AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070453901
Éditeur : Gallimard (09/10/2014)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 33 notes)
Résumé :
1923. Elvira De Poulain, peintre espagnole vivant en France, apprend que son mari, un homme d’affaires établi en Chine, vient de mourir dans des circonstances étranges. Accompagnée par sa nièce, elle entreprend un long voyage en paquebot pour rejoindre la Chine post-impériale, et régler la succession de son époux. Dès son arrivée, elle se trouve embarquée malgré elle sur la piste du mausolée du premier empereur, immergée dans le milieu interlope des gangsters, de l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Missbouquin
  23 novembre 2014
Nous sommes en 1923. Lorsque Elvira apprend qu'elle apprend que son mari – dont elle est séparée depuis des années, d'un commun accord et en bonne camaraderie – vient de mourir en Chine, l'héroïne ne se doute pas que sa vie va être chamboulée à jamais par l'extraordinaire périple qui commence. Dès son arrivée, elle se trouve embarquée malgré elle sur la piste du mausolée du premier empereur, immergée dans le milieu interlope des gangsters, de l'opium et des intrigues politiques.
Car son mari n'a pas été victime d'un simple cambriolage qui aurait mal tourné, mais des conséquences de ses dettes et de sa consommation excessive de drogues, qui a attiré sur lui l'attention d'une terrible bande chinoise, à la poursuite d'un mystérieux trésor … Pour se sauver de la situation financière catastrophique dans laquelle elle se retrouve, notre narratrice n'a pas d'autre choix que d'être la première à retrouver ce fameux trésor, disparu depuis des siècles …
Pour l'aider elle ne pourra compter que sur un vieil antiquaire, un jeune servant chinois et sa propre nièce, Espagnole dure, sans fantaisie ni qualités. Cette bande hétéroclite va parcourir la Chine, résolvant énigmes sur énigmes pour gagner de vitesse leurs poursuivants …
Roman d'aventures par excellence, mais aussi roman historique passionnant et très bien documenté, le Pays sous le ciel est un vrai régal de lecture. On en ressort grandi et avec l'impression d'avoir réellement voyagé à l'autre bout du monde. A chaque page, l'auteur met en exergue la philosophie chinoise, ce qui en fait ses fondements, et la sagesse qui est nécessaire à nos héros pour s'en sortir. de plus, j'ai pu apprécier que ce ne soit pas seulement un roman d'aventure, mais aussi un texte qui fait appel à notre intelligence, nous efforçant de résoudre également les énigmes, et non pas un simple récit à rebondissements.
Épais roman, il ravira les lecteurs avides d'Histoire et d'histoires !
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
choupinette91
  22 novembre 2014
Un coup de coeur pour ce roman et c'est peut dire.
L'ambiance, les traditions chinoises, le savoir faire et le savoir être que savent si bien manier les chinois, une culture riche et envoûtante.
Tout ce que l'on peut espérer d'un livre dont la quatrième de couverture est élogieuse.
J'ai voyagé en Occident mais sur le continent chinois.
J'ai voyagé avec des maîtres taoïstes, la mafia chinoise, l'histoire des empereurs.
J'ai parcouru des pages comme Elvira a parcourue avec sa nièce Fernanda, Biao le serviteur, le Maître Jade Rouge et le Maître Jade Noir, son jumeau du monastère de Wudang, mais avec Tichborne aussi, le journaliste et sans oublier l'antiquaire Dah-Tec, des kilomètres sans m'interrompe.
Un pur bonheur que de retrouver ses racines dans cette culture et à travers un livre extrêmement documenté et très riche.
Commenter  J’apprécie          90
Guillaume72
  05 avril 2018
L'idée de départ est très bonne : 5 individus réunis plus ou moins par le hasard se lancent à la découverte du tombeau du premier empereur QinSshi Huangdi, chacun avec ses propres motivations ou presque (celle des enfants est avant tout de suivre Elvira). Matilde Asensi fait preuve d'une bonne dose d'humour et d'une très bonne érudition sur la Chine et sa culture millénaire. Vous passerez ainsi en revue les principes du Feng shui, quelques préceptes taoïstes, les différents arts martiaux que sont le Taï Chi Chuan et le Kung Fu, les chroniques historiques chinoises, une petite partie de l'histoire de la Chine avec le premier empereur, mais aussi l'histoire des légations étrangères, Pou yi et les volontés impérialistes du Japon, le Kuomintang et les triades....Est-ce que cela ne fait pas un peu trop ????
Pour ne rien cacher, j'ai eu le sentiment que par moment cette volonté d'érudition prenait le pas sur la dimension romanesque et créait des logngueurs dans le roman. Par exemple, l'histoire du carré magique est très longue. Une fois le principe expliqué au lecteur, l'auteure aurait pu faire plus court.
Le roman se découpe en deux phases : la première est une chasse au trésor afin de reconstituer le document permettant de localiser le tobeau du premier empereur et donnant les clés de l'accès aux différents niveaux, la seconde correspond à la visite de la tombe. Là, j'ai eu l'impression d'être dans un jeu vidéo en passant les différents niveaux.
L'histoire est parfois un peu tirée par les cheveux. Les différentes parties du manuscrit sont certes cachées, mais ne semblent pas si inaccessibles que cela. Par ailleurs, le petit tigre est vraiment un génie providentiel du haut de ses treuze ans... !
Ce roman n'est pas de la grande littérature, mais il se lit relativement bien malgré ses longueurs et son style parfois un peu pesant. Son intérêt réside surtout dans l'imaginaire tissé autour de la tombe de cet empereur qui fait encore rêver de nombreux archéologues puisque faut-il le rappeler, à ce jour, nous connaissons son armée en terre cuite, mais le mausolée n'a pas encore été visité et exploré...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Latetedansleslivres
  24 décembre 2014
Elvira débarque donc en Chine après un long voyage assez pénible. La quarantaine, c'est une femme très libérée dans son attitude mais aussi très enfermée dans son univers. Elle ne se doute pas une seule seconde qu'elle va se retrouver embarquée dans une chasse au trésor avec sa nièce Fernanda âgée de 13 ans. C'est une chasse au trésor dans une Chine d'un autre temps avec des décors grandioses. J'ai beaucoup aimé. le livre est très visuel et c'était comme si j'avais un film sous les yeux en lisant les descriptions et les actions. J'ai passé un très bon moment.

Le personnage d'Elvira est très moderne, aussi bien pour l'époque que maintenant. Une quadragénaire artiste dans un mariage libre qui débarque en Chine… C'est plutôt inhabituel. Bien sûr, elle va réussir à faire face à ce qui lui arrive et est étonnamment à la hauteur. Une petite équipe participe à ce voyage, composé de sa nièce, d'un vieil antiquaire chinois, d'un jeune chinois qui leur sert d'interprète et d'autres… On s'attache beaucoup à ces personnages qui sont plutôt surprenants. Ils sont tous très différents les uns des autres et cela donne des situations plutôt drôles.

L'auteure s'est très clairement documentée sur la culture chinoise et on apprend vraiment beaucoup de choses même si j'avoue ne pas avoir retenu tous les concepts et les explications sur le feng shui, c'était vraiment intéressant. Leurs aventures et les enseignements sont très agréables à lire et la plume y est pour beaucoup.

Le petit bémol est que ce roman est un peu comme un Indiana Jones, intéressant mais peut être un peu trop de bons sentiments et le tout semble un peu facile même si l'on se doute bien que l'on serait frustrés s'ils n'arrivaient pas à avancer dans leur quête. Mais tout est un peu noir ou blanc et tout s'enchaîne un peu trop bien parfois.

En tout cas, c'est un livre très agréable à lire. J'ai aimé suivre cette quête et me perdre au fin fond de la Chine avec les personnages. Je découvrirais bien d'autres livres de cette auteure que je ne connaissais pas du tout.
Lien : http://latetedansleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lady_K
  20 octobre 2013
Matilde Asensi nous offre ici un beau roman rempli d'aventure. Pour une fois, la 4ème de couverture résume parfaitement l'intrigue sans trop en dire. Après avoir appris la mort de son mari, Elvira de Poulain se rend en Chine afin de s'occuper des affaires du défunt et de régler la succession. Une fois arrivée sur place, elle découvre avec stupeur que son mari n'est pas décédé de mort naturelle mais assassiné parce qu'il avait en sa possession la clef permettant de trouver le mausolée du Premier Empereur. Un tombeau rempli de trésors inimaginables. Ce qui ne manque pas d'attirer la convoitise de gens prêts à tout pour s'enrichir. Elvira n'a plus le choix, sa vie est en danger puisqu'elle a découvert cette clé dans les affaires de son mari. Si elle veut sauver sa peau et celle de sa nièce, elle doit trouver la sépulture avant ses poursuivants.
Ce livre est très prenant. Elvira se lance dans un périple long de plusieurs mois, et bien entendu semé d'embûches, qui l'emmène au travers de la Chine. Elle doit fuir des adversaires prêts à tout pour mettre la main sur le trésor, tout en cherchant l'emplacement du mausolée. J'ai beaucoup aimé cet ouvrage car c'est rythmé et captivant. Cependant, j'ai trouvé dommage qu'Elvira ne soit pas plus charismatique. Je n'ai d'ailleurs éprouvé aucun attachement particulier envers les personnages car je les ai trouvés assez lisses. Heureusement que l'intrigue capte toute l'attention du lecteur et donne envie de continuer.
Elvira traverse la Chine, et personnellement, je ne saurais dire où elle est passée (sauf Shangaï et Pékin). Je ne connais absolument pas la Chine et c'est aussi pour cela que ce roman m'a plu : j'ai pu y découvrir le mode de vie et la façon si particulière de penser. Malheureusement, pour la géographie, j'étais plus embrouillée qu'autre chose. Une carte en début d'ouvrage, avec le tracé du voyage, aurait été un plus vraiment appréciable. Enfin, la longueur des chapitres – facilement 100 pages par chapitre – m'a beaucoup surprise. C'est un avis tout à fait personnel, mais je préfère quand les chapitres sont plus courts, car ici, j'avais l'impression de faire du sur-place, de ne pas avancer dans ma lecture alors qu'il se passe beaucoup de choses et que l'histoire progresse. Pour moi, les chapitres donnent du rythme : des chapitres longs donnent un rythme lent au récit.
Au final, ce que je retiens, c'est que ce roman offre un bel aperçu du mode de vie chinois et que l'intrigue est solide et captivante. Ce sont les plus grandes forces du roman, car je n'ai malheureusement pas été touchée par les personnages. A cela s'ajoutent quelques bémols assez mineurs qui font que j'ai pris plaisir à lire ce livre sans pouvoir l'apprécier à sa juste valeur.
Lien : http://antredeslivres.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   12 avril 2015
La traversée a bord de l'André Lebon avait été un puits sans fond de nausées et de mal de mer, jusqu’à ce qu' un midi une surprenante quiétude envahisse le paquebot, m'obligeant a faire l'effort déplaisant d'entrouvrir les yeux, comme si cela allait me permettre de savoir pourquoi il avait cessé de se battre contre la houle pour la première fois en six semaines. Six semaines ! Quarante jours atroces, dont je me souvenais n'avoir passé qu'un ou deux sur le pont, au prix d'un grand courage. Je n'avais vu ni Port-Said, ni Djibouti, ni Singapour...
Je n'avais même pas été capable de m'approcher des hublots lorsque nous avions traversé le canal de Suez ou accosté a Ceylan et a Hong Kong. L'abattement et le mal de mer m'avait clouée sur la petite couchette de ma cabine de seconde depuis le départ de Marseille, le matin du dimanche 22 juillet, et ni les infusions de gingembre, ni les inhalations de laudanum, qui m’abrutissaient, n’étaient parvenues a soulager ma détresse.
La mer n’était pas mon élément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
rkhettaouirkhettaoui   25 octobre 2016
La mer n’était pas mon élément. J’étais née à Madrid, dans les terres, sur le plateau castillan, à bonne distance de la plage la plus proche, et monter ainsi à bord d’un navire pour parcourir la moitié du monde en flottant et en tanguant me semblait contre nature. J’aurais préféré mille fois faire le voyage par le chemin de fer, mais Rémy disait toujours que c’était beaucoup plus dangereux et, de fait, depuis la révolution des bolcheviques en Russie, sillonner la Sibérie était pure folie, si bien que je n’avais eu d’autre choix que d’acheter des billets pour cet élégant paquebot à vapeur de la Compagnie des Messageries Maritimes, en croisant les doigts pour que le dieu des mers soit clément et n’ait pas le caprice saugrenu de nous envoyer par le fond, où nous serions dévorés par les poissons et où nos ossements disparaîtraient pour toujours sous le limon. Il y avait des choses que l’on n’apportait pas avec soi à la naissance et, de toute évidence, je n’étais pas venue au monde avec le pied marin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 octobre 2016
— Des livres français !
— Français, anglais, espagnols, allemands… Qu’est-ce que ça peut faire ! Ce qui compte, c’est que tu lises. Tu as l’âge de connaître la pensée et l’œuvre de personnes qui ont vu le monde de points de vue différents du tien. Tu dois t’abreuver de vie, Fernanda, ou tu passeras à côté de beaucoup de choses intéressantes et distrayantes.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 octobre 2016
Votre mari, dans ses dernières années, a dilapidé sa fortune dans les fumeries, les maisons de jeu et les lupanars. N’allez pas penser du mal de lui, je vous en prie. C’était un homme très bon, vous le savez. Ces trois addictions corrompent d’une manière générale tous les hommes de Shanghai, qu’ils soient chinois ou occidentaux. Rares sont ceux qui y échappent. C’est cette ville… Tout est de la faute de cette maudite ville. Ici, la vie se résume à cela, madame, à cela et à devenir riche si on en a encore le temps. Tout le monde gaspille son argent par poignées, surtout dans les paris. J’ai vu tomber beaucoup d’hommes éminents et se volatiliser de nombreuses fortunes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 octobre 2016
Nous nous étions mariés par intérêt : moi, pour être à l’abri du besoin et ne pas me retrouver à la rue dans un pays étranger ; et lui, pour avoir une épouse légitime, qui lui permette de prétendre à l’immense héritage de sa mère, morte en désespérant de voir son fils libertin s’assagir. Une fois nos objectifs atteints, notre mariage avait été une belle histoire d’amitié, et c’était précisément pour cette raison que je n’avais pas l’intention de m’habiller en noir ni de pleurer à chaudes larmes une absence qui n’avait rien de nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Matilde Asensi (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matilde Asensi
Matilde Asensi présente sa nouvelle "Tierra Firme" (2007) Présentation en espagnol Partie 2
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre
.. ..