AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laure Bernardi (Traducteur)
EAN : 9782080800701
412 pages
Éditeur : Flammarion (08/10/2003)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Moïse l'Egyptien ou l'histoire de la confrontation symbolique entre Israël et l'Égypte. Trait d'union entre ces deux univers religieux, ce Moïse égyptien n'appartient pourtant pas à la tradition canonique et relève d'une " contre-histoire ", qui place au premier plan des éléments réprimés dans la mémoire officielle. Elle commence avec Aménophis IV, pharaon égyptien du XIVe siècle a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
akhesa
  15 décembre 2012
Ce livre est l'oeuvre d'un specialiste ayant une grande connaissance de la civilisation egyptienne,doublee d'un savoir particulierement bien articule sur la structure des religions.De Moise,nous savons qu'il n'y a pas de traces scripturaires.Les fouilles n'ont apporte aucun temoignage de sa presence reelle.Tout ce que l'on peut dire sur le personnage ne parvient a trouver une assise qu'a partir d'interpretation,de recoupements historiques,de verifications,de concordance a l'amorce du monotheisme(ATON)en Egypte puis parmi les peuples du Sinai.Toutefois,il semble exister un accord sur le fait qu'historiquement,la mise en place du monotheisme final s'est probablement realisee en plusieurs temps.Il se peut que l'homme Moise soit une figure heroique legendaire recomposee apres coup,afin de donner un caractere solennel au fondement de cette religion,comme cela apparait dans d'autres cultures de la region a cette epoque historique.
Le monotheisme n'a pas seulement invente l'idee d'un dieu unique;son adoption fut une revolution intransigeante qui ne laissait aucune place aux verites des autres,et inaugura un nouveau genre de violence
A lire Moise et le monotheisme de Freud
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   13 août 2016
La déesse se révèle sous la forme d’une divinité universelle qui réunit en elle toutes les divinités, et abolit toutes les distinctions. Tous les noms que les peuples donnent à leurs divinités suprêmes sont ses noms à elle, Isis est appelée la « déesse aux dix mille noms », elle réunit en dernière instance la totalité des noms de dieux. Dans le Corpus Hermeticum, on trouvera un passage célèbre (parce que cité par Lactance) qui jouera un rôle important dans notre histoire. Il stipule que Dieu a soit tous les noms, soit aucun nom puisqu’il est unique et qu’il est tout. Isis s’identifie à cette conception de la divinité. Mais elle va plus loin encore. Elle a aussi, outre ces « noms des peuples » équivalents, un « vrai nom ». Seuls les deux peuples qui « possèdent la doctrine originelle » l’utilisent : les Égyptiens et leurs voisins du Sud. Il s’agit bien sûr ici de Philae, le lieu de culte principal de la déesse situé à la frontière de l’Égypte et de « l’Éthiopie »(1) (...) mais il n’existe pas d’opposition, encore moins d’antagonisme contre-religieux, entre la religion d’Isis chez les Égyptiens, fondée sur le culte du « vrai nom », et les cultes d’Isis chez les différents peuples qui s’adressent à la même divinité en recourant à ses noms conventionnels. La notion de « vrai nom » ne fait pas de ces peuples des païens, mais simplement des hommes initiés à un moindre degré. Tous révèrent la même divinité, et il s’agit bien de cette identité naturelle transcendant toutes les différences culturelles. Et tous ont la possibilité d’être initiés et d’apprendre le vrai nom de la divinité.
(...)
L'idée de conventionalité et donc de la traductibilité des noms de dieux reposait sur l'évidence naturelle, c'est-à-dire sur une référence à des expériences accessibles aux hommes. C'est exactement en ce sens que Sénèque renvoie à l'évidence visible de l'unité de Dieu : « Ce tout, que tu vois, et qui englobe les dieux et les hommes, est un être unique. Nous ne sommes que les membres d’un grand corps. » Selon Servius, les stoïciens enseignaient qu’il n’existait qu’un dieu dont les noms variaient en fonction de ses modes d’action et de ses attributions (…) dans la sphère de cette conviction religieuse générale, que j’appelle « cosmothéisme » (reprenant par là une expression datant du XVIIIe siècle et sur laquelle je reviendrai), il n’y avait pas place pour l’antagonisme religieux. C’est la raison pour laquelle la force antagonique de contre-religions comme le judaïsme et le christianisme a produit un tel choc dans les milieux cultivés de l’Antiquité.

(1) Le fait qu’Apulée attribue la vraie tradition non seulement aux Égyptiens, mais aussi aux Éthiopiens, s’explique par la situation géographique de Philae, principal lieu de culte d’Isis, à la frontière entre l’Égypte et la Nubie (« Éthiopie »). (pp. 87-93)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

>Religion>Bible>Livres historiques de l'Ancien Testament (27)
autres livres classés : egypteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1992 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre