AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225918104X
Éditeur : Plon (16/03/1998)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Tout le monde connaît Hergé, car tout le monde connaît Tintin. Mais personne ne sait qui était Georges Remi, créateur exceptionnel qui domina son siècle et son art, la bande dessinée. A l'issue d'une enquête dans les archives inédites d'Hergé, tant privées que professionnelles, ainsi que dans les fonds jamais ouverts de ses proches ou de la justice belge, et grâce à des centaines de témoignages, Pierre Assouline a écrit «la» biographie d'Hergé qui répond aux questio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
dourvach
  20 décembre 2014
Livre extraordinaire : un véritable travail de chercheur...
Comme "notre" biographe SAIT rendre son sujet passionnant ! Nous ne regarderons plus jamais du même oeil, désormais -- après lecture de cet ouvrage monumental -- les planches (noir et blanc ou teintées d'encres de couleur) du créateur de "Tintin et Milou", "Quick et Flupke" (les garnements bruxellois, capables de singer Hitler et Mussolini en 1938... ) ou "Jo, Zette et Jocko"...
D'ailleurs, notre oeil -- dûment affuté par cette lecture -- leur restera toujours aussi bienveillant ! L'histoire de "l'ami Tchang" et, d'une façon générale, cette fidélité ABSOLUE aux amis (valeur aujourd'hui "désuète") : exercice éthique -- "chevaleresque" -- poussé, certes, jusqu'à l'absurde, puisque cette fidélité pourra s'avérer "parfois" (après-guerre) quasi-suicidaire...
"Scout toujours...", comme le note si malicieusement Pierre Assouline, à plusieurs reprises !
J'en suis arrivé à la partie "Années 1936-1940 : et Pierre Assouline nous a déjà brillamment fait faire le tour de la personnalité de Georges Rémi, de ses qualités d'artiste (un perfectionnisme "à s'en rendre malade" et une si grande exigence), de ses (bien modestes) "mesquineries" et de ses "prudences" (toujours avisées)...
Trajectoire de vie d'un créateur -- véritable "inventeur" d'univers... -- toujours attentif au succès commercial de ses chers Tintin (immortel "reporter au Petit Vingtième") & Milou (qui est "son sympathique cabot')...
Créateur nous semblant aujourd'hui -- autant avant-guerre que pendant... -- si "mal entouré" : tant d'amis et de collègues de travail bientôt rexistes, futurs "collabos"...
Eh oui, l' "école" du Scoutisme catholique bruxellois comme la proximité de ses employeurs avec le "Parti catholique" belge (d'essence cléricale) pouvaient rendre alors un auteur de bandes dessinées bien aveugle ! Cependant, Georges Rémi ne suivra pas la plupart en cette voie hasardeuse... et épousera peu à peu la trajectoire idéologique (beaucoup plus raisonnable, peu à peu "progressiste et tiers-mondiste") de son héros aux culottes de golf...
"Défenseur de la veuve et de l'orphelin", avant tout !
Georges R. porte étrangement le même prénom que Simenon, est né quelques années plus tard que le Liégeois... celui-là qui fut l'un des plus grands Littérateurs (Romancier pur) du XXème siècle, rappelons-le, et objet d'une autre monumentale biographie tracée par P. Assouline...
Je commence à comprendre ce qui a fasciné Pierre ASSOULINE dans le destin "hors normes" de ces deux grands artistes wallons... Son "Simenon" était une telle merveille : la langue pareillement précise, les détails foisonnants... et, en même temps, cette vivacité du récit -- qui n'est autre que celle des contes...
J'ai d'ailleurs hâte de découvrir son "Sigmaringen" [bientôt en poche ] ... :-)
P.S. : ne manquez pas non plus la lecture intégrales des (excellents) critiques de nos amis babéliotes Woland (écrite dès 2009) et Claudepuret (en 2013) !!!

Lien : http://www.regardsfeeriques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Woland
  05 août 2009

Voici assurément l'une des biographies les plus complètes jamais produites sur Georges Rémi, dit Hergé, le père de Tintin. Même si son auteur manifeste évidemment de la sympathie pour son sujet, il évite de tomber dans l'hagiographie et n'hésite pas, bien au contraire, à pointer du doigt les défauts de l'homme derrière le créateur de génie.
Car Tintin et son univers en ligne claire, avec le capitaine Haddock anathémisant à tous vents, le Pr Tournesol toujours à côté de la plaque sauf s'il s'agit de construire une fusée destinée à alunir, Nestor, le majordome légué au capitaine par les anciens propriétaires de Moulinsart, la Castafiore, son grand air, ses caprices de diva et ses bijoux, le général Alcazar et son obsession de révolution, Abdallah et son génie démoniaque pour les farces de très mauvais goût, sans oublier Séraphin Lampion, roi des casse-pieds belgicains et les Dupondt, champions incontestés du bafouillage et de la maladresse, en général, on les aime bien. Ils font partie de notre enfance et rouvrir les albums où ils se tiennent, toujours prêts à partir à l'aventure, c'est un peu rouvrir la boîte de nos meilleurs souvenirs.
Certes, il y aura toujours les champions efflanqués de la Bien-Pensance pour accuser Tintin et Milou de racisme, voir en l'infâme Rastapopoulos la preuve éclatante de leur antisémitisme (on notera que, en dépit de la consonance du patronyme, les Grecs n'ont pas encore intenté de procès à Hergé au prétexte de racisme anti-grec) et découvrir leur haine des Arabes dans l'intrigue de "Coke en Stock". Ce sont d'ailleurs les mêmes qui détournent la tête devant la prise de position pro-chinoise de Hergé dans "Le Lotus Bleu", devant sa haine des dictatures dans les albums où interviennent les pays bordure et syldave, ou encore devant son mépris railleur des dérives militaires dans les albums situés en Amérique du Sud (la fin de "Tintin et les Picaros", particulièrement cynique et désenchantée, est des plus révélatrices).
Mais mis à part pour cette poignée d'agités du bocal, on peut le dire et le répéter : Tintin et son petit monde ont droit de cité dans nos bibliothèques - et aussi dans nos coeurs.
Georges Rémi par contre, le lecteur moyen, si tintinanophile qu'il soit, a beaucoup plus de difficultés à le considérer avec bienveillance.
Non pas, il faut s'empresser de le dire, en raison des opinions religieuses ou politiques du personnage. Les premières ne regardaient que lui et il n'a jamais cherché à les imposer. Son héros d'ailleurs ne va pas à la messe ... ;o)
Quant aux secondes, contrairement à ce qu'on a pu affirmer, elles n'ont jamais été extrémistes. Scout catholique dans sa jeunesse, Georges Rémi fut logiquement amené à donner ses textes et ses dessins à un journal de droite ("Le Petit Vingtième") dirigé par un religieux à poigne, l'abbé Wallez. Même quand il conclut un contrat avec Casterman, il conserva de bons rapports avec l'abbé et après-guerre, lorsque ce dernier connut quelques problèmes pour avoir un peu trop affirmé son pangermanisme, Hergé refusa de l'accabler. Dans son esprit, Wallez lui avait mis le pied à l'étrier et une chose comme ça, ça ne s'oublie pas, surtout quand elle vous a permis d'atteindre à un succès européen.
Hergé eut d'autant plus de courage à l'époque que lui-même se trouvait en assez mauvaise posture. S'il n'avait jamais propagé les théories de l'Occupant, il avait travaillé pour "Le Soir", passé sous le contrôle allemand. C'est dans "Le Soir" que parurent en effet quelques unes des meilleures aventures de "Tintin", des aventures qui ignoraient la guerre et emmenaient le lecteur à la recherche du trésor de Rackham le Rouge après leur avoir soumis l'énigme de "La Licorne", le fier vaisseau du chevalier de Haddoque. Bref, à l'Epuration, Hergé faillit tout perdre et avant tout le droit de travailler.
Mais non, ce n'est pas cela qui choque dans cette biographie. Hergé s'est amplement expliqué sur la Seconde guerre mondiale et l'Occupation, il n'a jamais renié ceux qu'il tenait pour ses amis, il ne s'est pas renié lui-même. Au demeurant, pour ceux qui n'ont pas connu l'entre-deux-guerres et l'état d'esprit qui animait à l'époque aussi bien partisans du totalitarisme soviétique que partisans du totalitarisme fasciste, il n'est peut-être pas du meilleur goût d'épiloguer.
En revanche, on est en droit de ne pas adhérer à la façon qu'eut Hergé de refuser à ses collaborateurs (comme E. P. Jacobs ou Bob de Moor par exemple) le droit de co-signer les albums "Tintin." Certes, les Studios Hergé ont aidé quelques dessinateurs de renom à se former (outre Jacobs, inoubliable auteur de "La Marque Jaune" et du "Mystère de la Grande Pyramide", on citera Roger Leloup et sa "Yoko Tsuno") mais quand vint pour eux l'heure de prendre leur envol vers d'autres cieux, le Maître les regarda partir avec une sorte de jalousie qu'il cachait mal et qu'on comprend d'autant moins que le succès de Tintin ne s'est jamais démenti. Et surtout, contrairement au scrupuleux Franquin qui ne manquait jamais de le signaler ou encore à Michel Greg à la fin de sa participation effective aux albums d'Achille Talon, Hergé n'a jamais laissé indiquer au-dessus du cul-de-lampe de la seconde page un nom autre que le sien.
Cette mesquinerie - peut-on utiliser un autre terme ? - on la rencontre dans son rapport avec les femmes et aussi dans un très pénible événement qui se passa au temps où il était encore marié à sa première femme. Comme ils ne pouvaient avoir d'enfant, ils allèrent chercher une petite fille à l'Assistance publique. Mais l'enfant faisait trop de bruit et Hergé en vint très vite à ne plus la supporter. Alors, on ramena la petite à l'Assistance, ainsi qu'on l'aurait fait d'un objet sans âme.
Imagine-t-on ce qu'en aurait pensé et dit Tintin ? Tintin, si altruiste, si tourné vers l'Autre et si épris de justice ? ...
Certes, me fera-t-on observer, nul n'est parfait. Ce qui est rigoureusement vrai. Seulement, la mesquinerie est d'autant plus choquante qu'elle apparaît dans un grand créateur et, dans le cas d'Hergé, on peut écrire sans exagération d'un créateur de génie. Voilà pourquoi cette biographie, passionnante et passionnée, nous laisse avec un petit goût amer dans la bouche.
Mais finalement, peut-être Hergé partageait-il lui aussi cette amertume ? Avec un homme aussi secret, aussi introverti, qui saura jamais ? ... ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          25
BrunoA
  03 avril 2013
De nombreux ouvrages ont été consacrés à son héros, Tintin, et quelques-uns à l'auteur, Hergé.
La biographie que signe Pierre Assouline est incontestablement la plus aboutie et la plus complète que j'aie pu lire.
Là où beaucoup d'ouvrages partent de Tintin pour arriver à Hergé, celui-ci nous permet de mieux connaître l'auteur pour mieux comprendre son oeuvre.
Cette biographie replace le créateur avant son personnage, même si Tintin demeure le plus connu des deux.
Une référence.
Commenter  J’apprécie          171
Woland
  05 août 2009
Voici assurément l'une des biographies les plus complètes jamais produites sur Georges Rémi, dit Hergé, le père de Tintin. Même si son auteur manifeste évidemment de la sympathie pour son sujet, il évite de tomber dans l'hagiographie et n'hésite pas, bien au contraire, à pointer du doigt les défauts de l'homme derrière le créateur de génie.
Car Tintin et son univers en ligne claire, avec le capitaine Haddock anathémisant à tous vents, le Pr Tournesol toujours à côté de la plaque sauf s'il s'agit de construire une fusée destinée à alunir, Nestor, le majordome légué au capitaine par les anciens propriétaires de Moulinsart, la Castafiore, son grand air, ses caprices de diva et ses bijoux, le général Alcazar et son obsession de révolution, Abdallah et son génie démoniaque pour les farces de très mauvais goût, sans oublier Séraphin Lampion, roi des casse-pieds belgicains et les Dupondt, champions incontestés du bafouillage et de la maladresse, en général, on les aime bien. Ils font partie de notre enfance et rouvrir les albums où ils se tiennent, toujours prêts à partir à l'aventure, c'est un peu rouvrir la boîte de nos meilleurs souvenirs.
Certes, il y aura toujours les champions efflanqués de la Bien-Pensance pour accuser Tintin et Milou de racisme, voir en l'infâme Rastapopoulos la preuve éclatante de leur antisémitisme (on notera que, en dépit de la consonance du patronyme, les Grecs n'ont pas encore intenté de procès à Hergé au prétexte de racisme anti-grec) et découvrir leur haine des Arabes dans l'intrigue de "Coke en Stock". Ce sont d'ailleurs les mêmes qui détournent la tête devant la prise de position pro-chinoise de Hergé dans "Le Lotus Bleu", devant sa haine des dictatures dans les albums où interviennent les pays bordure et syldave, ou encore devant son mépris railleur des dérives militaires dans les albums situés en Amérique du Sud (la fin de "Tintin et les Picaros", particulièrement cynique et désenchantée, est des plus révélatrices).
Mais mis à part pour cette poignée d'agités du bocal, on peut le dire et le répéter : Tintin et son petit monde ont droit de cité dans nos bibliothèques - et aussi dans nos coeurs.
Georges Rémi par contre, le lecteur moyen, si tintinanophile qu'il soit, a beaucoup plus de difficultés à le considérer avec bienveillance. (A suivre ...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
frandj
  08 février 2015
Tout individu de 7 à 77 ans connait le personnage de Tintin. Mais qui connait vraiment son créateu: Georges Rémi, alias Hergé ? En plus de 700 pages, Pierre Assouline nous livre une somme de tout ce qu'il faut savoir sur ce génie de la BD.
C'était un homme attachant, discret et presque timide, ambitieux et hyperactif, lui-même très doué mais sachant aussi s'entourer de collaborateurs de valeur. Très imprégné de l'esprit boy-scout, il a commencé à publier dans un journal catholique vraiment très conservateur et, encore pire, il a eu pendant l'occupation allemande des accointances avec des "collabos": ceci lui a valu de brefs ennuis à la Libération - et ça reste encore une tare aux yeux de certains "gens de gôche". En fait, l'existence de Hergé, pourtant de tempérament paisible et conformiste, n'a pas été un long fleuve tranquille. A titre personnel, il a fini par divorcer (chose très difficile pour lui !) et il a traversé plusieurs épisodes de dépression assez sévères pour ralentir significativement la publication de certaines aventures de Tintin.
P. Assouline s'intéresse de près non seulement à Herge, mais évidemment à tous les albums de Tintin; les "tintinophiles" se passionneront au sujet de leur genèse et de leur publication. Si les premiers albums nous apparaissent (à juste titre) comme simplistes et un peu trop fantaisistes, ils deviennent de plus en plus soignés et réalistes, mieux arrimés à l'actualité du moment, notamment à partir du "Lotus bleu". Pendant que nous lisons la biographie de Hergé, c'est presque tout le XXème siècle qui se déroule devant nous. C'est absolument passionnant. En lisant ce "pavé", on ne s'ennuie pas un instant. Bravo à l'auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
WolandWoland   06 août 2009
[...] ... [Hergé] est sincère quand il dit vouloir éviter de passer à la télévision tant il s'y sent mal à l'aise. A chaque fois qu'il a la faiblesse d'accepter, il en revient avec le sentiment d'avoir été piégé, convaincu que nul ne l'a écouté, chacun s'étant accroché à l'apparence plus qu'au fond. Même sa prestation à "Apostrophes" l'a déçu. Cette vieille défiance envers la petite lucarne trouve son origine dans un incident survenu en 1972. Hergé avait été invité à l'émission de Philippe Bouvard à l'occasion du lancement du film, Tintin et le lac aux requins.

- "Qu'est-ce que vous avez fait dans ce film ?" demanda l'animateur à Hergé.

- Eh ! bien, je l'ai supervisé ..."

Quatre fois, Bouvard lui reposa la même question au cours de l'émission. Quatre fois, Hergé lui opposa la même réponse, de plus en plus embarrassée. Les habitués sentaient déjà le vent du boulet. Pas le principal intéressé, encore plus candide qu'à l'accoutumée. Jusqu'à la cinquième et dernière reprise avant le KO final :

- "Alors, monsieur Hergé, en-dehors du requin, qu'est-ce que vous avez fait dans ce film ?"

L'interpellé resta sans voix. Tétanisé. Il ne prononça pas un mot de plus de la soirée, y compris après l'émission. Jamais il ne pardonna à Philippe Bouvard. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
WolandWoland   06 août 2009
[...] ... A Bruxelles, Le Soir commence la publication quotidienne d'une nouvelle aventure de Tintin et Milou. Elle durera sept mois et 183 strips (bandes). La précédente s'est achevée il y a un mois à peine. Un mois de suspense. Car Le Secret de la Licorne appelait naturellement une suite. Après avoir réussi à localiser le trésor de Rackham le Rouge, Tintin & Haddock avaient hâte d'aller le chercher.

La presse ayant ébruité leur projet d'expédition, ils sont assaillis par de supposés ayants droit à l'improbable généalogie, réclamant tous leur part du futur butin. Le capitaine leur fait dévaler l'escalier plus vite qu'ils ne l'ont monté. Sauf un qui s'impose par son originalité plutôt que par son insistance. Ce savant s'appelle Tryphon Tournesol, et il présente toutes les caractéristiques de l'hurluberlu dont on ne sait si son léger grain relève du génie ou de la folie. Sa mise inspirée du XIXème siècle, sa calvitie plus artistique qu'esthétique, sa distraction prétexte à gags et sa surdité qui favorise les quiproquos en font un personnage épuisant car désarmant. Toutes les paroles qui lui sont adressées sont perçues comme des malentendus. Il est irrésistible au sens propre du terme. Quoi qu'on lui oppose, il répond sur un autre registre car il est toujours sur une longueur d'ondes différente de celle de son interlocuteur. L'idée de génie d'Hergé est de rendre inséparables le capitaine Haddock, personnage qui parle tout le temps, et le professeur Tournesol, qui n'entend pas quand il n'a pas son appareil. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   20 novembre 2011
On peut dire de Tintin, comme voltaire le fit de Candide, que sa physionomie annonce son âme. Pendant toute sa vie de papier, son dilemme reste identique : comment perdre sa naïveté tout en conservant sa pureté ?
Commenter  J’apprécie          40
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   05 novembre 2011
Ce n'est pas parce que le but est hors d'atteinte qu'il ne faut pas y tendre.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Pierre Assouline (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Assouline
Grand entretien animé par Olivia Gesbert
En quelques années Pierre Lemaitre est devenu l?un des écrivains français les plus célèbres grâce au succès retentissant d?Au revoir là-haut (prix Goncourt 2013), suivi en janvier dernier de Couleurs de l?incendie. Il y renoue avec le romanesque dans la lignée d?un Alexandre Dumas, convoquant l?histoire de la Grande Guerre et ses non-dits, les dérives du politique et les tentations fascistes des intellectuels des années 1930, tout en tissant des liens subtils avec le contemporain.
Bien avant cette saga picaresque traduite dans une trentaine de langues, il s?était imposé comme un grand écrivain de polars et de romans noirs. Il a déjà plus de 50 ans lorsqu?il se fait connaître avec Travail soigné, qui reçoit le prix du Premier roman au festival de Cognac. Suivront Robe de marié (2009), Cadres noirs (2010), Alex (2011), Sacrifices (2012), Rosy & John (2013)? Rien ne semble désormais arrêter cet auteur prolifique qui est aussi un scénariste talentueux : son adaptation pour le cinéma, avec Albert Dupontel, d?Au revoir là-haut, leur a valu un César et 2 millions de spectateurs, et il vient d?adapter son thriller Trois jours et une vie dans lequel Charles Berling jouera le rôle principal.
Avant de se tourner vers l?écriture à temps plein, il enseignait aux adultes, et notamment aux bibliothécaires, la littérature française, américaine et la culture générale. de cette période il garde le goût de la transmission et nul doute que la présentation qu?il fera de ses livres de chevet aura de l?impact sur le public de la Criée ! Lors de ce grand entretien, Pierre Lemaitre évoquera avec l?écrivain et critique Pierre Assouline leurs goûts littéraires communs, de Proust à Simenon. Souvent qualifié d?« auteur populaire », il reviendra sur le sens qu?il accorde à ce statut, parlera évidemment de sa passion pour le roman policier, de son engagement citoyen auprès du Secours populaire, et de bien d?autres choses encore ! _ En savoir plus : http://ohlesbeauxjours.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre