AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070445194
Éditeur : Gallimard (05/01/2012)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Ce recueil , qui fait suite au volume intitulé Flûte, flûte et flûtes ! complète l'échantillonnage de nouvelles que l'auteur lui-même a choisies pour montrer aux lecteurs l'évolution de son oeuvre. Un élément y est toujours présent : l'humour. Isaac Asimov y prouve que l'on juge mal les hommes : les extra-terrestres ne valent pas mieux qu'eux et, quand ils décident de polluer le paysage dans un but publicitaire, n'y vont pas de main morte, puisque c'est aux astres e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  10 septembre 2014
Ce sont les billets de notre ami babéliote Wiitoo et de son petit robot Mootii qui m'ont donné envie de rendre une visite au bon docteur Asimov après une vingtaine d'année d'éloignement. Ne connaissant pas le nouvelliste j'ai choisi l'un de ses nombreux recueils que je comptais boire goutte à goutte, quelques nouvelles entre deux romans.
Je n'en ai fait qu'une bouchée.
Bon sang ça fait du bien ! J'avais oublié à quel point j'aimais le style du docteur. Et sur des nouvelles courtes où il n'a pas le temps de meubler des pavés (son principal défaut à mon sens) c'est encore plus jouissif. Ceci dit en toute subjectivité bien sûr.
« Cher Jupiter » est la seconde partie du recueil « Bye Jupiter and other stories », dont la première partie est publiée en français sous le titre « Flûte, flûte et flûtes ! » (qu'il me faudra rapidement me procurer). Il regroupe quatorze nouvelles publiées en l'espace d'une quinzaine d'année, entre 1957 et 1973, et raccrochées entre elles par de petits textes autobiographiques dans lesquels on apprend comment la nouvelle est née et quelle était la situation, professionnelle ou familiale, de l'auteur à ce moment-là. C'est une période pendant laquelle Isaac Asimov remportait un franc succès avec ses écrits de vulgarisation scientifique et disposait de moins de temps pour la fiction.
Mes nouvelles préférées sont :
« Qu'est-ce que ça peut faire à une abeille ? » : et si les progrès de l'humanité n'avait pour seul but que d'aider un être proprement cosmique à quitter sa nursery ?
« Cher Jupiter » : et si les extra-terrestres voulaient acheter la planète pour une raison très prosaïque ? A noter le jeu de mot en anglais entre « Bye Jupiter » et « By Jupiter ».
« le fondateur » : et si des naufragés humains devaient pour survivre terraformer une planète à l'atmosphère ammoniaquée ?
« Prenez donc une allumette » : et si un vaisseau spatial sautait dans un nuage de gaz opaque et manquait de repères pour en sortir ?
« Thiotimoline vers les étoiles » : et si l'on pouvait voyager dans l'espace en compensant la dilatation du temps relativiste par un matériau permettant le voyage dans le passé ? Cette nouvelle est la plus amusante.
Le docteur emploie la même méthode que dans « les Robots » ou « Fondation » : il pose un problème et l'un de ses héros trouve la solution, résidant en général sur un détail parfois anodin qui nous fait penser « mais qu'est-ce que c'est astucieux ! », un peu comme quand on résout un sudoku ou une grille de mots croisés, ou que l'on résout une énigme policière.
C'est court, c'est délicieux comme un bonbon. Rien à faire, j'adore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4510
Kalgan
  22 septembre 2018
Ce recueil de 14 courtes nouvelles publiées de 1957 jusqu'à 1973 et classées chronologiquement, livre une transition délicate entre les nouvelles d'un Asimov à l'aube de sa carrière avec les nouvelles de celui ayant déjà fait ses preuves. Et entre les deux rien ne change dans le plaisir qu'il met à écrire.
Qu'on lui impose le thème, le titre, le scénario de la nouvelle, ou qu'il soit totalement libre, Asimov écrit avec la même passion, le même enthousiasme et lorsqu'il avoue ne pas être inspiré c'est presque là qu'il livre ses meilleurs récits.
Assouvir sa soif d'écriture. C'est ce que cherche à tout prix Asimov, car celui-ci ne refuse littéralement jamais une commande qui lui ai faite d'une nouvelle. Ce qui explique leur nombre immense et témoigne d'une envie d'écrire qu'il ne parvenait à étancher qu'en écrivant parfois 8 heures par jours.
Les nouvelles du recueil sont beaucoup plus courtes que dans d'autres et moins centrée sur l'émotion et la science fiction mais sur des situations comiques, des chutes et de courtes intrigues donnant à réflexion. Asimov a le don de gâter ses lecteurs et de les rendre très exigeants face à la qualité des récits qu'il propose. En habituant le lecteur à sans cesse lire des textes d'une immense qualité, il en vient à faire passer le génie pour une banalité, comme une bonne habitude prise et jamais perdue.
Même si l'ensemble de ses recueils de nouvelles tels que Cher Jupiter ne font office que de lecture subsidiaire s'inclinant devant le génie de ses deux chef-d'oeuvres, le Cycle de Fondation et des Robots, leur dimension divertissante rend leur lecture agréable. Ironiquement, Asimov s'éclipse lui-même par son propre talent, faisant passer chaque nouvelle exceptionnelle qu'il a écrit parmi les centaines d'autres pour un récit simple. Ouvrir un Asimov c'est sûrement passer un incroyable moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
fnitter
  31 janvier 2012
Ancien quatrième de couverture :
Ce recueil , qui fait suite au volume intitulé Flûte, flûte et flûtes ! complète l'échantillonnage de nouvelles que l'auteur lui-même a choisies pour montrer aux lecteurs l'évolution de son oeuvre. Un élément y est toujours présent : l'humour. Isaac Asimov y prouve que l'on juge mal les hommes : les extra-terrestres ne valent pas mieux qu'eux et, quand ils décident de polluer le paysage dans un but publicitaire, n'y vont pas de main morte, puisque c'est aux astres eux-mêmes qu'ils s'attaquent.
Asimov l'humoriste, le romantique, le philosophe, toutes les facettes de son talent sont présentes au rendez-vous.
Publiées pour la première fois en 1977 en france, 14 nouvelles extrèmement hétéroclites, sans forcément en rapport les unes avec les autres qui se lisent très facilement. Un bon moment de distraction (un peu rétro quand même).
Qu'est ce que ça peut bien faire à une abeille ?
Pauvres imbéciles
Cher Jupiter
Une statue pour Père
Pluie, pluie, va-t-en
Le Fondateur
Exil en Enfer
Le Détail clé
Envoyez les couleurs !
2430
Le Meilleur atout
Prenez donc une allumette
Thiotimoline vers les étoiles
Poésie légère
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Corboland78
  06 février 2017
Isaac Asimov, né en 1920 à Petrovitchi (en Russie) et mort en 1992 à New York, est un écrivain américano-russe, naturalisé en 1928, surtout connu pour ses oeuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique. Ses études furent assez brillantes pour lui permettre, grâce à une bourse, d'entrer à l'université Columbia. Il passa d'abord une licence en sciences (1939) avant d'obtenir une maîtrise en chimie (1941) et, finalement, un doctorat en biochimie (1948), puis il obtint un poste de chargé de cours à l'université de Boston. Entre-temps, il accomplit son service militaire, au cours duquel il fut nommé caporal. Parallèlement, il commença à écrire de la science-fiction et vit sa première nouvelle publiée en 1939. Asimov laisse derrière lui plus de 500 livres.
A l'origine, Cher Jupiter est un recueil de nouvelles de science-fiction d'Isaac Asimov paru en 1975 et qui rassemble de courts textes déjà publiés précédemment dans des magazines de science-fiction, des fanzines ou des anthologies. Ce recueil a été découpé en France en deux parties, Cher Jupiter en est la seconde et a été publiée pour la première fois en 1977. En 2017, les éditions Gallimard rééditent dans la collection Folio SF le recueil original en un seul volume sous le titre Cher Jupiter qui lui contient vingt-quatre nouvelles, dans l'ordre chronologique de leur écriture, entre le début des années 50 et 1973.
Vingt-quatre textes où l'écrivain déploie tout son talent d'imagination. Je ne vais pas entrer dans le détail de chacun mais disons qu'il y a un singe qui tape à la machine à écrire, la radioactivité qui disparait de la surface terrestre, deux astronautes qui se retrouvent sur une planète déserte après que la Terre soit morte, une machine à remonter le temps qui se bloque intempestivement, une planète où les plantes sont des entités supérieures, une autre où le climat hostile sera vaincu par la mort de ses explorateurs, un ordinateur qui devient humain etc.
Tout le monde n'aime pas la SF – ce que je ne critique pas – c'est à ceux-là que je veux m'adresser, laissez vous tenter par ce bouquin. D'abord, parce que des nouvelles c'est toujours facile à lire et qu'on peut faire des pauses entre chacune. Ensuite, parce qu'il s'agit ici d'Isaac Asimov, ce qui n'est pas rien, un des maîtres du genre. L'écriture est particulièrement plaisante à lire, simple en apparence et surtout, argument essentiel à mon sens, l'humour quasiment toujours sous-jacent rend l'écrivain irrésistible (l'auteur était un grand admirateur de P.G. Wodehouse…).
Tout n'est pas drôle pour autant, on peut même s'angoisser ou s'effrayer quand Asimov décrit un monde futur où les animaux et les plantes ont été éradiqués de la planète sciemment. C'est l'angle écologique du recueil qui s'ajoute à la problématique très forte à l'époque, la crainte d'un conflit nucléaire et plus généralement pour l'écrivain, la description d'un monde futur assez inquiétant.
Dernier point particulièrement intéressant de ce recueil, chaque nouvelle fait l'objet d'une présentation par l'auteur, de réflexions sur l'écriture « Presque tout écrivain débutant s'essaie à l'humour, convaincu que c'est une chose facile à faire », le tout mêlé à des détails autobiographiques de sa vie d'alors, ce qui donne l'impression de lire deux livres en parallèle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kirilys
  30 mars 2019
tant que nous en ayons besoin, mais voilà un échange commercial des plus troublants...
Quel est donc ce détail si important qui empêche le Multivac de répondre à une question pourtant assez simple ? Que feriez-vous si vos voisins ne sortaient que par grand beau temps, se calfeutrant chez eux dès que le moindre nuage apparaît à l'horizon ?
Un monde peuplé d'humains par dizaines de milliards, tous numérotés et enregistrés, serait-il bon ou mauvais ?
Charmant recueil de nouvelles qui nous fait découvrir un Asimov fantasque et taquin.On retrouve ses thèmes favoris (robots, paradoxes temporelles & voyages interstellaires), ainsi que d'autres qui sortent des sentiers battus de la SF. Parler de chacune des nouvelles serait trop fastidieux (y en a quand même quatorze), alors je ne m'attarderai que sur celles qui m'ont plu et que je recommande chaudement.
Cher Jupiter : un dénouement fin et inattendu, une fois encore on constate que les humains, comparés à des races extraterrestres, restent une belle bande d'enfoirés.
Le détail clé : ici Isaac Isamov revient sur la robotique et les fantômes dans la machine, on n'entraperçoit l'Asimov du cycle des robots qu'il écrira quelques années plus tard.
Prenez donc une allumette : assez classique, on a ici un vaisseau perdu dans l'espace et tributaire d'une technologie approximative qu'il maitrise à peine. le dénouement reste prévisible (putain de titre !) mais on ne s'en lasse pas.
Thiotimoline vers les étoiles : à mi-chemin entre de la hard SF et du foutage de gueule cette nouvelle est ma préférée. On se rend compte du talent intemporel de ce sacré Isaac, il surprend toujours 55 ans après et la nouvelle n'a pas pris une ride. Que du bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   03 septembre 2014
Il était en train de ramasser des feuilles et des saletés dans un parc, en 1904, quand le jeune Einstein était passé par là, plongé dans ses réflexions. Les pas d'Einstein s'étaient accélérés sous l'impact d'une pensée soudaine. Kane l'avait ressenti comme une décharge électrique.
Mais il ne savait pas comment cela s'était produit. Est-ce qu'une araignée a des notions théoriques d'architecture quand elle se met à construire sa première toile?

(extrait de la nouvelle "Qu'est-ce que ça peut bien faire à une abeille?")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
BazaRBazaR   05 septembre 2014
Lilian Wright (observant la maison des nouveaux voisins): "Je ne sais même pas ce que fait M. Sakkaro"
George Wright: "Pourquoi le saurais-tu? Ce qu'il fait ne regarde vraiment personne.
-- C'est bizarre que je ne l'aie jamais vu se rendre à son travail.
-- Personne ne me voit jamais me rendre à mon travail.
-- Tu restes à la maison pour écrire. Que fait-il "lui"?
-- Je suppose que Mme Sakkaro sait ce que fait M. Sakkaro et qu'elle est absolument bouleversée parce qu'elle ne sait pas ce que je fais "moi".
-- Oh! George.

(tiré de la nouvelle "Pluie, pluie, va-t'en!")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BazaRBazaR   07 septembre 2014
La petite molécule de thiotimoline est extraordinairement sensible aux situations probabilistes du futur. Si vous êtes certains que vous allez ajouter l'eau, elle se dissoudra avant que l'eau ne soit ajoutée. S'il y a, dans votre esprit, le plus léger doute quant à l'éventualité que vous ajoutiez l'eau, la thiotimoline ne se dissoudra pas tant que vous n'aurez pas ajouté l'eau.

(extrait de la nouvelle "Thiotimoline vers les étoiles")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Corboland78Corboland78   06 février 2017
Maintenant, enfin, l’évolution a atteint son apogée. La Terre porte sa puissante population de quinze billions d’êtres humains… - Mais comment ? demanda Cranwitz. Ils vivent dans un unique et immense bâtiment qui occupe toute la surface d’une terre aride, sans plantes ni animaux autour d’eux, en dehors de ce que j’ai ici. Et tout l’océan inhabité est devenu une soupe de plancton ; pas de vie, mais du plancton. Nous le récoltons indéfiniment pour nourrir les gens, et, tout aussi indéfiniment, nous restituons de la matière organique pour nourrir le plancton. – Nous vivons très bien, dit Alvarez. Il n’y a pas de guerre. Il n’y a pas de crimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
KalganKalgan   23 août 2018
Et, après cela, il y eut vraiment la perfection, sur toute la surface de la Terre, pour l'ensemble de ses quinze billions d'habitants, et, sur ses vingt milliards de tonnes de cerveaux humains, il n'y eut (après la disparition de Cranwitz) pas une pensée inquiétante, pas une idée extraordinaire, pour troubler la sérénité universelle, ce qui signifiait qu'on avait enfin atteint le vide exquis de l'uniformité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Videos de Isaac Asimov (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Isaac Asimov, parle de l'informatique, et de l'éducation...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre