AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Martin (Traducteur)
ISBN : 2290311162
Éditeur : J'ai Lu (27/03/2001)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 200 notes)
Résumé :
Histoire du Futur,
Cycle 03 : Elijah Baley,
Tome 04 : Les robots et l'Empire

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis les événements narrés dans "Les Robots de l'aube". Le docteur Amadiso voue une haine inextinguible à Gladia Gremions pour avoir fait échouer ses plans de domination de la Galaxie. Avec l'aide de Mandamus, un jeune et brillant scientifique, il durcit à nouveau un plan d'éradication de l'Humanité. Pour le contrer, Glad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Kalgan
  24 avril 2018
Quelle fin magnifique ! Asimov ne pouvait pas mieux achever l'une des ses plus grandes oeuvres: le Cycle des Robots. Et pour une fois Asimov peut ajouter les étiquettes « action » et « émotion » à sa palette narrative, au coté de « suspens » et « génie ». Il rend ce final des plus beau non seulement grâce à la construction d'une intrigue à plusieurs niveaux mais aussi avec un récit qui a beaucoup plus de relief que les précédents (nombreux retours en arrière, dialogues parallèles, implication de tous les personnages et un certain aspect sentimental). Il apporte un nouvel angle d'approche à la lecture de ses livres. Il a su se renouveler, dans son écriture, ses intrigues, l'enjeu de son histoire et achève parfaitement le lien entre le Cycle des Robots et le Cycle de Fondation qu'il avait progressivement tisser lors des derniers livres.
Dès les premières lignes du roman, Asimov a le don de nous plonger dans la magie de son monde et de son envoutant univers. Environ 200 ans après la fin du précédent tome « Les Robots de l'Aube », Elijah Baley a depuis longtemps disparut mais Gladia et ses deux fidèles robots Daneel et Giskard sont toujours présents sur Aurora. Mais soudain les évènements vont s'emballer: alors qu'un descendant d'Elijah, le commandant D.G Baley, va convaincre Gladia de se rendre sur Solaria pour éluder la disparition mystérieuse de deux vaisseaux coloniens, le Dr Amadiro qui entretient toujours une haine inconsidérée envers les Terriens, se lie au jeune et brillant scientifique Mandamus afin de mettre en oeuvre un plan machiavélique pour anéantir la Terre. Les deux quêtes sont liées et les trajectoires des personnages tendent inévitablement à se croiser. Daneel et Giskard, conscients du danger, se doivent d'agir mais le peuvent-ils encore?
Derrière ce scénario tout à fait palpitant, c'est l'histoire de l'humanité et la mise en place de l'Empire galactique qui se joue, et Asimov va tout au long du livre définitivement relier le Cycle des Robots avec celui de Fondation: brillamment, il va joindre l'intrigue des deux Cycles en effaçant les dernières zones d'ombres qui empêchaient le lien de se faire.
Mais « Les Robots et l'Empire » est bien un tome du Cycle des Robots et c'est pour cela qu'Asimov place Daneel et Giskard, les deux robots principaux du livre, au centre du récit, éclipsant pratiquement les autres personnages. Il met en scène des dialogues approfondis entre les deux protagonistes, ce qui permet de comprendre que ce sont des entités suffisamment intelligentes, entièrement indépendantes, et assez évoluées pour raisonner d'elles-même. Cela leur permet d'échafauder un plan visant à préserver la paix fragile qui règne entre Spatiens, Coloniens et Terriens et assurer ainsi la pérennité de l'humanité, tout en développant le concept de la Loi Zéro.
Asimov aborde également un aspect toujours présent dans ses autres romans mais moins prononcé: la dimension émotionnelle qui lie certains personnages, notamment avec cet émouvant passage des adieux de Baley à Daneel, non plus considéré comme un robot mais bien comme un humain, un ami. Asimov délivre un grand message d'humanité.
Asimov délivre également un message politique puisqu'il développe une critique et une dénonciation ouverte du facisme et de la montée de partis extrémistes, présents au sein de tous les camps, dépassant les frontières de la Terre pour s'étendre à toute l'humanité comme une gangrène dévastatrice. Symbole de la décadence humaine, l'homme peine à se débarrasser de l'idéologie extrémiste, s'opposant toujours au progrès. Les enjeux politiques n'ont jamais été aussi prononcés et font partie intégrante du récit et sert surtout de passerelle vers le Cycle de Fondation.
Il ne manque donc de rien dans ce livre, Asimov a su développer tous les enjeux imaginables pour alimenter son univers immense qui verra naître l'Empire galactique, et réussi surtout à les condenser dans ce chef-d'oeuvre de science-fiction, avec un style toujours aussi exceptionnel et une écriture si simple mais tellement agréable, subtile et géniale.
Formidable récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
frankgth
  04 novembre 2013
Les années ont passées, Elijah Baley est depuis longtemps disparu et Gladïa continue à mener une vie tranquille et sans saveur sur Aurora. Enfin tranquille jusqu'à ce que débarque un descendant de son ancien ami, un Colonien nommé D.G. Baley (D.G. en hommage à ses 2 robots) et qui va lui demander de quitter son confort pour le bien de leurs peuples.
