AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le cycle des robots tome 6 sur 10

Jean-Paul Martin (Traducteur)
EAN : 9782290311165
567 pages
J'ai lu (27/03/2001)
4.33/5   518 notes
Résumé :
Plusieurs décennies se sont écoulées depuis les événements narrés dans "Les Robots de l'aube". Le docteur Amadiso voue une haine inextinguible à Gladia Gremions pour avoir fait échouer ses plans de domination de la Galaxie. Avec l'aide de Mandamus, un jeune et brillant scientifique, il durcit à nouveau un plan d'éradication de l'Humanité. Pour le contrer, Gladia est toujours assisté de Daneel, le robot humaniforme, et de Giskard, l'androïde télépathe, aux aptitudes ... >Voir plus
Que lire après Le cycle des robots, tome 6 : Les robots et l'EmpireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
4,33

sur 518 notes
5
21 avis
4
8 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
Les robots et l'empire clos le cycle des robots. Mais il clos surtout le cycle Elijah Bailey qui avait démarré dans les cavernes d'acier. Trois polars de Sf et ici, dans ce quatrième tome, un récit d'aventure mâtiné, comme toujours chez Asimov, de politique, de philosophie et de science. Je sais qu'en disant quatrième tome, je peux surprendre les puristes mais je maintiens que si vous êtes néophyte en science-fiction et néophyte en Isaac Asimov, la meilleure entrée de ces deux univers reste les cavernes d'acier, suivi de face aux feux du soleil et des robots de l'aube pour terminer le cycle par les robots et l'empire.
Ensuite, mais c'est facultatif, on peut se lancer dans la lecture des nouvelles (les robots et un défilé de robots), mais elles n'apportent rien à la compréhension globale de l'oeuvre du maître. Autant poursuivre avec le cycle de Trantor ou même de suite avec celui de Fondation (dans l'ordre de rédaction).
Dans les robots et l'empire, 200 ans se sont écoulés depuis les événements des robots de l'aube. Elijah Bailey est mort, mais il hante nombre de passages de ce roman et son descendant est l'un des protagonistes principaux.
Les terriens ont colonisée d'autres mondes (et sont devenus les coloniens). Les spatiens, issus de la première vague de colonisation des milliers d'années avant et qui dominaient l'espace jusque là) sont partagés entre une position de laissez-faire et une volonté guerrière. Sur Aurora, la principale planète spatienne (lieu de l'intrigue des robots de l'aube), le docteur Amadiro, un des principaux leaders politiques, extrémiste raciste et agressif, souhaite mettre fin à cette expansion et ourdit un complot pour détruire la Terre (lieu d'action des cavernes d'acier).
Pendant ce temps, sur Solaria, une autre planète spatienne, (lieu de l'intrigue de face aux feux du soleil), la population humaine a disparu du jour au lendemain, sans qu'aucune explication ne soit vraisemblable.
Daneel et Giskard, les deux robots et Gladia, leur maîtresse, vont être embarqués dans une série de péripéties autour de ces deux trames narratives, auxquelles, on peut en rajouter une troisième, la volonté d'Isaac Asimov de relier son cycle à celui de Trantor (et notamment du roman Cailloux dans le ciel qui se passe sur Terre des milliers d'années plus tard) et de Fondation (l'effondrement de l'empire galactique qui aura lieu une dizaine de milliers d'années plus tard).
Le style d'Asimov est toujours aussi vif, alerte et rythmé par de nombreux dialogues. Ce sont, comme souvent chez lui, ces dialogues qui font avancer l'action, car, c'est une constante de l'auteur, les personnages, qu'ils soient animés de bonnes ou de mauvaises intentions, sont toujours intelligents. Les discussions sur la politique, l'avenir et la définition de l'humanité, le rôle de la Terre, etc. sont passionnantes et ne sont jamais lourdes car elles font parti intégrantes de l'intrigue qui se lit à la vitesse de l'éclair.
Les personnages principaux sont les deux robots. Ce sont eux qui font avancer l'intrigue et, de façon paradoxale, ce sont eux, leur interaction, et leurs souvenirs qui apportent à ce roman une dimension sentimentale et nostalgique intéressante. Les adieux entre Daneel et Bailey sont un des moments forts du livre, mais les adieux du lecteur avec les robots en toute fin d'ouvrage l'est tout autant.
Si vous souhaitez vous lancer dans une vraie oeuvre SF, intelligente, bien écrite, abordable pour un néophyte, compréhensible, humaine, ne cherchez pas plus loin, prenez les cavernes d'acier et lisez les quatre livres de ce cycle admirable.
Commenter  J’apprécie          410
Et voilà, avec ce sixième tome intitulé « Les robots et l'empire » se clôt le cycle des Robots du talentueux Isaac Asimov.
J'avais il y a quelques mois débuté ma découverte de cet auteur en lisant quelques tomes du cycle de Fondation. Puis, suivant les conseils avisés de certains Babelionnautes (encore merci à eux, j'espère qu'ils se reconnaîtront), j'ai fait une petite pause dans la lecture de cette saga pour me lancer dans celle des Robots.
Je dois reconnaître que la sauce n'a pas pris plus que cela lors de la lecture des premiers tomes qui se déclinent sous forme de nouvelles. Cependant, avec l'arrivée d'Elijah Bailey et surtout celle de R. Daneel Olivaw, la série a pris pour moi un virage différent. C'est vraiment à partir des « cavernes d'acier « (c'est-à-dire le tome trois de cette série) que je me suis mise à apprécier pleinement ce cycle, incontournable selon moi dans l'oeuvre d'Asimov.
Dans ce dernier tome, bien des années ont passé, et si j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir les deux robots R. Daneel Olivaw et Giskar ainsi que Gladia, l'ancienne Solarienne devenue résidente à Aurora.
Même si Elijah n'est plus la, son ombre plane et un de ses descendants va d'ailleurs croiser la route de Gladia.
J'ai beaucoup aimé ce tome, les liens avec le cycle de Fondation sont bien présents et vont permettre une meilleure compréhension de cette saga. Beaucoup de thématiques sont abordées, et ces robots si humains (je parle de Giskar et de Daneel) sont vraiment très touchants.


Challenge Pavés 2022
Challenge Mauvais Genres 2022
Challenge ABC 2002/2023
Commenter  J’apprécie          360
Vraiment excellent !

« Les Robots et l'Empire » constitue le 6ème et dernier tome du cycle des Robots d'Isaac Asimov qui clôture magnifiquement ce cycle.

Deux siècles se sont écoulés depuis la résolution de l'enquête par Elijah Baley sur Aurora (c'était le sujet du tome 5 : Les Robots de l'Aube). Bien sûr, Elijah Baley n'est plus de ce monde, mais on retrouve avec plaisir miss Gladia, toujours bien entourée de ses deux robots Daneel et Giskard.

Grâce à Baley et au Dr Fastolfe, les Terriens ont pu explorer l'espace et commencer à coloniser différents mondes. Cela plonge le Dr Amadiro dans une haine profonde envers Baley et tous ceux qui étaient plus ou moins proche de lui, dont miss Gladia évidemment. Les spatiens n'évoluent pas aussi rapidement que ces nouveaux coloniens, et même s'ils demeurent encore en avance sur ces derniers du point de vue technologique, Amadiro voit bien que cela ne durera pas. Alors, avec l'aide du jeune scientifique Mandamus, ils élaborent un stratagème pour demeurer les plus puissants. Heureusement, les robots Daneel et Giskard se doutent de quelque chose et vont tout mettre en oeuvre pour découvrir et contrer la menace…

Si j'ai été triste au début de ne plus suivre Baley, j'ai vite apprécié de suivre le duo Daneel/Giskard qui sont vraiment les héros de cet opus. Ils gagnent une dimension supplémentaire ici, par la nature de leurs échanges qui sont de plus en plus humanisés. Certes, à certains moments, je me suis dit : bah, Asimov pousse un peu beaucoup les capacités de réflexions de nos deux robots. Mais en vérité, ça marche quand même, la pilule est passée facilement tant c'était captivant.

Et cette loi zéro… Asimov est génial. Il arrive à la fois à m'enthousiasmer pour cette évolution de nos robots, mais à m'inquiéter aussi.

Beaucoup de rebondissements, j'ai été accrochée tout au long de ma lecture par les coups de théâtre et revirements de situation… jusqu'à la dernière page.

Ce cycle à présent terminé, ma prochaine lecture d'Asimov sera « Prélude à Fondation ».

Challenge duo d'auteurs SFFF 2021 : Isaac Asimov - Guy Gavriel Kay
Commenter  J’apprécie          3113
Quelle fin magnifique ! Asimov ne pouvait pas mieux achever l'une des ses plus grandes oeuvres: le Cycle des Robots. Et pour une fois Asimov peut ajouter les étiquettes « action » et « émotion » à sa palette narrative, au coté de « suspens » et « génie ». Il rend ce final des plus beau non seulement grâce à la construction d'une intrigue à plusieurs niveaux mais aussi avec un récit qui a beaucoup plus de relief que les précédents (nombreux retours en arrière, dialogues parallèles, implication de tous les personnages et un certain aspect sentimental). Il apporte un nouvel angle d'approche à la lecture de ses livres. Il a su se renouveler, dans son écriture, ses intrigues, l'enjeu de son histoire et achève parfaitement le lien entre le Cycle des Robots et le Cycle de Fondation qu'il avait progressivement tisser lors des derniers livres.

Dès les premières lignes du roman, Asimov a le don de nous plonger dans la magie de son monde et de son envoutant univers. Environ 200 ans après la fin du précédent tome « Les Robots de l'Aube », Elijah Baley a depuis longtemps disparut mais Gladia et ses deux fidèles robots Daneel et Giskard sont toujours présents sur Aurora. Mais soudain les évènements vont s'emballer: alors qu'un descendant d'Elijah, le commandant D.G Baley, va convaincre Gladia de se rendre sur Solaria pour éluder la disparition mystérieuse de deux vaisseaux coloniens, le Dr Amadiro qui entretient toujours une haine inconsidérée envers les Terriens, se lie au jeune et brillant scientifique Mandamus afin de mettre en oeuvre un plan machiavélique pour anéantir la Terre. Les deux quêtes sont liées et les trajectoires des personnages tendent inévitablement à se croiser. Daneel et Giskard, conscients du danger, se doivent d'agir mais le peuvent-ils encore?

Derrière ce scénario tout à fait palpitant, c'est l'histoire de l'humanité et la mise en place de l'Empire galactique qui se joue, et Asimov va tout au long du livre définitivement relier le Cycle des Robots avec celui de Fondation: brillamment, il va joindre l'intrigue des deux Cycles en effaçant les dernières zones d'ombres qui empêchaient le lien de se faire.

Mais « Les Robots et l'Empire » est bien un tome du Cycle des Robots et c'est pour cela qu'Asimov place Daneel et Giskard, les deux robots principaux du livre, au centre du récit, éclipsant pratiquement les autres personnages. Il met en scène des dialogues approfondis entre les deux protagonistes, ce qui permet de comprendre que ce sont des entités suffisamment intelligentes, entièrement indépendantes, et assez évoluées pour raisonner d'elles-même. Cela leur permet d'échafauder un plan visant à préserver la paix fragile qui règne entre Spatiens, Coloniens et Terriens et assurer ainsi la pérennité de l'humanité, tout en développant le concept de la Loi Zéro.

Asimov aborde également un aspect toujours présent dans ses autres romans mais moins prononcé: la dimension émotionnelle qui lie certains personnages, notamment avec cet émouvant passage des adieux de Baley à Daneel, non plus considéré comme un robot mais bien comme un humain, un ami. Asimov délivre un grand message d'humanité.

Asimov délivre également un message politique puisqu'il développe une critique et une dénonciation ouverte du facisme et de la montée de partis extrémistes, présents au sein de tous les camps, dépassant les frontières de la Terre pour s'étendre à toute l'humanité comme une gangrène dévastatrice. Symbole de la décadence humaine, l'homme peine à se débarrasser de l'idéologie extrémiste, s'opposant toujours au progrès. Les enjeux politiques n'ont jamais été aussi prononcés et font partie intégrante du récit et sert surtout de passerelle vers le Cycle de Fondation.

Il ne manque donc de rien dans ce livre, Asimov a su développer tous les enjeux imaginables pour alimenter son univers immense qui verra naître l'Empire galactique, et réussi surtout à les condenser dans ce chef-d'oeuvre de science-fiction, avec un style toujours aussi exceptionnel et une écriture si simple mais tellement agréable, subtile et géniale.
Formidable récit.
Commenter  J’apprécie          192
C'est fou comme mon intérêt est monté au fur et à mesure de la lecture de ce cycle pour finir avec un petit vide en refermant ce tome, une tristesse à l'idée de quitter définitivement ce monde et les personnages. Je sais que l'on recroise Daneel dans Fondation à un moment cependant ( il va falloir que je relise ce cycle).
Dans ce tome on suit Gladia, Daneel et Giskard à travers la galaxie car ils se rendent sur plusieurs planètes : Gladia pour aider des coloniens et les deux robots qui, à ses côtés, vont oeuvrer dans l'ombre pour déjouer un complot. Pour mon plus grand bonheur, il y a plusieurs passages qui évoquent des souvenirs avec Elijah Baley, on apprend pas mal de choses sur sa fin et son héritage puisque l'intrigue se déroule deux cents ans après sa mort.
Je ne veux pas trop en dévoiler sur l'intrigue mais il est ici question de la rivalité terriens/ spatiens qui prend de l'ampleur. L'enquête des robots est prenante, va se heurter aux trois lois de la robotique pour réussir habilement à la contourner....ou pas !
Un cycle que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir.
Challenge mauvais genres 2022
Challenge les aventuriers des séries
Challenge pavés 2022
Commenter  J’apprécie          202

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Mes amis ! Vous êtes tous des descendants de Terriens. Je suis moi-même descendante de Terriens. Il n'existe pas d'être humain, dans aucun des mondes habités - qu'il s'agisse de mondes spatiens, de mondes coloniens ou de la Terre elle-même -, qui ne soit terrien par la naissance ou pas l'ascendance. Toute autre différence s'efface devant ce fait capital. C'est là un fait qui devrait guider toutes nos pensées, toutes nos actions. Je vous remercie tous de me considérer comme une compatriote humaine et de m'accueillir parmi vous sans autre considération de différence de nature, sans autre classification dans laquelle vous auriez pu être tentés de me ranger. De ce fait, et dans l'espoir que viendra bientôt le jour où seize milliards d'êtres humains vivant dans l'amour et la paix, su jugeront uniquement comme tels et rien de plus - ou de moins -, je vous considère non seulement comme des amis mais comme des frères et des soeurs.
Commenter  J’apprécie          50
-Vous questionnez les robots, dit-il, moi je me charge des humains.
-Notamment des femmes, je suppose.
-Je ne voudrais pas me vanter, mais...
-C'est un sujet sur lequel je n'ai jamais vu un homme qui ne se vantait pas.
Commenter  J’apprécie          141
- Es-tu heureux de revoir Elijah Bailey ?
- Je ne sais pas, madame Gladia, comment décrire au mieux ce que je ressens intérieurement. Peut-être s’agit-il de quelque chose d’analogue à ce que les humains appellent être heureux.
- Mais tu dois ressentir quelque chose.
- J’ai l’impression de pouvoir prendre des décisions plus rapidement que d’habitude, mes réponses semblent arriver plus facilement, mes mouvements paraissent requérir moins d’énergie. Plus généralement, je pourrais interpréter cela comme une sensation de bien-être. Du moins ai-je entendu les humains utiliser ce mot et j’ai le sentiment qu’on l’utilise pour décrire quelque chose de bien proche des sensations que je ressens actuellement. (p. 51)
Commenter  J’apprécie          30
C’était le Soleil originel, l’étoile dont la lumière tombait sur une planète qui était la seule planète où existaient des êtres humains. Il a brillé sur une planète où les êtres humains évoluaient lentement, sur une planète où la vie est née il y a des milliards d’années, une vie qui allait se développer pour donner des êtres humains. Il existe trois cents milliards d’étoiles dans la Galaxie et cent milliards de Galaxies dans l’Univers et une seule parmi toutes ces étoiles a présidé à la naissance de l’homme et c’est là cette étoile.
Commenter  J’apprécie          40
Il est certainement préférable que celui qui était immoral apprenne la morale dans l’adversité plutôt que celui qui était moral oublie sa morale dans la prospérité.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Isaac Asimov (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Dans ce second et dernier volume dédié à l'histoire romaine, l'immense Isaac Asimov emmène ses lecteurs à travers les quatre siècles durant lesquels Rome assura son hégémonie sur le monde occidental, apportant la paix à une centaine de millions de personnes, tout en développant deux des plus conséquents héritages de l'Antiquité : le droit et le christianisme.
Se plaçant en chroniqueur lucide, Asimov, au moyen d'anecdotes savoureuses et d'apartés, relie la grande histoire, celle des batailles et des empereurs, à la « petite », celle du quotidien et des masses anonymes. Les caractères de ces hommes et les événements qu'ils ont façonnés sont présentés avec lucidité, de même que les problèmes qu'ils durent résoudre pour rester au pouvoir ou conserver le prestige de l'empire.
Vidéo réalisée par Benjamin van Blancke à partir des illustrations du livre.
Disponible en librairie. Pour en savoir plus sur cet ouvrage, écouter un extrait audio ou feuilleter des bonnes pages : https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251455679/l-empire-romain
_________________________________
Abonnez-vous à notre newsletter et suivez l'actualité de notre maison d'édition : http://bit.ly/453h7FD Les Belles Lettres sur Facebook : https://www.facebook.com/LesBellesLettres Les Belles Lettres sur Twitter/X : https://twitter.com/belleslettresed Les Belles Lettres sur Instagram : https://www.instagram.com/lesbelleslettreseditions/ Les Belles Lettres sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/editions-les-belles-lettres
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (1654) Voir plus



Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
130 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..