AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2953860207
Éditeur : Ginkgo (13/05/2011)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Philippe Assié signe ici un roman jubilatoire et déjanté, profondément rock, sur les années hippies. Les aventures de Wha, routard irréductible, forment un authentique western psychédélique où le chant strident des cigales remplace la bande son d’Ennio Morricone. Digne des meilleurs road-movies américains, L’empreinte du Lézard est porté par une écriture brute pleine de fulgurances poétiques qui n’est pas sans évoquer la beauté de celle de Giono.

Plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
eireannyvon
  10 octobre 2011
Errances d'ici ou d'ailleurs.
Saut dans l'inconnu avec ce roman dont je ne connais ni l'auteur, ni la maison d'éditions, bien que celle-ci soit basée à Lorient ! de l'auteur, tout ce que je sais est qu'il est décédé en 2010 et que ce texte est son premier roman. À noter, la superbe couverture avec cette magnifique photo.
Un homme Wha, sa vie son oeuvre.....la route, les joies, mais aussi les peines et ce conseil :
-La route a ses règles : ne perd jamais ton sac de vue, ne rate pas une occasion d'avancer, fais gaffe à ce que tu bouffes.
Le mythe Jack Kerouac est mort hélas, bien avant Kerouac lui-même..la route est toujours là tentante, mais aussi très dangereuse.
Deux chemins, un ici, l'autre en Afghanistan, la vie, la route, espoir et difficultés mêlés, solitude d'un hiver isolé par la neige, les amitiés fidèles. Un village rebaptisé Nanadai, hommage rendu par sa mère à une fille morte dans un accident de voiture. le bouche à oreille pour ne pas trop divulguer son emplacement réel, pour éviter les intrusions trop nombreuses. Solutions extrêmes, mais pas forcément du goût des autorités, la dégradation des voies de communications pour tenir à l'écart chasseurs et bûcherons.....
Mais même ici dans cette communauté, le nerf de la guerre reste l'argent, l'amour libre, et tout le reste a malgré tout un coup financier même réduit à son strict minimum.....Le sexe débridé n'empêche pas les chagrins d'amour......
Les saisons passent, la vie suit son cours, la neige et le soleil....les menus déplaisirs et les grands plaisirs, le monde moderne est loin....le bonheur, enfin un peu, beaucoup de simplicité, mais dans la vie hélas, tout se paye.....Ils voulaient l'amour et la paix, ils eurent la mort et la guerre....Que reste t-il de ce mouvement pacifiste et contestataire aujourd'hui....peu de choses, il me semble.
Beaucoup de personnages, le plus attachant est à mon goût, Lélia, l'amie de jeunesse, sauvageonne, un peu sorcière, pleine de croyances anciennes héritées du monde païen, personnage oh combien attachant...ombre salvatrice, inspiratrice d'un certain retour à la nature qu'elle comprenait.
Wha, le narrateur, qui regarde le monde d'un oeil lucide, mais le début de son aventure se nomme Laurence, je n'en parlerais pas je laisse ce soin à l'auteur :
-des yeux noirs à allumer un mort, une bouche pour tailler des pipes au diable, avec ce putain de grain de beauté juste au-dessus des lèvres comme Angélique marquise des anges....
Pas étonnant que la vie de Wha se transformera en enfer ! Lui permettant de survivre seul au coeur d'un hiver particulièrement froid et neigeux...Charko un jeune poulain survivra lui aussi. Avec le temps, Wha devient une sorte de patriarche, le seigneur de Nanadai.
Les copains, Olivier, le dragueur, profiteur dans un milieu de gens plutôt partageurs, alors piquer les femmes des autres n'est pas un problème, flambeur, il dissipera tout, la poudre blanche lui fera perdre définitivement la tête. Il y a aussi Ramsès l'autochtone qui l'âge venant après des années d'abstinence deviendra obsédé sexuel... Enfin il y a d'autres femmes, Kate la superbe irlandaise dont tous les hommes tombent amoureux, sauf un....enfin pas assez pour lui être fidèle.....Bernie qui revient de loin, de très loin...
Malgré tout ce que l'on peut dire ou faire ; hippies pleins de bonne volonté prêchant l'amour et la paix, certains côtés peu reluisants des hommes ressortent malgré tout, le côté possessif d'Olivier par exemple vis à vis de Kate ; certaines compromissions en acceptant de participer à des trafics dangereux, ou de vivre aux dépends d'une femme riche et perdue suite au décès de sa fille, etc....
Qu'est-ce qui a foiré ?????
Certainement l'intrusion des drogues dures et leur banalisation même dans les couches les plus populaires, ouvrant la voix à la situation actuelle....Un chanteur qui se drogue, c'est un artiste, cela aide pour la création.....et après....l'enfer !
Je ressens à la lecture de cet ouvrage un certain désenchantement de la part de l'auteur et aussi de la part de toute une génération qui s'est quelque part perdue en oubliant ses rêves qui d'ailleurs tenaient plus de l'utopie. Un retour vers le passé, c'est bien, mais cela laisse un drôle de goût dans la bouche....
C'est très bien écrit, simple mais efficace, sorte de testament de l'utopie hippie, le monde est beau, gardons-le comme il est et rendons le meilleur encore......les faits malheureusement sont plus forts que les idées.
Un alphabet classique pour la période contemporaine, mais en italique pour les retours en arrière, qui concernent la jeunesse et la période du séjour en Afghanistan, les deux se mêlant parfois dans un même chapitre.
Dans ce livre, il y a une playliste, que je signe des deux mains.....imaginez, « Old man et Harvest suivis (quelques pages plus loin pour éviter l'overdose) de « On the beach » J'étais jeune mais j'écoute toujours ces deux disques qui font partie de mon Panthéon musical !
Lien : http://eireann561.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fantasio
  03 octobre 2011
Si vous ne connaissez pas les années 70, si le grand mouvement « freak » de ces temps là ne vous dit rien, si, pour vous, Ibiza, Katmandou, l'Afghanistan ne sont pas des destinations mythiques, si la musique de Gong et de Steve Hillage, de Jimi Hendrix ou des Pink Floyd ne vous fait pas vibrer, il va être assez difficile pour vous d'entrer dans ce livre...
Wha (c'est son nom) est un homme libre et qui veut le rester. On le découvre, coincé pour l'hiver dans un minibus au col de Vors. Laurence, sa compagne le quitte et il reste seul en compagnie de deux chevaux. Puis il se met en marche pour rejoindre la mystérieuse communauté « Nanadai » qui ne s'ouvre qu'à ceux qui arrivent à la trouver...
De nombreux flashbacks nous font découvrir Wha à travers sa vie de routard. Des Indes au Texas, d'Amsterdam à Katmandou, il voyage avec toujours cette soif inextinguible d'autonomie, d'indépendance et de l'affranchissement aux règles de la société. Les années hippies où beaucoup ont sombré sont ici racontées sans cacher le mauvais côté des choses. Mais tout le roman vibre de l'amour de ce temps où beaucoup découvraient la liberté à travers le haschich, la musique, la littérature contestataire, la route et un immense désir de découvertes.
Et, porté par son amour d'enfance pour l'étrange Lélia, Wha va parcourir le monde avant de rejoindre cette communauté idéale sise en France. Mais l'ordre républicain et l'opinion publique ne voudra à aucun prix de ces freaks à la mentalité si différente de la leur. le clash est inévitable, inéluctable même et sera d'une violence inouïe.
C'est cette belle histoire au ton désenchanté que nous raconte l'auteur avec ce livre à la fois sensible et violent, souvent déroutant et déjanté mais toujours passionnant.
L'EMPREINTE DU LÉZARD est un roman puissant et atypique. Un livre qui fait réfléchir et qui nous emmène dans un monde perdu pourtant temporellement très proche.

Lien : http://lefantasio.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Apikrus
  16 octobre 2011
Le narrateur, sympathique baroudeur, raconte ses rencontres et aventures, au fil d'une vie d'insouciance à une époque qui s'y prêtait : les années 1970 hippies, psychédéliques.

Le sujet de ce roman m'intéressait, mais j'ai été très déçu à la lecture, à tel point que j'ai abandonné au tiers, après bien des efforts pourtant. L'écriture m'a paru trop lyrique, fantaisiste, vraiment irrégulière, et de ce fait, peu fluide. Alternent par exemple des phrases de longueurs très disparates. L'absence de rythme qui en résulte ne m'a permis ni de m'habituer au style, ni donc de trouver la lecture agréable. Je le regrette, d'autant que les références musicales m'ont en revanche beaucoup plu !
Merci à Babelio et à Ginkgo pour cette offre.
Lien : http://www.canelkiwi.com/arc..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
1ded61ded6   22 juin 2011
Été brûlant d'insectes fous autour du portail de l'écurie. Le lézard me fixe et me renvoie une lueur noire. Les orties envahissent la barrière, mes pas provoquent la fuite désordonnée des sauterelles, j'entends un gloussement bref derrière la porte entrouverte. Le lézard se retourne et se fond dans la pierre, des mouches zigzaguent entre ombre et lumière. Quelque chose de brutal est dans l'air, il est midi au soleil et la montagne hurle, je m'avance, je sens une bête, je sens la force de la bête, et ça pue le prédateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : hippiesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

LNHI-22093: littérature - romans nés sous la forme d'un feuilleton

'La case de l'Oncle Tom': roman de l'écrivaine américaine ..#.. . Publié d'abord sous forme de feuilleton en 1852, il vaut le succès immédiat à son auteure. Le roman eut un profond impact sur l'état d'esprit général vis-à-vis des Afro-Américains et de l'esclavage aux États-Unis ; il est un des facteurs de l’exacerbation des tensions qui menèrent à la Guerre de Sécession.

Mary Mapes Dodge
Harriet Beecher Stowe
Louisa May Alcott

11 questions
115 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , feuilletons , romanCréer un quiz sur ce livre