Il va donc d'abord l'emmener sur sa planète, Solaria, pour y découvrir que les Solariens en ont disparu et y trouver une arme insolite qui va pousser D.G. à retourner au plus vite sur sa planète, Baleyworld. Et c'est là que le destin de Gladïa va basculer...
Avec ce dernier épisode du cycle Elijah Baley, Asimov monte les enjeux et nous conte avec brio une nouvelle histoire qui se focalise moins sur les robots et plus sur l'humanité même si les robots vont avoir une part importante dans les décisions des humains. Il nous expose les tenants et aboutissants avec sa clarté et sa précision habituelle pour cette très belle conclusion que je ne peux que conseiller à tous les amateurs de SF.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Magalitdeslivres
  02 septembre 2015
Cette chronique j'ai eu beaucoup de mal à la rédiger. Isaac Asimov c'est l'auteur qui m'a réconcilié avec la science-fiction (et je ne peux que remercier mon chéri pour cette découverte). Sa simplicité d'écriture, son imagination et sa capacité à vulgariser des concepts scientifiques en font, pour moi, l'un des meilleurs écrivains de science-fiction. Il m'est donc ardu d'écrire quelque chose de neutre ou même de négatif sur un de ses ouvrages.
"Les robots et l'empire" est le dernier tome du "cycle des robots". Personnellement, j'ai lu tous les tomes précédant mais ce livre peut tout aussi bien se lire seul. Isaac Asimov fait suffisamment de rappel pour nous le permettre.
Les événements relatés dans cet ouvrage se déroulent plusieurs siècles après la fin du roman précédant ("Les robots de l'aube"). Toutefois, nous retrouvons des personnages et des robots déjà là dans le tome précédant. Cela génère une impression de continuité, ce que j'ai apprécié. J'ai particulièrement aimé les dialogues entre les robots Daneel et Giskard. Leur point de vue sur l'humanité mais aussi sur les trois lois de la robotique est très intéressant. Isaac Asimov leur donne les premiers rôles allant jusqu'à leur fait jouer un rôle décisif dans l'avenir de l'humanité. J'ai trouvé que les personnages humains étaient bien pâles comparés à eux, qu'ils n'étaient là que pour les mettre en valeur.
Mais pour moi la fonction principale de ce livre est de servir de lien entre le "cycle des robots" et le "cycle de fondation". Entre les deux plusieurs millénaires se sont écoulés et bien des choses ont changé. Grâce à lui on comprend enfin ce qui est arrivé à la Terre, aux mondes Spatiens et aux robots. Petit bémol, j'aurais vraiment aimé que l'auteur prenne le temps de nous expliquer ce qu'était devenu les Solariens. Au début du livre on apprend qu'ils ont disparu de leur planète, planète sur laquelle ils sont de retour dans le « cycle de fondation ». Cela a fait naître des questions auxquelles j'aurais souhaité avoir des réponses.
Je regrette le manque d'action et d'intrigue qui m'ont parfois rendu la lecture pénible. le livre faisant presque 600 pages cela m'a donné l'impression qu'il se traînait en longueur et que certains passages auraient pu être supprimés.
Si vous êtes à la recherche d'un livre avec des intrigues à foison et un rythme soutenu, je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin. Par contre, si vous êtes un inconditionnel d'Isaac Asimov et que vous voulez en apprendre encore d'avantage sur son univers, ce livre est fait pour vous.
Je ne regrette pas de l'avoir lu ce livre car il fait le lien avec le "cycle de fondation" qui reste pour moi ce que j'ai lu de mieux en science-fiction.

Lien : http://magalitdeslivres.e-mo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
bioprof
  22 mars 2015
N'y allons pas par quatre chemins ; ce roman n'est pas indispensable ! En effet, bien que ce livre soit inclus dans le cycle d'Elijah Baley, celui-ci n'est pas « physiquement » présent dans l'histoire car ce dernier est mort et nous sommes donc en la présence de l'un de ses descendants. L'oeuvre de colonisation qu'il avait entrepris a avancé et les humains se sont désormais étendu sur d'autres mondes.
L'un des personnages principaux est donc le descendant d'Elijah Baley à la 7ème génération et s'appelle D.G. (D : Daneel, G : Giskard) Baley, en honneur aux deux robots éponymes qui ont travaillé avec Elijah. Cette fois ci, il n'y a pas de véritable enquête, et c'est là que le bas blesse. Nous suivons Daneel et Giskard qui ont la perception que quelque chose se trame contre la Terre et qui tentent de l'arrêter. le principal suspect est le roboticien spacien Amadiro (déjà rencontré dans le roman précédent), qui, contrairement à son rival Fastolfe, prône une politique anti-terrienne. Amadiro a pris le poste de Directeur de l'institut de robotique d'Aurora et vise celui de président. Les deux robots essayent de comprendre le plan mis en branle et tentent de l'entraver, mais ils sont sans cesse limités par les trois lois de la robotique et doivent donc agir par le biais des autres protagonistes. Nous retrouvons également Gladia Solaria propriétaire de nos deux comparses qui aura elle aussi son rôle à jouer dans cette aventure.
Ce livre permet de faire le lien avec le cycle de Fondation et complète l'oeuvre d'Asimov. On y retrouve la planète Solaria qui joue également un rôle dans le cycle de Fondation. On y découvre également une information qui conduira à la quête menée par les héros des deux derniers tomes du cycle de fondation. Au delà de ça il n'est pas question d'avancer aussi rapidement dans cette ouvrage que dans le précédent : moins de rythme, de suspens ou encore d'intrigue. Difficile de s'éprendre de ce livre. A ne conseiller qu'à ceux qui veulent toujours faire durer un petit peu plus longtemps l'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
idevrieze
  28 avril 2017
Quand Lije Baley te manque, tout est dépeuplé ?
C'est le dernier tome du cycle des robots, la grande saga robotique de Asimov. Et le couple Daneel Baley me manque pendant tout ce tome. Si je me demandais à quoi pouvait ressembler des adieux déchirants entre un homme et un robot, je peux vous dire qu'en lisant ceci j'ai été au bout de ma vie. Je me suis dit qu'un tome sans Lije allait nous manquer, mais il était présent et cela nous a tous rendu triste.
Comme toujours, par contre, Gladia, même si elle montre clairement cette fois ci qu'elle n'est plus qu'une demoiselle en détresse et qu'elle a aussi un cerveau, et bien elle reste la pin up du groupe. Celle qui attire tout un lectorat. Mais elle a été le grand amour de Baley et donc on lui pardonne tout.
La quatrième loi de la robotique ou le grand final.
Je ne vous parlerai pas vraiment de cette loi car sinon cela vous gâcherait tout le livre mais sachez que notre Baley, non content d'avoir régalé nos aventures a discuté avec Daneel juste avant de mourir et qu'il lui a donné matière à réflexion pour énoncer une autre loi de la robotique. Et ceci vous entraine donc dans de grands discussions théologique entre Giskard et Daneel. Et je vous prie de croire que de suivre une discussion entre deux robots est un excellent moyen de s'endormir ?
Non bien entendu, je plaisante. Cela apporte beaucoup de pauses dans ce roman ce qui donne une action clairement en dent de scie. Cela dit, cela donne un roman et une fin de saga extrêmement riche que tout amateur de robot devrait lire. Cette saga n'a pas énormément vieilli à part bien entendu la condition féminine mais ceci est un autre débat

Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
IstergeekIstergeek   02 juin 2014
Mes amis ! Vous êtes tous des descendants de Terriens. Je suis moi-même descendante de Terriens. Il n'existe pas d'être humain, dans aucun des mondes habités - qu'il s'agisse de mondes spatiens, de mondes coloniens ou de la Terre elle-même -, qui ne soit terrien par la naissance ou pas l'ascendance. Toute autre différence s'efface devant ce fait capital. C'est là un fait qui devrait guider toutes nos pensées, toutes nos actions. Je vous remercie tous de me considérer comme une compatriote humaine et de m'accueillir parmi vous sans autre considération de différence de nature, sans autre classification dans laquelle vous auriez pu être tentés de me ranger. De ce fait, et dans l'espoir que viendra bientôt le jour où seize milliards d'êtres humains vivant dans l'amour et la paix, su jugeront uniquement comme tels et rien de plus - ou de moins -, je vous considère non seulement comme des amis mais comme des frères et des soeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KalganKalgan   25 avril 2018
Daneel se leva.
Il se retrouva seul... seul pour veiller sur une Galaxie.
Commenter  J’apprécie          160
dorotheannedorotheanne   27 mai 2013
Ne sous-estimez pas le danger, ne surestimez pas la protection des robots. Vous serez dans une de leurs cités, entourée par des dizaines de millions de ces Terriens, et les robots ne peuvent faire de mal aux humains. En fait, plus un robot est complexe
et plus sensible il se montre aux nuancés des Trois Lois.
Commenter  J’apprécie          20
Anis0206Anis0206   23 mars 2016
Tous les autres mondes sont neufs et superficiels. Seule la Terre est l’humanité dans son essence.
Commenter  J’apprécie          80
Anis0206Anis0206   10 mars 2016
_Il y a des différences. Elijah Baley préférait voir son propre peuple vaincu que la Galaxie inhabitée. Le Dr Amadiro préférerait voir s’affaiblir et la Terre et les Spatiens que l’expansion de la Terre. Le premier espère le triomphe des uns ou des autres, le second souhaite que ni les uns ni les autres ne l’emportent. Ne devons-nous pas choisir le premier, ami Giskard ?
_Oui, ami Daneel.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Isaac Asimov (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
À occasion de la troisième édition du festival Québec en toutes lettres Jean-François Chassay parle de l'auteur Isaac Asimov.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre
. .