AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070463619
832 pages
Éditeur : Gallimard (22/10/2015)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 324 notes)
Résumé :
Grâce à la psychohistoire qu'il a inventée, Hari Seldon prévoit l'effondrement de l'Empire galactique, suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Seule solution pour réduire cette période à mille ans : la Fondation. Mais celle-ci a de nombreux et puissants ennemis...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Kalgan
  30 juin 2018
« Fondation », « Fondation et Empire » et « Seconde Fondation » constituent la trilogie originelle du Cycle de Fondation, le chef-d'oeuvre d'Asimov, une des saga figurant parmi les meilleures séries de science-fiction jamais imaginées. le cycle fut même récompensé par le prix Hugo de la « meilleure série de science-fiction de tous les temps » attribué pour la seule et unique fois en 1966.
Au treizième millénaire l'éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l'avenir. Grâce à elle, il prévoit l'effondrement imminent de l'Empire qui règne sur la Galaxie, suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines.
Ces trois premiers tomes marquent le commencement d'une grande aventure retraçant le futur de l'homme et dont l'histoire sera développée et étendue (avant et après Fondation) dans de nombreuses autres oeuvres: Cycle de l'Empire, Cycle des Robots et innombrables autres nouvelles.
Ces trois premiers recueils sont les textes fondateurs de tout un univers de science-fiction et se démarquent par leur créativité, leur modernité, et un style unique et des enjeux dépassant le cadre de la littérature. Asimov frappe par la crédibilité de ses prédictions, dont la pertinence, près de 70 ans après leur écriture, témoigne du génie de l'auteur.
Le découpage en nouvelles du cycle est une particularité qui lui est propre: les sauts temporels entre chaque partie ne semblent pas laisser au lecteur le temps de s'attacher aux personnages et à l'intrigue. Cependant ces nouvelles s'inscrivent dans une continuité cohérente et se font écho l'une à l'autre, permettant à Asimov d'étayer Fondation sans forcer son écriture. L'envergure de cette oeuvre est immense, autant par sa longueur que son génie.
Asimov prouve qu'il est passé maître dans l'art de la nouvelle longue, la forme de ses débuts, et c'est en elle que transparait tout son talent. Elle oblige à des récits plus restreints, mais plus concis, mieux travaillés, de meilleure qualité. On y découvre une écriture agréable et descriptive. le récit est ponctué de dialogues assez nombreux, et se construit autour de personnages séduisants, au caractère crédible et sincère. le rythme effréné du récit est captivant, et cela grâce à la grande part de suspens et de tension, aux rebondissements et aux péripéties, toujours avec peu d'action (au sens de batailles, combats), privilégiant les dialogues décisifs de l'histoire, autour desquels se jouent les tournants du récit, rapprochant paradoxalement le lecteur de l'action, près des causes mais loin des conséquences. Toujours conclut par des chutes frappantes, caractéristiques des récits d'Asimov. Les décors sont eux saisissant de beauté et la richesse des environnements transporte véritablement le lecteur. Asimov peint un tableau magnifique de son Empire trantorien.
Il cherche une narration plus axée sur une description objective des évènements que sur l'émotion et la poésie qui peuvent ressortir d'une scène. Mais c'est justement la sincérité de la narration qui procure de l'émotion, sans qu'Asimov est besoin de l'expliciter par excès de romantisme. Cette crédibilité de l'histoire et la profonde sincérité des relations entre les personnages arrivent à toucher et émouvoir le lecteur. Ce futur semble tellement probable qu'ont le conçoit comme réalité et c'est ainsi qu'Asimov réussit à nous attacher au récit.
Scientifique de formation (il est docteur en bio-chimie), les récits d'Asimov laissent transparaître la rigueur du scientifique, que ce soit sur le fond ou l'écriture; la crédibilité et la cohérence du récit procurant cette sensation « agréable » à la lecture. le Cycle de Fondation est autant un moyen de prouver le talent du littéraire que celui du scientifique notamment avec l'invention de la psycho-histoire, science géniale, créée de toute pièce pour les besoins du récit.
Mais la réussite du cycle vient d'un tout, du lien qu'Asimov cherche à établir entre ses oeuvres. La forme et le fond se rejoignent sur leur génie, et la vraie force du récit est de réussir à réunir la rigueur scientifique, sublimée par la créativité et l'inventivité de l'écrivain. Asimov créé quasiment un genre, un style, une nouvelle façon d'écrire. Tout ces éléments permettent d'inconsciemment captiver le lecteur, de véritablement le passionner. Il réussit, même après plusieurs tomes, à conserver l'intérêt du lecteur. Asimov a une totale maîtrise sur son récit et sait guider le lecteur vers une apothéose littéraire. L'aspect inexplicable et indicible qui ressort de ses oeuvres en général, empêche de les considérer autrement que comme un tout, plutôt que comme la somme de plusieurs qualités.
« Le tout est plus grand que la somme de ses parties » (Asimov, Cycle de Fondation).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Ambages
  14 décembre 2018
"Par l'espace !" une très belle surprise.
Me voici arrivée au troisième tome sans même m'en être aperçue. Politique, économie à l'échelle des galaxies sur des centaines d'années.
L'idée : un empire s'écroule et pour éviter des millénaires de barbaries, prendre les devants pour que cette étape soit la plus courte possible. Anticipation. Un homme, Seldon, s'y emploie. Et par les sciences, il espère que ses pronostiques seront justes car il ne sera plus là pour voir si ses calculs se révèleront exacts.
Des personnages typés qui ont du charisme, des enjeux bien pensés, des stratégies finement mises au point, un livre en plusieurs tomes qui accroche le lecteur qui se demande comment un cerveau a réussi ce tour de force.

"...il me semble que l'essence même du plan de Seldon était de créer un monde meilleur."
Commenter  J’apprécie          334
LeScribouillard
  17 décembre 2018
Surprenant d'un bout à l'autre. de la SF de grand maître, dure d'accès parfois bien sûr. le tout est de s'accrocher lors du premier tome, "Fondation". C'est là que les neurones doivent commencer à se mettre en branle. Hari Seldon invente une science qui lui permet de déduire l'avenir sur une échelle galactique de plusieurs millénaires, et le moins qu'on puisse dire, c'est que tout n'est pas reluisant. Mais à partir de là, on ne va pas foncer dans le tas de tous les ennemis possibles, on est dans du subtil ! Si vous avez adoré les SES, si vous êtes passionnés par la sociologie et les déductions logiques (il ne faut pas oublier que Asimov a aussi fait dans le polar), c'est LE space opera qu'il vous faut. Alors oui, ça vous semblera décousu : c'est le format fix-up, qu'est-ce que vous voulez ? Il n'empêche, cinq nouvelles assemblées ensemble pour faire un roman qui sont cinq très bonnes nouvelles, ça forme au final un très bon roman. Attention toutefois à les lire dans l'ordre car chacune d'entre elle part des découvertes faites à partir de la précédente.
Les intrigues politiques s'enchaînent donc, avec complexité mais fluidité, jusqu'à ce que le lecteur comprenne qui est le véritable psychohistorien : ce n'est pas Seldon, c'est Asimov ! Déjà dans les années 50 il prédisait le rôle du nucléaire dans nos sociétés (poussé ici à l'excès, il faut l'avouer), mais aussi celui de la religion dans le commerce mondial, la société de consommation et son risque de s'effondrer un jour...
Le seul problème qu'on peut trouver à tout cela est forcément ce qu'on peut reprocher à presque toute la SF intello : beaucoup de théorèmes pour très peu d'action et des personnages sans plus (ce n'est pas pour dire, mais voir quinze fois le même archétype de l'intellectuel froid et sardonique avec simplement une différence de rôle et de nom, je comprends que ça puisse déranger les néophytes). Bien heureusement, tout ça vient s'améliorer dans les deux tomes suivants : avec "Fondation et Empire" et "Seconde Fondation", le cycle nous offre enfin ce qu'il lui manquait, un panel de protagonistes en tous genres avec des caractères différents, du suspense en masse et un univers plus instable que jamais sans cesser d'être réaliste. On pourra reprocher néanmoins quelques avalanches occasionnelles de retournements de situation et de vraies-faux twists qui embrouillent le lecteur et ne peuvent pas fonctionner à tous les coups. Bon, la Seconde Fondation... J'avais deviné où elle se trouvait, même si je me pensais qu'Ebling Mis allait leur donner des coordonnées ce qui aurait du coup été impossible. Pour ce qui est de la nature du Premier Orateur, je n'ai à en prendre qu'à moi et à ma manie de lire la dernière phrase des pavés, mais je peux vous garantir que malgré tout, le plaisir de voir où l'auteur mène sa barque reste (presque) intact.
Et voir comme tout ça reste cohérent a de quoi impressionner ! Surtout pour neuf textes en tout dont l'écriture s'étalait sur plusieurs années et que si j'ai bien compris Isaac Asimov n'avait au départ pas spécialement envie d'écrire. Un seul défaut que j'ai vraiment relevé, c'est que le but de la Fondation est de rétablir le Second Empire, alors que les élections qu'elle organise sont démocratiques... Seldon ne croyait pas à la république à long terme ?
Sinon, bah un bon rythme qui n'est gâché que par quelques explications en trop, un style minimal mais pas pour autant absent (on sent des sacrés passages où l'ironie atteint des sommets - ça mériterait presque d'être étudié !), le tout pour un background peu manichéen, un côté presque noir mais terriblement crédible et des histoires qui font aussi bien dans le mindfuck que dans l'aventure, écoutez, qu'est-ce que je pouvais espérer d'autre d'un bouquin de 800 pages ? C'est une excellente initiative de la part de Folio SF d'avoir fait cette intégrale en 2 tomes, surtout avec ces couvertures de toute beauté... Quel dommage que vu ma PàL je vais devoir attendre 2020 pour pouvoir me procurer la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
scoubs
  29 mai 2018
Je me suis enfin décidé à m'attaquer à ce monument de la science fiction. Ce gros volume regroupe en fait les 3 premiers tomes de la saga et c'est génial. Je le recommande à tous les amoureux du genre.
A ceux qui s'attendent à découvrir une sorte de star-wars retranscrit dans un livre, ne vous y méprenez pas. « Fondation » est une saga qui s'étale sur une période de prés de 1000 ans et qui met surtout l'accent sur les alliances, complots et stratégies. L'originalité de l'oeuvre se trouve dans le fait que le cycle n'est pas constitué d'une seule histoire mais plutôt de plusieurs histoires chronologiques avec à chaque fois de nouveaux personnages et des lieux différents. Fait rare aussi dans la Science fiction : il n'y a pas de place pour les extra-terrestres ou le fantastique.
Ecrit dans les années 50, j'ai été aussi bluffé par l'imagination d'Asimov qui a réussi à prédire certaines technologies apparues il y a quelques années seulement.
Bonne lecture à tous !
Commenter  J’apprécie          140
Tiguidou
  16 septembre 2020
Depuis le temps que je me dis que je devrais cet auteur légendaire de science-fiction je me suis enfin décidé et je ne le regrette pas. Je craignais lire une oeuvre où les créatures bizarres et monstrueuses abonderaient un peu à la Alien mais ce n'est pas ça du tout qui est arrivé. J'ai plutôt eu affaire à un tas d'univers faisant partie d'une même galaxie et habités par des personnages ce qu'il y a de plus humains avec tout ce que ça comporte de traits de caractère et de personnalité. L'intrigue se situe plutôt au niveau de la manipulation des émotions et de la manipulation des masses, de quoi alimenter la paranoïa que nous vivons actuellement. Les différentes planètes entrent en guerre les unes contre les autres à différents intervales mais l'auteur ne se complaît pas dans la descriptions de batailles et de scènes de guerre , il nous décrit plutôt les stratégies et les raisons derrière ces guerres et leur résultat et influence sur le plan Seldon le tout sur une période de 400 ans.
Cette lecture fut fort agréable pour quelqu'un qui comme moi n'est à priori pas très attiré par la s.f. cette découverte m'incite à continuer mon exploration de ce genre de littérature en commençant par la suite du cycle de Fondation. Et même si je ne deviens jamais un mordu de s.f., il est quand même intéressant de varier nos plaisirs et d'ouvrir notre esprit à des choses qu'on ne connaît pas ou mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   15 décembre 2018
La culture artificielle à base de produits chimiques, c'est bien de cela que vous parlez ? Non, pas sur Trantor. Ces cultures hydroponiques dont vous parlez nécessitent une industrie à l'échelle planétaire… notamment, une industrie chimique développée. Et en cas de guerre ou de désastre, quand l'industrie s'effondre, les gens meurent de faim. Et puis on ne peut pas faire pousser artificiellement toutes les denrées. Certaines perdent de leur valeur nutritive. La terre, c'est encore ce qui revient le moins cher… et on peut toujours compter sur elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AmbagesAmbages   14 décembre 2018
Les lois de l'Histoire sont aussi absolues que celles de la physique, et si les probabilités d'erreurs sont plus grandes, c'est uniquement dû au fait que l'Histoire ne prend pas en compte les êtres humains en aussi grand nombre que la physique ne le fait avec les atomes, si bien que les variations individuelles comptent davantage.
Commenter  J’apprécie          170
dzyminsdzymins   17 janvier 2019
Parce que tu t'inquiètes vraiment de ce que pourrait penser l'Esprit Galactique ? Voilà ce que c'est de te laisser livrer à toi-même. Tu as vu souvent Vérisof, je parie.
Il m'a expliqué des tas de choses...
à propos de l'Esprit galactique ?
Oui.
Mais, pauvre innocent, il croit à toutes ces histoires encore moins que moi, et je n'y crois absolument pas. Combien de fois t'ai-je dit que tout cela ne rimait à rien ?
Je sais, je sais. Mais Vérisof...
Je me fiche de Vérisof, ce ne sont que des mots.
[…]
N'empêche que tout le monde y croit. Je veux dire à toute cette histoire à propos du prophète Hari Seldon, de comment il a créé la Fondation pour mettre en pratique ses commandements et pour qu'un jour le monde puisse retrouver le Paradis galactique... Et aussi que quiconque désobéit à ses commandements sera anéanti pour l'éternité. Les gens y croient […]
Les gens, oui, mais pas nous. Et tu peux être heureux qu'ils y croient, car, selon cette doctrine de charlatans, tu es roi de droit divin, et tu es toi-même un demi-dieu. C'est bien pratique. Cela supprime toute possibilités de révolte et t'assure une obéissance absolue en toute circonstance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeScribouillardLeScribouillard   14 décembre 2018
Kalgan était donc, à la satisfaction évidente de sa clientèle, perpétuellement au service des dandys efféminés de la cour impériale et de leurs dames flamboyantes et lascives ; des rudes seigneurs de la guerre qui dirigeaient d'une main de fer les mondes qu'ils avaient conquis par le sang et de leurs hétaïres dévergondées et lubriques ; des hommes d'affaire gras et prospères de la Fondation et de leurs maîtresses luxurieuses et perverses.
Aucune discrimination, car tous étaient abondamment pourvus d'argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AmbagesAmbages   29 décembre 2018
" (…) Cette ultime étincelle de création juvénile, jaillie de son cerveau, a éclairé l'Empire d'une lueur crépusculaire qui faisait vaguement pressentir le soleil levant du Second Empire.
- Jolie phrase. Vous devriez écrire, vous savez ?
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Isaac Asimov (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Montée des populismes, politique spectacle, influence de la technologie sur la pensée… Les grands romans de science-fiction d'Isaac Asimov, George Orwell ou Aldous Huxley rencontrent de nos jours des échos troublants. Comment la science-fiction s'empare-t-elle aujourd'hui du fait politique, à quelques jours des élections américaines et en pleine crise environnementale et sanitaire ?
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre

.. ..