'autre versant de l'histoire révèle les diktats et l'envers du décor du corpus des SDF avec ses organisations parallèles, les mafieux qui détournent des fonds. La sociologie de ces êtres est dévoilée par Jean-Luc A. d'Asciano. On ressent une grande humanité de l'auteur pour ces êtres abandonnés à leur sort et bien plus encore. Malgré le sombre, ce roman noir est loyal. Profondément altruiste. Il faut chercher loin sous l'écorce. La beauté s'élève. « le père, c'était un saint. Manouches, tziganes, bohémiens, il y a plein de genres de Roms, des sédentarisés peinards, des sédentarisés en bidonvilles, et d'autres encore du voyage, genre des SDF de tradition…. Quand on s'installe au Louvre, nous, c'est pas une baraque à frites qu'on monte. C'est un cercle géant, ça vaut bien une pyramide non ? » « Tamanoir » donne les clefs. Il faut avant tout ne pas craindre cet humour noir qui frise le caustique. Les rires aiguës d'outre-tombe. Un SDF étrange, mystique qui lit les lois d'un diable parabolique et plus encore. D'un seul éveil au risque du réel « Tamanoir » se gorge de cette invisibilité. Et là, tout tremble sous la maturité d'un langage beau jusqu'au summum. « Des camps d'installent dans l'est de Paris. Des migrants. Des mineurs. Une humanité complète, avec ses anges, ses démons, et son entre-deux commun à toute l'humanité. Que faire ? « Tamanoir » est un fleuve gorgé de vie, de sa criante mise à nue. Ce roman noir, digne d'un film en version 3D est unique en son genre. Ecoutez les grincements des portes, descendez dans les escaliers de pierres, dans ce glacé sombre. Ce grand livre est un sacré pas de côté. Une aventure satirique, ésotérique, caustique, attentionnée aussi à la cause des plus faibles de ce monde. C'est une chance de lecture tant son originalité est un cahier du jour. On voudrait après le point final boire un café à « La tentation de Saint-Antoine » avec Nathanaël. Et il dira sans doute…Publié par les majeures Editions Aux forges de Vulcain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MadameTapioca
  08 juillet 2020
Chez Aux forges de vulcain, ils ont une ligne éditoriale très précise: ils croisent les genres, ils bougent les lignes, ils refusent la catégorisation.
Et pourtant, en lisant les premières pages de Tamanoir, je me suis retrouvé face à un polar français assez classique avec tous les codes du genre. Un meurtre, enfin deux, ou presque trois, un enquêteur à forte personnalité, Paris, ses troquets, etc... Alors oui instantanément je pense au Poulpe, notre Tamanoir a tout du antihéros libertaire, du redresseur de torts, du marginal revenu de tout mais pas de quelques principes bien ancrés, du justicier sans armes très concerné par le monde qui l'entoure.

Mais les codes étant fait pour être explosés, on sent bien en s'enfonçant dans le livre que tout le schéma traditionnel du policier est en train de partir en cacahuète. Notre gentil petit polar franchouillard se teinte soudainement de fantastique. Les stéréotypes du genre sont détournés, ça décale, ça hallucine. On y perd ses bons vieux repères mais on y gagne en plaisir et en profondeur. Terminée l'enquête planplan qui n'est en fait qu'une excuse pour parler de sujets plus profonds. le propos est sociétal, politique, tout en gardant la dérision «poulpienne » ou « tamanoiresque ». le terme de farce policière prend tout son sens.

Texte hybride dont je ne vous dirais sciemment rien de plus, Tamanoir est une grosse et bonne surprise dans mes lectures estivales. le seul hic c'est que j'ai maintenant très envie de lire « Souviens-toi des monstres » du même auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EvadezMoi
  13 avril 2020
La maison d'éditions Aux Forges Vulcain verse rarement dans le polar, celui-ci étant annoncé comme tel, il a attiré mon attention.
Tamanoir est le surnom d'un détective privé. En lisant dans le journal qu'on a retrouvé deux cadavres au cimetière du Père Lachaise, il décide de mener l'enquête sans pour autant avoir été mandaté par quelque client.
Soyons honnêtes dès le départ, la trame policière n'a pas beaucoup d'intérêt. Mal menée et sans cohérence, ce n'est visiblement pas le but de ce roman qui, par contre, est beaucoup plus politique qu'il n'y paraît et qui a un fond très intéressant.
Les deux cadavres en question font partie de l'ASS, une association qui vient en aide aux SDF afin de les réinsérer dans la société mais…
Un clochard ne meurt jamais de mort naturelle, coupe Malscazoni. Il meurt assassiné par le froid, le manque de logement, la spéculation. Il meurt assassiné par le Grand Capital.
L'auteur dénonce alors la condition des SDF mais aussi des réfugiés ou migrants comme on les appelle maintenant. C'est bien ça l'intérêt de ce roman, ces hommes et ces femmes qu'on voit sans vouloir les voir, en oubliant qu'ils ont eu un passé, une vie « normale », qu'ils sont des personnes comme les autres mais qu'ils ne servent souvent que de faire valoir pour des associations plus ou moins à but non lucratif.
Quant au style, le policier se heurte au fantastique qui prend finalement le dessus, la notion de polar n'étant plus qu'un prétexte à un roman sombre même s'il se veut léger au travers de personnages aussi rocambolesques que non crédibles. Mais comment mieux parler d'un sujet qu'en y ajoutant une étincelle de dérision et un souffle d'humour ?
J'ai beaucoup aimé ce décalage et cette originalité du récit tout comme celle de l'écriture.
Un roman, un auteur et une maison d'édition à découvrir.
Lien : http://www.evadez-moi.com/ar..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ramettes
  08 septembre 2020
Ce qui m'a plu d'entrée c'est le côté borderline du personnage du Tamanoir. Par sa singularité il est interpellé par la proximité avec certaines frange de la population, les SDF, les sans noms (sujet à creuser). On ne lui a rien demandé mais il faut qu'il agisse. J'aime retrouver le Paris des quartiers populaires que je ne connais que par la littérature et le cinéma.
Le personnage m'a fait penser au Poulpe de Jean-Bernard Pouy (je fan de ce personnage). J'étais toute contente de ma trouvaille et quand je suis arrivée à la fin du volume et que j'ai vu les remerciements de l'auteur j'ai eu la confirmation de mon intuition mais du coup ce n'est pas un scoop.
J'ai beaucoup aimé le bestiaire de Jean-Luc A. d'Ascanio et toutes les thématiques qui en découlent. On va retrouver dans les noms, les traits de caractère des personnages, dans les attitudes et les actions, ainsi que dans les références littéraires et cinématographiques. En parlant de référence, depuis que je lis les romans de cette maison d'Edition je ne peux m'empêcher de chercher des clins d'oeil à d'autres romans édités Aux Forges de Vulcain. Je ne les note pas tous car parfois je me dis que c'est un effet de mon imagination ici dans la thématique bestiaire on a « Cthulhu » et « Vampire ».
Ce roman aurait pu s'arrêter à un certain moment (je ne vais pas vous dire lequel) mais l'auteur à préféré basculer dans une autre dimension littéraire et jouer encore plus avec les codes des genres littéraires. En même temps la dernière partie permet d'approfondir certains sujets et répondre à certaines interrogations (pas toutes !). Et la boucle sera bouclée mais il faudra attendre le dernier chapitre où on se rendra compte que c'était prévu, construit, cohérent alors qu'on a l'impression de basculer dans un délire, qu'il est très abouti. Après réflexion je me demande si ce n'est pas la « Forges Touch » ! Il y a aussi le côté réflexions sociales et sociétales. L'art de faire croire que la littérature c'est facile alors que tout est dans le travail et le détail, la subtilité. Et justement «Le diable se cache dans les détails» disait Nietzsche...
Dans ce roman il y a un autre aspect qui m'a beaucoup plu, c'est le côté obscure du voyage initiatique du Tamanoir, car finalement ce n'est pas n'est pas un roman policier avec une enquête à résoudre. Si vous me suivez vous savez comme je suis attaché aux thématiques qui sont liées aux éléments. Ici on est dans la thématique de la terre, des souterrains, avec tout ce qui entoure les secrets, la mort et la renaissance. Il y a un véritable fond dans cette histoire qui passe du policier au fantastique.
J'ai failli oublier aussi de vous parler du côté humoristique, là aussi on a différents types d'humours. de l'humour noir à l'humour scabreux, des scènes surréalistes aux scènes abracadambresques. du comique de situation au comique potache… Et en même temps il y a un côté sombre et des réflexions sur la perte d'humanité de notre société. Ces contrastes qui font que la vie n'est pas faite d'un seul bloc… il y a beaucoup de failles !
J'espère avoir titillé votre curiosité sans rien vous révéler de l'intrigue ni vous avoir parlé des réflexions lubriques...
Lien : http://ramettes.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MadameTapiocaMadameTapioca   06 juillet 2020
Il tourne les pages de son canard en rêvant d’une presse de plumes et d’enquêtes, de gauche et libertaire, de fond et popu. Un canard enchaîné au quotidien, et donc parlant du quotidien des gens et non plus exclusivement des stars de la télévision ou des poujadistes ambiants. Avec des leçons d’économie, des enquêtes de fond, des prises de position assumées et aucune connivence. Mais faute de canard on mange des perles: un ministre maurassien assure que les vrais Français aiment sa vraie politique. Les partis traditionnels explosent sans se remettre en cause. Un ministre italien fait des blagues salaces avec son ministre de la Justice accusé de collusion mafieuse. Le Tamanoir en quille sur deux ou trois papiers qui résument les conflits de-ci de-là, prend des nouvelles de l’ultralibéralisme antidémocratique chinois, constate que la perte des libertés gêne moins que celle des marchés, s’amuse de ne plus connaître les noms des starlettes et se félicite de n’avoir jamais connu celui des « stars de la réalité », et refuse de s’interroger sur quelle réalité peut bien engendrer des étoiles pareilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DominiqueThDominiqueTh   23 avril 2020
" homme moderne, il lui semblait aussi important d'avoir des mobiles dé-brothérisés que des armes aux numéros de série limés"
...
"Les trucs que l'on voit dans toutes les associations à but crapulatif."
...
"Puis il s'enfuit tandis qu'un des serveurs s'évanouit, que la police pinpompone, que les pompiers pomponnent, et que son télèphon fait son. Plus ou moins dans cet ordre."
Commenter  J’apprécie          20
MadameTapiocaMadameTapioca   06 juillet 2020
En même temps, le rock est depuis longtemps une musique de quinquagénaires blancs, hétérosexuels et dominateurs. Le Tamanoir préfère le blues, le jazz, la Tarentelle où les chants mongols.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jean-Luc André d` Asciano (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc André d` Asciano
Jean-Luc André d'Asciano - Cigogne .A l'occasion de l'Escale du Livre de Bordeaux 2015, Jean-Luc André d' Asciano - Cigogne aux éditions Serge Safran. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/d-asciano-jean-luc-cigogne-9791090175280.html Note de Musique : © Mollat Découvrez notre site : www.mollat.com & suivez-nous sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Librairie.mo... https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Libra... https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemo... http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Auteurs proches de Jean-Luc André d` Asciano
Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2005 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre