AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207250266
217 pages
Éditeur : Denoël (26/10/1999)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Lagash est une extraordinaire planète dont les habitants ne voient jamais la nuit puisque leur système solaire est composé de six soleils. Or, voici venir une tragédie terrifiante : le crépuscule tombe sur Lagash. Des six soleils, il ne reste que Beta à briller, lequel commence lui-même à faiblir singulièrement. Dans quelques heures, les ténèbres viendront, et avec elles la fin de la planète, prétendent les savants. Mais pourquoi les habitants de Lagash ne supporter... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Kalgan
  14 mai 2018
Les quatre nouvelles de ce recueil laissent transparaître dans toute sa simplicité, l'inventivité et l'imagination débordante d'un Asimov encore jeune, qui introduit, pour notre plus grand plaisir, chaque nouvelle par une anecdote sur les raisons, le déroulement et le contexte de leur écriture.
On y retrouve la plume d'un futur grand de la science-fiction, dans un style très marqué par le scientifique qu'il est, chacun des scénarios tournant autour de la science.
Asimov frappe par l'inventivité de ses histoires, construites dans un récit simple et direct. Il recherche ici la création et le divertissement littéraire dans son plus pur état, sans s'encombrer du style ou d'une dimension dénonciatrice comme il le fera dans beaucoup de ses oeuvres plus tard.
La nouvelle « Quand les ténèbres viendront » qui donne son nom au recueil est celle qui a fait connaître Asimov du grand public alors qu'il n'a que 21 ans. Il s'étonne d'ailleurs de son succès, car malgré le génie du scénario, de la tension qui y règne tout le long, et de la beauté des décors, les trois autres nouvelles du recueil sont toutes aussi géniales. Mais c'est sûrement la plus touchante, par l'émotion que nous transmet ses personnages, et par sa capacité à toucher et émouvoir le lecteur.
Ces quatre nouvelles offrent un grand plaisir et une grande satisfaction à être lues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
lecassin
  31 janvier 2014
« Quand les ténèbres viendront », un recueil de quatre nouvelles publiées par Isaac Asimov en 1941 pour la première et entre 1950 et 1951, pour les suivantes :
· « Quand les ténèbres viendront », la nouvelle qui fit connaître Isaac Asimov en 1941 : la planète Lagash possède six soleils, aussi ses habitants sont-ils habitués à une lumière perpétuelle dont l'intensité est plus ou moins grande selon le nombre de soleils visibles…Qu'adviendra-t-il quand son unique lune viendra éclipser le seul de ses six soleils présent ce jour là ?
· « Taches vertes » : des créatures extraterrestres douées de raison persuadées de leur supériorité sur les Terriens tentent une mutation génétique à l'encontre de ceux-ci, pour leur bien, et contre leur volonté ; mais n'ont-ils pas commis une erreur ?
· « Hôtesse » : sur Hawkins, comme c'est le cas également pour toutes les autres civilisations extraterrestres, la mort naturelle est inconnue. Chacun décide en pleine conscience que ça suffit et disparaît…Or Mark Tholan de la planète Hawkins est sur terre pour enquêter sur un étrange « mal de langueur » qui atteint tous ceux de sa planète qui reviennent de la Terre…
· « Y a-t-il un homme en incubation... ? », connue également sous le titre « Gestation » : le Docteur Ralson, de la Commission de l'Énergie Atomique éprouve l'irrépressible besoin de se suicider, poussé dit-il par une force supérieure, une force qui semble contrôler l'humanité…
Un recueil que pour ma part j'ai lu il y a bien longtemps, dans ma période de « découverte » du genre « Science fiction », mais qui comme la plupart du temps avec Isaac Asimov m'a laissé sur ma faim… Toujours ce sentiment de littérature un peu simpliste. Pleine de bons sentiments, certes, mais à mes yeux un peu cucul…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cyan
  05 juillet 2019
Ce livre est un recueil de 20 nouvelles SF écrites entre 1941 et 1968, rassemblées et présentées par l'auteur dans l'ordre chronologique.
D'après ce que dit Asimov dans l'introduction de Quand les Ténèbres viendront, il semble que beaucoup considèrent que c'est sa meilleure nouvelle et c'est apparemment la raison pour laquelle c'est celle qui donne son titre au recueil. J'avoue que c'est loin d'être celle que j'ai préférée, plusieurs autres m'ont paru bien plus intéressantes ou plus intelligentes.
Dans certaines, c'est la chute qui fait tout l'intérêt de la nouvelle et, dans ce cas, les plus courtes sont les meilleures selon moi. Mais il n'y a pas de règle: j'ai aimé certaines nouvelles pour leurs thèmes, d'autres (plus rares) pour leurs personnages, d'autres pour la façon dont le sujet était abordé. D'autres m'ont laissée indifférente ou m'ont un peu ennuyée. Dans l'ensemble, toutes présentaient de l'intérêt sur un aspect ou un autre.
Mon problème, c'est que j'y ai trouvé mon compte « intellectuellement », dans le sens où ma lecture a toujours été intéressante, mais qu'à aucun moment je ne me suis réellement sentie impliquée émotionnellement. le format nouvelle y est pour beaucoup: c'est trop court et donc je n'ai pas le temps de m'attacher aux personnages ou de me sentir embarquée dans la situation décrite. D'autre part, l'auteur n'aborde que peu de ces intrigues par leur biais émotionnel. Les personnages sont les rouages des histoires et les histoires ne servent pas les personnages.
Une lecture d'autant plus intéressante qu'elle montre où certains auteurs/scénaristes plus récents ont trouvé l'inspiration, mais qui ne m'a pas réellement embarquée, donc. Un bon point d'entrée pour découvrir l'auteur si ses romans les plus connus vous font peur.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Philemont
  30 septembre 2015
Quand les ténèbres viendront correspond strictement au recueil original d'Isaac ASIMOV Nightfall and Other Stories publié en 1969 aux Etats-Unis. En France, il était jusqu'alors découpé en trois volumes (Quand les ténèbres viendront, L'amour, vous connaissez ? et Jusqu'à la quatrième génération), et présentait un ordonnancement des nouvelles légèrement différent. Pour le reste rien n'a été modifié, notamment la traduction de Simone HILLING.
On y trouve donc 20 nouvelles offrant un panorama complet de la science fiction vue par Isaac ASIMOV. Elle s'inscrit souvent dans le cadre du space opera, où l'auteur américain se penche volontiers sur les hommes face à l'inconnu (Quand les ténèbres viendront...), ou encore sur leurs relations avec d'autres formes de vie extraterrestre (Hôtesse). Un autre de ses thèmes de prédilection touche au progrès technologique et ses conséquences sur les modes de vie humain (Sally). ASIMOV peut aussi aborder des sujets politiques (En une juste cause), ou tout simplement fantastiques, un peu à la façon de Richard MATHESON (Et si...).
Ce qui caractérise tous ces textes c'est la logique du propos, il est vrai parfois au détriment du développement des caractères. Mais c'est aussi l'humour d'Isaac ASIMOV, omniprésent, tant dans les textes eux-mêmes, que dans les présentations de chacun d'entre eux, lesquelles resituent leur genèse et le contexte de leur première publication à grand renfort d'anecdotes. Ces petits billets sont une habitude chez ASIMOV et sont tout simplement passionnants, parfois plus que la nouvelle elle-même. Cela rend d'ailleurs le recueil inégal mais l'ensemble est ma foi fort sympathique.
Lien : http://philemont.over-blog.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hellrick
  28 avril 2020
La longue nouvelle qui donne son titre à ce recueil, écrite en 1941, reste une des plus connues et célébrées de la science-fiction, souvent considérée comme la meilleure d'Asimov et même une des 2 ou 3 meilleures nouvelles de SF de tous les temps. Inutile donc de s'appesantir sur cette exceptionnelle réussite d'une très grande originalité thématique et qui se déploie jusqu'à sa chute vertigineuse. Ceux qui l'on déjà lu dans une des nombreuses publications l'ayant republiée la relirons avec plaisir, ceux qui ne la connaissent pas vont découvrir un joyau de la science-fiction.
« Les taches vertes », au sujet d'une race extra-terrestre parasitaire, s'avère plus classique mais reste une belle réussite, agréable et rythmée jusqu'à sa conclusion.
« Hôtesse » se montre également très originale avec cette rencontre entre deux terriens et un émissaire extraterrestre venu se renseigner sur les particularités de l'Humanité tandis que toutes les autres espèces intelligentes connues développent une « mort par inhibition » qui, lorsqu'elle se déclenche, les tue en une année. Mais la résistance des Humains au phénomène a une explication qui pourrait conduire à un conflit galactique.
Soucieux de traiter de l'énergie atomique dont on venait de mesurer le potentiel destructeur, « Y a-t-il un homme en incubation… » s'intéresse à la problématique de l'attaque et la défense, les deux devant fatalement s'équilibrer pour maintenir un équilibre guerrier acceptable…avec la découverte de la bombe atomique il importe donc de finaliser un champ de force atomique capable de s'en protéger.
Une courte nouvelle (« Taches vertes ») et trois novellas d'environ soixante pages forment donc un excellent recueil de 220 pages de haute qualité. Quatre textes qui datent des années 40 au début des années 5O et qui, globalement, non pas pris une ride. Bonne pioche pour les fans du Docteur Isaac !

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
JacquesTimmermansJacquesTimmermans   12 juillet 2020
— Et comment avoir de la lumière ? — Je ne sais pas, dit carrément Theremon. — Quelle est la seule façon d'obtenir de la lumière, sinon par le soleil ? — Comment le saurais-je ? Ils étaient debout, face à face, nez à nez. Sheerin dit : — En brûlant quelque chose, cher monsieur. Vous avez déjà vu un incendie de forêt? Vous avez déjà campé et fait la cuisine sur un feu de bois ? Le bois qui brûle ne donne pas seulement de la chaleur, voyez-vous. Il donne de la lumière, et les gens le savent. Et quand il fera nuit, ils voudront de la lumière, et ils en auront. — Alors, ils brûleront du bois ? — Ils brûleront ce qu'ils trouveront. Il leur faut de la lumière. Il faudra qu'ils brûlent quelque chose, et s'ils n'ont pas de bois sous la main — alors, ils brûleront n'importe quoi. II la leur faudra, leur lumière — et tous les centres d'habitation seront en flammes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KalganKalgan   15 mai 2018
Le projecteur marche; je le savais. J'ai rempli mon contrat. Vous l'avez, et vous n'avez plus besoin de moi. Alors, je m'en vais. Ne vous inquiétez plus au sujet de la race humaine, doc. Vous aviez raison. Ils nous élèvent depuis trop longtemps; ils ont pris trop de risques. Nous sommes sortis du milieu de culture et ils ne pourront plus nous arrêter. Je le sais. C'est tout ce que je peut dire. Je sais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
KalganKalgan   15 mai 2018
- Toute la vie sur la Planète de Saybrook ne constitue qu'un seul organisme. En un certain sens, la vie sur Terre aussi, mais c'est une interdépendance basée sur la lutte, une interdépendance où tout s'entre-dévore. (...)
Sur la planète de Saybrook, tout organisme a sa place bien définie, comme chaque cellule de notre organisme. Les bactéries et les plantes produisent de la nourriture, et ce qui est en excès sert à nourrir les animaux, qui produisent à leur tour de l'acide carbonique et de l'azote sous forme de déchets résiduels. Il n'est produit que ce qui est nécessaire, ni plus ni moins. L'ordre naturel est intelligemment modifié suivant les conditions environnantes. Aucune espèce ne se reproduit plus ou moins qu'il est nécessaire, comme les cellules de notre cessent de se diviser quand elles sont assez nombreuses pour un but donné. Quand elles continuent de multiplier indéfiniment, nous appelons ça le cancer. Et c'est bien ce qu'est la vie sur la Terre, c'est la définition exacte de notre organisation naturelle, comparée à celle de la Planète de Saybrook. Un cancer géant. Toutes les espèces, tous les individus font de leur mieux pour prospérer aux dépens de toutes les autres espèces et de tous les autres individus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KalganKalgan   14 mai 2018
"Si les étoiles devaient briller une seule nuit au cours d'un millénaire, comment les hommes pourraient-ils croire et adorer, et conserver pendant des générations le souvenir de la Cité de Dieu?"
EMERSON
Commenter  J’apprécie          100
lecassinlecassin   31 janvier 2014
C'était une chose terriblement douloureuse et contre nature que d'être séparé du reste de l'organisme unifié. Comment ces étrangers pouvaient supporter de n'être que des fragments de vie.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Isaac Asimov (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Isaac Asimov, parle de l'informatique, et de l'éducation...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre