AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Emmanuèle Sandron (Traducteur)Marie Belina-Podgaetsky (Traducteur)
EAN : 9782226190895
317 pages
Éditeur : Albin Michel (04/03/2009)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Dans un jardin de la banlieue huppée de Bruges, une petite fille découvre un squelette. Des années auparavant, la maison abritait un bordel de luxe, le Love, fréquenté par les notables de la région.
Ballets roses, réseaux de prostitution, corruption, collusion avec les plus hautes sphères du pouvoir… certains mettront tout en œuvre pour faire échouer l’enquête du peu diplomate commissaire Van In, de son adjoint, le perspicace Versavel, et de la séduisante et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
filippo
  21 mai 2017
Nous sommes toujours à Bruges et le commissaire van In va de nouveau être confronté à un problème pour le moins délicat. Il met presque tous les notables de la ville en cause à commencer par un très gros promoteur immobilier, un avocat, un médecin, un contrôleur des contributions mais aussi, et pas le moindre, le Ministre des Affaires Etrangères en poste.
Nous retrouverons également aussi la belle Hannelore, épouse du commissaire et bien enceinte. Entre eux ce sera la lutte à celui qui fera le mieux son régime. le commissaire grâce à Hannelore a perdu une bonne quinzaine de kilos et ses poignées d'amour. Mais les tentations sont grandes ! Surtout avec la fameuse Duvel. Quant à Hannelore c'est la cigarette qu'elle doit supprimer et c'est aussi dur, dur !...
Cette affaire sera pour le moins compliquée car elle débute par un cadavre découvert enterré dans un jardin. Rien ne permet de l'identifier et je peux vous dire qu'ils vont ramer...
Je ferai toujours la remarque que l'écriture n'est pas exceptionnelle mais nous sommes emportés par les personnages et l'affaire elle-même. Je me suis attaché à van Inn et à Hannelore.
Inutile de vous dire que tout cela reste très Belge dans l'esprit. On passe un bon moment et l'ambition n'est pas d'en faire plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Sharon
  06 septembre 2013
Autant j'avais été déçue par Chaos sur Bruges, autant j'ai apprécié ce roman. J'émets toutefois une réserve : Hannelore a beau être substitut du procureur, elle s'alcoolise à plusieurs reprises bien qu'elle soit enceinte, en espérant que le bébé ait les gènes de son père. Que son médecin lui prescrive une amniocentèse pour la rassurer, soit, qu'il l'avertisse des dangers de l'alcool sur un foetus, même normal, serait bien également. Maintenant que ce reproche est posé, je reviens au roman proprement dit.
Cette enquête est un tourbillon qui met à jour ce qu'il y a de pire chez l'homme – les femmes sont peu nombreuses, et victimes à des degrés divers de la brutalité des hommes. le pire est sans doute l'absence complète de sentiment de culpabilité chez les bourreaux. Bien sûr, l'on a coutume de dire que ce qui se passe entre adultes consentants ne regarde personne. van In lui-même en convient, lui qui ne comprend pas toujours son subordonné, très gay, tout en se montrant son ami en toutes circonstances.
C'est une vision très sombre de la Belgique que donne Aspe. L'affaire Julie et Mélissa est dans tous les esprits, et ne permet plus, du moins on peut l'espérer, à des affaires de pédophilie d'être étouffées, si puissants que fussent les coupables présumés. Les excès des policiers sont aussi pointés du doigt. Les méthodes de van In sont cependant plus douces que celles de Brant. La police est d'ailleurs composée de membres surprenants, il faut se méfier des apparences. Il faut aussi se méfier des rêves – le terrain est souvent bien différent.
Un dernier point : l'éducation des enfants, très libérale, hérisse van In au plus haut point – moi aussi. Les excès en tout genre ne sont pas bons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
frconstant
  30 janvier 2017
Thème glauque que celui du livre "Les masques de la nuit" de Pieter ASPE. Une filette découvre un ossement humain dans le terrain vague de la propriété de ses parents. Il s'agit du cadavre d'une enfant... Que fait-il dans ce terrain? van IN et ses Duvel se mobilisent. Il y avait, dans le temps, une maison de débauche où les personnages masqués pouvaient déployer leurs fantasmes et les assouvir ... jusqu'où?
Belge, marqué par les affaires Dutroux et C°, Pieter ASPE signe ici un roman noir, chargé de relents nauséeux. Les forfanteries de van In, les excès de Hannelore, procureur n'y changeront rien. L'intrigue est lourde, oppressante et bien menée. On ne rit pas beaucoup et, si on a acheté le livre pour se détendre dans le train qui nous ramène d'Ostende vers nos Ardennes, on se dit qu'on aurait pu en choisir un plus léger, un plus drôle. Mais, et c'est bien ainsi, "les masques de la nuit" interrogent... (Oh, pas trop, peut-être... n'empêche!). La noirceur, l'insouciance, l'inconséquence des masques est bien rendue.
Un bon Pieter ASPE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tempsdelecture
  30 janvier 2018
L'intrigue est assez bien ficelée même s'il faut avouer qu'il n'y a pas vraiment de procédés révolutionnaires, rien que du classique. Un cadavre, ses restes du moins, difficile à identifier, des individus un peu paumés et au passé sulfureux, des hommes d'affaire, de la politique, des individus qui ne sont pas ce qu'ils sont vraiment, bref des personnages populaires dont on est amené à entendre parler tous les jours et dont la respectabilité n'est là que pour cacher les vices les plus noirs de l'humanité. Pédophilie, traite des femmes, déviances sexuelles, violence, alcoolisme, cupidité.
          En revanche, et je considère cela comme l'un des points forts du roman, le nom du coupable n'est pas dévoilé en toute fin d'enquête, comme bien souvent, mais le récit dévoile au fur et à mesure un pan du secret: le lecteur est à la fois pris en étaux entre l'enquête de van In, Versavel et Hannelore et plongé au sein des consciences des coupables. Aspe ne nous offre pas de fausses pistes ou de faux suspects, histoire de rajouter un peu d'épaisseur au scénario, bien au contraire, il privilégie la bonne progression de son histoire au détriment de rebondissements hasardeux et faciles. En bref, l'intérêt de ce polar ne porte pas tant sur l'identité même du meurtrier, et de son ou ses complice (s) le cas échéant, mais vraiment sur le mobile et la situation autrement plus monstrueuse dont ce meurtre n'est que le symptôme: pour ainsi dire, ce n'est que l'arbre qui cache la forêt. En ce qui concerne le style de l'auteur, l'écriture de Pieter Aspe n'a rien de particulièrement exceptionnel, il réussit parfaitement à rendre son récit vivant et mouvant mais je ne n'irais pas jusqu'à affirmer que c'est la qualité du style qui rend la lecture palpitante. Un style moyen, en somme.
          Ne vous attendez donc pas à un chef d'oeuvre avec Les Masques de la nuit, néanmoins l'intrigue est assez habilement construite pour susciter et entretenir l'intérêt du lecteur constamment pendant ces trois cents pages. le duo d'enquêteur fonctionne parfaitement et donne plus de profondeur et de vie à cette belle Bruges, peuplée des fantômes des mal-aimés et essayant tant bien que mal de cicatriser de la vicissitude et de la perversion humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sandrine57
  29 janvier 2012
En jouant dans le jardin de la fermette que ses parents ont rachetée et rénovée, une petite fille déterre le squelette d'une femme.
Une introduction qui fait penser à La femme en vert de l'islandais INDRIDASON. Mais la comparaison s'arrête là. Très éloigné de l'introspectif Erlendur, le commissaire van In qui sévit à Bruges est un bon vivant, un noceur, une grande gueule.
Après la déception de Chaos sur Bruges, je retrouve dans ce troisième volet tout ce qui fait le charme de ces polars, à commencer par la personnalité du commissaire. Déterminé et combatif, van In n'hésite pas à se frotter aux notables, aux riches, aux puissants. Rien ne l'arrête dans sa recherche de la vérité, quitte à déterrer les secrets les plus honteux. Et, il est d'autant plus belliqueux que sa compagne Hannelore, enceinte, lui a mis un marché en main: elle arrête la cigarette à condition qu'il freine sur la boisson et qu'il se mette au régime.
De l'humour, de joyeuses réparties, une enquête dans les vilains secrets des philanthropes pas toujours très nets, et la très belle ville de Bruges en supplément! Quoi demander de plus pour passer un bon moment de détente?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TempsdelectureTempsdelecture   30 janvier 2018
Tous les mardis soir, Van In et Hannelore se payaient un petit gueuleton au Sire Halewijn, un restaurant de la Walplein. Régime ou pas, ils n’auraient pas renoncé à cette tradition pour tout l’or du monde. Hannelore raffolait du contre-filet grillé et Van In était trop heureux de pouvoir s’enfiler une bonne bouteille de médoc en toute impunité.
La petite place, l’un des coins les plus romantiques de Bruges selon les connaisseurs, bourdonnait d’une intense activité. Les garçons de salle en long tablier y allaient de leur petit numéro sous le regard approbateur des touristes. A Bruges, les étrangers se sentaient comme des coqs en pâte. Et pour cause: ils étaient servis au doigt et à l’oeil. Dévoués et assidus, les serveurs s’adressaient à eux dans leur langue, même quand les clients les faisaient tourner en bourrique. Lorsqu’un juron flamand était lâché par inadvertance au beau milieu du service, ces messieurs dames les touristes riaient avec bonhomie. Ce zeste de couleur locale leur procurait la sensation de dépaysement que recherche tout voyageur.
Tavernes et restaurants grouillaient d’Allemands réclamant à cor et à cri leur content de bière, de Français maniant l’art de la conservation, d’envahisseurs anglais fraîchement débarqués du Channel et de Néerlandais à l’affût des odeurs de cuisine. Au milieu de cet enfer dantesque, la petite terrasse bondée du Sire Halewijn faisiait figure de paradis: on y parlait majoritairement le brugeois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tesdichititesdichiti   29 avril 2018
p136. Salaud / Pervers / hurla-t-elle. Gros dégueulasse, baise-matraque, face de citron, astiqueur d'hémorroïdes, bouffeur de saucisson à l'ail, ramollo du bulbe, violeur de canaris, macaque à nichons, arbre à pisse."........."digne du Capitaine Haddock.......§:o))))))))))
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   04 avril 2019
C'est le genre d'homme que tout le monde admirait: il roulait en jaguar, s'habillait chez Armani et ne se déplaçait jamais sans son harem de filles en chaleur, toute poitrine dehors et tétons au garde à vous.
Commenter  J’apprécie          10
fannyvincentfannyvincent   24 mai 2014
La vie commence à quarante ans ! Tu avais raison, Guido. Maintenant, je me sens vraiment prêt à tout !
Commenter  J’apprécie          10
SharonSharon   14 septembre 2013
Tu t'y connais à peu près autant en bonnes femmes qu'un Indien d'Amazonie en hamburgers !
Commenter  J’apprécie          10

Video de Pieter Aspe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pieter Aspe

Pieter Aspe aux déblogueurs en 2013
Pieter était l'invité de saint Maur en poche 2013, il est passé aux deblogueurs pour se présenter et parler de ses polars. Il nous parle aussi de son dernier...
autres livres classés : brugesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1975 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre