AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070388790
1059 pages
Éditeur : Gallimard (01/03/1998)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 50 notes)
Résumé :
LE SUJET : Georges Simenon (1903-1989).
L'un des romanciers les plus lus au monde. L'écrivain contemporain de langue française le plus adapté à l'écran. Une personnalité flamboyante, controversée. Une vie turbulente. Une fécondité exceptionnelle. Un talent qui impressionnait son "maître", André Gide. L'AUTEUR : Pierre Assouline, journaliste à Lire, collaborateur de L'Histoire et de RTL. À son actif, cinq biographies, toutes saluées pour la richesse de leur do... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
migdal
  01 mai 2019
« Quel roman que sa vie » voici la phrase qui m'est venue à l'esprit en refermant la biographie que Pierre Assouline a consacré à Georges Simenon.
Fruit d'une impressionnante enquête, l'auteur suit le romancier en Belgique pendant sa formation, en France pendant son ascension et l'occupation, puis en Amérique après les procès de la libération et enfin en Suisse dans la dernière étape de sa vie.
Cette biographie m'a particulièrement intéressé en révélant le rôle de mentor tenu par André Gide et en montrant les rapports, parfois virils, entretenus avec les éditeurs Fayard, Gallimard et les Presses de la Cité. Assouline connaît très bien Gaston Gallimard, dont il a rédigé une biographie, mais il montre également le rôle important d'Arthème Fayard et de Sven Nielsen dans la réussite financière de l'écrivain.
Simenon démarra sa carrière en écrivant sous dix-sept pseudonymes publiés chez Tallandier, Ferenczi, etc. Il reste aujourd'hui l'un des auteurs francophones les plus lus dans le monde et ses oeuvres inspirent encore nombre de cinéastes et de feuilletonistes télévisuels.
Simenon a une solide réputation d'homme à femmes et le biographe nous raconte sa liaison torride avec Joséphine Baker, son mariage avec Tigy dans les années françaises, avec Denyse dans ses années américaines et enfin aux côtés de Teresa ... nous assistons aux conflits et aux divorces avec ses épouses et nous découvrons le dramatique suicide de sa fille Marie-Jo.
Cette biographie est hyper analytique, très/trop détaillée, nous sommes loin du format préféré de Simenon huit chapitres en deux cent quarante pages, et le lecteur devra faire un effort double pour en venir à bout ... car la fin peut paraître lente et interminable. Défaut que je n'ai pas remarqué dans les oeuvres postérieures d'Assouline (son travail sur Jean Jardin est mémorable)
Mais ces pages ont l'immense mérite de valoriser l'oeuvre de Simenon, qui ne se réduit évidemment pas aux aventures du commissaire Maigret, et fait de l'écrivain belge le Balzac du XX siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          684
Herve-Lionel
  06 juin 2014

N°237
Mars 2002

SIMENON Pierre ASSOULINE- – Éditions JULLIARD.

S'il est un romancier qui a traversé le siècle avec son public, c'est bien Georges Simenon (1903-1989).
S'il est un personnage qui colle à son « géniteur littéraire » au point qu'on ne cite jamais l'un sans l'autre, qu'on ne pense jamais à l'un sans songer à l'autre, c'est bien le commissaire Maigret et beaucoup d'acteurs ont prêté et prêtent encore leur visage au célèbre policier. Jamais sans doute, il n'y eut tant d'osmose entre le créateur et sa « créature », jamais sans doute, à tout le moins au XX° siècle, un auteur ne fut aussi prolixe, connu et désireux de l'être, populaire peut-être ?
Pierre Assouline, dont on peut rappeler qu'il aime à dire qu'il est journaliste (c'est à dire selon ses propres termes «  ni écrivain, ni historien ») pratique en quelque sorte le même métier que celui de Simenon au début de sa vie.
Si l'auteur de cette imposante étude rappelle qu'il a commencé cet ouvrage du vivant du père de Maigret, celui-ci n'eut pas le temps d'en lire le résultat, la mort l'ayant emporté avant sa publication. Pourtant, c'est une oeuvre fidèle et libre qui a l'avantage de démystifier le personnage qu'on avait bien vite figé dans un stéréotype que Simenon lui-même, de son vivant avait créé et entretenu.
Pour ce qui concerne l'ouvrage proprement dit de Pierre Assouline, il est celui d'un archiviste patient, rigoureux, exigeant avec lui-même, honnête aussi. Il fallait sans doute être tout cela et bien plus encore pour démêler l'écheveau compliqué de la vie de Georges Simenon, analyser les faits, les synthétiser pour que le lecteur s'y retrouve et éprouve du plaisir à découvrir sous le masque, l'homme tel qu'en lui-même, celui qu'il a véritablement été ! Alors Pierre Assouline ne serait ni un historien ni un écrivain ? Voire ! N'ai-je pas lu qu'il s'était lui-même astreint à la même discipline que Simenon, avait adopté sa règle et sa discrétion devant l'écriture ? Peut-être est-il parvenu à penser comme lui face aux personnages dans la peau desquels il a peut-être inconsciemment fini par se couler ?
Pourtant c'était sans doute une gageure que de se livrer à ce travail tant l'homme s'était lui-même entouré de mystères, de légendes parfois, sans doute pour mieux se protéger lui-même ?Comment en effet, pour un écrivain mieux se cacher que derrière ses propres mots, ses propres écrits? Près de 400 romans(pas tous des policiers !), des articles, des nouvelles, une image imposée, celle de l'homme au chapeau et surtout à la pipe, des pseudonymes… Il avait tissé lui-même le secret qui l'entourait de son vivant même et semblait s'y complaire.
Pourtant, ce ne fut pas facile pour lui, une enfance difficile, coincée entre un père humble et soumis à une épouse anxieuse et qui préférait son frère mort trop tôt à cause de choix politiques contestables.
Écrire était bien toute sa vie puisqu'il commença à 16 ans comme reporter à « La Gazette de Liège », mais ses écrits d'alors, peut-être qualifiés de jeunesse et teintés d'antisémitisme ne font sans doute que refléter l'ambiance de son temps !
Il finit même par s'installer en France qui est, à ce qu'on dit, (mais est-ce bien vrai ?) la patrie des écrivains. A cette époque il est prolixe au point d'être surnommé «  le Citroën de la littérature » puisqu'il s'était lui-même mis en situation d'être un écrivain dont la production le disputait à la rapidité d'exécution.
C'est que l'homme est trouble et entretient aussi cette image floue. Il se fourvoie quelque peu, par journaux interposés dans l'affaire Stravinsky, pendant la deuxième guerre mondiale il a un peu trop tendance à flirter avec l'occupant allemand au point qu'il est préférable pour lui de fuir en Amérique du Nord. Il a d'ailleurs été plus ou moins en perpétuel déménagement comme pour fuir quelque chose ?…
Homme d'affaire avisé, il saura toujours préserver ses intérêts, s'intéressera à l'adaptation de ses oeuvres au cinéma, surtout aux hommes qui ont incarné le célèbre commissaire Maigret mais ne sera jamais autant rassuré qu'avec une épouse.
Il entretiendra des amitiés littéraires avec des gens de Lettres importants tels André Gide et Henry Miller. On en a même rajouté, ce qui n'était sans doute pas pour lui déplaire tant il était friand de se forger lui-même une légende de son vivant ! Mais pour longtemps il est resté(et reste peut-être encore), « L'homme à la cage de verre » et « L'homme aux dix mille femmes »
Pour la cage de verre où il était censé écrire un roman entier, en un temps record enfermé dans un réduit transparent de 6x6 en plein Paris sous les yeux des spectateurs!. Il a 24 ans. En fait l'affaire ne se fera pas, mais la légende a la vie dure !
Quant aux femmes, c'est autre chose. La fréquentation des bordels est très tôt pour lui une réalité et même un besoin pour cet homme à la sexualité débordante, mais ce ne seront là que des amours vénales. Pour les autres, il eut certes des maîtresses, malgré ses épouses, mais il y avait là sans doute beaucoup d'exagération et il ne fut pas le Don Juan dont on a tant parlé ! Certes il affectionnait le luxe, les palaces, les belles voitures mais cultivera toujours, jusque dans ses écrits sont côté populaire, celui qui aime la bière dans les bistros d'un port !
Le fait est cependant établi qu'il ne pouvait supporter la solitude. C'est là la véritable réalité qui le lie aux femmes. Elles furent ses managers, ses secrétaires, parfois aussi ses tortionnaires par procès et divorce interposés. Pourtant s'il est une femme qui a compter dans sa vie c'est moins sa mère et ses épouse que sa fille, Marie-Joe, à ce point admirative de son père et liée à lui qu'elle se suicidera. Ce suicide, avec toute la culpabilité qu'il entraîne pour Simenon le laissera désemparé, seul, tourmenté, plus obsédé que jamais par la propreté, la vie réglée comme une succession de rites, jusqu'à sa propre mort.
L'inspiration l'ayant abandonné, la vieillesse l'ayant gagné, il pouvait mourir même s'il lui collait à la peau l'image dont il aurait sans doute bien voulu se défaire de « L'homme qui a tué sa fille » !
Le grand mérite de Pierre Assouline, outre l'honnêteté de l'écrivain qu'il est (ne lui en déplaise !) et son humilité devant l'écriture, est de nous avoir montré dans ce portrait magistral de Simenon, l'homme à travers l'écrivain, de l‘avoir livré dans sa réalité, avec ses contradictions, ses espoirs parfois un peu fous, ses échecs, ses phobies ses qualités aussi. Il a démystifié le personnage et ce n'est pas la moindre des qualités de ce livre, tant Simenon avait, de son vivant même voulu tisser sa propre légende.
Il a tenu en haleine son lecteur attentif et passionné pendant ces 650 pages d'une enquête que n'eut pas refusé le commissaire Maigret !

© Hervé GAUTIER.
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dourvach
  30 mars 2014
Une exceptionnelle biographie d'une incroyable exigence et qui semble s'être donnée pour objectif principal de "ne passer à côté de rien"... L'alimente une connaissance profonde de l'univers simenonien qui en sort encore magnifié par l'intelligence et la grande empathie du biographe...
Et oui, Simenon était AUSSI un être humain "presque" ordinaire dans une époque pleine de (bonnes et très mauvaises) surprises...
Et je suis heureux qu'on n'ait plus jamais repris sur les pages IV de couverture des romans du grand Liégeois réédités chez Gallimard (en "folio") la terrrrrible phrase assez stupide "Simenon, l'homme au 400 livres et aux 10.000 femmes" (Grrrr... mais qu'est-ce qu'on s'en f...t !) : une phrase sans doute fort adaptée au public de "Voici" et "Closer" - et probablement issue de la naïve vantardise de Simenon mais qui, très franchement, ne donnera pas "une once de plus-value" à son Oeuvre... (Cf. Georges Brassens, "Trompettes de la renommée").
Et personnellement, j'attends toujours la biographie du cher Julien Gracq par Monsieur Assouline : je place (aussi) tellement haut son oeuvre que 3.000 pages et cinq années de travail ne seraient pas superflues (svp, Monsieur Assouline, si vous nous lisez un jour par ici...) !
Lien : http://www.fleuvlitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
madameduberry
  01 juillet 2015
Encore une biographie impressionnante signée Pierre Assouline. Il faut dire que le personnage est en lui-même fascinant, mais justement c'est là qu'on risque le plus de gâcher son sujet. Assouline évite les écueils psychologiques, hagiographiques, historico-littéraires, et restitue finalement une silhouette familière, après avoir fait le tour de la question..Nous voilà rendus..En tant que lectrice, je retourne à Maigret, et j'y reste.
Commenter  J’apprécie          90
JoyeuxDrille
  13 avril 2015
Comme avec Hergé, Assouline joue très habilement des ambiguïtés du personnage Simenon, parfois trouble, tant dans sa vie que dans son oeuvre. Pour vous, Simenon ne rime qu'avec Maigret ? Alors lisez cette biographie pour mieux prendre conscience d'un auteur magistral aux idées parfois dérangeantes.
Commenter  J’apprécie          63

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
RenodRenod   25 mars 2016
A 30 ans comme à 60, il n'a cessé de raconter une seule histoire, toujours la même. L'histoire d'un homme qui, à la suite d'un événement exceptionnel, comprend que sa vie est fausse. Il se remet en question. En donnant libre cours à ses instincts les mieux enfouis, il se libère d'un complexe de culpabilité qui le ronge. Il part à la reconquête de son statut. Enfin accepté, reconnu et intégré, il atteint la sérénité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Pierre Assouline (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Assouline
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre